Administraaaâââtion

Bonjour,

Pourquoi vouloir chauffer tout votre manoir, vous pourriez envisager une autre approche, quand ? pour qui ? et où dans les locaux, et compléter les aménagements existants par quelques poêles de bon rendement, à pellets à bûches (pour les jeunes puisque vous avez du bois) un ou deux radiateurs mobiles électriques pour les dépannages, chauffe serviettes dans les salles d'eau,
pour l'eau chaude des petits chauffe eau, voire des chauffe eau instantanés et une brouette ☺ pour bouger bûches, sacs de pellets et radiateurs, j'ai 76 ans et donc l'expérience de la retraite et du déclin physique.

Vous auriez ainsi l'esprit plus libre et la trésorerie pour remettre en état quelques coins douillets dont vous pourriez profiter après plus de 25 ans à grelotter, pas de problème de fluides à gérer en cas de gel, juste des conduits à tuber, et laissez aux futurs occupants la responsabilité d'améliorer, ou pas, ce que vous aurez fait.

Bonne réflexion et bon courage,

Cordialement,

N.D.L.R. : Si j'agissais ainsi, je ne serais plus le PPF qu'on aime dans les chaumières. A tort ou à raison, je me suis assigné pour mission de laisser la Chaslerie "plus propre que trouvée en entrant". A quoi cela servirait-il de restaurer l'enduit des murs, par exemple, si l'on devait ensuite les casser de nouveau pour encastrer des tuyaux de chauffage ? Je compte avancer à mon pas, autant et aussi longtemps que je le pourrai, mais sans jamais dévier de ma ligne : ne pas transiger avec la qualité. Et si je dois crever de froid un jour, tant pis, on en trouvera, probablement, que cela réjouirait.
J'ai reçu ce matin la visite d'une entreprise spécialisée dans les forages, disposant à ce titre de diverses habilitations professionnelles et pouvant témoigner d'un certain nombre d'interventions dans le secteur, y compris près de monuments historiques bas-normands. J'attends son devis sur le coût de ses opérations (qui serait facturé sur la base de 23 € H.T./m en cas d'abandon du forage et de 33 € H.T./m, y compris le chemisage du trou, en cas de succès).

J'ai appris à cette occasion qu'il y a lieu de parler :
- d'aquathermie en cas de forage d'eau,
- et de géothermie en cas de forages profonds.
A propos de l'aquathermie et de son entreprise, le foreur rencontré hier, David BREBANT, m'a transmis, outre ses devis, les trois documents suivants :
- une plaquette de la DREAL sur les réglementations applicables ; elles ne manquent pas !
- une fiche synthétique sur les forages d'eau,
- une liste de ses références.

Je retiens de la fiche synthétique que tout forage de ce type se traduirait par une nette excroissance en surface du terrain, ce qui, indépendamment du reste, aurait tendance à me déplaire et m'obligerait, à tout le moins, à renvoyer lesdits forages hors du champ visuel habituel, c'est-à-dire, par exemple, derrière le talus planté de houx.
Le plombier recommandé par Gontran ACHARD de la VENTE est revenu me voir ce matin pour me présenter son devis corrigé d'installation géothermique.

A cette occasion, je l'ai entraîné au rez-de-chaussée du colombier et nous avons dialogué à propos de l'aménagement de ce volume et de l'encombrement des pompes à chaleur qu'il serait question d'installer là (aussi bien en cas de recours à la géothermie qu'à l'aquathermie), sans doute deux dans un premier temps, puis une troisième au moment où serait lancée une phase ultérieure de travaux d'habitabilité.

Les deux premières pompes à chaleur auraient vocation à desservir le bâtiment Nord, le rez-de-chaussée du logis et - pourquoi pas ? - le colombier et même la chapelle.

Puis, dans la salle-à-manger du logis, nous avons discuté des dalles et des isolants à prévoir au sol.

Dans la foulée, j'ai prévenu Arnaud PAQUIN que je souhaiterais qu'il se prononce sur ces questions (à mes yeux indépendantes du choix du plombier) lors de sa première réunion de chantier, programmée pour mardi prochain.

A ce stade de mon instruction du dossier, je dois avouer que ma préférence va plutôt à la géothermie profonde malgré sa moindre efficacité énergétique que l'aquathermie et le coût nettement plus élevé de ses forages. Je doute en effet que les forages d'eau permettent de trouver un débit suffisant dans le secteur et je suis informé que l'eau étant ici ferrugineuse, l'aquathermie obligerait à un entretien fréquent du mécanisme qui n'aurait pas lieu d'être avec la géothermie. Et il est clair que je n'aime pas les édicules de béton que nécessiterait l'aquathermie, je trouve que cela porterait atteinte au caractère bucolique de mes parages favoris. Autrement dit, je valorise cher la facilité d'entretien et le caractère non invasif du mécanisme.
On se souvient que, lorsqu'il a arraché le plancher des combles du colombier, Christian m'a recommandé d'utiliser les lattes de chêne pour installer une deuxième isolation thermique sous la couverture tout en préservant la vue sur les chevrons. Il proposait même d'exposer à la vue la face non cirée des lattes.

En prévision de la première visite de chantier d'Arnaud PAQUIN, je lui ai demandé de mettre en place un échantillon afin de faire valider sa proposition par l'architecte. Voici le résultat :

17 mai 2018.

17 mai 2018.

17 mai 2018.

Christian a prévu que l'air circule entre les lattes et le "Skytex".

17 mai 2018.

17 mai 2018.

Sous réserve de l'appréciation de l'architecte, ce travail me paraît digne du label "qualité FOURCADE".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 22 mai 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Bâtiment Nord
0
Retour de l'excellent Sébastien DUVAL sur notre chantier favori :

22 mai 2018.

Nous avons fait un rapide tour de la dernière tranche de travaux dont j'ai chargé l'entreprise BODIN.

Sébastien a appelé mon attention sur les difficultés de réalisation du passage envisagé entre la chaufferie actuelle, au fond du bâtiment Nord, et la salle de petit-déjeuner imaginée, au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est. Sur cette question, il paraît urgent de se donner le temps de réfléchir un peu plus. La décision dépendra pour partie de mes avancées en matière de choix du combustible. Donc, dans l'immédiat, de la détermination du débit du puits de la ferme, prévue pour demain.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 22 mai 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Sébastien a chargé Yacine de débarrasser de ses horribles granits des années 1950 l'âtre de la salle-à-manger du logis :

22 mai 2018.

22 mai 2018.

En fin de matinée, on respire déjà mieux :

22 mai 2018.

Lui-même a entrepris de faire disparaître l'absurde calotte de ciment du cul du four :

22 mai 2018.

A mon étonnement, la chose se révèle moins difficile que je n'avais craint :

22 mai 2018.

Seul résiste à ce stade un bloc de béton dont on ne comprend pas le rôle qu'il a pu avoir dans l'esprit tordu de son concepteur :

22 mai 2018.