Entretien du site

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 20 novembre 2019
Vie du site - Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Arrivé à Paris hier matin, j'ai constaté que la connexion internet ne fonctionnait plus dans notre immeuble. D'où ce long silence radio.

J'étais parti longtemps avant l'aurore, de notre manoir favori, dans le but de me trouver à Garches vers 9 h 30 pour vérifier si la commode trouvée sur "gensdeconfiance.fr" m'intéresserait. Hélas, rentrer à Paris vers ces heures est très laborieux. Je me suis heurté à trois importants ralentissements successifs sur la N13, l'un d'entre eux me propulsant vers Mantes, de sorte que mon premier rendez-vous était raté et renvoyé au lendemain.

Les deux réunions de chantier successives, prévues au 3ème étage de notre immeuble, se sont bien passées. Cet appartement sera donc doté d'une climatisation de compétition ainsi que d'une chaudière qui fera, dans une certaine mesure, double emploi avec la clim. Tout cela parce qu'on est là sous une toiture de zinc, avec une isolation thermique qui avait été sous-calibrée quand j'ai surélevé notre immeuble, il y a quelque chose comme 25 ans déjà. Tous les sols du 3ème seront changés, de manière à ce que Carole, au 2ème, n'entende plus aucun bruit au-dessus de sa tête. La salle-de-bains sera pourvue de deux vasques (il paraît que l'appartement se louera mieux ainsi) et son carrelage changé, l'actuel paraissant désormais ringard.
"Qualqu paguara", comme on le dit en patois de Toulouse : il faudra que quelqu'un paye tout ça.
Eh bien ce sera votre serviteur, comme d'hab.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 24 novembre 2019
Vie du site - Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Je me souviens que j'avais dû m'offrir un nouvel ordi après que le très jeune Guguss avait pissé sur le clavier du précédent. Donc il y a moins de dix mois.

Ça y est, le petit clavier du nouveau (celui permettant d'entrer les chiffres) vient de lâcher. Ces ordis sont de la bibine. Mais il est vrai que, toujours d'un seul doigt, je tape comme un sourd.