Derniers messages

Je n'ai pas pris de photos, hier, des petits croutons car, en raison de la canicule, ils ont passé toute l'après-midi, et même le soir, dans le plus simple appareil, dans l'arrière-cour du manoir favori. Tous parfaitement à l'aise, comme si, de toute leur vie, ils n'avaient fait que ça. Et, comme on peut l'imaginer, Carole n'aurait pas toléré que je montre leurs fesses rebondies sur le site favori.

Les aînés ont notamment escaladé un noisetier, inventé des tours d'acrobate sur la balançoire ou continué à labourer le terrain à la recherche, encore vaine à ce stade, de l'"arbre à Yops" :

Le petit dernier n'était pas en reste, trottant à toute allure et en tous sens, avec une prédilection marquée pour une bassine remplie d'eau que Carole avait disposée à l'ombre. Il est doté, à tout le moins, de très imposants cuissots. Guguss, brave bête, ne le quittait pas des yeux ; ils avaient, entre eux deux, de longs conciliabules mâtinés de léchouilles baviques réciproques.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Vie de l'association - Nouvelles associations
0
Créer une association via "Service-Public.fr", quelle galère !

Voici ce que donnent mes efforts de ce matin :


Comme on me demande mon avis sur la facilité d'utilisation de "Service-Public.fr", voici ce que j'ai écrit : "Votre site me paraît très mal conçu : dans un courriel suite à un précédent essai, vous m'aviez écrit (Début de citation) Votre demande de Création d-une association a été traitée par le service chargé de votre dossier n°A-0-ODPBKR07R.
Un document a été mis à votre disposition dans le porte-documents de votre compte service-public.fr. (Fin de citation). Or impossible pour moi de mettre la main sur ce porte-documents. Je vous l'ai écrit par courriel via votre site. Pour toute réponse, vous m'avez envoyé un courriel ce matin, ainsi libellé : (Début de citation) Vous pouvez retrouver et compléter le brouillon que vous avez créé pour la démarche Création d-une association (Fin de citation) J'ai ainsi appris que ma démarche précédente pour créer l'association en question n'avait pas abouti. J'ai donc recommencé à zéro la démarche ce matin, ce qui s'est traduit par de nouvelles complications sur lesquelles je passe ici. J'espère que celle-ci va aboutir. Je préférais cent fois l'ancienne procédure, non dématérialisée car elle au moins aboutissait même si elle causait déjà beaucoup de perte de temps.


On va bien voir si, cette fois-ci, la démarche aboutit. Retenons notre souffle, le pire n'est jamais sûr !
Nonchalant
Publié le 7 août 2020

Montaigne écrit : « Je veux que la mort me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d’elle, et encore plus de mon jardin imparfait.* » Ah ! Que ce « nonchalant d’elle » me plait ! Qu’il est simple, élégant, détendu ! Que nous dit Montaigne par cette nonchalance ? Que le fait de mourir, il ne faut pas en faire toute une histoire, ni s’en soucier plus que de cela. La mort est inévitable ? La perfection hors d’atteinte ? Soit. Prenons-en note, et que ça ne nous empêche pas de planter nos choux.

Nonchalant était alors le participe présent du verbe nonchaloir, qui n’existe plus, et qui signifiait « ne pas s’occuper de ». Vers 1160 est attestée la locution « mettre en nonchaloir » dont l’équivalent aujourd’hui est « laisser à l’abandon ». C’était le contraire de chaloir, verbe défectif qui subsiste seulement à la troisième personne du singulier dans l’expression « peu me chaut » : peu m’importe, je ne m’en soucie guère.

Chaloir signifiait clairement : importer, avoir de l’intérêt. Et chaloir a donné chaland : au départ l’ami, le protecteur, puis la personne charitable qui fait des dons en nature ou en espèces, puis (puisque l’argent vient de s’en mêler) le client, et même, chez Rabelais, le coquin. Achalandage, chalandise : on entre dans le domaine du commerce, du négoce.

Le nonchalant échappe au négoce. Il ne déploie pas sa vie dans cette dimension. Il ne produit pas pour produire, il ne cherche pas à avoir, à retenir, à posséder. Il est celui qui admet ses limites et qui a vis-à-vis d’elles l’élégance du détachement.


* Essais, I, 20

N.D.L.R. : Que j'aimerais être nonchalant ! Mais il y a tant de choses qui me révoltent, notamment dans cette administraaaâââtion dont les limites me révulsent dès que j'en reprends conscience, ce qui arrive pratiquement tous les jours que le Bon Dieu fait !
Quel bordel cette administraaaâââtion. Ils continuent à me casser les pieds avec leur site merdique, dénommé "Service-Public.fr".

Voici le courriel que je leur ai envoyé ce matin, avec le sentiment persistant de me heurter à un mur :

(Début de citation)

Hier, vous m'avez informé que les démarches relatives à la création de
l'association "SVAADE" étaient terminées et que je pourrais trouver un
document la concernant dans un porte-documents dont je n'ai pas trouvé la
trace. Ce matin, vous m'écrivez (Début de citation) Bonjour, Vous pouvez
retrouver et compléter le brouillon que vous avez créé pour la démarche
Création d-une association Votre brouillon est disponible 30 jours. Après
ce délai, il sera nécessaire de renouveler votre demande auprès de
l'administration. Si vous avez terminé votre démarche, veuillez ne pas
tenir compte (etc) (Fin de citation) Ras le bol de devoir me plier aux
caprices de votre site qui n'est pas du tout ergonomique et, pour dialoguer
avec vous, de devoir limiter le nombre de caractères !

(Fin de citation)

Quelle bande de charlots !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - O'Gustin - Privé - Chez l'aîné - Garance - Paul junior - Hector
0
De retour au manoir favori, si j'en juge par les photos transmises par ma belle-fille pendant que nous rendions visite à ma mère, l'aventure continue.

Hector s'est pris d'une passion réciproque pour Guguss (qui le laisse lui tirer les oreilles)...

6 août 2020.

... au point que, comme lui, il fait des trous dans les tuyaux d'arrosage de la Bonne-Maman :

6 août 2020.


Ses aînés continuent à labourer l'arrière-cour dans l'espoir d'y trouver enfin l'"arbre à Yops" :

6 août 2020.


Plus généralement, tout le monde contribue aux tâches ménagères...

6 août 2020.

... certain, de façon plus détendue :

6 août 2020.

Visite, non loin de Bellême, du manoir des Feugerets :

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.


En dépit de l'interdiction de prendre des photos intérieures, j'ai pris deux photos d'une rampe et de balustres d'escalier qui me semblent intéressants, du moins dans le prolongement de ma conversation, hier, avec l'architecte du patrimoine en charge de la "Mission n°2" :

6 août 2020.

6 août 2020.


En fait, je suis sorti démoralisé de cette visite, tant je trouve que des horreurs sans nombre ont été perpétrées, et depuis plus d'un siècle, sur ce monument. Les joints au ciment, systématiques, en sont un exemple ; je cite également le polyester expansé pour tâcher de dissimuler les ravages probables de la mérule ; mais il y aurait maints autres exemples, comme le genre de gestion auquel ce monument donne désormais lieu (ce que, dans une profession pas tellement différente, d'après moi, de celle des agents immobiliers, on appelle communément "de l'abattage").

Tout cela pour dire que, après m'être rendu sur place, je comprends fort bien que mon ancien collègue et néanmoins ami Augustin n'ait pas voulu se charger d'un tel boulet. Et je l'en absous sans confession (pour autant que j'aie la moindre compétence ou légitimité en la matière, ce que je ne me hasarderai pas à essayer ici de prouver).
Ras le bol de cette informatisation inexploitable de toujours plus de formulaires administraaaâââtifs.

Je viens ainsi d'écrire ceci à "Service-public.fr" à la suite de la création de la "SVAADE" :

(Début de citation)

Vous m'avez écrit :

(Début de citation)
Bonjour,

Votre demande de Création d-une association a été traitée par le service chargé de votre dossier n°A-0-ODPBKR07R.

Un document a été mis à votre disposition dans le porte-documents de votre compte service-public.fr.

Cordialement,
(Fin de citation)

Or je n'arrive pas à accéder au porte-documents en question. Que faire pour obtenir simplement le document en question ?

Sur un plan plus général, je trouve votre site beaucoup trop compliqué et confus et ne facilitant pas la navigation.


(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Aout 2020
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Visite, ce matin, de Nathalie GUERIN, journaliste au "Publicateur libre", venue m'interviewer sur la création de la "SVAADE" :

6 août 2010.

Je me suis efforcé d'être clair dans mes explications.

A l'occasion de cette visite, je l'ai complimentée sur l'article publié ce matin dans le "Publicateur" à propos de nos concerts du 12 août prochain :


J'ai cependant signalé qu'il aurait été utile de rappeler que la billetterie est tenue par l'"Office du tourisme de Domfront" (02 33 38 53 97), ce qu'elle va faire sur la "page Facebook" du "Publicateur".

P.S. (du 7 août 2020 à 4 heures) : Voici le correctif publié sur la "page Facebook" du "Publicateur".
Le plombier Sylvain DUPRE a installé ce matin la dérivation provisoire de l'arrivée d'eau :

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.

6 août 2020.


Nous revivons !

Sur une idée d'Anne-Violette, nous ferons l'économie d'une recherche du réducteur de pression défaillant et enterrerons la dérivation dès que le terrassier redeviendra disponible, non sans l'avoir pourvue d'un nouveau réducteur de pression.

Quant à l'autre panne - celle qui se traduit par de petits geysers près du colombier - on la traitera à cette occasion. En attendant, l'alimentation en eau du tuyau qui fuit demeurera coupée.
La "Demeure Historique"
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Les propriétaires de monuments privés ouverts à la visite de Bretagne se mobilisent pour vous faire découvrir la richesse patrimoniale de la région.

À l'initiative de la "Demeure Historique", 21 sites historiques repartis sur toute la région participent à l'opération :


N.D.L.R. : Excellente initiative ! Voici plein d'idées de belles promenades !
Le plombier Sylvain DUPRE est revenu en cette fin d'après-midi. Il a pu rétablir l'eau dans le bâtiment Nord. Il repassera demain pour poser la dérivation provisoire.

Pouvoir prendre une douche chez soi, quel régal, quel délice et quel luxe ! Je viens d'en refaire l'expérience.

P.S. (à 18 h 20) : Ce foutu réducteur de pression s'est encore bloqué. Plus d'eau de nouveau !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Le repos du gérant après son "call" en téléconférence et une fois la cravate (de son père) enlevée...

5 août 2020.

... car, face aux prospects et sur l'écran, il fallait paraître digne et faire bonne figure, au moins jusqu'au buste...
Long coup de fil, ce matin, de l'architecte du patrimoine. Dans le cadre de sa "Mission n°2", elle prépare la demande de permis de construire de l'aile Ouest et souhaitait m'interroger sur les partis que je compte retenir, notamment à propos des sols, de l'escalier et de l'accès du public.

Dommage qu'elle ne m'autorise pas à mettre en ligne ses plans tant que les dossiers n'ont pas été approuvés par la D.R.A.C.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Au manoir favori, on n'a plus d'eau nulle part. Mais on continue, par téléconférence, à faire de la banque d'affaires :

5 août 2020.

Jean-Pierre ARBON
rédigé le Vendredi 5 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Montgommery
Publié le 5 août 2020

Me penchant, pour des raisons que je dirai bientôt, sur l’histoire d’Amou, j’ai découvert à cette occasion la figure étrange et fort antipathique de Gabriel de Lorges, comte de Montgommery, sous les ordres duquel Amou fut pillé et dévasté, en septembre 1569, six jours durant.


On n’en était encore qu’à la troisième guerre de religion. Jeanne d’Albret, reine de Navarre, l’avait chargé de reconquérir ses états. Il le fit promptement, et sans faire de quartier : exécutant tous les prisonniers catholiques, et brûlant les églises comme à Amou, Montgommery reprit le Béarn en trois semaines. Poursuivant sa campagne en Gascogne, il y commit des excès immenses, qui frappèrent de terreur les populations*.

Ce sinistre individu était déjà entré dans l’histoire dix ans plus tôt : c’est lui dont la lance perça l’oeil et le crâne d’Henri II lors du tournoi où le roi trouva la mort. C’était un accident, mais il était régicide, et prit prudemment la fuite le soir même.

En 1572, il échappa par miracle au massacre de la Saint Barthélémy, devint général des Huguenots, se réfugia en Angleterre où la reine Elizabeth refusa de l’extrader. En 1574, ayant débarqué en Normandie pour y fomenter une insurrection, il fut fait prisonnier, de sorte que peu de temps après, Catherine de Médicis, qui avait pas mal de raisons de ne pas le porter dans son cœur, put assister en place de grève à sa torture et à sa décapitation.

* Source wikipedia

N.D.L.R. : D'après ce qu'on raconte, il fut fait prisonnier à Domfront par un LEDIN, seigneur de la Chaslerie.