Pouvoirs publics, élus locaux

0
Une bonne nouvelle hier, enfin, du côté de l'APIJOMM : j'ai trouvé un candidat intéressé à ce que Christian répare quelques tuiles et quelques pièces de charpente dans sa résidence secondaire, à Sept Forges. Affaire conclue, je ne serai donc plus le seul à porter cette association à bout de bras, ce à quoi semblait m'avoir condamné la volonté du Jupiter en charge de torpiller les "emplois aidés".

Qu'on se le dise ! Car mon souhait est toujours que le carnet de commandes de cette association se développe suffisamment pour que, sous la férule de Christian qui me paraît en avoir la capacité, nous puissions aider des jeunes à s'insérer, s'ils le veulent, sur le marché du travail.
lesechos.fr
rédigé le samedi 9 juin 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
TVA à sens unique

Près de dix ans après avoir obtenu une réduction à 5,5 % de leur taux sur la valeur ajoutée, remonté depuis à 10 %, les restaurateurs pourraient perdre leur avantage... Dans le cadre de sa recherche d'économies, Bercy a en effet annoncé qu'il n'excluait pas de "revenir sur les taux de TVA réduits" qui représentent près de la moitié des 140 milliards d'aides publiques aux entreprises. Outre les restaurateurs, sont concernés la rénovation de logements, le transport de voyageurs et certains loisirs. Ni l'Union européenne ni la Cour des comptes n'y verraient à redire. Dès 2015, le Conseil des prélèvements obligatoires jugeait inefficace la baisse de TVA pour les restaurateurs qui, en échange, devaient répartir “équitablement” leurs gains entre baisse des prix pour les clients, hausse des salaires et créations d’emplois, et augmentation de leurs marges. Selon l'Institut des politiques publiques, les patrons de restaurants auraient en fait bénéficié de plus de la moitié des gains réalisés contre moins de 20 % pour les salariés et moins de 10 % pour les clients... Il va sans dire qu'en cas de remontée de la TVA, la douloureuse serait surtout pour ces derniers.

N.D.L.R. : Et vlan, encore un mauvais coup fiscal qui se profile à l'encontre des restaurateurs de vieilles pierres !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 11 juin 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles
0
Une fois n'est pas coutume, j'ai lu d'un trait le dernier ouvrage de Mimi, pamphlet dont l'illustration de couverture résume l'esprit :

Sur 100 pages (soyons large), c'est marrant. Sur 357, un peu lassant.

J'ai bien aimé le passage sur le bateleur favori de la reine des pandas, et sur ce qui en découle pour de braves fonctionnaires bien connus de nos services :

Hélas, si l'auteur est certes doué pour la polémique, il est un peu moins réputé pour sa rigueur, ainsi que cet extrait de la page 242 de sa dernière livraison en témoigne on ne peut plus mathématiquement :

0
Depuis un mois environ, j'essaye d'entrer en contact avec la personne qui, à la D.R.A.C., prépare les prochaines "Journées du Patrimoine". Il s'agit pour moi d'inscrire notre manoir favori à cet événement, ainsi qu'elle n'a pas manqué de m'y inviter.

Les années précédentes, cela se passait sans difficulté. Je crois me souvenir que je remplissais alors un formulaire-papier.

Cette fois-ci, le formulaire a été "dématérialisé" et, soit que mes ordis soient en panne, soit que je ne retrouve pas le mot de passe du site en question ni n'obtienne du gestionnaire idoine qu'il daigne me le rappeler, soit pour tout autre raison, je n'arrive pas à faire connaître mes intentions. En tout cas, je ne suis pas informé que celles-ci aient été prises en compte.

Mes derniers courriels de rappel à cette si diligente fonctionnaire de la D.R.A.C. avaient donc été communiqués, en copie, à mon officier traitant favori et, même, hier, le dernier, au conservateur régional des monuments historiques.

Sans plus d'écho. Tous sont sans doute débordés de travail.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 13 juin 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Je n'ai toujours pas reçu le dernier numéro du "Monde" comportant leur supplément hebdomadaire. La poste est un poème (air connu).

Au courrier d'hier, une lettre m'annonçant que la partie de ma retraite complémentaire dépendant de l'Agirc (à moins qu'il ne s'agisse de l'Arrco) allait m'être réglée. Au même courrier, une autre lettre m'annonçant que la part relevant de l'autre organisme était toujours en cours de calcul et me serait indiquée un jour prochain.

Chose curieuse, le nombre de points justifiant le paiement de la partie qui va m'être réglée correspond, à la deuxième décimale près, a celui qui m'avait été communiqué par un courrier du 20 novembre 2012 que je retrouve dans mon épais stock de lettres que tous ces organismes semblent passer leur temps à m'expédier.

Il y a comme cela, de temps en temps, un miracle.

C'était ma chronique du jour dans la rubrique "Et vive l'administraaaâââtion !".
0
(début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 13 juin 2018 13:43
À : communication.drac.normandie communication.drac.normandie-Telem@c
Cc : (...)@culture.gouv.fr; (...)@culture.gouv.fr; (...)
Objet : RE: Inscription JEP 2018 avant le 1er juin

Merci beaucoup !

Cordialement,

PPF

_______________________________________________________________________

De : communication.drac.normandie communication.drac.normandie-Telem@c <communication.drac.normandie@culture.gouv.fr>
Envoyé : mercredi 13 juin 2018 12:11
À : Pierre-Paul Fourcade
Cc : (...)@culture.gouv.fr; (...)@culture.gouv.fr; (...)
Objet : Re: Inscription JEP 2018 avant le 1er juin

Monsieur,

Je vous confirme que votre inscription aux JEP 2018 a été accomplie, à titre exceptionnel, par nos soins.

Je vous rappelle que la participation aux JEP suppose une démarche active des propriétaires qui veulent y participer. Elle se traduit par leurs inscriptions sur le site dédié du ministère de la Culture : Open Agenda.

Grâce à cet outil, les milliers d'inscriptions qui nous parviennent chaque année sont prises en compte de manière opérationnelle, et, peuvent être valorisées plus efficacement sur nos supports de communication. Il est par ailleurs une interface facile d'accès. Vous trouverez ci-joint un tutoriel élaboré à cet effet. Enfin, pour récupérer votre mot de passe, il vous revient de rentrer votre adresse électronique dans la page de connexion et de cliquer sur "j'ai perdu mon mot de passe".

Je vous remercie pour votre participation et votre compréhension.

Cordialement,

(...)

(Fin de citation)
Lors d'une conversation téléphonique hier, Arnaud PAQUIN m'a mis en garde contre le risque que le réseau d'EdF ne permette pas de desservir notre manoir favori au "tarif jaune" nécessaire pour la géothermie (profonde), formule de chauffage qui, à ce jour, aurait ma préférence en dépit de son coût et en raison, notamment, de sa facilité d'entretien et du caractère non invasif de la chaufferie correspondante. Il me recommande le chauffage au bois et, comme je lui signale l'encombrement du stockage du bois déchiqueté et la lourdeur des manipulations de ce combustible, me pousse vers le chauffage aux granulés. Je vais donc chercher à me renseigner davantage sur cette solution.

Par ailleurs et plus généralement, compte tenu de l'importance et de la complexité du programme de restauration du logis, tel que je l'envisage à ce stade de mes réflexions, et de l'opportunité d'en cerner les ordres de grandeur du coût avant d'en planifier le calendrier, je souhaiterais (je n'en ai pas encore parlé clairement à Arnaud PAQUIN) lui confier la réalisation d'une "étude préalable" à ce sujet. Je vais d'abord essayer de savoir si la D.R.A.C. pourrait subventionner une telle étude. Je sais en effet qu'il y a quelques années, elle disposait d'une ligne de crédits pour cela.

De telles études préalables sont souvent susceptibles d'apporter, au moins aux tiers, des informations rares et intéressantes sur les monuments historiques qui en sont l'objet. A ce propos, j'ai cherché à me procurer l'étude préalable à la restauration de Notre-Dame-sur-l'Eau, une église qui fut longtemps considérée par les LEDIN (propriétaires de la Chaslerie jusqu'à la Révolution) comme leur chapelle familiale. Cette étude préalable vient d'être réalisée par un architecte du patrimoine autre que MM. MAFFRE ET PAQUIN. Selon mes informations, ledit architecte du patrimoine, qui m'avait promis de me communiquer ce document lorsque j'envisageais de le mandater pour succéder à Benoît MAFFRE, aurait demandé dernièrement à la mairie de Domfront, maître d'ouvrage en la matière, vers qui je me suis naturellement tourné (après avoir constaté que cet architecte du patrimoine ne tenait pas parole à mon égard), d'en freiner la diffusion au point que l'agent communal qui détient ce dossier vient de solliciter l'avis de la C.A.D.A. sur cette question.
J'avoue être d'autant plus surpris de cette évolution de ma requête que je pense être fondé, pour au moins trois raisons, à obtenir communication dudit document :
- je suis contribuable en France et cette étude a, j'imagine, été subventionnée par la D.R.A.C.,
- je paye des impôts locaux à Domfront-en-Poiraie et cette commune a dû prendre en charge, j'imagine, la part non subventionnée par l'Etat du coût de l'étude,
- l'histoire de cette église est intimement liée à celle du manoir dont je suis le propriétaire et je détiens des informations en la matière telles que je m'étonne de n'avoir pas été interrogé à ce sujet, parfois malmené par ceux que j'appelle, y compris CAILLEBOTTE (acheteur au kilo du chartrier de la Chaslerie qu'il a interprété à sa façon vers 1830), les "érudits locaux auto-proclamés".
J'attends donc avec impatience la réponse de la C.A.D.A. et, d'ici là au moins, m'interroge sur le comportement de l'architecte du patrimoine en question, qui ne tient pas parole et, si j'analyse bien la situation, chercherait ensuite à mettre des bâtons dans les roues à celui qui a choisi de ne pas le retenir pour encadrer ses propres travaux.