Pouvoirs publics, élus locaux

Fédération Environnement Durable
rédigé le mercredi 22 janvier 2020
Vie de l'association - Lobbying - Nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable

Paris le 22 janvier 2020

Les éoliennes terrestres entrainent une nouvelle hausse record des tarifs de l’électricité des ménages

Selon la Commission de Régulation de l’Énergie, après deux hausses consécutives, les prix de l'électricité des ménages pourraient à nouveau augmenter de 2,4% au mois de février. Une hausse de 10% en un an. (+5,9% en juin, +1,3% en août, +2,4% en février).(1)

La cause majeure de ce dérapage incontrôlé est le déploiement des énergies renouvelables intermittentes et en premier lieu les éoliennes terrestres, comme l’a mis en évidence la Commission d’enquête parlementaire, démontrant qu’elle pénalisent annuellement les français de plus de 7 milliards d’euros par des taxes « écologiques » insoutenables et demandant de les arrêter.(2)

Le triplement prévu du parc éolien terrestre composé actuellement de .000 machines disséminées sur tout le territoire avait été annoncé en 2018 par le président de la république, ce qui conduisait de fait au doublement du prix de l’électricité pour les consommateurs.

Depuis cette annonce Emmanuel Macron est revenu sur sa décision et a exprimé son scepticisme sur le développement de l’éolien terrestre en France. Il a constaté que ces machines n’avaient en réalité plus d’avenir « Soyons lucides : la capacité à développer massivement l’éolien terrestre est réduite, on ne peut pas imposer l’éolien d’en haut. » (3)

La Fédération Environnement Durable comme l’a fait Xavier Bertrand Président des Hauts- de-France demande au Président de la République de donner des instructions à Mme Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et Solidaire, pour que les préfets suspendent toute nouvelle autorisation de construction d’éoliennes terrestres. (4)

Jean-Louis Butré
contact@environnementdurable.net
06 80 99 38 08


(1)https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/electricite-vers-une-hausse-record-des-tarifs_3794685.html#xtor=CS2-765

(2)Julien Aubert Président : «Cette transition énergétique est illisible", évoquant un "fouillis de financement de taxes qui pèsent sur la facture énergétique des Français". Julien Aubert met en avant un rapport de commission d'enquête, évoquant un "consensus sur la nécessité de mettre fin au subventionnement des énergies matures comme l'éolien.

(3) http://epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=n785

(4) Lettre ouverte envoyée le 17 janvier par Xavier Bertrand Président de la région des Hauts- de-France à Emmanuel Macron
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 23 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Le "Publicateur Libre" du jour rend compte de "La dernière cérémonie des vœux de Roger Grippon", maire délégué de La Haute Chapelle.

J'aurais aimé y participer pour remercier directement Roger pour son travail dans l'intérêt de ses administrés. On se rattrapera à l'occasion.
Dans le numéro de "Ouest-France" du jour, il est question d'un de mes anciens élèves à l'E.N.A. :

D'après l'article, il serait reproché à ce haut fonctionnaire en position d'activité d'avoir oublié son devoir de réserve en s'exprimant, à propos d'un projet de loi actuellement débattu au Sénat, dans les termes suivants : "Le projet de loi bioéthique porte une rupture anthropologique majeure" et "A titre personnel, je ne suis pas sûr que cette loi favorise les repères auxquels aspirent nos concitoyens".

Je fais l'hypothèse que les propos ainsi rapportés sont exacts et expriment convenablement ce que ce préfet de région a dit en public.

Moi qui me considère libre d'exprimer, dans le cadre fixé par la loi, et en vertu d'une liberté fondamentale, telle que garantie par la Constitution, toute opinion sur quelque sujet que ce soit, je voudrais dire ce que je pense de cette affaire où un important élu local a souhaité que ce haut fonctionnaire soit démis de ses responsabilités.

La première phrase reprochée, si elle ne me paraît pas nécessairement tournée de façon optimale, c'est-à-dire compréhensible par tout un chacun, me semble exacte, donc inattaquable, s'il s'agit des questions éthiques tournant autour de l'autorisation de la P.M.A. ou de la G.P.A. En effet, dès lors que les progrès de la science rendent possibles des situations que la nature n'avait pas générées spontanément jusqu'alors, il y a bien, à mon sens, possibilité d'une évolution forte et rapide des mentalités. La question, particulièrement délicate, serait de savoir si autoriser des travaux pratiques autour de telles nouvelles compétences est souhaitable ou non. Voire, plus profondément, d'évaluer si de nouvelles réglementations seraient applicables, si tant est que l'on sache quelles règles édicter.

Sensible aux thèses défendues en la matière par divers bons auteurs, dont mon ancienne "amie Facebook" Marie-Anne FRISON-ROCHE, j'ai longtemps été persuadé que permettre aux lois du marché, "a fortiori" du marché noir, d'étendre leur emprise aux mécanismes de la procréation ne pouvait aboutir qu'à des catastrophes, en termes d'éthique personnelle comme de civilisation.

Mais la lecture récente de la partie écrite par Laurent ALEXANDRE du "livre à quatre mains" sur l'intelligence artificielle a ébranlé ces convictions. L'application que fait cet auteur de l'extrapolation dans le temps de la loi de MOORE sur la croissance de la puissance de calcul des ordinateurs, plus le constat que le monde chinois ne s'embarrasse pas des mêmes interdits moraux que les Européens font, à eux deux, que l'on doive, semble-t-il, admettre qu'en tout état de cause, il devient nécessaire de s'accoutumer à de tels "glissements de l'espèce humaine" (j'appelle cela ainsi, faute de meilleure expression qui me vienne sous la plume) parce qu'ils sont d'ores et déjà engagés avec force et efficacité par d'autres.

La seconde phrase reprochée me paraît tout autant admissible en ce qu'elle exprime une opinion personnelle, clairement déclarée comme telle.

Mais le reproche fait à ce haut fonctionnaire ne porte pas, me semble-t-il, sur la justesse de ses propos mais sur le fait qu'il les a exprimés de façon publique, dans une circonstance officielle où c'est bien en qualité de préfet de région qu'il a parlé.

A mes yeux, c'est là et uniquement là que peut être fondé un reproche justifiable : avoir fait état en public d'une opinion personnelle sur un sujet délicat faisant débat.

Pour autant, le comportement en question justifierait-il une sanction grave ?

En ces temps où les pintades volent bas, il est imaginable qu'en haut lieu, on veuille faire un exemple. Ne serait-ce que pour montrer qu'un principe général est appliqué dont on puisse rapidement, et dans un tout autre contexte, se prévaloir.

Je suppose que la suite des événements pourrait nous l'apprendre assez vite, bien que je pense que les plus hautes autorités de l'Etat ont su faire preuve d'une extrême patience quand elles l'estimaient nécessaire dans d'autres circonstances où garder son sang-froid était essentiel.

Mais que cela ne nous empêche pas de réfléchir, aussi bien et sincèrement que nous le pouvons, au fond du débat, c'est-à-dire aux perspectives que nous ouvre et aux dangers pour l'espèce humaine que peut recéler le transhumanisme. Sans parler des risques de débordement et d'assujettissement irréversible d'Homo Sapiens par des robots.

P.S. : (Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 23 janvier 2020 19:12
À : Dominique Lemaire
Objet : Pour avis

Cher Domino,

J'aimerais bien qu'en ta qualité de brillant archicube, tu donnes ton avis sur mes élucubrations : https://www.chaslerie.fr/blog/message/47868

Amitiés,

PPF

(Fin de citation)
Une défection inattendue et incompréhensible me fait me demander si une réunion programmée pour le 7 février se passera bien pour mon matricule, l'"assistant" espéré n'ayant jamais brillé à mes yeux pour son courage, pour autant que je puisse en juger. Aurait-il eu vent de quelque chose qui devrait m'inquiéter ? Ou devrais-je voir dans son absence de réponse à mes efforts la confirmation de sa bien curieuse conception de son rôle ?

Donc je gamberge et l'exprime ici à ma façon, au risque de me faire bien voir par d'autres personnes dont j'apprécie l'écoute et qui font leur boulot.