Généalogie et sagas familiales

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
1
Tout peut changer si vite... Cette fois-ci encore, je n'en suis pas passé loin :

25 juillet 2020.

25 juillet 2020.

25 juillet 2020.

La "Twingo", elle, n'y a pas résisté. Réduite à l'état d'épave (ça m'évitera de changer le volant et le siège défoncé par mon poids, ainsi que j'y songeais pour prolonger cette brave monture). La voiture d'en face, heureusement vide, que j'étais allé cueillir de l'autre côté de la route, a été projetée au milieu de la chaussée. Pliée elle aussi. J'ai pensé à couper le contact, ça fumait autour de moi.

Fatale erreur ou presque, je m'étais endormi au volant en rentrant de Pontorson. Il devait être 14 heures, je m'étais restauré au McDo de ladite localité avant de reprendre la route. Un véhicule en stationnement m'a ainsi réveillé, quasiment à la hauteur du domicile de Sébastien LEBOISNE, là où la voie se met à tourner à droite. J'avais donc tenté le raccourci (j'ai toujours aimé les simplifications).

Grâce au ciel, pas de véhicule en circulation en face. Choc frontal à 70 km/h, je respectais la limitation de vitesse. J'ai pu observer que les air-bags déployés, l'un reçu en pleine poire, l'autre ayant explosé le pare-brise, sentent mauvais. Gendarmes et pompiers, nombreux, ont fait diligence autour du corps. Immobilisation des cervicales par un truc désagréable en plastique dur, interrogatoire immédiat et répété pour s'assurer que je restais conscient, alcootest, dépistage des stupéfiants dans la foulée avec un autre truc en plastique dur dans la bouche. Tests négatifs, en auriez-vous douté ? Tension à 18, ils voulaient aussi savoir si je prenais des anticoagulants. A la suite de manipulations savantes, on m'a déposé sur une planche et engoncé dans un corset puis désincarcéré par le hayon arrière. Ambulance, pin-pon-pin-pon (je commence à avoir l'habitude). Direction l'hôpital de Saint-Hilaire-du-Harcouët (je poursuis ainsi ma tournée des hostos du coin).

Mais la bête est coriace même si le sternum est douloureux.


Bref, ce sera pour une autre fois.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
1
On a les blessures de guerre qu'on peut :

25 juillet 2020.

25 juillet 2020.


Le problème sera de me nourrir pendant cette période sans voiture, donc sans cantine favorite. Tout devrait bien se passer car j'avais fait provision de plein de boîtes de maïs ou de cœur de palmier. Il y a aussi les fraises et les radis du potager...

...qui ne nécessitent pas de cuisson.

Donc je devrais pouvoir survivre le temps qu'il faudra.

P.S. (à 20 h 30) : Ce soir, je m'aperçois que le genou droit en a pris un p'tit coup...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 27 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Il est prévu, à ce stade des débats familiaux, que je récupère la "Duster" (que je trouve moins spacieuse que la "Kangoo", donc que je n'aime pas trop) et que Carole s'offre un véhicule acceptable par les écolos parisiens qui nous gouvernent.

Dans l'immédiat, Carole "doit" repartir à Paris. Donc ce sera en "Duster".
Bellême tourisme - Le Perche en Normandie (via "Facebook")
rédigé le 28 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Références culturelles - Annonces - Dans l'Orne
0
Des appartements et du mobilier d’époque
Que peut-on voir dans ce château des Feugerets ?

Du raffinement, surtout. Celui des salons du rez-de-chaussée, qui datent du XVIIIe, par exemple, qui comportent plusieurs pièces d’époque...

... et un parquet d’un état remarquable, différent de pièce en pièce. Une dizaine de pièces sont à visiter, afin de mieux voir et comprendre comment vivaient les propriétaires des lieux au fil des siècles. On trouve une étonnante petite chapelle, au sortir de l’escalier principal. Plus loin, les pièces sont une succession de petites chambres et alcôves, avec même une table de maquillage et des produits « dans leur jus ». D’autres petites surprises sont à découvrir dans les couloirs du château, où des portes que l’on pourrait prendre pour des placards, donnent en vérité vers de minuscules escaliers accédant à de petites chambres de bonnes.

Château des Feugerets : info@chateau-des-feugerets.fr ou 06 88 44 89 10. Visites guidées (payantes) tous les jours à 15h et 16 h 30, d’environ 45 minutes. Réservation obligatoire et limite de 10 personnes par groupe.

N.D.L.R. : Je ne comprendrai jamais qu'on laisse partir de telles propriétés quand on a, dans la famille, les moyens de les entretenir, c'est-à-dire de les conserver et de les y conserver. Quel aveu d'impuissance, c'est nul !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Je retrouve dans un recoin de mon téléphone portable ces photos prises quelques minutes après mon accident d'il y a dix jours. Pompiers et gendarmes venaient d'arriver sur les lieux, me recommandant de ne plus bouger. Sur mon air-bag, une tâche de sang de mon nez impacté :

25 juillet 2020.

25 juillet 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Le repos du gérant après son "call" en téléconférence et une fois la cravate (de son père) enlevée...

5 août 2020.

... car, face aux prospects et sur l'écran, il fallait paraître digne et faire bonne figure, au moins jusqu'au buste...
Visite, non loin de Bellême, du manoir des Feugerets :

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.


En dépit de l'interdiction de prendre des photos intérieures, j'ai pris deux photos d'une rampe et de balustres d'escalier qui me semblent intéressants, du moins dans le prolongement de ma conversation, hier, avec l'architecte du patrimoine en charge de la "Mission n°2" :

6 août 2020.

6 août 2020.


En fait, je suis sorti démoralisé de cette visite, tant je trouve que des horreurs sans nombre ont été perpétrées, et depuis plus d'un siècle, sur ce monument. Les joints au ciment, systématiques, en sont un exemple ; je cite également le polyester expansé pour tâcher de dissimuler les ravages probables de la mérule ; mais il y aurait maints autres exemples, comme le genre de gestion auquel ce monument donne désormais lieu (ce que, dans une profession pas tellement différente, d'après moi, de celle des agents immobiliers, on appelle communément "de l'abattage").

Tout cela pour dire que, après m'être rendu sur place, je comprends fort bien que mon ancien collègue et néanmoins ami Augustin n'ait pas voulu se charger d'un tel boulet. Et je l'en absous sans confession (pour autant que j'aie la moindre compétence ou légitimité en la matière, ce que je ne me hasarderai pas à essayer ici de prouver).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - O'Gustin - Privé - Chez l'aîné - Garance - Paul junior - Hector
0
De retour au manoir favori, si j'en juge par les photos transmises par ma belle-fille pendant que nous rendions visite à ma mère, l'aventure continue.

Hector s'est pris d'une passion réciproque pour Guguss (qui le laisse lui tirer les oreilles)...

6 août 2020.

... au point que, comme lui, il fait des trous dans les tuyaux d'arrosage de la Bonne-Maman :

6 août 2020.


Ses aînés continuent à labourer l'arrière-cour dans l'espoir d'y trouver enfin l'"arbre à Yops" :

6 août 2020.


Plus généralement, tout le monde contribue aux tâches ménagères...

6 août 2020.

... certain, de façon plus détendue :

6 août 2020.

Je n'ai pas pris de photos, hier, des petits croutons car, en raison de la canicule, ils ont passé toute l'après-midi, et même le soir, dans le plus simple appareil, dans l'arrière-cour du manoir favori. Tous parfaitement à l'aise, comme si, de toute leur vie, ils n'avaient fait que ça. Et, comme on peut l'imaginer, Carole n'aurait pas toléré que je montre leurs fesses rebondies sur le site favori.

Les aînés ont notamment escaladé un noisetier, inventé des tours d'acrobate sur la balançoire ou continué à labourer le terrain à la recherche, encore vaine à ce stade, de l'"arbre à Yops" :

Le petit dernier n'était pas en reste, trottant à toute allure et en tous sens, avec une prédilection marquée pour une bassine remplie d'eau que Carole avait disposée à l'ombre. Il est doté, à tout le moins, de très imposants cuissots. Guguss, brave bête, ne le quittait pas des yeux ; ils avaient, entre eux deux, de longs conciliabules mâtinés de léchouilles baviques réciproques.