Arboriculture-horticulture

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 9 janvier 2018
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Afin de regarnir nos plantations, Benjamin vient, avec mon accord, de passer aux "Pépinières Lemonnier" commande de 300 plants de hêtre et de 50 pins laricio.

Je vais de ce pas voir comment il prépare le terrain. Cela me donnera l'occasion d'une promenade bienvenue.

P.S. : J'avais vu hier Benjamin partir avec la mini-pelleteuse et il m'avait dit qu'il allait creuser des trous pour les nouveaux plants. En fait, il s'est borné à dégager la piste puisqu'il a eu la bonne idée de commander de jeunes plants, 30 fois moins chers que les arbrisseaux qui auraient eu besoin de telles excavations :

9 janvier 2018.

En effet, à quoi bon payer cher quand on a devant soi l'éternité, ou presque, pour voir pousser les arbres ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 2 février 2018
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Benjamin, qui semble avoir enfin terminé le programme de replantation au Tertre Linot, m'a proposé de raccourcir les charmilles au bord de la D 22 afin de lui en faciliter l'entretien :

2 février 2018.

2 février 2018.

Il appose de la cire de greffe afin de favoriser une bonne cicatrisation :

2 février 2018.

2 février 2018.

A noter qu'un crétin ou un chauffard, et probablement les deux à la fois, a tamponné les panneaux indicateurs installés à mes frais à proximité de l'entrée du manoir sur la D 22 :

2 février 2018.

Pour bien faire, il faudrait que j'en recommande de neufs.
Comme c'était nécessaire pour pouvoir faire subventionner à 100 % par la Région Normandie le "plan simple de gestion" des boisements de la Chaslerie, Carole m'a vendu hier sa moitié de quelques 17 ares de terrain à Lonlay-l'Abbaye, ce qui, à soi seul, s'est traduit par une facture notariale de 660 € (!!!) :


J'ai quand même profité de cette réunion avec un notaire pour interroger Me GUIBERT sur divers sujets touchant à la transmission du patrimoine.

En particulier, il m'a rappelé que la cession de parts de S.C.I. pouvait se faire par simple acte sous seing privé, sans autre coût qu'un droit d'enregistrement modique.

Puisque mon aîné persiste, du moins à ce jour, à refuser de prendre en charge les travaux urgents et indispensables que l'on sait sur le gros-œuvre de l'"aile de la belle-mère", je lui ai en effet demandé de rendre les parts de S.C.I. qu'il avait reçues gratuitement et qui sont représentatives de sa nue-propriété, de même que celles relatives à la "cave", bâtiment sur lequel il n'a - du moins à ma connaissance - jamais effectué de quelconques travaux.
Cette "convalescence" doit être une maladie terrible.

Benjamin n'a même plus la force de me passer un coup de fil pour m'informer de son évolution. Ni davantage pour m'envoyer le certificat médical promis qui aurait pu attester de sa réalité.

Déjà qu'en temps normal, il n'est pas bien vigoureux...
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 19 février 2018 10:52
À : (...)
Objet : Chaslerie - Garantie de replantation

Monsieur,

L'importance de la proportion des pertes (nettement plus de 50 %) sur les parcelles dites "nouvelles terres" que vous aviez plantées à l'Ouest de l'allée historique de la Chaslerie m'amène à vous recontacter.

Il paraît clair que ces pertes résultent d'un choix curieux des endroits où vous aviez opéré, en fait dans le fond de ce qui constitue des rigoles.

19 février 2018.

On peut craindre que les prochaines gelées n'augmentent encore le taux de perte parmi les rares plants survivants.

Je vous prie donc d'intervenir dès que possible en garantie de votre travail et, dans l'immédiat, me tiens à votre disposition pour un constat sur place.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)