Archives, histoire, documentation

Je viens de lire, coup sur coup, deux ouvrages fort intéressants, au moins pour les gens de ma génération (ceux que l'on appelle parfois les "baby-boomers").

Il s'agit de :
- "Philippe Seguin, le remords de la droite", chez PERRIN, par Arnaud TEYSSIER, un auteur qui m'a parfois agacé mais qui, il faut bien le reconnaître, a su mener, en parallèle à l'existence où je l'ai connu, une carrière d'auteur ;
- "Georges Pompidou - Lettres, notes et portraits / 1928-1974", chez Robert Laffont.

Ces deux ouvrages nous parlent de l'époque où j'avais l'impression que les dirigeants de notre pays jouissaient d'un large respect dans la population, une époque où les institutions n'avaient pas été encore abatardies par de troubles cohabitations puis l'instauration hasardeuse du quinquennat, avant la remontée en puissance du régime des partis jusqu'à l'implosion brutale qu'a représenté l'élection, sous l'influence décisive d'une médiacratie aux mains des ploutocrates, d'un OVNI se prétendant "ni de droite, ni de gauche" ou "et de droite, et de gauche" (ou les deux "en même temps", je ne sais plus), bref une époque où j'avais le sentiment de pouvoir, muni d'une grille simple, comprendre quelque chose à la politique.

Au demeurant, n'était-ce pas l'époque où "servir l'Etat" pouvait encore avoir un peu de sens, du moins pour les bons élèves habitués à franchir sans encombre les étapes du "cursus honorum" ?

Certes, les temps ont bien changé, entre boboïsation des mœurs, immigration de masse ou mondialisation de l'économie. A ces titres également, je regrette ce passé qui s'éloigne à grandes enjambées.

Philippe SEGUIN n'a jamais été vraiment ma tasse de thé car je n'ai guère perçu, pour ma part, que les impuissances et désarrois successifs du personnage. En particulier, sa préface des travaux de la commission d'enquête parlementaire sur le naufrage du "Crédit Lyonnais" m'avait outré, en ce qu'elle empêchait un travail, à mes yeux indispensable, de recherche des responsabilités de ce désastre, financier et moral, analogue à celui que je devais côtoyer et qui m'a tant marqué. Mais je me retrouvais dans son indépendance d'esprit et dans ses efforts pour dégager les lignes de force de quelques évolutions de fond dangereuses qu'il pressentait.

POMPIDOU, j'avais estimé que sa présidence inachevée avait un goût de déconnexion d'avec ce que j'aurais souhaité, qu'il s'agisse de la période du cabri CHABAN ou bien de celle du décurion MESSMER. Mais quelle culture et quel positionnement remarquables, proches de l'optimum d'après moi ! Pensez donc, un homme d'Etat qui rêvait encore, à haute voix, d'empêcher l'administraaaâââtion d'"emmerder les Français" !

Curieusement, j'ai reçu mardi dernier un long coup de fil de Jean-Yves HABERER qui, ayant remarqué mon article récent sur les nuisances éoliennes et les procédures y afférentes, venait papoter à ce sujet avec moi. En lui parlant, je lui ai envoyé à deux reprises du "Monsieur le directeur" long comme le bras. Arriverais-je donc à avoir une relation apaisée avec un certain passé, ainsi que Carole ne manque pas de m'y encourager souvent (elle l'a encore fait dernièrement, bien entendu) ?
Le Château de Mariemont par Jan Brueghel l'Ancien (1612). Édifié en 1546 près de Charleroi, par Marie de Hongrie, la sœur de Charles Quint, il devint au début du XVIIe siècle la résidence préférée des archiducs Albert et Isabelle de Habsbourg, gouverneurs des Pays-Bas du Sud.

N.D.L.R. : Tableau contemporain de la Chaslerie. Château légèrement antérieur.
Sortons des sentiers battus

Ces temps-ci, mon imagination me conduit à Aucun, bourg rural des Hautes-Pyrénées, cela ne vous aura pas échappé.

J'ai déjà évoqué à plusieurs reprises les sujets qui ont agité cette paroisse du val d'Azun durant la Révolution et je vais continuer dans les semaines qui viennent ; je n'ai pas encore épuisé le sujet. Mais il est peut-être temps de vous expliquer cet intérêt soudain. Le généathème proposé par Sophie Boudarel pour le mois d'octobre, "À la découverte de nouvelles sources", m'en donne l'occasion.

Paysage pyrénéen, collection personnelle.

Mais tout d'abord une remarque. Je suis parfois surprise par la façon dont mes interlocuteurs voient la généalogie : trois dates piochées dans les registres d'état civil, la photographie d'une tombe, un contrat de mariage… rien de plus ! Vision un peu simpliste, non ? Il suffit pourtant de faire un tour sur les sites des archives départementales pour découvrir la variété des sources mises à notre disposition. Sites qui ne cessent de s'enrichir au fil des mois.

Prenons les Hautes-Pyrénées. J'ai longtemps pesté contre ce département qui avait le double tort d'être trop éloigné de mon camp de base et de tarder à mettre en ligne les documents susceptibles de m'intéresser. Eh bien, cela valait vraiment le coup de patienter !

De multiples possibilités d'accès

Le site propose cinq options pour accéder aux fonds numérisés :

- L'accès par type de documents, le plus austère (une simple liste par ordre alphabétique),

- L'accès géographique, celui que j'utilise le plus, passant par la liste des communes,

- L'accès cartographique, là il suffit de cliquer sur la carte,

- L'accès thématique, joliment illustré, avec cinq pistes à explorer au gré de son humeur (1-Naître, vivre et mourir, 2-Participer, délibérer et décider, 3-Représenter, 4-Glaner, 5-Servir au culte),

- Enfin une recherche par mots-clefs.

Un inventaire par commune

Si je clique sur Aucun, j'ouvre une page qui me fournit quelques informations sur le lieu (altitude, superficie, population, origine du nom, etc.) et m'indique toutes les ressources disponibles en ligne.

Et là, j'ai l'embarras du choix : douze, je dis bien douze possibilités ! Les grands classiques, bien sûr, registres paroissiaux, état civil, tables décennales, listes de recensement. Avec leur lot de frustrations, ne rêvons pas (années manquantes, séries incomplètes).

Mais à côté de ces incontournables de la recherche généalogique, le site recèle d'autres trésors. Par exemple, le cahier de doléances rédigé en mars 1789 : juste quatre feuillets, certes, mais avec la liste des chefs de famille et leurs préoccupations du moment.

Ou ce procès-verbal d'une visite pastorale effectuée en 1781 : on y suit pas à pas le vicaire général de l'évêque de Tarbes passant en revue les bâtiments de l'église et du presbytère, les vases sacrés, les vêtements sacerdotaux, le mobilier, les registres, les ressources financières de la cure. Il fourmille de détails. À portée de clic également, l'inventaire des biens de la fabrique, réalisé en 1906, après le vote de la loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat en décembre 1905.

Vous voulez en apprendre davantage sur le patrimoine des familles ? Voici le livre terrier de la communauté d'Aucun, rédigé en juillet 1761 par Jean Math, arpenteur royal, à des fins éminemment fiscales. Deux cent dix pages à consulter, à condition toutefois d'avoir bien assimilé les implications complexes entre maison et famille en pays bigourdan.

D'un accès plus aisé, la monographie communale, rédigée en 1887. L'instituteur y décrit par le menu le village, son climat, ses habitants et leur mode de vie, dans un style qui ne manque pas de sel. Je retiendrai cette phrase : "Les habitants d'Aucun, au teint rembruni, comme ceux de toute la vallée, ont des airs d'hidalgos" ! L'Espagne est juste de l'autre côté de la montagne…

Jusqu'ici, j'ai surtout exploité les registres de délibérations du conseil municipal. Plus exactement les 81 feuillets qui couvrent la période comprise en janvier 1790 et juin 1805. Et je n'ai pas été déçue, collectant au passage des informations sur Alexis Fourcade, l'un de ses frères, l'une de ses sœurs, plusieurs de ses enfants…


Donc oui, je ne puis que vous inciter à partir à la découverte de nouvelles sources. Vous y trouverez largement de quoi enrichir votre généalogie.

N.D.L.R. : Je t'admire d'arriver à lire la "monographie communale". J'ai beau écarquiller les yeux, imposs pour moi !

N.D.L.R. 2 : Si, j'y suis arrivé, il faut bidouiller un curseur en forme de loupe.

N.D.L.R. 3 : Je te signale qu'en bas de la page 8 de ce document, il est question d'un "hameau Prats-Dors" de 30 âmes. Ne s'agirait-il pas de nos ancêtres ?
Jean-François VIEL, paléographie
rédigé le mercredi 11 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Nous avons ici un bel exemple de cette écriture cursive propre aux XVIe et XVIIe siècles, dont je suis si friand.

Ce texte est extrait de la rubrique « tiltres, pappiers et aultres enseignemens » d'un inventaire de 1583, dressé après le décès d'un marchand bourgeois de Paris (1) ; il mentionne et décrit un contrat d'échange de 1573 se trouvant dans les papiers du défunt. Avec ses nombreuses abréviations et ses mots « suggérés », cette écriture peut paraître à première vue hermétique ; il n’en est toutefois rien, le contexte et une bonne connaissance des abréviations et des formules notariales permettent en effet d'en venir à bout. En voici la transcription :

« Item unes aultres lectres dudict Chastellet signées Delafons
et Perier, dactées du premier jour de septembre mil
Vc LXXIII, contenant l’eschange faict entre Jehan Vernon,
Guillaume Vernon, Jehan Delacourt et Jehanne Vernon, sa femme,
d’une part, et ledict deffunct Estienne Gestard, d’aultre. Et
par icelluy apert lesdictz Vernon avoir baillé audict Gestard
une maison ainsy qu’elle se comporte, assise à Paris,
rue St Victor, où est pour enseigne la Corne de cerf,
à l’encontre de quatre vingtz trois livres six solz huict
deniers tournoiz de rente que ledict Gestard auroit baillé en
contre eschange audict Vernon, le tout selon et ainsy qu’il
est plus amplement contenu et declaré esdictes lectres, inventorié
pour seconde fois...........................................IIII. »

___
(1) Archives nationales, Minutier central, ET/XI/72, inventaire après décès d’Etienne Gestard, marchand bourgeois de Paris, 28 février 1583.

Lettrine apparaissant sur l'expédition sur vélin d'un acte notarié rouennais de 1728. Logo et collection personnelle de Jean-François VIEL.

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Le curé qui cherchait la clef

Après l'agitation de la décennie précédente, le bourg d'Aucun semble maintenant renouer avec une vie plus paisible. Le Concordat de 1801, signé par Joseph Bonaparte et ratifié par le Pape, a pacifié les relations entre l'Eglise et l'Etat, en apparence tout au moins.

En novembre 1803, l'une des premières tâches du nouveau maire, Joseph Nadalle(1), consiste à évaluer les dépenses nécessaires à l'exercice du culte : rachat du presbytère, réparations diverses dans l'église et dans la maison du curé, achat de mobilier, location d'un logement pour le vicaire de Labat. Le tout est estimé à 636 francs pour l'église Saint-Félix et à 120 francs pour l'église du quartier de Labat, éloignée du centre du bourg.

La prise de possession de l'église

Le dimanche 29 janvier 1804, c'est donc l'installation du nouveau curé, désigné, semble-t-il, par l'évêque de Bayonne. François Serez prend officiellement possession de sa paroisse et la cérémonie se déroule avec une certaine solennité.

Eglise d'Aucun, collection personnelle.

Après la lecture "à haute et intelligible voix de son institution canonique" et la prestation de serment de fidélité au gouvernement prévue par le Concordat, François Serez est conduit dans le chœur. Il s'incline devant l'autel et devant les Evangiles, ouvre le tabernacle et bénit les paroissiens assemblés avec le ciboire(2).

Il est ensuite conduit aux fonts baptismaux, de là au confessionnal où il s'assoit un instant, puis vers la cloche qu'il fait "tinter", enfin vers la chaire où il s'assied pour parler au peuple.

Outre le paraphe du nouveau curé, le procès-verbal est signé par Bernard Prat, le prêtre qui l'a assisté, le maire Joseph Nadalle, ainsi que plusieurs notables dont les noms sont régulièrement apparus dans les actes municipaux de la décennie écoulée. Parmi eux, je reconnais la signature de mon ancêtre Alexis Fourcade.

L'affaire des confessions

Mais des tensions ne tardent pas à apparaître dans le bourg d'Aucun. Dès la mi-mars 1804, soit un mois et demi à peine après son installation, le nouveau curé est convoqué devant le maire et son conseil.

De quoi s'agit-il ? Il sème le trouble et l'inquiétude parmi ses paroissiens en leur affirmant que les confessions des douze dernières années sont à refaire ! Et pourquoi donc ? Eh bien, parce qu'elles ont été entendues par des prêtres jureurs et que, ces derniers ayant été condamnés par le pape, le sacrement de pénitence dispensé par eux n'est pas valable…

François Serez campe sur ses positions. Devant son opiniâtreté, le maire décide d'adresser une pétition à qui de droit.

Un jeu de cache-cache

L'affaire dégénère bientôt. Le 8 avril suivant, jour de Quasimodo(3), pas de curé à la messe dominicale de 10 heures, et pas davantage de prêtre pour célébrer les vêpres ! Même constat, le dimanche suivant 15 avril.

Le 10 mai, jeudi de l'Ascension, c'est au tour du curé de se plaindre. Il se rend chez le sieur Casajoux, adjoint du maire : impossible de mettre la main sur la clef qui ouvre la porte de l'église ! L'adjoint ne l'a pas et le sacristain non plus. Mais ce dernier précise que le maire est passé la retirer la veille…

Bref, c'est la guerre entre le maire et le curé. Cela ne vous rappelle rien ?

Le registre des actes communaux reste muet sur la fin de cette querelle, mais je ne puis m'empêcher d'imaginer les allées et venues d'un homme en noir, martelant le chemin entre l'église et la mairie d'un pas vindicatif, sa soutane virevoltant de part et d'autre de sa personne…


(1) En vertu de la Constitution de l'an VIII (13 décembre 1899), les maires et autres fonctionnaires publics sont choisis par l'Etat ou son représentant, le préfet, sur une liste de confiance résultant du vote des citoyens.

(2) Vase muni d'un couvercle, dans lequel sont placées les hosties consacrées.

(3) Il s'agit du premier dimanche après Pâques.