Pouvoirs publics, élus locaux

Hugues HOURDIN
rédigé le dimanche 1 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Si vous apprenez que Mlle Hidalgo a été étranglée par l'un de ses administrés, ne cherchez pas.

N.D.L.R. (du 3 octobre 2017) : Hugues faisait allusion à la journée sans voiture décrétée par la reine des écolos bobos, "Notre Drame de Paris".
Jean Claude LENOIR
rédigé le dimanche 1 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Après avoir été Député à l'Assemblée nationale pendant 19 ans et Sénateur pendant 6 ans, où j'ai représenté les populations et les territoires de l'Orne, je cesse mes fonctions de Parlementaire ce soir. Echange avec Gérard Larcher...

1er octobre 2017.

... un dernier regard sur mon bureau...

d'où je bénéficiais d'une superbe vue sur les Jardins du Luxembourg :

Je suis en route pour la liberté.

N.D.L.R. : Bravo et merci ! On t'attend dans notre manoir favori, camarade !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 2 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux
0
"Propriétaire atypique et esprit libre", c'est ainsi que Servanne DESMOULINS-HEMERY, conservatrice des antiquités et objets d'art de l'Orne, me décrivait lorsqu'elle a relayé sur "Facebook" le lancement d'Alphapodis.

Plus récemment, elle m'a déclaré que, parmi les propriétaires de monuments historiques qu'elle connaît, il n'y avait que moi pour me lancer dans une aventure pareille.

Pari réussi, Servanne ! Il faut dire que ces jeunes ont été parfaits de bout en bout !

P.S. : A ce propos et en ce premier jour de retraite, il me revient un souvenir - qu'on veuille bien me le pardonner -. Dans l'administraaaâââtion, du temps où j'étais censé y faire carrière, il est arrivé à certains de me qualifier d'"élément incontrôlable". C'était moins aimable. Les auteurs de cette appréciation ont eu de la promotion. Quant à moi, j'envoie au diable ces ordures, instigateurs ou complices intéressés d'un scandale d'Etat, quand du moins il ne s'agit pas de connards remplis de vaine suffisance, une espèce qui devra se contenter de mon mépris affiché.

P.S. 2 (dans la foulée) : Il m'est apparu récemment que la dernière catégorie évoquée en fin du P.S. précédent se rencontre aussi sous nos latitudes, hélas, rosette récente exposée à la boutonnière, en la personne d'un "baron pontifical" - pour être précis, pontifiant, plus encore que pontifical -, dont j'ai eu le privilège de servir avec zèle et efficacité les intérêts hérités (du moins ceux qui ne résident pas en Suisse, à l'abri des montagnes). Mais ceci est une autre histoire à laquelle je consacre l'essentiel d'un autre site internet.
0
Eclaircissements. Désolé. L'ouvrage que je m'apprête à publier chez Ring ne sera pas un recueil de mes meilleures saillies facebookiennes (qui feront ultérieurement l'objet d'un livre illustré ainsi que d'une sex-tape). Il portera essentiellement sur le terrorisme islamique et sur les stratégies d'évitement que nous (médias, responsables publics, citoyens) nous nous efforçons, le plus souvent inconsciemment, de développer pour ne pas voir en face ce que Husserl pressentait déjà, en 1935, dans "La Crise des sciences européennes" comme la fin des Lumières. L'Occident, c'est-à-dire la traduction politique de l'éthique judéo-chrétienne, est arrivé à son paroxysme au XVIIIe siècle. Voltaire écrivait : "Le génie ne dure qu'un siècle, après quoi il faut qu'il dégénère..." Nous sommes arrivés au terminal de la dégénérescence des idéaux des Lumières. Fi de l'universalisme. Fi de l'égalité. Fi de l'idée même de justice. Temps sombres. Crise métaphysique. Crise du sens, dans un monde qui n'est plus désormais dominé que par ce que dénonçait Péguy : l'Argent. Mais le règne omnipotent du fric, règne désormais porté depuis trois mandats jusqu'à l'Elysée, n'apportera jamais aucune réponse aux questions les plus essentielles qui soient aux problèmes les plus urgents et les plus essentiels : que puis-je savoir ? que dois-je faire ? que m'est-il permis d'espérer ? qu'est-ce que l'Homme ? Nul ne répond plus à ces questions essentielles – qui étaient celles de Kant. Et l'on s'en va. On s'en va vers un devenir où chacun doit répondre aux questions du sens, mais livré à lui-même, abandonné de tous. Et chacun, quand il est abandonné à lui-même, dans le point ultime de toute déréliction où chaque civilisation signe son retrait et sa quittance, fait ce qu'il peut et ce qu'il veut pour redonner un sens à sa destinée humaine. Puisque nos sociétés occidentales ne peuvent plus donner de sens à la vie, c'est-à-dire à la vie et à la mort, allons gaiement chercher du sens ailleurs, en des arrière-mondes où l'on nous promet du raisin et des vierges.

Mon livre sera un peu moins chiant que ce que je viens d'écrire. Je l'espère tout du moins. Parce qu'on va parler dans cet essai – je vais le faire assez court – de deux ou trois choses essentielles qui concernent la vie. Et la vie seule. Limitée à un nombre restreint d'années. Demain, nous serons morts.

N.D.L.R. : On vous a connu plus enjoué, me semble-t-il.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 12 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Voici revenue la joyeuse époque du paiement des impôts locaux.

Pour Pontorson, les taxes foncières dont je dois m'acquitter représentent nettement plus d'un mois de loyer, les taxes d'habitation étant à la charge des locataires, de sorte qu'ils n'en paieront plus dans un proche avenir, du fait de la mesure électoraliste que l'on sait.

Pour notre manoir favori :
- la taxe d'habitation est de l'ordre de 120 €/an/m2 habitable, ce qui paraît un peu fort de café, d'autant que la mesure démagogique en question ne m'est pas applicable puisque mon revenu fiscal de référence a augmenté dès lors que je n'ai plus eu les moyens de financer autant de travaux, ce qui est un comble ;
- je ne suis pas sûr que les taxes foncières sur les terres, qui me sont réclamées et qui sont également croquignolettes, reflètent le moins du monde la réalité des affectations en cause. En effet, depuis ma campagne de boisement de terres agricoles de 1999, je devrais être exonéré de pas mal de ces taxes. Pourtant, lors de ma visite récente au service foncier du Trésor Public de Domfront, on m'a communiqué les matrices cadastrales qui me sont applicables...

... où je peine à retrouver la réalité du terrain. D'après les indications qui m'ont été données (notées en rouge par la guichetière), quasiment toutes mes terres seraient considérées par le fisc comme des "terres agricoles" et non comme des "bois". N'importe quoi !

Encore un beau "bordel" (comme dit le Jupiter en charge) qu'il va me falloir démêler si je tiens pas à être tondu au-delà du raisonnable. Tout donne en effet à penser qu'entre le fisc qui est censé tenir à jour ces matrices cadastrales et la D.D.A. qui avait subventionné mes plantations en faisant miroiter des avantages fiscaux, on ne se parle pas. Payer autant d'impôts pour un service administraaaâââtif aussi minable, ceci, à dire vrai, ne nous surprend pas, on a l'habitude.

Je profite de ce message pour passer du coq à l'âne. L'âne, ça tombe bien puisque je veux dire un mot de la Mutualité Sociale Agricole de l'Orne-Sarthe-Mayenne, à l'évidence la pire administraaaâââtion du secteur. Ces incompétents notoires continuent, par ailleurs et depuis le début de l'année au moins, à me faire perdre mon temps en me réclamant n'importe quoi. De véritables sangsues, de vrais parasites sociaux décervelés, encore des planqués confits d'une légitimité à laquelle plus personne ne peut croire en l'état de leur incurie flagrante ! (J'espère que la vermine me lira. J'expliciterai mes appréciations dans un prochain message)
François MICLO
rédigé le jeudi 12 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Des dizaines de millions de Français n'ont pas payé leurs cotisations à la Caisse nationale des barreaux depuis des décennies. Pourquoi s'acharner sur Raqel Garrido ?
Jean-Michel GORSSE (via Facebook)
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0

LE TABLEAU CHOISI PAR MACRON CONTIENT UNE ALLUSION AU CONTRÔLE MENTAL

Lundi 16 octobre, au lendemain de l'entretien accordé par Emmanuel Macron à TF1, de nombreux commentateurs de la presse ont décortiqué la décoration du bureau de l'Élysée.

À propos d'une œuvre murale dénommée "Liberté Égalité Fraternité", réalisée le 20 novembre 2015 par l'Américain Shepard Fairey en réaction aux attentats de Paris et installée à l'initiative du nouveau président de la République, un étrange élément visuel n'a pas retenu l'attention des journalistes dits professionnels.

Sous le visage de Marianne figure curieusement une étoile à 5 branches dans laquelle un regard sombre est visible.
Il s'agit là d'un motif conçu en 1998 par l'artiste, dénommé "Obey Giant" et inspiré du film de science-fiction "Invasion Los Angeles" de John Carpenter.

Dans une interview, Shepard Fairey avait expliqué avoir imaginé et diffusé ce motif «orwellien» en référence à ce film allégorique consacré à la manipulation des esprits par des extra-terrestres déguisés en êtres humains et désireux d'asservir -notamment par le contrôle de la classe politique, des médias et de la police- la population mondiale.

Post-scriptum/ message à l'attention des myopes, des lecteurs pressés et des trolls désinfomateurs : l'image de gauche ne constitue pas un "zoom" du tableau mais le dessin original de l'artiste. L'oeuvre affichée à l'Élysée est une reproduction de l'image qui comporte également l'étoile décryptée ici.

{SOURCES :
*http://www.lefigaro.fr/…/03004-20171016ARTFIG00128-obey-kno…
*https://obeygiant.com/liberte-egalite-fraternite/
*https://obeygiant.com/arti…/andre-the-giant-is-watching-you/
*https://fr.wikipedia.org/wiki/André_the_Giant_Has_a_Posse
*https://obeygiant.com/ar…/art-prostitute-magazine-interview/
*https://en.wikipedia.org/wiki/They_Live#Development
*https://youtu.be/X1IwBxsny8M
*http://www.allocine.fr/…/fichefilm-4…/critiques/spectateurs/
*https://youtu.be/BYv9I92QbKY}

*SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA !
http://panamza.com/21144

N.D.L.R. : Très bizarre ce truc... Encore un truc bizarre, paraît-il.