Pouvoirs publics, élus locaux

lemonde.fr
rédigé le lundi 7 octobre 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Brexit : Boris Johnson exclut de nouveau un report

Le président français, avec qui le premier ministre britannique s’est entretenu par téléphone, veut évaluer la faisabilité d’un accord « en fin de semaine prochaine ».

A 25 jours de la date prévue, M. Johnson ne cesse de répéter qu’il n’y aura « plus de report » du Brexit, déjà retardé deux fois. Une loi adoptée par le Parlement le contraint pourtant à repousser la date de divorce s’il n’y a pas d’accord au sommet européen des 17 et 18 octobre, afin d’éviter un « no deal » aux conséquences économiques et sociales potentiellement désastreuses. Mais, déterminé à faire sortir son pays « coûte que coûte » le 31 octobre, Boris Johnson pourrait ignorer cette loi, mettant alors la reine Elizabeth au défi de le limoger, selon le Sunday Times.

Autre carte qu’il pourrait jouer : le veto d’un pays de l’UE au report, qui doit être approuvé à l’unanimité des Etats membres. Le Telegraph a évoqué samedi la possibilité que la Hongrie de Viktor Orban vienne au secours de M. Johnson.

N.D.L.R. : Limogé par la Reine ? Il est coriace, ce gars-là !

Difficile d'imaginer que l'ectoplasme européiste ne se délite pas face à lui. Ce monde est de plus en plus dangereux.
theguardian.com
rédigé le mercredi 9 octobre 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
No 10 source : Brexit talks on brink of collapse after Merkel-Johnson call.

Row erupts over Northern Ireland as EU accuses UK of playing ‘stupid blame game’.

The row erupted after Johnson and Merkel had a phone conversation in which they could not find a common position over Northern Ireland.

In an extraordinary briefing about the confidential discussion between the leaders, a No 10 source later said the German chancellor’s demands for Northern Ireland to remain in a customs union made a deal look “essentially impossible, not just now but ever”.

The briefing prompted a frustrated reaction from Donald Tusk, the European council president, who tweeted directly at Johnson: “What’s at stake is not winning some stupid blame game. At stake is the future of Europe and the UK as well as the security and interests of our people. You don’t want a deal, you don’t want an extension, you don’t want to revoke. Quo vadis? [Where are you going?]”

Downing Street officially insists the government is still focused on getting a deal with the EU, with preliminary talks continuing about Johnson’s new Brexit proposals. However, the anonymous No 10 source spoke to broadcast journalists, saying Merkel “made clear a deal is overwhelmingly unlikely and she thinks the EU has a veto on us leaving the customs union”.

“Merkel said that if Germany wanted to leave the EU they could do it no problem, but the UK cannot leave without leaving Northern Ireland behind in a customs union and in full alignment forever,” the source said.

“She said Ireland is the government’s special problem and Ireland must at least have a veto on NI leaving. Merkel said the PM should tell Northern Ireland it must stay in full alignment forever but that even this would not eliminate customs issues.

“It was a very useful clarifying moment in all sorts of ways. If this represents a new established position then it means a deal is essentially impossible, not just now but ever. It also made clear that they are willing to torpedo the Good Friday agreement.”

Berlin declined to give its side of the conversation. A German government spokesperson said: “I can confirm that the German chancellor and the British prime minister spoke on the phone this morning. As usual, we do not report from such confidential conversations.”


N.D.L.R. : Le "caretaker PM" devra être un maître au jeu d'échecs, rarement si bien nommé.

Avec cet exceptionnel dossier, mon vieux copain Michel BARNIER est peut-être en train d'entrer dans l'Histoire.
Deux statues réalisées par Pierre BOULLE sont actuellement exposées à la vue de tous sur les pelouses de "La Hamardière" à Domfront :


Elles donnent lieu, de la part de quelques internautes abonnés à la "page Facebook" du "Publicateur libre", à certains commentaires qui illustrent à quel point le débat culturel local est parfois vif dans la bonne ville de Domfront-en-Poiraie :

Je précise que Sébastien PICAULT est le frère d'un de mes artisans favoris et conseiller municipal de Domfront, Vincent que je salue, ainsi que d'Emmanuel, décorateur et architecte d'intérieur de notoriété mondiale dont j'admire le talent reconnu par beaucoup plus savants que moi et qui m'avait fait l'honneur d'une visite de notre manoir favori il y a quelques années déjà. Quant à Yvon DAGUET, fonctionnaire des finances en poste à Domfront, il fait partie de mes "amis Facebook" ; je relève ici l'ouverture d'esprit et la sagesse, dignes de servir d'exemple pour éviter tout débordement rapidement regrettable, dont témoigne son intervention lors de ces échanges.

P.S. (à 8 h 40) : La conversation ci-dessus me semble avoir disparu de la "page Facebook" de ce journal. Juste après que ma correspondante a introduit dans son texte un adverbe qui en changeait la perspective, ce dont on lui donne ici acte.

Mon offre aux artistes locaux ou autres demeure.

P.S. 2 (à 9 heures) : Je me suis trompé, le modérateur du "Publicateur" n'a pas supprimé ces échanges de galanteries. Je suppose que son prédécesseur l'aurait déjà fait. Quelle importance, après tout ?
Pierre-Alain CLOSTERMANN (via "Facebook")
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Parmi les photographies historiques, rares sont celles qui illustrent une époque. Celle-ci en est une :


N.D.L.R. : Ne doit-on se demander si les débordements ne sont que d'un côté ? Entre toutes les provocations ou sollicitations dont nous sommes amenés, bon gré, mal gré, à être les témoins, il devient parfois difficile de trouver le juste milieu et le ton mesuré auxquels on souhaiterait pourtant pouvoir se tenir.