Nature (hors géologie)

Que sont devenues les « James Bond Girls » qui ont marqué la série ?

Denise Perrier interpréta « Marie » dans « Les diamants sont éternels » avec Sean Connery en 1971.

Ursula Andress et Eunice Gayson ont respectivement joué les rôles de « Honey Rider » et « Sylvia Trench » dans « Dr No » avec l’écossais Sean Connery en 1962. Contrairement à Eunice Gayson dont la carrière dans le cinéma s’est arrêtée avec sa deuxième apparition dans « Bons baisers de Russie » , Ursula Andress a poursuivi sa route puisque son dernier œuvre remonte à 2005 avec « The bird preacher » .

Molly Peters, actrice et mannequin anglaise, partage la scène avec Sean Connery dans « Thunderball » en 1965 en jouant le personnage de « Patricia Fearing ». Elle continue sa route dans le mannequinat et décède malheureusement le 30 mai 2017 à l’âge de 75 ans.

Diana Rigg, grande comédienne britannique, joue le rôle de « Teresa di Vicenzo » dans « On her majesty’s secret » au côté de l’australien George Lazenby qui ne joua le rôle de James Bond que cette fois seulement. Diana Rigg connait un succès fou durant sa carrière notamment dans le domaine du cinéma tel que « Chapeau melon et bottes de cuir » ou encore la série télévisée en vogue en ce moment « Games of thrones« .

Lois Chiles est la James Bond girl de « Moonraker » en 1979 dans lequel elle donne la réplique à Roger Moore. L’américaine poursuit sa carrière à la télévision avec « Les experts » en 2005. Cette année-là, l’actrice a épousé Richard Gilder puis a pris une retraite cinématographique. Actuellement, Lois Chiles est âgé de 70 ans.

Olga Bisera apparaît dans « The spy who loved me » dans la peau de « Felicca » au côté de Roger Moore en 1977. Malheureusement depuis, elle s’est fait plus discrète et a décidé de se consacrer entièrement à sa famille.

N.D.L.R. : "Sic transit gloria mundi."

C'est affolant (bis).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 14 février 2018
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
Alors que je revenais du garage JOUBIN où j'ai déposé ma "Twingo" pour révision, un petit écureuil roux, très sympathique, a traversé en sautillant l'allée qui descend de la D22.

C'est la première fois depuis peut-être dix ans que j'en revoyais un si près de notre manoir favori.
Cette "convalescence" doit être une maladie terrible.

Benjamin n'a même plus la force de me passer un coup de fil pour m'informer de son évolution. Ni davantage pour m'envoyer le certificat médical promis qui aurait pu attester de sa réalité.

Déjà qu'en temps normal, il n'est pas bien vigoureux...
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 19 février 2018 10:52
À : (...)
Objet : Chaslerie - Garantie de replantation

Monsieur,

L'importance de la proportion des pertes (nettement plus de 50 %) sur les parcelles dites "nouvelles terres" que vous aviez plantées à l'Ouest de l'allée historique de la Chaslerie m'amène à vous recontacter.

Il paraît clair que ces pertes résultent d'un choix curieux des endroits où vous aviez opéré, en fait dans le fond de ce qui constitue des rigoles.

19 février 2018.

On peut craindre que les prochaines gelées n'augmentent encore le taux de perte parmi les rares plants survivants.

Je vous prie donc d'intervenir dès que possible en garantie de votre travail et, dans l'immédiat, me tiens à votre disposition pour un constat sur place.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)