Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 22 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - O'Gustin
0
Ce matin, je suis allé récupérer Guguss que j'avais confié à ma mère pendant ces quelques jours où j'étais sur les routes de France. Ma mère avait du mal à trouver ses mots et ses idées (sauf quand il s'agissait de cet animal devant qui elle est en adoration) :

22 octobre 2020.

22 octobre 2020.

Cette après-midi, ma mère a été admise en urgence à l'hôpital d'Alençon pour un scanner cérébral prescrit par son médecin traitant, sollicité par ma sœur.

P.S. (du 23 octobre 2020 à 7 h 30) : Les dernières nouvelles sont rassurantes. Il semble qu'il y ait eu un surdosage de médicaments. Décidément...

P.S. 2 (à 8 h 30) : Ma sœur m'apprend que notre mère a été transférée cette nuit à l'hôpital de Mamers (Sarthe). On ignore à cette heure si elle retournera un jour prochain à Alençon.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 22 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Accident ce soir au théâtre de Caen, lors de la générale du spectacle de Sébastien DAUCE et de "Correspondances". Peu après l'entracte, un chanteur (le "grand sacrificateur", qui intervient au bout d'une heure et 55 minutes de ce "Ballet royal de la Nuit"), juché sur un échafaudage à roulettes, est tombé dans la fosse d'orchestre.

La salle a été évacuée de manière à faciliter l'intervention des secours. Il est à craindre qu'outre ce chanteur, il y ait des blessés, notamment parmi les joueurs de théorbe. J'ai vu que Sébastien est indemne mais chaviré. Espérons qu'il y ait eu plus de peur que de mal (mais, d'après ce que j'ai cru apercevoir, ce n'est pas sûr).

P.S. ( à 13 heures) : Aux dernières nouvelles, c'est moins grave que je ne l'avais craint. Tous mes vœux de convalescence aux blessés !
Cambérabéro
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Livre d'or - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Bonjour Pierre-Paul,

Que pensez-vous du prix de vente de celui-là ?

Vente Château Arthies | 9 800 000 € | 800 m²
Château en Vente à Arthies : Coup de coeur. A seulement 45 kms de Paris dans le Val d'Oise, château médiéval en pierre et brique entièrement rénové par l'architecte Jacques Garcia sur 4 hectares.


Amicalement,

N.D.L.R. : La proximité de Paris est un énorme avantage et la signature de Jacques GARCIA légitimement prestigieuse. L'agent immobilier m'est inconnu.

Ceci dit, je trouve ce prix absurde. A titre anecdotique, seuls m'intéresseraient quelques dallages comme celui-ci :


En d'autres termes, la seule question qui me paraisse ici pertinente serait de savoir ce que peut cacher un tel prix.

Amicalement.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Comme j'en ai plus que marre de passer beaucoup trop de temps à régler des questions administraaaâââtives dépourvues du moindre intérêt, je me suis offert quatre bouquins qui ont l'air passionnants :
- "L'odyssée des gènes" par Evelyne HEYER chez Flammarion,
- "Dictionnaire amoureux de Montaigne" par André COMTE-SPONVILLE chez Plon,
- "Fantaisies quantiques" par Catherine d'OULTREMONT et Marina SOLVAY chez Saint-Simon,
- "La lumière révélée" par Serge HAROCHE chez Odile JACOB.

Avec ces bouquins, je suppose que je vais me régaler.

Carole, qui me trouve stressé, a ajouté à la pile "Être un retraité heureux, le cahier d'exercices qui vous veut du bien" qu'elle a dû trouver à "Intermarché"...
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Abîme
Publié le 23 octobre 2020


Maman ne se souvenait pas que c’était l’anniversaire de la mort de Papa. A vrai dire, elle ne se souvenait pas non plus vraiment de lui. J’ai placé son portrait entre ses mains. — C’était ton mari, Maman, et mon père. Vous avez vécu soixante-quatre ans ensemble. Elle m’a regardé, incrédule. — Il s’appelait Albert. — Ah!… Oui, Albert…

Le brouillard de sa mémoire s’est déchiré furtivement, des souvenirs sont remontés à la surface, elle a caressé le visage en murmurant « Albert, Albert… »

C’était il y a exactement un an. « Ô mon père et ma mère ! Ô mes chers disparus… »

Et moi, aujourd’hui, qui regarde cette photo de Maman regardant une photo de Papa, je vois aussi la mise en abyme. Je vois qu’il suffirait qu’on me photographie là, devant cette photo, pour que le maillon que je suis rejoigne déjà, en image, la longue chaîne des absents.
Betty TOUBERT (par S.M.S.)
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
BM va beaucoup mieux depuis qu'on a arrêté le médicament en cause, du moins pour quelques jours.
Le médecin que j'ai eue m'a parlé d'un retour a priori possible à Domitys si ça continue. A suivre.
Maman a son téléphone mais juste un problème de batterie pour le recharger. Elle est beaucoup plus claire que ces derniers jours.
Bise.

N.D.L.R. : Merci !

A la suite de ce S.M.S., j'ai appelé ma mère et l'ai trouvée enjouée et en bonne forme. Elle a pris des nouvelles de Guguss et m'a demandé d'embrasser les petits croutons de sa part.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Ma sœur m'apprend que l'interne de garde à l'hôpital d'Alençon la nuit dernière a fait preuve d'une grande sûreté de diagnostic en comprenant aussi vite que le trouble de ma mère était dû à un surdosage médicamenteux.

Félicitations à cette jeune femme ! Cela fait plaisir de savoir que, dans notre département, il existe des médecins accessibles et de cette qualité ! Et bravo à tous ceux, élus notamment, qui concourent à une bonne desserte médicale de notre province !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 23 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Privé - 15 JJ
0
L'entrepreneur qui intervient dans le duplex de Paris me signale un dégât des eaux qui avait échappé à Carole :

23 octobre 2020.

23 octobre 2020.


Il y a, comme cela, des périodes où on les accumule...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 24 octobre 2020 21:08
À : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Cc : Patrice Cahart ; Hugues Hourdin
Objet : RE: Obligation de télédéclaration et "simplifications administratives"

Et le plus drôle de l'histoire est que la SCI en question ne perçoit aucun loyer.

Ces bureaucrates qui coûtent si cher à la Nation écrivent vraiment n'importe quoi !

_______________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 24 octobre 2020 21:00
À : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Objet : RE: Obligation de télédéclaration et "simplifications administratives"

Merci pour l'info. C'est édifiant.

_______________________________________________________________________________

De : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Envoyé : samedi 24 octobre 2020 20:57
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: Obligation de télédéclaration et "simplifications administratives"

Cher Pierre-Paul,

Cette obligation a été introduite cette année. Ce n’était sans doute pas indispensable. Cela ne concerne que les sci qui perçoivent des loyers.
J’ai entendu parler de cette obligation d’avoir une adresse mail distincte de celle utilisée pour la déclaration des revenus. Peut-être pourriez-vous créer une deuxième boîte aux lettres (je l’ai fait pour mon épouse et pour mes enfants; pourquoi pas pour une sci)
L’autre solution est de faire faire cela par un expert-comptable mais je suppose que cela coûterait plus cher.
Je crains que les fonctionnaires de Domfront soient incapables de prendre une initiative qui les obligerait à faire une application pragmatique des instructions qu’ils ont reçues.
Je vois que la sanction est de 150€ par document manquant. La déclaration à télétransmettre en comportant 4, cela ferait 600€ de pénalité. En revanche, les agents de Domfront pourraient accorder une remise de pénalité. Mais il faut déjà trouver une solution au problème pratique.

(...)

Amitiés

Philippe

_______________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 24 octobre 2020 11:04
À : (...)@dgfip.finances.gouv.fr ; ddfip61.PPR.personnel@dgfip.finances.gouv.fr
Cc : p.cahart ; Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Objet : Obligation de télédéclaration et "simplifications administratives"

A l'attention de M. Régis DACHICOURT, administrateur général des finances publiques

Monsieur le directeur,

Puisque, pas plus que vos collaborateurs de Domfront, vous ne m'avez fait l'honneur de répondre à mes demandes d'assistance, la dernière à votre intention en date du 2 octobre dernier, je vous prie de trouver ci-joint le texte du courriel que je viens d'adresser à M. Philippe DURAND, ancien chef de service à la direction générale des impôts :

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 24 octobre 2020 10:35
À : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Objet : Obligation de télédéclaration et "simplifications administratives"

Cher Philippe,

Une L.R.A.R. du fisc de Domfront...

... m'enjoint, sous peine de lourdes pénalités, de télédéclarer les revenus d'une SCI largement dormante, alors que, n'arrivant pas, comme ils le savent, à me connecter utilement au site "impots.gouv.fr" où on me demande, si je comprends bien, des adresses mail différentes pour chacune de mes déclarations (chose que je ne sais pas fournir), je leur ai déjà communiqué, sous forme de courrier simple ou de courriel, toutes informations utiles pour leurs bécanes.

Je suis au demeurant très étonné de cette exigence de télédéclaration qui ne me semble compatible ni avec l'incompétence, en matière informatique, de nombreux petits vieux dont je suis, ni avec l'absence de réponse utile du fisc de Domfront ou d'Alençon aux demandes d'assistance en la matière que je n'ai pas manqué de formuler par écrit à plusieurs reprises.

Pourriez-vous me donner votre avis sur cette situation qui ressemble de plus en plus à un dialogue de sourds ?

Amicalement,

PPF


Il paraît en effet fâcheux que l'administration se contente de menacer de représailles des contribuables désireux de bien faire mais incapables de se débrouiller seuls avec de prétendues "simplifications administratives" comme, semble-t-il, l'obligation de télédéclaration.

J'espère que vous saurez répondre utilement à ce nouvel appel à l'aide, c'est-à-dire, par exemple, que vous désignerez l'un de vos collaborateurs pour m'aider à traiter le dossier en question selon les modalités attendues.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Pierre-Paul FOURCADE
Administrateur civil hors classe (e.r.)
Ancien maître de conférences en fiscalité à l'E.N.A.
Chevalier de la Légion d'honneur

_______________________________________________________________________________

De : Patrice CAHART
Envoyé : vendredi 2 octobre 2020 15:13
À : 'Pierre-Paul Fourcade' <penadomf@msn.com>
Objet : RE: Votre lettre du 28 septembre 2020

Bravo Pierre-Paul. C’est un message salutaire.

Patrice

_______________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : vendredi 2 octobre 2020 12:58
À : (...)@dgfip.finances.gouv.fr; ddfip61.PPR.personnel@dgfip.finances.gouv.fr
Objet : Votre lettre du 28 septembre 2020

A l'attention de M. (...), administrateur général des finances publiques

Monsieur le directeur,

J'accuse réception de votre lettre en objet, suite à mes "courriers en réponse adressés au SIP-SIE de Domfront".

Le ton de certains de mes messages, ceux auxquels vous vous référez si je comprends bien, est - je pense que vous l'avez compris - le simple reflet de l'exaspération que je ne dois pas être le seul à éprouver, notamment parmi vos administrés âgés, devant la complexification qui apparaît sans limite des formulaires que nous avons à remplir. Leur informatisation n'a, selon mon expérience, fait qu'empirer la situation. A un titre qui n'est pas qu'anecdotique, me semble-t-il, j'ai eu l'occasion de classer dernièrement mes déclarations de revenus depuis que j'en remplis, c'est-à-dire depuis une cinquantaine d'années, et il est clair que les dernières sont d'un niveau de détail et d'une longueur sans commune mesure avec celles qui étaient en vigueur il y a quelques années seulement. Or il est patent que ma situation personnelle ne s'est pas complexifiée pour autant, au moins depuis une bonne vingtaine d'années, de sorte que le remplissage de ces formulaires aurait pu me devenir routinier, ce qui est loin d'être le cas. Il me paraît nécessaire que vous sachiez que j'y consacre désormais un nombre croissant de jours chaque année, plus de trois et bientôt cinq. Pourtant j'ai enseigné la fiscalité à l'E.N.A., il y a une quarantaine d'années il est vrai...

Certes, je comprends fort bien que, dans le rôle qui est le vôtre, vous puissiez avoir une réaction telle que celle exprimée par votre courrier lorsque vous prenez connaissance de telles critiques indépendamment du contexte.

Mais puisque, ancien fonctionnaire au ministère des finances, je me considère - peut-être à tort - comme l'un de vos "anciens", je ne puis que vous inviter à sensibiliser, autant que faire se peut, vos collègues en charge de la mise au point desdits formulaires informatisés à la nécessité de veiller au confort des usagers et à la préservation de la dimension intuitive du remplissage de ces documents. Dans toute la mesure du possible, il faudrait par exemple veiller à stabiliser la forme de ces formulaires ou bien mettre en place un guichet aisément accessible et humain (car on en a assez de recevoir des courriels émanant de "nepasrepondre@" !). Il me semble qu'il y aurait là un immense champ de progrès pour "rendre la vie commode et les gens heureux", selon la formule intemporelle de Bossuet.

C'est dire qu'en plus de vos critiques, que je vous assure recevoir positivement, de mes réactions à des procédures qui ne fonctionnent pas ou mal (soit sur "impots.gouv.fr", soit sur "service-public.fr", ainsi que j'en ai encore récemment fait l'expérience, le problème que j'évoque me paraissant global), j'aurais apprécié qu'au moins au bénéfice de l'âge et pour demeurer constructif, vous me désigniez l'un de vos collaborateurs disponible pour m'aider à remplir les formulaires en ligne en question. Il semble en particulier que je doive fournir des adresses de courriel différentes lorsque je remplis des formulaires différents et je ne sais pas le faire (outre que je peine à comprendre pourquoi il faudrait multiplier de telles adresses quand on est, chaque fois, le même signataire).

Donc loin de rejeter les démarches en ligne, je me tiens au contraire à la disposition du collaborateur que vous voudriez bien me désigner, si possible à Domfront, pour me donner la formation nécessaire dont je puis vous assurer qu'elle serait suivie avec les plus grands sérieux et application.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Pierre-Paul FOURCADE
Administrateur civil hors classe (e.r.)
Chevalier de la Légion d'honneur

(Fin de citation)

P.S. (à 13 h 30) : Prenant connaissance de mon problème, mon cadet m'a proposé de m'expliquer comment créer de nouvelles adresses de courriel. J'ai accepté. Nous avons pris rendez-vous téléphonique pour ce soir.

P.S. (à 21 heures) : Mon cadet a oublié de me rappeler. Mais, comme expliqué dans mon dernier courriel, la demande du fisc paraît infondée. Preuve, s'il en fallait, que le niveau a bien baissé depuis l'époque où j'enseignais la fiscalité à l'E.N.A.
Bonsoir,

Château Verteuil-sur-Charente (16)
Prix : 2 800 000 €


Quelle tristesse !

Cordialement

N.D.L.R. : Sans aucun doute.

Au passage, on voit ce que sont les prix avec un agent immobilier sérieux...

Donc, au lieu d'emmerder comme ils le font un retraité sans défense (ou presque), les agents du fisc seraient sans doute beaucoup mieux inspirés d'aller fureter ailleurs. Bien sûr, pour cela, il faudrait réfléchir un peu et ne pas s'en tenir à de lamentables attitudes corporatistes. Je n'ignore pas que ce serait beaucoup demander.
La pouls de ma mère étant de 30 pulsations à la minute, il a été décidé de lui placer un pace-maker. L'intervention doit avoir lieu à Alençon, de sorte qu'une ambulance a été mobilisée.

Quand je l'ai jointe au téléphone, elle était déjà en route et paraissait satisfaite de l'agitation autour d'elle et du fait que ma sœur et moi échangeons plusieurs fois par jour à son sujet.

Elle n'a pas manqué de me demander des nouvelles de Guguss. Je lui ai appris qu'il m'a mordu aujourd'hui pour la seconde fois, ce qui fait deux de trop.