Maçonnerie-carrelage

Au courrier trouvé cette nuit, en rentrant à notre manoir favori, les documents suivants que je commente en les mettant en ligne :
- une lettre de notre géomètre-expert favori :

- sa facture que je vais régler immédiatement puisqu'il a bien répondu à ma commande :

- les documents d'arpentage relatifs à la création d'une parcelle pour le bief amont des douves (classé parmi les monuments historiques) :

- les documents d'arpentage relatifs à la création de quatre autres nouvelles parcelles, l'une pour la tour Louis XIII, l'autre pour le logis, une troisième pour l'allée historique et une dernière pour l'ensemble constitué principalement par la terrasse, le Pournouët et les maçonneries du circuit des douves autres que le bief amont :

- le plan de division qui résulte de tout ce qui précède :

Mon intention est de vendre les nouvelles parcelles, en nue-propriété, à une S.C.I. familiale (peut-être celle déjà mise en place pour l'"aile de la belle-mère"), de manière à donner une assiette juridique incontestable aux travaux de restauration qui pourraient y être menés, dès que possible selon mon souhait.

Quant à ces travaux de restauration, ils devraient être mis en œuvre avec mon accord sur les partis architecturaux retenus et les matériaux choisis.

En effet, ce n'est pas parce que je n'ai plus les moyens de financer ces travaux que je compte m'en désintéresser et, en particulier, cesser d'en rendre compte sur notre site favori. Je ne vois là nulle "immixtion" (n'en déplaise à un prestataire qui semble se croire fondé à se plaindre de moi qui ne suis certes pas un béni-oui-oui ni, je le crois du moins, un observateur inculte ou imbécile), mais une "contrepartie légitime et normale", en plus d'un juste prix à payer par le porteur de parts de la S.C.I., aux abandons d'une propriété jusque là pleine et entière que je suis prêt à consentir dans l'intérêt du monument.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 16 juin 2017
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Electricité - Menuiserie - Logis
0
Julien PRUNIER, fils et compagnon de mon nouveau plombier, est venu hier commencer l'installation de la colonne de lavabo dans le futur cabinet de toilettes situé sous l'escalier du logis. Voici ce que cela donnera :

15 juin 2017.

15 juin 2017.

15 juin 2017.

Les robinets sont moins moches que dans mon souvenir, donc on va peut-être les garder. Le fait est qu'ils peuvent être changés, de même que le lavabo de verre lorsque (ne nous faisons pas d'illusion) il sera cassé.

Avant de finaliser cette installation, il faudra boucher divers trous ou saignées qui restaient en attente...

15 juin 2017.

15 juin 2017.

... mais surtout se rappeler si l'eau arrive bien dans ce volume.

A cet égard, j'ai perdu la mémoire de nos travaux de 2014, sauf à me reporter aux photos de l'époque telles que conservées sur notre site favori. Mais je crains que ce soit insuffisant si je n'arrive pas à remettre la main sur les photos que j'ai dû archiver ailleurs, mais où ?

Pour le reste, j'ai passé commande en ligne, pour un prix deux fois moins élevé que celui indiqué en magasin, de la cuvette suspendue "Memento" de "Villeroy et Boch" et de son abattant. M. PRUNIER est chargé de faire son affaire du bâti si toutefois nous maintenons cette cuvette à l'endroit envisagé par l'architecte. En effet, nous nous heurtons là aussi à une difficulté, à savoir la nécessité d'une intervention de Sébastien LEBOISNE pour plaquer sur la cloison du fond de la pièce un plan de chêne qui permette la pose sans jour de la cuvette.

Quant à l'auge prévue comme lave-bottes, son installation viendrait dans un troisième temps, lorsque nous aurions résolu les autres problèmes.

Il se vérifie ainsi que l'installation du moindre cabinet de toilettes dans un cadre de vieilles pierres est toujours très complexe dès lors que l'on souhaite réaliser quelque chose de fonctionnel, confortable et élégant.

P.S. (du 17 juin 2017) : Eurêka, je crois que, grâce à un message de notre site favori, j'ai fini par retrouver par où doit passer l'alimentation en eau de ce futur cabinet de toilettes : c'est ou bien dans le mur, entre la porte restaurée et la fenêtre, dans une saignée (derrière l'échelle) en passe d'être rebouchée en mars 2014...

15 mars 2014.

15 mars 2014.

... ou bien dans le gros tuyau bleu rampant sur le sol et qui, à tout le moins, doit être là pour amener un jour l'eau chaude au futur radiateur prévu sous la fenêtre :

7 mai 2014.

J'espère que je ne me trompe pas et que MM. PRUNIER, père ou fils, pourront confirmer l'une de ces hypothèses. Sinon, on est mal.

P.S. 2 : Je navigue sur notre site favori et, avec ma bécane et sans la 4G, c'est très lent. Je finis néanmoins par retrouver un autre message avec une photo qui me paraît confirmer la première de ces deux hypothèses. On aperçoit en effet dans la saignée en question un petit tuyau bleu :

12 mai 2014.

Ouf ! On est passés tout près de la catastrophe ! Je ne sais pas comment j'aurais pu livrer ce cabinet de toilettes pour le 10 septembre prochain si on avait perdu la trace de cette arrivée d'eau !

P.S.3 : Et encore un autre message montrant cette fois la saignée rebouchée :

28 mai 2014.

Voilà, on a quand même fini par retrouver la chronologie exacte de ces interventions et, surtout, la trace de cette arrivée d'eau. Tout ceci grâce à notre site favori !

Quand je constate de telles performances, je me dis que je dois défendre l'existence de ce site contre tous ceux qui, à un titre ou un autre, auraient tôt fait de réclamer son silence.

Certes, j'ai encore pas mal d'expressions à limer pour éviter des provocations inutiles et même, parfois, contre-productives mais, en l'état de mes outils (bécane et code), cela prendra du temps, nécessairement. Mais l'essentiel me paraît incontestablement d'excellente facture et de forte utilité. Du moins à l'échelle du chantier de restauration de notre manoir favori, qui demeure - j'espère qu'on voudra bien m'en excuser - ma préoccupation principale ici, à égalité avec mon souci de transmettre le bébé à qui de droit un jour prochain et dans les meilleures conditions possibles, toujours dans l'intérêt du monument.

Appel téléphonique de mon aîné ce matin. Il est en train de déminer un dossier administraaaâââtif qui paraissait mal engagé. Il me dit que le climat des discussions en cours est très bon.

Je lui suis très reconnaissant de débrouiller ce pataquès alors qu'il a beaucoup plus important pour lui à faire dans le cadre de son nouvel emploi. Et aussi, et surtout, d'avoir accepté ma recommandation de compléter le programme de travaux jusque là envisagé de manière à rendre, en l'état du dossier, la mariée plus présentable pour le sémillant partenaire en cause.

Je suppose qu'en contrepartie, il va falloir que j'accélère la vente à une S.C.I. familiale de la nue-propriété d'un certain nombre de lots nouvellement créés. Le fiston a eu l'élégance de ne pas évoquer ce point mais il me semble évident et normal.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 3 août 2017
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Logis - Bâtiment Nord
0
Julien PRUNIER est venu travailler avant-hier après-midi et il est revenu hier après-midi, accompagné cette fois d'un compagnon :

1er août 2017.

Il s'agissait de faire arriver l'eau dans le cabinet de toilettes sous l'escalier du logis. La chose n'était pas évidente en l'état du chantier et compte tenu du manque de rigueur du précédent plombier. Il y est toutefois parvenu. Pour ce faire, il a dû installer une nouvelle canalisation (bleue sur les photos suivantes) à partir de l'arrière-cuisine du bâtiment Nord. Cette canalisation étant flexible, il a pu la faire passer par les tronçons résiduels d'anciens tuyaux métalliques posés il y a une soixantaine d'années, donc du temps d'une première restauration du logis.

Voici le circuit, en partant, dans l'arrière-cuisine, de la purge et du robinet (à ne pas omettre de fermer pour la période des gelées) :

2 août 2017.

Le tuyau passe au plafond de l'ancienne cuisine, à un endroit qui ne gênera pas puisqu'il y aura là un faux-plafond :

1er août 2017.

Puis il monte à la verticale derrière une trappe de visite dans mon dressing dont on aperçoit ici le reflet dans des glaces :

1er août 2017.

1er août 2017.

Le circuit se coude alors pour atteindre une saignée dans mon ancienne chambre, au 1er étage du logis :

1er août 2017.

Le tuyau atteint ainsi les combles où il longe la sablière intérieure...

1er août 2017.

1er août 2017.

... avant de plonger, à partir d'un endroit proche de la lucarne (donc à l'Est du logis), vers les entrailles du bâtiment.

Bref, l'eau recoule enfin dans ce cabinet de toilettes, tant au lavabo...

2 août 2017.

... qu'à la cuvette de w.-c. :

2 août 2017.

Nous serons donc sans problème prêts pour l'échéance du 10 septembre prochain.

Il y a toutefois un hic. M. PRUNIER père m'a en effet demandé de fournir le système d'évacuation et le robinet du futur lave-bottes en granit...

2 août 2017.

2 août 2017.

... mais j'avoue ne pas savoir où je vais pouvoir trouver le dispositif métallique à ajuster de façon étanche dans le trou d'évacuation. Cela peut attendre mais, tant que nous n'aurons pas résolu ce problème (ou décidé de nous passer de ce lave-bottes en granit, quitte à en trouver un autre moins compliqué à sceller), le trou dans le mur derrière cette auge restera ouvert, donc le mur ne pourra être badigeonné de chaux comme il le faudrait pour achever le travail.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 25 août 2017
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Electricité - Logis - Bâtiment Nord
0
J'ai enfin reçu hier, de Freddy JARDIN, de l'entreprise E.J.S. de Domfront, le devis pour un chauffage électrique par le sol de mon futur bureau-bibliothèque dans la tour Sud-Ouest.

Ce garçon met tellement de temps à réagir que j'ai changé d'avis sur l'ordre de mes priorités.

Compte tenu de l'expérience, pénible pour moi, cet été, même si elle n'a guère duré plus de huit jours - ce que je déplore -, d'une cohabitation à six dans mon cabinet de toilettes au 1er étage du bâtiment Nord (six dont un bébé, c'est-à-dire avec la présence d'une baignoire de bébé dans un si petit volume), j'ai décidé, afin d'éviter un drame familial dont je serais hélas le triste auteur l'été prochain, de foncer, autant que mes moyens me le permettent désormais, dans la réalisation d'un cabinet de toilettes au rez-de-chaussée du même bâtiment Nord, c'est-à-dire juste à côté de ma future "chambre mortuaire".

La première étape sera de sélectionner le lavabo et la douche qui conviennent à cet autre local exigu. Il faudrait aussi que je trouve le matériau dans lequel je ferai fabriquer la cloison et le petit meuble au fond de la pièce, derrière la cuvette de w.-c. suspendue. Pas simple. Je pense à ce produit en résine qu'on appelle, je crois, l'"Antium", dans lequel ma mère et mon épouse avaient fait réaliser, voici environ 25 ans, les plans de travail de leurs cuisines respectives à Paris.

P.S. : A propos de cette résine, une recherche via "Google" m'oriente plutôt, on dirait, vers le "Corian".
Ce 15 septembre 2017 est le jour-limite, fixé par la D.R.A.C., pour la transmission du dossier de demande de subvention au titre du programme 2017 de travaux sur notre manoir favori.

A 13 h 02 ce même 15 septembre 2017, mon aîné a adressé à la D.R.A.C. le courriel de saisine et m'en a communiqué la copie.

Ceci est un jour important pour la poursuite, dans de bonnes conditions, de la restauration de notre manoir favori. Mon aîné a 39 ans, c'est-à-dire mon âge lorsque j'ai acheté la Chaslerie.

Ainsi, tout se met en ordre de ce côté-ci, comme il convient.
La Tour Montparnasse sera revue et corrigée par des architectes français.

N.D.L.R. : La Tour Montparnasse, tellement moche que la seule façon de ne pas en souffrir est d'être dedans.

Idem à la Chaslerie avec le bâtiment Nord !

J'ai beau avoir réduit d'un quart ses ouvertures sur cour et dissimulé par des grilles ses ouvertures sur l'arrière-cour, ce bâtiment reste déséquilibré, du fait notamment de sa couverture bizarroïde, beaucoup trop riquiqui côté cour. Nicolas GAUTIER voulait que je le fasse disparaître, afin de faire réapparaître "le nécessaire flanquement réciproque" de diverses meurtrières. Mais je l'ai gardé car j'avais compris tôt que je pourrais y abriter ma bulle durant toutes ces années de chantier.

Donc je m'aime bien dedans. J'en ai soigné la décoration intérieure même si, à l'usage, la partie de la chambre mortuaire est trop exiguë à mon goût. D'ici un an, peut-être, ce bâtiment abritera la cuisine du manoir, une vaste pièce dont mon aîné va prendre en charge la réalisation, avec l'aide de l'architecte précédemment favori qu'à ma connaissance, il a mandaté. Pour ma part, je devrais aménager le cabinet de toilettes du rez-de-chaussée ; je vais y privilégier les beaux matériaux. Affaires à suivre...

N.D.L.R. 2 : A propos de salle de bains, en pensant ici au logis, voici un décor qui me plairait, contrairement aux trois autres du même article :

Photo parue dans la revue "AD Magazine".

Manorial, isn't it ?