Livre d'or

J.-M.
rédigé le mardi 28 mai 2019
Livre d'or
0
Chers amis,

Un très grand merci à tous les deux pour votre accueil exceptionnel et merci pour cette visite formidable.

Nos yeux ont été émerveillés, c'est magnifique.

Bravo pour tant de courage !

Merci pour ce bon thé et ces sandwiches au concombre excellents
Encore merci

Très amicalement
J.-M. et J.

N.D.L.R. : Arrêtez, ne faites donc pas votre femme politique, toujours prête à flatter pour gagner un électeur !😉
En vérité, le confort est archi-nul et s'est encore affaibli depuis votre passage (voir site favori). Il faudra revenir avant qu'il ne disparaisse complètement...
Bien amicalement de nous deux à vous deux.
PPF
La qualité du travail d'Igor est impressionnante !
A ne laisser s'échapper sous aucun prétexte...
De nombreuses entreprises doivent vouloir se l'approprier à prix d'or.
Bravo encore.

N.D.L.R. : Igor est roumain mais il envisage de solliciter bientôt la naturalisation française. Dans son pays, il gagnait 300 €/mois. Il a immigré en France pour des raisons économiques. J'ai eu la chance de l'employer à temps plein pendant cinq ans. Malheureusement pour moi, il s'est marié à une compatriote diplômée et ambitieuse qui, malgré tous nos efforts, n'a pas trouvé dans le Domfrontais ou à Bagnoles de job autre que serveuse de restaurant. Elle a en revanche trouvé un C.D.I. de cadre à Laval où elle s'épanouit professionnellement, de sorte que ce jeune couple a déménagé de Domfront à Laval et Igor a alors travaillé d'abord par l'intermédiaire d'agences d'intérim, puis dans une entreprise de travaux publics où ses supérieurs immédiats n'ont pas voulu se créer un concurrent interne en le promouvant. Il a donc démissionné, ce qui le privait des indemnités-chômage, chose qu'il ignorait... J'ai signé avec lui un C.D.D. au terme duquel il aura droit à ces indemnités...

Sur le fond, deux dernières remarques :
- Igor est désormais beaucoup plus gourmand que lors de notre collaboration de cinq ans, si bien que je n'aurais plus les moyens, avec ma retraite de fonctionnaire et mes autres charges, de l'employer durablement ;
- surtout il ambitionne de progresser professionnellement. Lors de ces cinq ans auprès de moi, il avait, via internet, obtenu un diplôme roumain d'"ingénieur environnemental". Il voudrait maintenant reprendre ses études pour, dans un premier temps, être dessinateur d'architecte et, à terme, obtenir un diplôme français d'architecte. Je l'en crois parfaitement capable. Je pense même que ce sera un architecte de bien meilleure qualité que beaucoup de ceux que l'on peut rencontrer sur la place par les temps qui courent. Lorsqu'il me signale un problème technique que nous ne savons pas résoudre, j'ai pour habitude de lui dire "tu démerdes" et il revient toujours vers moi avec une proposition de solution réfléchie et applicable. Ce n'est pas la moindre de ses qualités.

Il est issu d'une famille de popes (son père, deux oncles maternels, son beau-frère, etc...). Au fil du temps, nous avons développé, du moins le crois-je, une relation de type père-fils. Un fils choisi, en quelque sorte.
Bonjour cher PPF,

Quel est le rôle de la couche grise, qui semble être du ciment ? Elle est très épaisse, et proportionnellement coûteuse en temps de préparation et en manutention, et onéreuse, comparée à la terre. Pourquoi ne pas relever préalablement le niveau en terre, pour ne garder que l'épaisseur de mortier nécessaire ?

Les pavés seront-il ensuite jointoyés ? Au ciment ? A la chaux ? A la terre ?

Merci pour ces informations techniques, et bon courage à Igor, qui s'attaque à un gros chantier.

N.D.L.R. : Bonjour rugbyman !

Le gris est du "Baticim". En fait, du ciment, pour l'essentiel. Donc costaud et imperméable.

Quant à l'épaisseur, oui, ça se discute.

Les pavés seront jointoyés au ciment de la couleur chaude des joints.

Selon moi, les difficultés sont plutôt de deux ordres :
- la pente longitudinale sera-t-elle suffisante ? Igor et moi avons un doute ; il manque un demi degré (sur 360 pour un cercle), c'est-à-dire que la pente est de 1,5° au lieu de 2 ; d'où le bidouillage que j'ai proposé ;
- la largeur du "trottoir" : Carole (qui prétend toujours ne jamais regarder notre site favori...) m'a dit ce matin qu'"il faut quatre pavés de large, pas trois", donc 80 cm et pas 60. A dire vrai, nous ne nous étions pas posé la question quand Igor m'a soumis sa proposition de profil. Je viens de regarder de nouveau les premiers pavés posés, j'ai parlé avec Philippe JARRY (qui est sur place) et j'ai également téléphoné à Yves LESCROART : nous sommes tous les trois (Igor étant absent aujourd'hui ; il ne reviendra pas avant lundi) du même avis, donc nous resterons à trois pavés.

P.S. (à 15 h 40) : La remarque sur l'épaisseur de Baticim m'a convaincu. Je viens donc de demander aux terrassiers d'ajouter dix centimètres environ de "stérile" en plus.