Abords, Avenue, terrasse

L'homme qui marche...

26 mars 2020.

26 mars 2020.

26 mars 2020.

... et la femme qui ne tarde pas à le dépasser :

26 mars 2020.

26 mars 2020.

Il est vrai que j'ai bifurqué vers la Guerche puisque Francis m'avait téléphoné qu'il était revenu travailler ce matin. J'ai voulu voir où il s'est interrompu. Et en effet...

26 mars 2020.

26 mars 2020.

26 mars 2020.

26 mars 2020.

26 mars 2020.

26 mars 2020.

... ce terrain devrait pouvoir être rendu propre lundi prochain.

26 mars 2020.

Retour vers le manoir favori :

26 mars 2020.

Il est 3 heures du matin et, à mon habitude, je vérifie, dans la "tour de contrôle", quels sont les messages du site favori qui ont été "individualisés" hier par les visiteurs. Il y a 24 heures, lors de ma précédente insomnie, j'en avais fait de même. Et j'avais ainsi redécouvert un message où je me proposais d'installer la chaufferie centrale sous la charretterie. Une idée que j'avais ensuite oubliée, préférant, comme l'on sait et par crainte de la perte d'une trop grande quantité de calories dans les sols, privilégier une installation au rez-de-chaussée du colombier.

Hier après-midi, au réveil de ma sieste, l'idée s'est imposée à moi dans toute son évidence. En effet, en translatant la chaufferie sous la charretterie, on simplifierait drastiquement toute la problématique des jonctions entre les forages et la chaufferie.

J'ai donc essayé de joindre téléphoniquement l'architecte du patrimoine (avec qui j'avais pu discuter d'autres sujets le matin-même) puis M. VANNOBEL (de "Bee +") pour leur faire part de mes réflexions. Je suis ainsi d'avis qu'il faudrait que M. VANNOBEL prépare une version 4 de son étude de faisabilité calée sur ma nouvelle idée. Bien sûr il me faudra remettre la main au porte-monnaie. Mais j'estime que ce serait trop bête de perdre une occasion de bien faire :
- en ôtant de la matière aux débats à venir avec le service régional d'archéologie, dont je redoute les diktats,
- en libérant l'espace du rez-de-chaussée du colombier pour le rendre disponible pour un rôle plus noble que l'abri d'une chaufferie ;
- en donnant un rôle approprié de local technique à la charretterie, d'autant que l'arrivée générale de l'électricité s'y trouve déjà.

Bref, et en toute modestie : pas con, le mec !

Il faudra que je demande à M. VANNOBEL de comparer, en termes de déperdition de chaleur, les deux hypothèses d'implantation de la chaufferie. Et, tant qu'on y est, de me préciser les incertitudes sur ses évaluations de coûts (investissement et fonctionnement), ces derniers demeurant redoutables à mon échelle, même dans la version 3 de l'étude consécutive à la récente réunion sur place avec l'architecte du patrimoine.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 27 mars 2020 11:27
À : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>; (...)architecte@gmail.com
Cc : Régis Fouilleul <fouilleul.energie@gmail.com>; C.F. ; T.F.
Objet : RE: Projet M. Fourcade : Etude faisa aquathermique actualisée + Compte-rendu réunion 10 mars

Madame, Monsieur,

Je reviens sur l'étude de faisabilité, dans sa Version 3, telle que M. VANNOBEL nous l'a transmise le 20 mars dernier.

A la réflexion, je me demande si la chaufferie centrale ne devrait pas être installée sous la charretterie plutôt que sous le colombier.

Ceci aurait plusieurs avantages, parmi lesquels :

- la libération du rez-de-chaussée du colombier pour d'autres usages (comme ceux imaginés par M. PAQUIN dans son "esquisse" de juillet 2018) ;
- l'affectation d'une partie de la charretterie à un usage technique d'autant mieux venue que, d'une part, la problématique éventuelle de l'acoustique serait améliorée, d'autre part, il y a déjà là l'arrivée générale de l'électricité (cf dernière photo jointe) ;
- la grande facilitation de la question de la "tuyauterie lourde" (j'appelle ainsi les jonctions entre, d'une part, le puits 1 et la chaufferie centrale, cf la 2ème photo, d'autre part, entre cette dernière et la douve) : moins de longueur, donc moins de déperditions de chaleur à ce titre, moins de fossés, donc moins de débats à ce titre avec le service régional d'archéologie ;
- la faible complexification de la problématique de la "tuyauterie moyenne" (j'appelle ainsi les jonctions entre la chaufferie centrale et les trois points à desservir, à savoir l'aile Ouest, le Sud du logis et le Nord du logis) ; les circuits correspondants se trouveraient au total allongés en moyenne de la distance entre la charretterie et la porte charretière de la cour (cf avant-dernière photo).

Bien entendu, pour qu'une telle idée prospère, il faudrait d'abord que les déperditions de chaleur dans la "tuyauterie moyenne" ne soient pas trop significatives entre l'hypothèse 1 d'une chaufferie centrale dans le colombier et l'hypothèse 2 de cette chaufferie dans la charretterie. Je prie donc M. VANNOBEL de nous faire part de son sentiment qualitatif à ce sujet. Nul besoin d'entrer dans des calculs savants. Il suffit, me semble-t-il, qu'il nous rappelle les ordres de grandeur à prendre en compte : déperdition de chaleur au mètre linéaire des tuyaux "lourds" et des "moyens", profondeur d'enfouissement normale pour les deux types de tuyaux, différences de coûts correspondantes, et qu'il en tire une conclusion grossière.

Si, au terme de cet examen préalable sommaire, mon hypothèse 2 ne paraît pas trop stupide, je prierais M. VANNOBEL d'adapter en conséquence son étude "Faisa", en liaison avec l'architecte du patrimoine. Bien entendu, cette "Variante 4" se traduirait par un devis complémentaire de "Bee +".

A propos de la "Variante 3", des évaluations y sont données des coûts d'investissement et de fonctionnement mais elles le sont en chiffres absolus, c'est-à-dire sans indication de la marge d'erreur. Les ordres de grandeur étant importants à mon échelle, je souhaiterais que, si possible, l'étude soit approfondie sur cette question, délicate pour moi.

Je reviens sur mon hypothèse 2 (chaufferie centrale sous la charretterie). J'ai mesuré le volume disponible dans ce bâtiment pour cet usage (1,88 m sous poutre, sachant que le bas des solives se trouve plus de 36 cm au-dessus du bas de la poutre ; il serait en outre facile, par démontage de solives, de disposer d'un volume plus élevé). Il n'y a donc pas de difficulté à ce sujet. Je joins des photos que j'ai prises ce matin.

Dans un prochain envoi (car problème de volume de l'envoi), je vous transmettrai des plans de la charretterie et un schéma relatif à mon hypothèse 2.

Je suis à votre disposition pour vous fournir tout document complémentaire ou pour commenter mes photos.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

Voici les pièces que j'ai réussi à joindre à ce courriel, photos, documents divers et plans :
1 - la charretterie vue du Nord :

27 mars 2020.

2 - vue du Sud-Est ; au 1er plan, le forage n°1, celui qui servira ; on voit qu'il n'est guère éloigné de la porte par laquelle le "tuyau lourd amont" pourrait passer ; quant au "tuyau lourd aval", il lui suffirait de rejoindre un regard situé à l'angle Sud-Est du bâtiment, et le problème de l'aval serait réglé :

27 mars 2020.

3 - Le seuil de l'entrée par laquelle la "tuyauterie lourde" passerait. On voit que ce serait facile à mettre en place :

27 mars 2020.

4 - Vue sous la charretterie, vers le Nord-Ouest. On voit que le sol est dans l'état de l'ancienne étable des années 1950 :

27 mars 2020.

5 - Vue vers le Sud-Ouest :

27 mars 2020.

6 - Vue vers le Sud. A gauche, la poutre dont je parle dans mon courriel (1,88 m au-dessus du sol en ciment de l'ancienne étable des années 1950) :

27 mars 2020.

7 - Vue vers le Sud-Ouest :

27 mars 2020.

8 - Photo prise de la petite porte de la façade Nord de la charretterie. C'est par là que, dans l'hypothèse 2, passerait la "tuyauterie moyenne". Donc elle prendrait la pelouse de gauche de l'avant-cour en écharpe pour rejoindre la porte charrettière :

27 mars 2020.

9 - L'arrivée générale de l'électricité. Il paraît que, s'il y a permis de construire, les frais de passage au "tarif orange" d'EdF (de l'ordre de 5 000 € d'après ce qui m'avait été dit) resteraient à la charge d'"Enedis" :

27 mars 2020.

Des extraits du plan réalisé à ma demande par un géomètre en 1992, avant tous travaux de terrassement (autres qu'au niveau des douves et des canaux amont et aval) réalisés par mes soins. A noter que, depuis cette époque, j'ai relevé le sol le long du mur de la chapelle au manoir, du côté Ouest de celui-ci, et notamment aux alentours de l'angle Nord-Ouest de la chapelle :

Le permis de construire (largement de reconstruire) la charretterie :

Les plans de la charretterie dressés par Nicolas GAUTIER, A.B.F., il y a une bonne vingtaine d'années, sachant que le projet alors envisagé est identique à ce qui a été réalisé (aux menuiseries extérieures Nord près, qui n'ont toujours pas été fabriquées) :

L' autorisation de travaux (charpente et couverture) sur la chapelle. (Il y a eu ensuite la restauration ratée des peintures murales, à l'intérieur du bâtiment, sous l'égide de Mme SCHMÜCKLE-MOLLARD, A.C.M.H.) :

Des extraits des plans de Nicolas GAUTIER relatifs à la chapelle :


(Il me reste à dessiner mon croquis de principe.)