Derniers messages

Voici les dernières photos du pavage du jour :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

En direction de la tour Louis XIII, nous sommes nettement moins avancés que je ne l'espérais. Nous n'avons même pas atteint l'horrible porte de sortie des écuries, bricolée, j'imagine, au début du XXème siècle (je ne peux quand même pas tout mettre sur le dos du prédécesseur des années 50).

Il est vrai qu'il faisait beaucoup trop chaud au pied de ce mur, de sorte qu'Igor a préféré, passée la moitié de l'après-midi, rechercher l'ombre du grand poirier, à l'angle Sud-Ouest du colombier.

Première remarque : le nouveau drain débite très bien (c'est lui qui débouche par le PVC gris) :

26 juin 2019.

Là, Igor a donc pris le relais de Nicolas :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Le travail n'est pas terminé ce soir et il reste même un passage délicat à traiter, pour lequel Igor a une idée originale. On en reparlera après-demain.

Enfin, pour une évacuation des eaux pluviales autre qu'à la sortie du "trottoir", voici le dispositif mis en place, sur la suggestion de Cristi...

26 juin 2019.

26 juin 2019.

... et sur une idée initiale d'Igor :

26 juin 2019.


Quant à la productivité totale de l'équipe ainsi constituée (en fait, de deux personnes efficaces aujourd'hui), elle n'a pas permis que soient ce soir en place, depuis le début, plus de 300 pavés, ce qui représente une vingtaine de mètres au total en trois jours et sensiblement moins de dix mètres aujourd'hui.

On est donc très loin des scores imaginés avant-hier.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Les morceaux de racine de poirier, c'est très bon à grignoter pour les loïdes :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Les morceaux de tube en PVC aussi :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Quant aux bouteilles de plastique, n'en parlons pas, c'est un régal !

26 juin 2019.

Le bureau d'études ayant fait part ce matin de son indifférence quant à l'implantation du tuyau d'arrivée d'eau potable dans l'aile Ouest, je réfléchis à l'endroit où il y aurait lieu de faire passer ce tuyau de l'arrière-cour à la cour. A première vue, il me semble délicat de percer le dessous de la pierre de seuil de la porte entre la cour et l'arrière-cour. Donc je me dis qu'on devrait percer la fondation Nord de la tour Louis XIII pour arriver dans un trou laissé en attente depuis plusieurs années à l'intérieur de ce bâtiment :

26 juin 2019.

A l'époque, je n'excluais pas d'installer au rez-de-chaussée de cette tour une chaufferie centrale et j'avais donc prévu tout un tas de réservations...

26 juin 2019.

... y compris, de mémoire (il faudrait que je retrouve les photos sur le site favori), entre cette pièce et la cour, sous la pierre du seuil d'entrée.

Mon aîné le regrettait car il voyait plutôt là la place pour un billard. Il semble que, sur ce point, je puisse lui donner finalement satisfaction. Du moins potentiellement.

Ceci veut dire que Carole devrait renoncer à consacrer cette pièce à l'hébergement d'hirondelles et d'autres volatiles généreusement chieurs :

26 juin 2019.

Je la laisse volontiers en débattre avec le fiston.

Je les informe, à toutes fins utiles, que je ne verrais pas d'inconvénient à ce que soit installée dans ce billard la cheminée de la Julinière, actuellement en attente, démontée, au sol devant la chapelle. Elle remplacerait avantageusement, me semble-t-il, la méchante cheminée moche bricolée là par nos prédécesseurs des années 50 qui, décidément, n'en auront pas loupé une...
Puisque le poste d'assistant d'Igor était retenu par Cristi, Nicolas, arrivé en début d'après-midi pour renforcer l'équipe, a été chargé de dégager l'aval du drainage et du tuyau d'eaux pluviales afin de supprimer le "Y" installé par Philippe. La nouvelle idée d'Igor est en effet de ménager deux sorties indépendantes dans le regard.

O'Gustin a voulu se mêler de l'opération, ce qui lui a valu un renvoi rapide dans ses appartements :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Comme il m'en avait prévenu, Nicolas a arrêté pour aujourd'hui dès 16 heures.

Igor devant être absent demain, il est prévu que Nicolas revienne vendredi. Igor envisage de le tester sur la réfection de joints du mur Sud de la cour.
Sur la suggestion de Cristi, Igor a scié le haut crénelé du tube vertical de la 1ère évacuation des eaux de pluie :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Cristi a en effet suggéré, pour supporter le pavé du couvercle, de substituer aux créneaux de P.V.C. quatre pièces métalliques verticales et l'idée a paru mériter d'être retenue car favorisant un meilleur écoulement de l'eau.

Ceci dit, Cristi se déclare incapable de poser les pavés aussi bien qu'Igor. Il préfère donc se charger de l'approvisionnement en colle, du choix des pavés dans le tas, de leur transport et, si nécessaire de leur taille :

26 juin 2019.

De ce fait, mes rêves de productivité ont du plomb dans l'aile, d'autant qu'au pied du mur, il fait très chaud dans l'après-midi, même pour deux Daces comme Igor et Cristi :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

On verra en fin de journée de travail où nous en serons rendus.
André DEGON m'a signalé, il y a une dizaine de jours, que son prochain ouvrage sur "50 châteaux normands", comportant un article sur la Chaslerie, paraitrait dans une plus belle collection des éditions Ouest-France que celle envisagée jusque là (le prix des ouvrages y est de l'ordre de 30 € au lieu de 10). J'ai voulu me rendre compte de la qualité de cette collection et, y ayant repéré, via le net, un ouvrage sur les "Malouinières - Demeures d'exception", j'en ai immédiatement passé la commande au débitant local de journaux. Huit jours plus tard, rien n'était encore arrivé à Domfront. J'ai donc annulé cette première commande et, puisque je devais aller à Flers, ai poussé jusqu'à mon libraire local. Il était 12 h 15 hier, heure-limite d'ouverture et le gars avait déjà abaissé sa grille. Le hasard a voulu qu'à quelques pas de là, je le croise dans la rue. Il m'a appris que son bon de commande étant déjà parti, il ne recevrait rien avant le début juillet.

De retour à notre manoir favori, j'ai passé ma commande via "Amazon" où j'ai trouvé la référence sans difficulté. J'ai cliqué sur "Envoi" à 15 h 28 précisément. Hier après-midi donc.

Il est à peine 11 heures du matin. "Amazon" m'a envoyé un courriel hier à 21 h pour me dire qu'ils avaient expédié le bouquin. Ce matin à 9 h 04 "Chronopost" m'a prévenu de l'heure du passage de leur livreur. A l'heure qu'il est, j'ai reçu le colis et ai déjà eu le temps de le parcourir. J'en dirai quelques mots dans un prochain message.

Il me tarde que les pharmaciens passent sous la toise d'"Amazon". Ce matin, j'ai dû patienter une demie heure devant la grille fermée de la pharmacie de Domfront avant de pouvoir y acheter mon quota mensuel de pilules pour le cœur.
Vivement la "disruption", là aussi ! Halte au parasitisme de kroumirs incapables de se réformer (ou dans la main de logisticiens foireux, ce qui aboutit au même résultat) !
Igor me montre le dispositif qu'il a imaginé pour une évacuation d'eau pluviale :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Cela me paraît astucieux dans le principe, même si j'aurais centré le trou à la verticale du fil d'eau, c'est-à-dire quelques centimètres plus loin du mur. Je le lui dirai pour la prochaine.

P.S. (à 10 h 30) : Pendant que Christi taille le couvercle du dispositif...

26 juin 2019.

26 juin 2019.

... O'Gustin ne pouvait manquer d'apporter ses lumières au débat :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

Finalement, pour des raisons tenant notamment à la facilité d'entretien de l'évacuation, je me range à l'avis d'Igor : le trou est à la bonne place.
Echange téléphonique ce matin avec Julien ANDRE, du bureau d'études "bee +".

Avant de lancer les terrassements dans la cour, ainsi que le pavage de la "terrasse" Ouest, je souhaitais connaître ses préconisations quant à la profondeur et au diamètre de différents tuyaux à mettre en place rapidement.

Pour l'arrivée de l'eau potable en provenance de l'arrière-cour, il m'a répondu qu'il n'y a pas de problème particulier. En revanche, pour l'eau des forages d'aquathermie, il souhaite disposer d'un délai suffisant pour caler ses recommandations.

Ceci me paraît justifié. Mais cela signifie qu'on devra vivre pendant quelques mois avec des fossés ouverts dans la cour. Et que je devrai trouver des solutions sans Igor pour des pavages. Et je ne parle pas des réflexions peu amènes que ces contretemps vont encore me valoir de la part de certain(e)s.
0
Sans doute alertée par un message qu'elle avait entendu à la radio ou à la télé, Christine AUGEREAU m'a contacté hier soir. Elle voulait savoir si les pluies de la veille n'avaient pas fait trop de dégâts par ici, malgré, a-t-elle ajouté, les nouvelles rassurantes de mon site. J'ai ainsi appris qu'elle fait partie de notre fan-club favori, preuve s'il en est d'un goût très sûr. Elle m'a en effet parlé avec un enthousiasme qui m'a déconcerté de notre site du même métal.

En proie au doute existentiel qui est le mien de temps à autre, je lui ai dit que ce site ne me valait pas toujours que des amis, en raison de divers écarts de langage ou de propos dont je n'arrive pas à faire l'économie.


Elle m'a alors répondu cette chose extraordinaire : "Ne change pas, c'est aussi pour ça qu'on t'aime !"

Voici des paroles comme je n'en ai pas entendues depuis très longtemps. Il est vrai que peu de bruits de la ville m'arrivent par ici, sinon des reproches que j'ai fait le choix de ne plus écouter pour diverses raisons.

Et je n'éprouve guère le besoin de sortir de mon trou à rats où je m'enterre sans regret. Du moins je l'essaye. Mais j'y parviendrai.

J'ai néanmoins proposé à Christine de venir avec Bernard m'y rendre visite. Après tout je ne suis pas loin de leur route vers le Pays Basque. Elle m'a répondu qu'elle pense plutôt nous inviter à dîner, Carole et moi, en octobre à Neuilly, avec nos amis communs AUFFRET, donc avec Gilles qui a longtemps tenu à mes yeux le rôle de grand frère : chaque fois que je suivais ses conseils, en substance ne pas ménager ses efforts pour bien faire, je m'en portais bien ; chaque fois que je les trouvais trop exigeants pour combattre mes faiblesses, je me plantais. Dommage, peut-être, que je ne l'aie pas écouté plus souvent.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Les cinémas du coin ne passent que des navets en ce moment. Hier après-midi, par désœuvrement, je suis allé à celui de Bagnoles. Au programme, "Rocketman", le biopic d'Elton JOHN.

Je n'ai évidemment pas été déçu.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Minuit. Guguss, chien de garde, m'a réveillé en sursaut par des aboiements furieux et bizarres à la fois.

N'arrivant pas à le calmer de la voix, je suis descendu. J'avais laissé la porte d'entrée du bâtiment Nord ouverte en raison de la chaleur. Il était dehors, juste devant cette porte. J'ai allumé la lanterne et voici le spectacle auquel j'ai eu droit :

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.

26 juin 2019.


Un hérisson, le 2ème en 24 heures !
S'il n'a pas réussi à le retourner, ce n'est pas faute d'avoir essayé.
Je lui ai fait réintégrer son pucier avant de refermer cette porte. Tant pis pour lui si nous crevons de chaud !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 25 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Ma mère se plaignant de ne plus voir son petit chéri sur notre site favori, voici pour elle ce gros cochon :

25 juin 2019.

25 juin 2019.

Il est très désordonné et se transforme volontiers en déménageur quand il ne fait pas la bamboula :

25 juin 2019.

Pour le reste et à certaines effluves près et autres manifestations de sa vitalité, il est toujours très sympathique.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 25 juin 2019
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Armé d'une débroussailleuse, Francis s'attaque aux haies et aux fossés de l'avenue historique :

25 juin 2019.

25 juin 2019.

On entend là l'eau rouler et bouillonner, mais sans rien voir tant la végétation est épaisse :

25 juin 2019.

Une épareuse serait la bienvenue pour ce genre de tâche mais je n'arrive pas, pour le moment, à mettre en concurrence les fournisseurs de tels matériels dans le secteur. Et j'avoue que j'ai d'autres priorités dans l'immédiat.
Il est tombé tellement de pluie hier soir que, dans l'allée qui descend de la D22, le gravier lessivé laisse voir, par endroits, l'ancien revêtement :

25 juin 2019.

25 juin 2019.

Le long du mur Ouest, une coulée de terre a recouvert une partie des "stériles" :

25 juin 2019.

25 juin 2019.

Je ne suis pas allé voir de quoi il retourne dans l'arrière-cour car l'accès est trop boueux.

Igor m'a téléphoné ce matin. Il s'inquiétait de la situation. Je l'ai rassuré.
Il m'a annoncé que Cristi serait des nôtres demain.
Ils devraient être assistés, une partie de demain après-midi, par le tâcheron qui m'avait contacté la semaine dernière. Les disponibilités de celui-ci m'ont l'air difficiles à comprendre. On verra bien.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 25 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
J'occupe généralement mes insomnies à bouquiner ou à fureter sur internet. Ou à remplir des grilles de sudoku. Cette nuit, j'ai pris le volant et roulé devant moi, en proie à je ne sais quelle angoisse, sans doute due aux difficultés de ce chantier ou à quelque déception plus profonde, en écoutant la radio, ce qui n'arrive jamais quand je me trouve dans le manoir favori. Sur "France Info", il était question de canicule et, de fil en aiguille, de transition écologique, la nouvelle tarte à la crème de la politique. Un génération plus tôt, c'est l'Europe qui aurait joué ce rôle de gri-gri. Les modes sont faites pour changer.

L'orage d'hier soir a laissé des traces. Le gravier des pavillons au bord des routes a roulé et s'est répandu souvent sur la chaussée. A la Chaslerie, le dernier tiers de l'allée qui descend de la D22 est nettement raviné. Il va être temps de le restaurer une nouvelle fois. Entre les charmilles, j'ai évité une petite boule, un hérisson dodelinant benoîtement. Le premier que je vois ici depuis très longtemps.

L'aube blême découpait en silence la silhouette de toitures familières.

Le loïde m'attendait en ronflant et en émettant quelque odeur envahissante de son cru. Dommage qu'il n'ait pas la parole.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 24 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Météo
0
Gros orage ce soir vers 22 heures au-dessus de notre manoir favori. Ça tonne à tout bout de champ et il pleut "comme vache qui pisse" :

24 juin 2019.


Igor et Philippe ont eu le nez creux en levant le pied comme ils l'ont fait en fin d'après-midi.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 24 juin 2019 21:26
À : j.desalaberry@geomat.fr
Objet : TR: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

Cher Monsieur,

J'ai interrogé Patrice CAHART, inspecteur général des finances honoraire, ancien conseiller à la Cour de Cassation, ancien directeur de la législation fiscale au ministère des finances, vice-président de la "Demeure Historique" où il est notamment en charge de la fiscalité.

Son avis est clair : la TVA à taux réduit s'applique, sans qu'on ait besoin du visa d'un architecte.

Je pense que ceci clôt cette partie du débat.

Cordialement,

PPF

_______________________________________________________________________

De : Patrice CAHART
Envoyé : lundi 24 juin 2019 21:19
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

A mon avis (mais je n'ai pas de précédent) : TVA taux réduit, sans visa d'un architecte.

patrice

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : vendredi 21 juin 2019 17:49
À : p.cahart
Objet : TR: Devis - Dossier n°199191 - DOMFRONT EN POIRAIE

Cher Patrice,

Puis-je te soumettre les questions suivantes, résumant le débat ci-joint ?

Le taux de TVA réduit est-il applicable au travail d'un géomètre dont l'intervention est nécessaire en préalable de travaux visant à des économies d'énergie ?

Faut-il qu'un architecte tamponne le dossier pour y avoir droit ?

Amitiés,

PPF

(Fin de citation)
Dans un récent éditorial de la revue de la "Demeure Historique", Jean de LAMBERTYE - dont le mandat de président de cette association s'achève ces jours-ci - mettait en garde contre le risque que les travaux de restauration des monuments historiques prennent, pour leurs propriétaires, un tour "obsessionnel".

Je crois qu'à ce stade de mon expérience en la matière, je suis bel et bien tombé dans ce panneau. Avec des dégâts dits collatéraux. Notamment dans mes rapports avec divers environnements humains, tant choisis qu'imposés. Je me dis en particulier qu'il serait sage de me montrer enfin plus prudent dans l'expression de certaines appréciations.

Pas sûr qu'après deux tiers de siècle d'existence, j'en sois plus capable qu'auparavant. Malgré des efforts qu'on ne soupçonne pas. Des faits s'imposent à moi dont je ne sais me dépêtrer. J'essaye de gérer et c'est souvent lourd et difficile. Douloureux parfois.

Que ceci ne m'empêche pas toutefois de donner un grand coup de chapeau, pour autant que j'aie quelque titre à le faire, à Jean de LAMBERTYE pour son engagement d'une exceptionnelle qualité au service du patrimoine de notre pays.

Je sais qu'il lui arrive de consulter de temps à autre notre site favori. J'espère qu'un jour prochain il me fera l'amitié, passant par ici, de faire étape dans cette "demeure"-ci. Il y sera accueilli certes à la fortune du pot mais toujours de grand cœur !