Références culturelles

N.D.L.R. : Dans un premier temps, je recenserai ici tous les messages comportant un hyperlien avec une musique. Dans un second temps, je tâcherai de rétablir les liens rompus.

Léopold Sédar SENGHOR
rédigé le lundi 9 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
En ce jour de naissance du poète président (09 octobre 1906- 20 décembre 2001) donnons-lui encore la parole :



A Colette, ma femme

(pour deux flûtes, une kôra et un balafong)

Fouette-moi, tendresse, douceur de cyclamen, lumière
aux sous-bois de septembre; je boive forces fraîches
Solidement, pour affronter l'ascension des sangs grondants
des marées d'équinoxe
Les dernières tornades, octobre ses Morts ses cortèges
- c'est mon anniversaire -
La hantise des Masques, minuit ! et il faut construire
sous la rosée de l'aube.
Nous aurons moissonné parmi la pluie des mangues
Avant la rentrée, moissonné les cris neufs des enfants
parmi les frondes
Offert au Dieu les prépuces de l'âge, mangé le mil hâtif
Et moi, tes yeux de miel longuement bu, pesé brut le
poids de l'athlète
En attendant, parmi les vents, légères les ailes des
Alizés
L'esprit ouvert comme une voile, mobile comme une
palme.

L. S. Senghor, Élégies des alizés, in Élégies majeures.
Jean-François VIEL, paléographie
rédigé le mercredi 11 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Nous avons ici un bel exemple de cette écriture cursive propre aux XVIe et XVIIe siècles, dont je suis si friand.

Ce texte est extrait de la rubrique « tiltres, pappiers et aultres enseignemens » d'un inventaire de 1583, dressé après le décès d'un marchand bourgeois de Paris (1) ; il mentionne et décrit un contrat d'échange de 1573 se trouvant dans les papiers du défunt. Avec ses nombreuses abréviations et ses mots « suggérés », cette écriture peut paraître à première vue hermétique ; il n’en est toutefois rien, le contexte et une bonne connaissance des abréviations et des formules notariales permettent en effet d'en venir à bout. En voici la transcription :

« Item unes aultres lectres dudict Chastellet signées Delafons
et Perier, dactées du premier jour de septembre mil
Vc LXXIII, contenant l’eschange faict entre Jehan Vernon,
Guillaume Vernon, Jehan Delacourt et Jehanne Vernon, sa femme,
d’une part, et ledict deffunct Estienne Gestard, d’aultre. Et
par icelluy apert lesdictz Vernon avoir baillé audict Gestard
une maison ainsy qu’elle se comporte, assise à Paris,
rue St Victor, où est pour enseigne la Corne de cerf,
à l’encontre de quatre vingtz trois livres six solz huict
deniers tournoiz de rente que ledict Gestard auroit baillé en
contre eschange audict Vernon, le tout selon et ainsy qu’il
est plus amplement contenu et declaré esdictes lectres, inventorié
pour seconde fois...........................................IIII. »

___
(1) Archives nationales, Minutier central, ET/XI/72, inventaire après décès d’Etienne Gestard, marchand bourgeois de Paris, 28 février 1583.

Lettrine apparaissant sur l'expédition sur vélin d'un acte notarié rouennais de 1728. Logo et collection personnelle de Jean-François VIEL.

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le samedi 14 octobre 2017
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Gloria et mousmé
Publié le 13 octobre 2017

​Je viens de faire, grâce à un service d’écoute en ligne, la découverte de la messe en mi bémol majeur de Schubert. Son Gloria est étonnant : chaque verset en est écrit sur des notes longues, sauf les deux dernières syllabes, mus-te, très brèves, dont la répétition (Lau — dá — mus te, be — ne — dí — ci — mus te, a — do — rá — muste, glo — ri — fi — cá — muste) m’a rapidement donné l’impression qu’un mot nouveau était apparu, muste donc, ou “mousté”.

Et voyez comme je suis facile à distraire : à peine formé, voici que ce mousté se détache de l’œuvre et envahit ma pensée. Il se transforme, s’altère, mousse-thé, moucheté, mousmé, et m’emporte par sa sonorité vers des rêveries japonisantes, raffinées et sensuelles, qui, quand on le rapporte ainsi, paraissent bien loin de la prière, mais qui peut-être chantaient encore sans le savoir la gloire de Dieu.

N.D.L.R. : C'est sans doute ce qui s'appelle prendre la vie du bon côté.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
"Kazuo Ishiguro (石黒 一雄, Ishiguro Kazuo), né le 8 novembre 1954 à Nagasaki, est un écrivain, romancier et scénariste britannique (depuis 1982) d'origine japonaise.

Le 5 octobre 2017, il obtient le prix Nobel de littérature car « il a révélé, dans des romans d’une grande force émotionnelle, l’abîme sous l’illusion que nous avons de notre relation au monde », selon l'explication de l'Académie suédoise."

J'ai commencé la lecture de "The Remains of the Day" ("Les Vestiges du jour", 1990, traduit par Sophie Mayoux), roman adapté au cinéma en 1993 sous le même titre par Ruth Prawer Jhabvala (scénario) et James Ivory (réalisation). Je vais pouvoir vérifier si, à défaut de dévoiler à mes yeux un tel abîme, le roman est aussi bon que le film.