Derniers messages

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Références culturelles
0
Je cale dans ma lecture de "La part d'ange en nous". J'ai peiné pour arriver à la page 75 et je n'ai rien appris, c'est juste un bla-bla d'universitaire américain, comme on en trouve plein dans les "business schools". Bref, ce pavé n'est en rien ma tasse de thé.
La période des congés, avec le retour de Parisiens sur leurs terres normandes, est propice à mon démarchage en faveur de l'APIJOMM.

J'ai deux touches utiles ces jours-ci, l'une à Mortain, l'autre à Sept-Forges, qui montreront que nous ne nous sommes pas assoupis et que nous pourrions contribuer utilement à la réinsertion professionnelle de jeunes si le gouvernement acceptait de lever son veto aux "emplois aidés".
Il serait grand temps qu'avant son retour de congés, je prenne enfin connaissance du contrat de maîtrise d’œuvre qu'Arnaud PAQUIN m'a communiqué. Il est daté du 15 juin dernier et, depuis cette date qui est celle de l'incident survenu à ma mère, j'ai eu la tête ailleurs.

Il faudra que je m'assure que certaines échéances ne seront pas perdues de vue, comme en matière de dégâts des eaux ou encore de préparation du prochain dossier de demande de subvention.

Quant au crédit qui me serait nécessaire, j'ai cru comprendre hier qu'après la défection de l'assureur, mon aîné pourrait ne plus être inaccessible à l'idée de me cautionner.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Si j'ai bien compris, un couple au nom connu dans certains milieux a déjà été placé en détention provisoire dans une affaire de pédophilie et d'inceste qui pourrait défrayer la chronique.

A ce stade de l'enquête en cours, la question serait de savoir quelle est la nature des relations entre ce couple et un certain autre qui l'invita en une circonstance où d'aucuns ne se seraient pas attendus à festoyer en telle compagnie. Un fin limier au moins serait sur la piste et il existerait des photos et même des films.

Interesting, isn't it ?
Faudrait-il tant se méfier, à cette altitude, de l'ami d'un donneur de costumes ?
En tout cas, il paraît que la réforme constitutionnelle était déjà à la trappe avant cela.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
J'ai reçu aujourd'hui le jugement rendu le 14 août dernier par le tribunal d'instance d'Avranches dans une affaire qui me concerne :

Le locataire dont il s'agit était entré dans les lieux le 7 juillet 2017. Il n'a jamais produit l'attestation d'assurance requise par la loi. Il a interrompu le paiement de son loyer dès l'échéance de novembre 2017 mais a ensuite réglé trois échéances et puis plus rien. Il ne s'est pas présenté devant le juge fin avril. J'étais absent fin mai donc l'audience a eu lieu fin juin.

Je viens de transmettre une copie exécutoire de ce jugement à mon huissier qui va le signifier à cette personne. Celle-ci a un mois pour faire appel. Après quoi, l'huissier devrait lui signifier un commandement de quitter l'appartement dans un délai de deux mois. Au cas où cette personne serait toujours là à cette échéance, il y aurait lieu de demander le concours de la force publique pour procéder à l'expulsion. Compte tenu de la "période hivernale" (du 1er novembre au 1er avril), cette expulsion pourrait ne pas avoir lieu avant le printemps prochain.

Chacun est libre d'apprécier.

Quant à moi, je comprends, mais un peu tard, que la jeunesse de cette personne ne garantissait en rien qu'il ne s'agit pas d'un expert en droit de l'expulsion (comme on en trouve également en matière d'aides sociales). Mais, comme elle est employée en C.D.I., j'espère encore recouvrer un jour ma créance.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Pour l'anniversaire de notre aîné, Carole lui a offert, en plus de deux de ces B.D. dont lui comme elle sont si friands, "La part d'ange en nous - Histoire de la violence et de son déclin" de Steven PINKER, avec une préface de Matthieu RICARD.

Comme mon aîné s'était déjà plongé, sur ma recommandation, dans "La diplomatie n'est pas un dîner de gala" dont il ne décolle pas (il y a, paraît-il, consacré une partie de la nuit d'avant-hier et il continuait hier), j'ai commencé à lire le pensum de 1 041 pages de PINKER. Je fais partie de ceux qui, au départ, ne sont en rien convaincus par la thèse de l'auteur. Il paraît que Bill GATES a déclaré : "C'est le meilleur livre que j'aie lu de toute ma vie". On verra.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
J'ai visité hier matin ma mère à Alençon :

16 août 2018.

16 août 2018.

Je l'ai emmenée déguster un café liégeois au bar de sa "résidence Domitys". C'était sa première sortie de son logement. J'ai été informé que, l'après-midi, elle a été raccompagnée au bar pour le goûter quotidien en groupe.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 15 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
1
Aux dernières nouvelles, ma mère ne sort toujours pas de son logement, ne se mêlant donc en rien aux autres pensionnaires. Elle se plaint de n'avoir pas de kiné.

Carole est partie la voir. J'irai demain.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 15 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
La famille de mon aîné est arrivée hier soir.
Depuis leur dernière visite, mon premier petit-fils a bien changé ; il court désormais partout et promet d'être un sacré balèze ; pour le reste, toujours aussi rigolard et explorateur ; je suis prévenu que je devrais vite ranger mes bibelots, notamment les volatiles de faïence qui sont à sa portée dans l'entrée.
Ma petite-fille s'est brûlé la main en aidant Carole à préparer du pain perdu ; son père, pas peu fier, m'a fait remarquer la précision de son vocabulaire ; c'est en effet étonnant, une vraie "petite normalienne".

Quant au cadet, aucune nouvelle, du moins pour ce qui me concerne.
Si, j'exagère. Il m'a téléphoné il y a une semaine environ pour me demander s'il pourrait installer sa famille recomposée dans l'appartement de ma mère et, tant qu'on y est, y joindre l'étage du logement de Carole.
Comme il est doux de constater que son père conserve à ses yeux, à défaut d'autre chose, une certaine utilité.
Et, j'oubliais, vive le téléphone, c'est si pratique pour traiter ce genre de questions comme il convient !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 14 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Installée depuis hier après-midi à la résidence "Domitys" d'Alençon, ma mère se plaignait ce matin de la qualité de sa literie qui l'aurait empêchée de fermer l’œil et du fait qu'on ne lui aurait pas fait ingurgiter sans délai toutes les pilules auxquelles elle est habituée, elle qui refuse les génériques : "business as usual". Carole et moi avions pourtant trouvé l'accueil parfait, tout le monde était sur le pont pour elle, notamment la directrice, la responsable des assistantes de vie, l'infirmière, la pharmacienne, etc ; un kiné avait déjà été mis en alerte.

Ce matin, peu après que j'ai ainsi joint ma mère pour recueillir ces doléances, mon correspondant dans cette résidence m'a téléphoné pour me tenir au courant d'autres demandes du même type de sa nouvelle pensionnaire. Je lui ai répondu que nous lui faisions pleinement confiance pour régler ce genre de questions sans nous en référer. Dois-je préciser qu'il m'en a remercié ?

Ce matin également, j'ai visité deux autres résidences du même type aux environs de Laval qui m'économiseraient 30 minutes de route chaque fois et qui, surtout, offriraient à ma sœur un accès direct en train depuis Paris. Il s'agit de la "Domitys" de Louverné et des "Girandières" de Saint Berthevin. Elles ne m'ont pas paru justifier la peine pour ma mère d'un nouveau déménagement.

Avec un peu de chance, peut-être vais-je pouvoir souffler un peu de ce côté-là.