Abords, Avenue, terrasse

Les très abondantes pluies des derniers jours ont raviné l'allée qui descend de la D 22 d'une façon dont la photo suivante ne rend qu'imparfaitement compte :

13 juin 2018.

De même, bien que la charretterie ouvre vers le Nord, un pédiluve y accueille désormais ma "Twingo" et il faudra que Christian apprenne d'Igor ou de Sébastien avec quelle mixture réparer cette terre battue :

13 juin 2018.

J'expliquais à Arnaud PAQUIN ce matin que l'une des utilités de notre site favori pour moi est de me servir de pense-bête.

C'est ainsi que, relisant le compte rendu de sa visite d'avant-hier, je me dis que j'ai encore oublié de lui parler d'un certains nombre de projets supplémentaires que j'aimerais lui confier :

- au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII, la restauration de la porte, sans égard particulier pour le battant actuel qui doit être un ajout des années 1970 :

14 juin 2018.

Il faudra que préalablement, j'aie fait changer la pierre de seuil sans toucher aux jambages :

14 juin 2018.

A cette occasion, et s'il se confirme que la pièce en question ne servira pas de chaufferie (ce qui paraît probable), j'engagerai la fin de la restauration du dallage de son sol. Il en manque en effet quelque chose comme 2 m2, depuis les travaux d'Igor et de Jonathan il y a environ 5 ans :

14 juin 2018.

14 juin 2018.

14 juin 2018.

- la restauration de la porte du fond de la cour en conservant le principe d'une barre de bois pour la fermeture :

14 juin 2018.

- la restauration de la porte donnant accès au 1er étage de la tour Louis XIII, sans égard pour le modèle actuel, pour la même raison que précédemment :

14 juin 2018.

Cette porte est en effet en coma avancé :

14 juin 2018.

- surtout, la restauration prioritaire de la porte qui, de la chaufferie actuelle, donne accès à l'arrière-cour :

14 juin 2018.

Je voudrais que, sans en compromettre la solidité, cette porte comporte une partie vitrée protégée, par exemple, par des barreaux.

Quand je parle ici de "restauration", il faut comprendre que le champ est libre en ce qui concerne le décor de ces menuiseries extérieures qui doivent, avant tout, respecter une certaine cohérence par rapport au logis et, plus généralement, à ce que j'appelle "l'esprit des lieux".

Enfin, j'ai omis à tort d'évoquer mon souci de drainer le pied des murs des bâtiments sur cour, surtout sur les façades Nord et Est de cette dernière.
Le dialogue se poursuit informellement avec Arnaud PAQUIN :

1 - Je lui ai demandé son avis sur le lot de 200 m2 de pavés que je suis susceptible d'acquérir :

15 juin 2018.

15 juin 2018.

2 - Il m'a fourni les références de la peinture que nous utiliserons désormais pour les menuiseries extérieures de notre manoir favori : "La Malouinière saint Malo Rouge Vauban ref : DF OIS".

"Rouge Vauban".

3 - Il m'a également rappelé qu'il faut brosser les lattes de parquet récupérées à l'acide oxalique afin de les éclaircir, ce qui permettra d'éviter les chutes auxquelles nous aurait exposés une pose à l'envers. Je parle ici des lattes que Christian posera entre les chevrons, dans les combles du colombier.

4 - Enfin, j'ai précisé que j'avais besoin du "mode d'emploi pour les isolations thermiques" également pour la future cuisine.
(Début de citation)

De : (...)@culture.gouv.fr
Envoyé : jeudi 21 juin 2018 09:16
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Chaslerie - Etude préalable sur la restauration intérieure du logis - Etude préalable de M. (...) sur la restauration de N.-D.-sur l'Eau.

Bonjour Monsieur Fourcade,

Votre demande d'étude pour le logis, qui concernera essentiellement des travaux d'aménagement et de confort, ne pourra être aidée par l'Etat. Par contre, les travaux qui relèveraient de la restauration pourraient évidemment bénéficier d'une participation financière de l'Etat. Pour le moment, nous avons inscrit prioritairement une nouvelle tranche de menuiserie en 2019.

S'agissant de l'étude sur l'église Notre-Dame sur l'Eau, je peux vous préciser qu'elle a fait l'objet d'observations importantes et de réserves de la part de l'Etat. A ce stade, il me paraît donc légitime qu'elle ne puisse être diffusée par la ville qui l'a commandée.

Bien cordialement

(...)
__________________________________________________________

Pierre-Paul Fourcade a écrit :
>
> Cher Monsieur,
>
> Comme vous le savez, le logis de la Chaslerie est classé extérieurement et inscrit intérieurement. Il a subi en 1884 un incendie qui a ravagé, entre autres, toute sa poutraison et conduit au déménagement vers l'aile Ouest ("aile de la belle-mère" dans mon jargon) de sa porte principale (comme l'a prouvé M. MAFFRE) et, très probablement d'autres vestiges en bois rescapés de l'incendie comme une importante cheminée (abîmée par les dégâts des eaux de 2018, 12 à ce jour dans l'"aile de la belle-mère"...) et des portes intérieures de même époque que cette porte principale. L'incendie a également ravagé, au niveau des ouvertures, des granits de la partie intérieure de ces murs extérieurs dont la restauration ne sera pas couverte par la restauration en cours des menuiseries extérieures.
>
> La restauration de ce logis est complexe puisque tous les corps de métier vont devoir intervenir dans toutes ses parties (sauf la cage d'escalier, dont la restauration sera bientôt achevée). Outre la nécessité de respecter ce que j'appelle l'"esprit des lieux", elle pose divers problèmes d'ordre technique, souvent complexes (notamment du fait du besoin de chauffage), et sera coûteuse. Il importe d'autant plus pour moi que les choses soient encadrées professionnellement que j'ai dû reprendre la maîtrise d'ouvrage malgré la chute de mes revenus et la fin de mon épargne financière. J'aurais donc besoin, également, d'un calendrier réfléchi et raisonnable de mise en œuvre.
>
> Il me paraitrait opportun de confier cette étude préalable à M. Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine. Je ne lui en toutefois pas encore parlé clairement à ce stade.
>
> Je souhaiterais en effet savoir au préalable si la D.R.A.C. accepterait de subventionner cette étude.
>
> Par ailleurs, et indépendamment de ceci mais sur un sujet connexe, je m'interroge sur l'attitude d'un confrère de MM. MAFFRE et PAQUIN qui, ayant réalisé une étude préalable sur l'église Notre-Dame-sur-l'Eau de Domfront, chercherait à en freiner la diffusion, bizarrement à mes yeux (ceci à plusieurs égards). A votre connaissance, une telle étude préalable serait-elle néanmoins "accessible au public" ? Concrètement, quelles sont à votre connaissance les pratiques normales en la matière ?
>
> Bien cordialement,
>
> PPF

(Fin de citation)
Notre site favori comporte, à ce jour, 7 185 messages relatifs au "Journal du chantier", répartis sur 360 pages. J'ai cliqué sur la première et relu les messages correspondants.

Je trouve que le texte n'a pas pris une ride, c'est satisfaisant.
Je poursuis la négociation sur le prix avec le propriétaire de 150 m2 de pavés de grès armoricain usés de ces modèles (les carrés font 20 x 20 cm) :

26 juin 2018.

26 juin 2018.

26 juin 2018.

La municipalité qui les lui avait vendus et que j'ai consultée refuse d'en céder davantage (elle les garde pour de futurs ronds-points, sachant qu'elle en est déjà cernée...).

Or la cour de notre manoir favori a une surface de près de 500 m2. Et je dois tenir compte des pavés qui seraient abîmés à l'occasion de leur chargement puis de leur déchargement, sans parler des autres manipulations.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 27 juin 2018
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
J'ai chargé Christian de dégager les plants de l'hiver dernier dans les "nouvelles terres".

Par je-m'en-foutisme de Benjamin, ces plants non signalés ont disparu sous les herbes hautes que Claude MARTIN, fonçant au tracteur sans discernement, a coupées là où il ne fallait pas.

Il faudra donc que Christian replante cette parcelle avec un peu plus de soin que ses prédécesseurs. Et, après les malfaçons de Thierry BOURRE, j'en serai quitte pour payer une troisième fois.
Chantier au repos, à Christian près mais pas pour longtemps pour ce qui le concerne. Roland FORNARI s'est néanmoins manifesté. Idem pour le démolisseur qui me parle de cheminées anciennes pour remplacer les deux de la moitié Nord du logis (celle de la salle-à-manger et celle de Mebzon).

Roue de tracteur pas encore changée mais devis accepté. Merci Maxime pour ton aide !

Allers-retours à Pontorson où je dialogue, pour un lot qui vient de se libérer, avec un Roumain en C.D.D. sans garanties évidentes mais doté d'une concubine enceinte jusqu'aux dents. Toujours aucun écho du jeune à coiffure bizarre qui, au dernier décompte, me devait plus de 3 000 € mais que je devrais être autorisé à faire expulser sous peu (du moins je l'espère).

Plus que jamais distrait au volant, j'ai échappé à trois ou quatre refus de priorité (de ma part) au cours des trois derniers jours.

Contributions à la mise au point d'un ballet acoustique dans notre combat anti-éolien favori. L'adversaire est très coriace mais on se bat comme des lions.

Et, bien sûr, visites quotidiennes à ma mère qui semble se remettre rapidement.

3 juillet 2018.

J'en veux pour preuve qu'elle a la dent plus dure que jamais, désormais à l'encontre d'un personnel hospitalier qui me paraît pourtant s'acquitter parfaitement d'une tâche que je ne lui envie pas.

P.S. : J'oubliais : je lis toujours avec autant d'intérêt "Les derniers jours de Versailles". Il faudra que j'offre ce passionnant bouquin autour de moi.