Archives, histoire, documentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 23 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
CHATEAUBRIAND à Juliette RECAMIER : "Que n'étiez-vous là avec moi ! Quand aurai-je fini mon avenir et quand n'aurai-je plus rien à faire dans le monde qu'à vous aimer et à vous consacrer mes derniers jours ? C'est une belle chose que Rome pour tout oublier, mépriser tout et mourir."

(Cité par Jean-Marie ROUART dans "Dictionnaire amoureux de Jean d'ORMESSON" chez Plon.)

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 24 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
"Plus je vieillis et plus je trouve qu’on ne peut vivre qu’avec les êtres qui vous libèrent, qui vous aiment d’une affection aussi légère à porter que forte à éprouver. La vie d’aujourd’hui est trop dure, trop amère, trop anémiante, pour qu’on subisse encore de nouvelles servitudes, venues de qui on aime. À la fin, on mourrait de chagrin, littéralement. Et il faut que nous vivions, que nous trouvions les mots, l’élan, la réflexion qui fondent une joie, la joie."

Lettre d’Albert Camus à René Char - 17 septembre 1957.
Michel Auclair‎ à LES BEAUX CHÂTEAUX ET AUTRES TRESORS DU PATRIMOINE EUROPEEN (via "Facebook")
rédigé le lundi 24 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le château de Bénéauville (Calvados)

L’étrange silhouette du château de Bénéauville se dresse à une quinzaine de kilomètre au nord est de Caen. Le château a été construit entre 1589 et 1592 pour Louis de Touchet et Marie de l’Estendart pour remplacer le château précédent qui avait été détruit pendant les guerres de religion.

L’intérieur a été remanié au XVIIIème siècle. Classé monument historique en 1958, le château abrite aujourd’hui des chambres d’hôtes. On peut apprécier ou pas l’accumulation de trophées de chasse et d’animaux naturalisés mais on remarquera les superbes cheminées.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.

Château de Béneauville.


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.

Il faudrait que j'aille en étudier les plafonds et les boiseries.
Au courrier de ce jour, un numéro passionnant de la revue des "Vieilles Maisons Françaises", consacré au Calvados.

Est-ce parce que nous avons la chance d'avoir un resplendissant conservateur régional du patrimoine...

Stéphane ROCHAS.

... que le descendant de Guillaume le Conquérant qui se trouve être, présentement, le"délégué VMF du Calvados" s'est trompé à ce point dans le titre de notre assistant à la maîtrise d'ouvrage favori ?

En tout cas, ce numéro comporte un excellent article de ce dernier sur "Le classicisme à la mode de Caen", de surcroît remarquablement illustré.
André DEGON m'a signalé, il y a une dizaine de jours, que son prochain ouvrage sur "50 châteaux normands", comportant un article sur la Chaslerie, paraitrait dans une plus belle collection des éditions Ouest-France que celle envisagée jusque là (le prix des ouvrages y est de l'ordre de 30 € au lieu de 10). J'ai voulu me rendre compte de la qualité de cette collection et, y ayant repéré, via le net, un ouvrage sur les "Malouinières - Demeures d'exception", j'en ai immédiatement passé la commande au débitant local de journaux. Huit jours plus tard, rien n'était encore arrivé à Domfront. J'ai donc annulé cette première commande et, puisque je devais aller à Flers, ai poussé jusqu'à mon libraire local. Il était 12 h 15 hier, heure-limite d'ouverture et le gars avait déjà abaissé sa grille. Le hasard a voulu qu'à quelques pas de là, je le croise dans la rue. Il m'a appris que son bon de commande étant déjà parti, il ne recevrait rien avant le début juillet.

De retour à notre manoir favori, j'ai passé ma commande via "Amazon" où j'ai trouvé la référence sans difficulté. J'ai cliqué sur "Envoi" à 15 h 28 précisément. Hier après-midi donc.

Il est à peine 11 heures du matin. "Amazon" m'a envoyé un courriel hier à 21 h pour me dire qu'ils avaient expédié le bouquin. Ce matin à 9 h 04 "Chronopost" m'a prévenu de l'heure du passage de leur livreur. A l'heure qu'il est, j'ai reçu le colis et ai déjà eu le temps de le parcourir. J'en dirai quelques mots dans un prochain message.

Il me tarde que les pharmaciens passent sous la toise d'"Amazon". Ce matin, j'ai dû patienter une demie heure devant la grille fermée de la pharmacie de Domfront avant de pouvoir y acheter mon quota mensuel de pilules pour le cœur.
Vivement la "disruption", là aussi ! Halte au parasitisme de kroumirs incapables de se réformer (ou dans la main de logisticiens foireux, ce qui aboutit au même résultat) !