Archives, histoire, documentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 11 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Astronomie - Références culturelles
0
Au milieu de la nuit, je savoure le bouquin que m'a offert Carole ("La diplomatie n'est pas un dîner de gala"). Passionnant. Quel plaisir de partager tant de vies si différentes de la mienne !

De minuscules bestioles attirées par la lumière de ma lampe de chevet, entrées par le houteau ouvert de ma chambrette monacalo-monastique savourent, quant à elles, mes oreilles. Ça me chatouille et ça me gratouille. Je referme le houteau à défaut d'éteindre la lampe. La lecture continue.

P.S. (du 15 août 2018) : Malgré son poids, cet ouvrage se lit d'un trait. J'ai beaucoup aimé. Je partage le constat amer sur l'évolution de l'Europe, et pas que face à la Chine, si bouillonnante et, sans doute, inquiétante quand elle détruit son passé pour se couvrir de gratte-ciels toujours plus foisonnants et se développe à un train d'enfer sans souci pour l'environnement.

Des portraits intéressants. BARNIER, laminé, JUPPE, encensé. La visite de DENG Xiaoping à Versailles est évoquée (page 293 où l'auteur, que j'ai donc croisé autour d'une tasse de thé, confond le château et le Grand Trianon). Il est question d'un ambassadeur dont, sur recommandation d'un ami de mon aîné, j'ai croisé la fille il y a une petite quinzaine d'années ; cette jeune demoiselle au pedigree impeccable était alors stagiaire ENA à Alençon et un élu porté à profiter des avantages de sa fonction avait tenté le rentre-dedans ; elle est aujourd'hui mère de famille et installée à Londres où son mari préside la commission des affaires étrangères de la Chambre des Communes (on parle déjà de lui comme futur Premier Ministre de sa Gracieuse Majesté). Impressionnant, affaire à suivre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Pour l'anniversaire de notre aîné, Carole lui a offert, en plus de deux de ces B.D. dont lui comme elle sont si friands, "La part d'ange en nous - Histoire de la violence et de son déclin" de Steven PINKER, avec une préface de Matthieu RICARD.

Comme mon aîné s'était déjà plongé, sur ma recommandation, dans "La diplomatie n'est pas un dîner de gala" dont il ne décolle pas (il y a, paraît-il, consacré une partie de la nuit d'avant-hier et il continuait hier), j'ai commencé à lire le pensum de 1 041 pages de PINKER. Je fais partie de ceux qui, au départ, ne sont en rien convaincus par la thèse de l'auteur. Il paraît que Bill GATES a déclaré : "C'est le meilleur livre que j'aie lu de toute ma vie". On verra.