Terrassement

Voici donc Daniel dont Igor m'a parlé avant-hier et qu'il m'a présenté dès ce matin :

14 août 2019.

Il parle français sans accent mais avec un débit très rapide et se définit comme hyper-actif.

Il serait d'accord pour intervenir ici jusqu'à la mi-septembre au moins.
Le test avec Daniel a été concluant.

Il devrait pouvoir commencer à travailler à notre chantier favori à partir de mardi prochain.

Dans cette perspective, le voici en train de livrer de premiers pavés pour les futurs "trottoirs" de la cour :

14 août 2019.

Voici peut-être les dernières photos des "spaghettis" et autres réservations que j'avais prévus à l'époque où j'envisageais d'installer une chaufferie centrale au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII :

-vus de l'extérieur de la tour, à son angle Nord-Est :

16 août 2019.


- vus de l'intérieur de la tour :

16 août 2019.


Et voici les regards qui étaient pleins d'eau jusqu'aux drainages du mois dernier :

- dans la tour Louis XIII :

16 août 2019.


- dans les écuries :

16 août 2019.

On voit qu'il reste encore de l'eau dans le regard des écuries mais le niveau a baissé d'une bonne quarantaine de centimètres, ce qui confirme que ces drainages n'étaient pas du luxe et remplissent leur rôle.
Comme on l'a compris, je m'apprête à siffler la fin de la récréation de notre chantier favori.

J'ai ainsi, ce matin, laissé des messages ou envoyé des courriels aux intervenants qui se retrouvent désormais en première ligne : le géomètre, le bureau d'études, l'entreprise BODIN, l'entreprise PICAULT, l'assistant à la maîtrise d'ouvrage (ce dernier en le priant de se renseigner sur les projets de l'architecte). En pensant, bien sûr, à Igor dont l'absence ne manque pas de se faire ressentir en tous domaines.

Parmi les urgences signalées, la nécessité de savoir quoi faire au sol de la "pièce dévastée" car, compte tenu de mes travaux à Paris, j'aurai très vite besoin de lui redonner son usage provisoire de garde-meubles.