Administraaaâââtion

Proposition pour l'aménagement de la cour du manoir :


N.D.L.R. : A dire vrai, j'ai toujours eu un faible pour les nains de jardin. L'un d'eux, offert par les CENNI, a même longtemps trôné dans notre chapelle favorite.

Puisque vous êtes si doué pour "Photoshopper", ce serait sympa, si vous en avez le temps, de nous envoyer des photos de la cour selon diverses hypothèses, afin d'aider aux réflexions en cours :
- entièrement pavée,
- partiellement pavée (notamment sur 3 mètres le long du logis, 1,8 mètres le long du bâtiment Nord et 60 cm le long de l'aile Ouest), pour le reste gravillonnée,
- partiellement pavée, pour le reste gazonnée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 17 octobre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Aile "de la belle-mère"
0
Au 1er étage du colombier, le mur Est est désormais jointoyé :

17 octobre 2019.

Pour la suite, on va rapidement se heurter au fait que l'appui en granit de la fenêtre Sud devrait être changé :

17 octobre 2019.

Néanmoins, dès ce stade du chantier, j'imagine où devraient être installés les rayonnages de bibliothèque, à savoir sur les murs Est, Sud et Ouest (pour ce dernier, de part et d'autre de la cheminée). Quant au mur Nord, j'hésite entre un enduit de chaux ou une boiserie. Dans les deux cas, le grand bureau à cylindre du grand-oncle Paul (précédemment bureau de Carole au 1er étage à Paris) n'aurait là rien d'incongru dès lors que la pièce serait chauffée. De même, on pourrait loger sans problème la grande table de réunion, actuellement au 1er étage de la tour Louis XIII.

Mais j'aimerais beaucoup qu'il y ait en outre, dans cette pièce, un très confortable sofa pour bouquiner près d'une fenêtre.
Un bon côté de la réunion, hier, avec Julien ANDRE, du bureau d'études "Bee+", est qu'il m'a rendu les documents que je lui avais confiés lorsque je l'ai mandaté. Il faudra que je vérifie qu'il n'en manque pas car j'ai pour manie de prêter mes originaux à divers prestataires qui se succèdent auprès de moi (dont les architectes), sans que je conserve la liste de ces documents. De ce fait, il n'est pas rare que, lorsque je cherche à retrouver l'un de ceux-ci - des plans le plus souvent -, je ne sache plus où il est passé. Il est vrai qu'avec ce chantier, j'ai tant de paperasses à archiver, et dans des endroits si incommodes d'accès, comme les combles de la tour Louis XIII, que j'ai quelques raisons de ne plus m'y retrouver. Heureusement que notre site favori m'y aide, du moins pour partie, grâce aux moteurs de recherche à ma disposition.

Bref, j'ai récupéré hier un document que j'avais cru perdu la dernière fois où je l'avais recherché : le tirage-papier de l'"esquisse" d'Arnaud PAQUIN pour l'aménagement de l'aile Ouest.

Donc je vais pouvoir profiter de cette insomnie pour réfléchir à des questions qui me turlupinent à ce stade du chantier, comme le choix du meilleur endroit où faire passer divers fluides, dont l'eau du chauffage, afin de desservir les étages du colombier.

Ce dernier problème ne me semble pas facile à résoudre. Du moins si l'on cherche une solution que l'on puisse mettre en œuvre rapidement sans risquer de la considérer plus tard comme sous-optimale.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 18 octobre 2019 18:50
À : ANDRE <julien@beeplus.fr>
Cc : CORESPA <yl-corespa@orange.fr>; C.F. ; T.F. ; Régis Fouilleul <fouilleul.energie@gmail.com>
Objet : RE: Chaslerie

Merci pour ces premiers éléments de réponse. Prière de préciser si vous tenez compte des tubes d'arrivée de l'eau tiède en provenance des forages et de retour de l'eau refroidie vers les forages (flux entrants et flux sortants) ou s'il faut prévoir d'autres terrassements dans la cour, notamment si la chaufferie est dans le colombier (et quid si elle est, totalement ou partiellement, dans la tour Sud-Ouest ?). Si vous n'en tenez pas compte, prière de le faire par réponse en retour.

Poursuivez en essayant au maximum de coller au planning initial car vos retards sont très pénalisants pour les artisans et moi qui attendons impatiemment vos préconisations (du moins celles qui sont sur le chemin critique, notamment, pour le maçon, celles qui touchent aux trous à percer dans les murs principaux, aux pavages et aux sols des pièces) ; pour les autres, sauf le terrassier, l'urgence est moindre, bien entendu (sauf si M. FOUILLEUL nous dit autre chose pour ce qui concerne ses fluides).

Cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________

De : ANDRE <julien@beeplus.fr>
Envoyé : vendredi 18 octobre 2019 18:18
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : CORESPA <yl-corespa@orange.fr>; C.F. ; T.F. ; Régis Fouilleul <fouilleul.energie@gmail.com>
Objet : Re: Chaslerie

Bonjour,

Suite à notre réunion sur site d'hier, ci-dessous les informations concernant les liaisons hydrauliques enterrées.

Il faut depuis la future chaufferie située au rez-de-chaussée du Colombier :

- deux tubes pré-isolés avec passage sous le mur Ouest de la salle à manger jusqu'à la chaufferie existante (future arrière cuisine),
Références des deux tubes : MICROFLEX WATTS MD16032C diamètre 160 mm Classe 6 et MICROFLEX WATTS MD16050C Classe 5 diamètre 160 mm, voir documentation en pièce jointe.

- deux tubes pré-isolés avec passage sous le mur de la Tour Sud-Ouest jusqu'à l'ancienne cheminée (futur petit placard technique en partie basse),
Références des deux tubes : MICROFLEX WATTS MD16032C diamètre 160 mm Classe 6 et MICROFLEX WATTS MD16050C Classe 5 diamètre 160 mm, documentation en pièce jointe.

Soit au total 4 tubes de diamètre 160 mm qui partiront de la future chaufferie.

Pour la tranchée, profondeur de l'arase inférieure du réseau à 96 cm par rapport au sol naturel. Tubes posés sur un lit de sable de 100 mm, remplissage de la tranchée en sable jusqu'à - 65 cm par rapport au sol naturel, ensuite bande de signalisation et déblai.

Attention au rayon de cintrage des tubes pour le passage dans les murs à l’horizontale comme à la verticale (0,5 m pour la référence MD16032C et 0,6 m pour la référence MD16050C).

(...)

Cordialement.

Julien André
Agence Bee+ Miniac Morvan
06 07 56 17 78
julien@beeplus.fr

(Fin de citation)
L'architecte du patrimoine recommandée par Arnaud PAQUIN est manifestement très désireuse de sortir la restauration des menuiseries extérieures de l'ornière où elle croupit depuis belle lurette. Elle veut également pouvoir présenter à la D.R.A.C., lors de la réunion de chantier du 14 novembre prochain, un projet aussi abouti que possible. De telles résolutions l'honorent sans aucun doute. Puis-je ajouter qu'elles me changent agréablement ?

Une réunion préparatoire avait été programmée pour le 14 octobre, afin de lui permettre de prendre les cotes qui lui manquent. Mais cette réunion n'a pu avoir lieu. Donc cette architecte a souhaité revenir ce mardi-ci. J'ai tâché de faire valoir que je préférerais être présent ce jour-là mais que je serai probablement bloqué à Paris.

Finalement, considérant que ses motifs sont des plus louables et qu'il semble difficile de remobiliser tout le monde pour une autre date que le 14 novembre, j'ai accepté, un peu à contrecœur je dois le reconnaître, qu'elle vienne en mon absence. Je compte donc demander à l'ami Igor de se tenir en position de me remplacer auprès d'elle, ne serait-ce que pour lui ouvrir les portes ou pour tâcher de répondre à ses questions.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 18 octobre 2019 20:27
À : Igor EREMIA
Cc : (...)architecte@gmail.com>; CORESPA <yl-corespa@orange.fr>; C.F. ; T.F.
Objet : Chaslerie - Visite de Mme (...), architecte du patrimoine.

Cher Igor,

Comme je viens de te le téléphoner, il faudrait que tu viennes à la Chaslerie mardi prochain. Il est probable que je serai alors à Paris. Tu ouvriras les portes, vers 9 h 30 du matin, à Mme (...), architecte du patrimoine (qui sera peut-être accompagnée d'un collègue architecte) et les refermeras après son départ. Je t'ai dit où tu trouveras les clés et où tu devras les remettre à ton départ.

Elle prendra les cotes de différentes ouvertures ainsi que celles des "poutres pourries" que tu sais.

Les ouvertures en question sont, d'après ce que j'ai compris :

- les lucarnes du colombier et des écuries,
- les fenêtres de la 1ère tranche de restauration ("salle dévastée", cage d'escalier, tour Sud-Ouest) et celles de la 2ème tranche (salle-à-manger, chambre au-dessus de la salle-à-manger) ; peut-être la porte principale du logis ;
- pour y poser des menuiseries métalliques, les ouvertures des meurtrières des deux tours du logis, sans oublier l'ouverture d'aération des latrines au 1er étage de la tour Sud-Ouest ni les deux meurtrières du 1er étage de la tour Nord-Est ; parce que l'artisan concerné ne veut pas se déplacer pour un trop petit nombre de meurtrières, il serait bon qu'elle mesure également les meurtrières du rez-de-chaussée de la tour Louis XIII,
- la porte de séparation entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour,
- la porte d'entrée dans la pièce du 1er étage de la tour Louis XIII (mon ancien bureau).

Si elle veut également mesurer les fenêtres des trois niveaux du colombier et sa porte sur cour ou le fenestrou du rez-de-chaussée, il n'y a pas de problème.

N'hésitez pas à vous servir du jus de pomme (qui se trouve dans le réfrigérateur) ou du café. Si elle a besoin d'une table, tu l'installeras dans le salon (veille à bien en fermer les volets après son départ, de même que les battants de la porte principale du logis). Les w.-c. à sa disposition sont ceux sous l'escalier du logis.

En cas de doute ou de difficulté, n'hésite pas à m'appeler sur mon portable.

Encore merci pour ton aide. Bon week-end à toi. Je serai sur les routes demain (Pontorson, puis Alençon, puis Paris) et ne sais pas encore quand je serai de retour au manoir favori.

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
Alors que j'ai acheté la Chaslerie il y a plus de 28 ans et qu'après plus de 28 ans de travaux de restauration permanente, je n'y dispose encore que de 65 m2 habitables (selon les standards normaux), je suis en mesure, cette nuit de faire la déclaration suivante :

La restauration intérieure du manoir a, du moins à mes yeux, franchi hier un stade critique qui m'autorise à affirmer que, sauf événement dramatique (géopolitique, économique ou personnel), on aperçoit désormais le bout du tunnel :
- le positionnement de l'"escalier-en-facteur-commun" susceptible de desservir proprement l'aile Ouest est défini, grâce aux travaux d'Arnaud PAQUIN ;
- le lancinant problème de la perte d'imperméabilité de différents murs extérieurs et des dégâts des eaux subséquents a été résolu, l'apport intellectuel le plus décisif en la matière ayant été le fait d'Yves LESCROART ;
- le traitement professionnel du préalable à tous travaux intérieurs constitué par le chauffage des bâtiments paraît en bonne voie, au moins pour ce qui concerne la définition des moyens à mettre en œuvre ;
- pour ce qui concerne les parties classées, mon impression à ce stade est que nous avons enfin, et en y mettant beaucoup du nôtre il est vrai, peut-être trouvé l'architecte du patrimoine qui saura parfaire la mise hors d'eaux des bâtiments.

Donc tout baigne à ce stade !

Mon principal défi pour les années à venir consistera à obtenir de mon aîné qu'il se prépare à me relayer dès que possible, c'est-à-dire :
- qu'il adapte son mode de vie familiale de manière à le rendre, le moment venu, compatible avec une suffisante présence sur place ;
- qu'il se force à suivre les péripéties du chantier, y compris en venant en rencontrer régulièrement les intervenants, de manière à ce que se tissent entre eux les relations de confiance sans lesquelles rien de plaisant ne pourrait se poursuivre dans l'intérêt du monument.