Arboriculture-horticulture

Chantier au repos, à Christian près mais pas pour longtemps pour ce qui le concerne. Roland FORNARI s'est néanmoins manifesté. Idem pour le démolisseur qui me parle de cheminées anciennes pour remplacer les deux de la moitié Nord du logis (celle de la salle-à-manger et celle de Mebzon).

Roue de tracteur pas encore changée mais devis accepté. Merci Maxime pour ton aide !

Allers-retours à Pontorson où je dialogue, pour un lot qui vient de se libérer, avec un Roumain en C.D.D. sans garanties évidentes mais doté d'une concubine enceinte jusqu'aux dents. Toujours aucun écho du jeune à coiffure bizarre qui, au dernier décompte, me devait plus de 3 000 € mais que je devrais être autorisé à faire expulser sous peu (du moins je l'espère).

Plus que jamais distrait au volant, j'ai échappé à trois ou quatre refus de priorité (de ma part) au cours des trois derniers jours.

Contributions à la mise au point d'un ballet acoustique dans notre combat anti-éolien favori. L'adversaire est très coriace mais on se bat comme des lions.

Et, bien sûr, visites quotidiennes à ma mère qui semble se remettre rapidement.

3 juillet 2018.

J'en veux pour preuve qu'elle a la dent plus dure que jamais, désormais à l'encontre d'un personnel hospitalier qui me paraît pourtant s'acquitter parfaitement d'une tâche que je ne lui envie pas.

P.S. : J'oubliais : je lis toujours avec autant d'intérêt "Les derniers jours de Versailles". Il faudra que j'offre ce passionnant bouquin autour de moi.
Mon médecin traitant à Domfront, le Dr SCHONBRODT, vue hier pour répondre aux dernières demandes de MetLife (la société d'assurances censée me couvrir pour le crédit de 250 000 € que je n'arrive toujours pas à mettre en place), me recommande, pour l'entretien des abords immédiats de notre manoir favori, de recourir à des chèvres des fossés. Il paraît qu'elles aiment les ronces.

Bien que je ne sois guère doué pour m'occuper d'animaux, je me dis que ce serait une belle façon d'attirer un jour mes petits-enfants vers notre manoir favori. Et une manière astucieuse de tondre la végétation, peu commode d'accès, des douves.

Donc il n'est pas impossible que je recoure prochainement à une telle solution, au moins à titre expérimental avec une première biquette.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 30 juillet 2018
Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
De retour de congés, Christian, qui me dit s'y connaître en matière de chèvres des fossés, me recommande de me procurer deux femelles pour commencer. Je lui demande de s'en charger.

Elles seront affectées à l'entretien des douves et d'un espace foireux de l'autre côté de la ferme.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 10 août 2018 09:12
À : ede@orne.chambagri.fr
Cc : (...)@culture.gouv.fr; (...)@culture.gouv.fr; arnaudpaquin architecte; carolefourcade3@(...)
Objet : Achat de chèvres des fossés pour l'entretien des douves d'un monument historique

Bonjour !

Particulier propriétaire d'un monument historique à Domfront-en-Poiraie, j'envisage d'acquérir des chèvres (vraisemblablement deux) pour l'entretien de ses abords, et notamment de ses douves. Ces chèvres seraient confiées à la surveillance d'un employé, lui-même issu du monde agricole et habitué à s'occuper de ces animaux.

Je comprends que cet achat est soumis à autorisations et qu'en particulier, je suis soumis à la procédure d'ouverture d'un numéro d'exploitation.

Je vous prie de bien vouloir me renseigner sur ces sujets, sans hésiter à m'indiquer les précautions à prendre, notamment à l'achat.

Cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE
La Chaslerie
La Haute Chapelle
61700 - Domfront-en-Poiraie
06 12 96 01 34

(Fin de citation)