Pouvoirs publics, élus locaux

Club des fortunes à 100 milliards de dollars : Bernard Arnault rejoint Gates et Bezos.

N.D.L.R. : 100 milliards de dollars. 10 puissance 11. Quel sens cela a-t-il ? Il faut que je calcule...

Placée à la Caisse d'Epargne, cette somme rapporterait 668 millions d'euros par an, soit près de 2 millions d'euros par jour, soit de quoi s'offrir 4 Rolls-Royce neuves chaque jour que le Bon Dieu fait, et du modèle "Phantom" s'il vous plaît.

Mais, j'y songe, une nouvelle Rolls toutes les 6 heures, est-ce vraiment assez ?


Au train où vont les choses, on peut en douter...
Un coup de fil, hier, au bureau de Marc CAPPELAERE m'a appris que notre P.S.G. est passé devant la commission "ad-hoc" le 18 juin dernier. Comme une lettre à la poste, apparemment (expression qu'il faudrait modifier tant la poste marche mal par ici : pas de "Monde" deux jours de suite cette semaine, tous ces records étant hélas faits pour être battus).

D'après ce qui m'a été dit, il faut compter un mois pour que l'avis officiel me parvienne.

A l'occasion de cet appel, j'ai demandé les coordonnées d'un professionnel de la filière-bois qui pourrait enseigner à Francis la taille de formation et l'élagage. Il me semble qu'une session d'une demie journée devrait suffire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 24 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Deux avions de chasse viennent de passer, avec grand fracas, de part et d'autre de notre manoir favori.

Guguss a tremblé.

Igor me dit qu'ils étaient à moins de 200 mètres d'altitude.

Si, au moins, de tels exercices pouvaient nous prémunir contre les éoliennes...
Au courrier de ce jour, un numéro passionnant de la revue des "Vieilles Maisons Françaises", consacré au Calvados.

Est-ce parce que nous avons la chance d'avoir un resplendissant conservateur régional du patrimoine...

Stéphane ROCHAS.

... que le descendant de Guillaume le Conquérant qui se trouve être, présentement, le"délégué VMF du Calvados" s'est trompé à ce point dans le titre de notre assistant à la maîtrise d'ouvrage favori ?

En tout cas, ce numéro comporte un excellent article de ce dernier sur "Le classicisme à la mode de Caen", de surcroît remarquablement illustré.
Dans un récent éditorial de la revue de la "Demeure Historique", Jean de LAMBERTYE - dont le mandat de président de cette association s'achève ces jours-ci - mettait en garde contre le risque que les travaux de restauration des monuments historiques prennent, pour leurs propriétaires, un tour "obsessionnel".

Je crois qu'à ce stade de mon expérience en la matière, je suis bel et bien tombé dans ce panneau. Avec des dégâts dits collatéraux. Notamment dans mes rapports avec divers environnements humains, tant choisis qu'imposés. Je me dis en particulier qu'il serait sage de me montrer enfin plus prudent dans l'expression de certaines appréciations.

Pas sûr qu'après deux tiers de siècle d'existence, j'en sois plus capable qu'auparavant. Malgré des efforts qu'on ne soupçonne pas. Des faits s'imposent à moi dont je ne sais me dépêtrer. J'essaye de gérer et c'est souvent lourd et difficile. Douloureux parfois.

Que ceci ne m'empêche pas toutefois de donner un grand coup de chapeau, pour autant que j'aie quelque titre à le faire, à Jean de LAMBERTYE pour son engagement d'une exceptionnelle qualité au service du patrimoine de notre pays.

Je sais qu'il lui arrive de consulter de temps à autre notre site favori. J'espère qu'un jour prochain il me fera l'amitié, passant par ici, de faire étape dans cette "demeure"-ci. Il y sera accueilli certes à la fortune du pot mais toujours de grand cœur !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 24 juin 2019 21:26
À : j.desalaberry@geomat.fr
Objet : TR: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

Cher Monsieur,

J'ai interrogé Patrice CAHART, inspecteur général des finances honoraire, ancien conseiller à la Cour de Cassation, ancien directeur de la législation fiscale au ministère des finances, vice-président de la "Demeure Historique" où il est notamment en charge de la fiscalité.

Son avis est clair : la TVA à taux réduit s'applique, sans qu'on ait besoin du visa d'un architecte.

Je pense que ceci clôt cette partie du débat.

Cordialement,

PPF

_______________________________________________________________________

De : Patrice CAHART
Envoyé : lundi 24 juin 2019 21:19
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

A mon avis (mais je n'ai pas de précédent) : TVA taux réduit, sans visa d'un architecte.

patrice

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : vendredi 21 juin 2019 17:49
À : p.cahart
Objet : TR: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

Cher Patrice,

Puis-je te soumettre les questions suivantes, résumant le débat ci-joint ?

Le taux de TVA réduit est-il applicable au travail d'un géomètre dont l'intervention est nécessaire en préalable de travaux visant à des économies d'énergie ?

Faut-il qu'un architecte tamponne le dossier pour y avoir droit ?

Amitiés,

PPF

(Fin de citation)
André DEGON m'a signalé, il y a une dizaine de jours, que son prochain ouvrage sur "50 châteaux normands", comportant un article sur la Chaslerie, paraitrait dans une plus belle collection des éditions Ouest-France que celle envisagée jusque là (le prix des ouvrages y est de l'ordre de 30 € au lieu de 10). J'ai voulu me rendre compte de la qualité de cette collection et, y ayant repéré, via le net, un ouvrage sur les "Malouinières - Demeures d'exception", j'en ai immédiatement passé la commande au débitant local de journaux. Huit jours plus tard, rien n'était encore arrivé à Domfront. J'ai donc annulé cette première commande et, puisque je devais aller à Flers, ai poussé jusqu'à mon libraire local. Il était 12 h 15 hier, heure-limite d'ouverture et le gars avait déjà abaissé sa grille. Le hasard a voulu qu'à quelques pas de là, je le croise dans la rue. Il m'a appris que son bon de commande étant déjà parti, il ne recevrait rien avant le début juillet.

De retour à notre manoir favori, j'ai passé ma commande via "Amazon" où j'ai trouvé la référence sans difficulté. J'ai cliqué sur "Envoi" à 15 h 28 précisément. Hier après-midi donc.

Il est à peine 11 heures du matin. "Amazon" m'a envoyé un courriel hier à 21 h pour me dire qu'ils avaient expédié le bouquin. Ce matin à 9 h 04 "Chronopost" m'a prévenu de l'heure du passage de leur livreur. A l'heure qu'il est, j'ai reçu le colis et ai déjà eu le temps de le parcourir. J'en dirai quelques mots dans un prochain message.

Il me tarde que les pharmaciens passent sous la toise d'"Amazon". Ce matin, j'ai dû patienter une demie heure devant la grille fermée de la pharmacie de Domfront avant de pouvoir y acheter mon quota mensuel de pilules pour le cœur.
Vivement la "disruption", là aussi ! Halte au parasitisme de kroumirs incapables de se réformer (ou dans la main de logisticiens foireux, ce qui aboutit au même résultat) !