Généalogie et sagas familiales

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Mon aîné a signé ce matin la promesse de vente de son prochain domicile parisien, plus de deux fois plus vaste que l'actuel. C'est son premier achat immobilier significatif, une étape dans la vie d'un homme.

Je lui ai néanmoins demandé de se tenir prêt à me servir de caution au cas où je n'arriverais pas à boucler le dossier d'assurance-vie que l'on sait, destiné à servir de garantie pour la banque, à mes yeux une pollution, au demeurant plus coûteuse pour moi que le taux d'intérêt du crédit en question.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
La situation évolue d'heure en heure et les dernières nouvelles de ma mère sont un peu moins bonnes. Sa sortie de l'hôpital Saint-Louis est repoussée de quelques jours. Surtout, il apparaît désormais de plus en plus vraisemblable que la prochaine étape pour elle devra être un établissement spécialisé. Ma sœur et Carole sont très présentes auprès d'elle.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
J'ai comparu ce matin devant le tribunal d'instance d'Avranches.

20 juin 2018, le tribunal d'instance d'Avranches).

Je réclamais, entre autres, l'autorisation de faire procéder à l'expulsion du "jeune à la coiffure bizarre" dont j'ai déjà parlé il y a quelques mois. Pas plus qu'après la première convocation, ce jeune n'avait daigné se déplacer cette fois-ci. J'ai exposé mon cas, de façon claire et convaincante m'a-t-il semblé, comme si l'expérience récente de la "justice de proximité" de Flers m'avait servi de leçon. J'ai formulé le souhait de pouvoir procéder à l'expulsion avant la prochaine période où la pratique est suspendue. En descendant de l'estrade, j'ai raté une marche et me suis affalé sous les yeux de la juge. Je l'ai assurée que ce n'était pas un effet de manche.

De passage ensuite à Pontorson, j'ai appris qu'à deux reprises, dernièrement, les gendarmes étaient venus chercher ce jeune dans le logement que je lui loue et avaient trouvé porte close, comme s'il avait disparu.

Je me dis donc qu'il est possible que ce soit un repris de justice. J'ai téléphoné à la gendarmerie de Pontorson et ils ont, bien entendu, refusé de me répondre.

La suite au prochain numéro.

P.S. : En sortant du tribunal, j'ai jeté un coup d’œil à la résidence du sous-préfet d'Avranches :

20 juin 2018, la sous-préfecture d'Avranches.

Y a pire.