L'intégrale

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 18 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Lors de la sortie des V.M.F. de l'Orne d'aujourd'hui, Christophe ROMET nous a exposé quelques bases de son métier de restaurateur de meubles...

18 mai 2019.

... tandis que son épouse, Amélie, en a fait autant à propos de la restauration de cadres et de peintures :

18 mai 2019.

C'était fort intéressant.

Puis nous nous sommes rendus à Saint-Pierre-des-Nids où Jean MERY de BELLEGARDE nous a présenté son château du Plessis Bochard :

18 mai 2019.

Je n'ai pas manqué d'y remarquer une perspective de jardin inspirée de modèles italiens (il y a une pièce d'eau au fond de l'allée) :

18 mai 2019.

18 mai 2019.

18 mai 2019.

18 mai 2019.

18 mai 2019.

Un miroir dans le puits :

18 mai 2019.

Dans l'ancienne écurie, une poutre gravée comme une sablière extérieure de la cave de la Chaslerie (même type d'inscription, dates voisines) :

18 mai 2019.

18 mai 2019.

Au cours de ces étapes, j'ai eu l'occasion de dialoguer avec un visiteur qui s'est révélé membre assidu de notre fan-club favori et, surtout, m'a tenu, sur la compatibilité de la restauration de monuments historiques avec une vie familiale "normale", des propos de nature à nourrir mes réflexions. Nous nous sommes promis de nous revoir.

Quoi qu'il en soit, j'ai dû m'éclipser à ce stade de la promenade et en ai profité pour passer une tête à Alençon avant de filer, champignon écrasé, vers Vire et sa vente aux enchères.
J'étais en train de discuter au téléphone avec Arnaud PAQUIN, de façon très détendue, lorsque je suis entré dans la salle des ventes de Vire. Juste à temps pour enchérir sur le lot 30 ("Exceptionnel heurtoir en fer forgé à boule, platine à coquillage stylisé. Epoque 17ème siècle") que j'ai emporté à un prix environ six fois moins cher qu'un heurtoir neuf de taille et motifs comparables :

Cet achat m'a-t-il mis de trop bonne humeur ? Le fait est que je me suis laissé aller à enchérir sur le lot 34 ("Paire de très grandes targettes découpées à motifs de fleurons. Epoque 18ème siècle)...

... dont, pour vous parler franchement, je ne suis pas sûr de trouver l'usage à notre manoir favori (avis aux amateurs) :

Peut-être pour la porte qui reste encore à dessiner entre le bâtiment Nord et l'arrière-cour ? A voir...

Je note qu'au moment où je récupérais ma pièce d'identité auprès de sa collaboratrice, Me Gilles TOUTAIN m'a tenu des propos fort aimables sur les monuments historiques à vendre dans le secteur ainsi que sur mes travaux de restauration. Je retiens que cet officier ministériel, qui fait à l'évidence partie de notre fan-club favori, n'est pas rancunier et je l'en félicite.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 18 mai 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Logis
0
Ma première conversation du jour avec Arnaud PAQUIN portait sur une suggestion de relais qu'il m'a faite, ce dont je lui suis très reconnaissant. J'ai toujours dit que je trouvais cet architecte du patrimoine extrêmement sympathique et très compétent dans la partie "noble" de sa fonction. Dommage que notre relation ait buté, à mes yeux du moins, sur de vulgaires problèmes d'organisation. Nous avons en particulier évoqué l'"étude préalable" de Benoît MAFFRE sur les menuiseries extérieures du logis, puis les autorisations administratives d'ores et déjà reçues sur la base de dessins inapplicables (comme Arnaud PAQUIN nous en a convaincus, Sébastien LEBOISNE et moi), enfin la nécessité de sortir de l'ornière où se trouve le dossier à ce titre.

Lors d'une seconde conversation téléphonique avec Arnaud PAQUIN, celui-ci, faisant état de ses échanges avec Yves LESCROART dans le cadre de la mission de maîtrise d'ouvrage déléguée confiée à ce dernier, m'a dit partager pleinement l'opinion de son interlocuteur sur l'opportunité que la porte principale du logis comporte, après restauration, un seul battant. Je suis d'avis que cela vaudrait mieux, en effet, si toutefois c'est possible compte tenu de la proximité de la porte d'entrée dans le salon. Car le dossier, tel qu'engagé par Benoît MAFFRE à ce sujet, ne m'avait convaincu qu'à l'usure et j'ai toujours regretté, par exemple, que l'étude préalable de ce dernier ne fasse aucun état de diverses pistes de réflexion substantielles que je lui avais signalées, notamment, mais pas seulement (loin de là), au sujet de cette porte. Pour cette raison, je serais d'avis que la messe n'est pas dite à ce sujet et serais prêt à plaider cette thèse, si nécessaire, auprès de nos interlocuteurs favoris à la D.R.A.C.

Enfin, j'ai reçu d'Arnaud PAQUIN la confirmation que mes problèmes de fluides ne sont pas de ceux qui passionnent les architectes du patrimoine. Donc il va falloir que je m'y colle en direct, sans doute face à un bureau d'études.
Au 2ème étage du colombier, Igor a bien avancé aujourd'hui :

18 mai 2019.

Dès que Philippe JARRY interviendra, Igor pourra enchaîner avec les travaux prévus sur les fondations du mur Ouest. D'ici là, il va continuer à jointoyer les parements intérieurs des murs du colombier.

J'ai laissé à Sébastien LEBOISNE un message sur son répondeur, lui demandant pourquoi il n'a pas encore posé la partie intérieure des linteaux des fenêtres du 2ème étage du colombier. J'attends sa réponse. Pour ce qui concerne l'isolation de la couverture, son compagnon Gérald n'a pas dû aimer que je qualifie son travail de trop lent. Ce n'est pas grave puisque, si j'arrive à recruter un architecte du patrimoine, Sébastien pourra mettre en fabrication la 1ère tranche des menuiseries extérieures du logis. Inutile alors d'inventer du boulot pour consommer une part des 50 000 € que j'avais réglés d'avance à Sébastien en fin de 2017 (dans le contexte, alors opaque, de la mise en place du "prélèvement à la source").
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 18 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Ma sœur m'a appris aujourd'hui être encore sous le choc d'un vol à la tire dont elle a été victime hier ou avant-hier à Paris et qui l'a conduite cette après-midi à l'hôpital. Selon les témoins, un "Roumain" lui a arraché le collier qu'en raison de la chaleur, elle avait eu l'imprudence de découvrir puisqu'elle venait de retirer son écharpe dans la rue où elle marchait, quelque part dans les beaux quartiers. Il paraît que le voleur était attendu par un complice en voiture. La police les a pris en chasse avec une remarquable promptitude mais n'a pu les rattraper.

Je raconte tout ceci ici parce que, en dépit ou à cause de certains difficultés de ma communication directe avec Carole ou nos fils, je sais que, grâce à notre site favori et quoiqu'ils se défendent d'en user, ils apprendront pourquoi ma sœur et sa fille ont reporté le rendez-vous de ce matin. J'espère donc qu'ils ne traîneront pas les pieds pour que puisse se tenir le suivant dès que les uns et les autres auront pu se mettre d'accord sur une date, malgré leurs très fortes contraintes et hautes responsabilités respectives...
Le gyrobroyeur à satellite "Perfect" est vendu. Trois personnes, deux de Basse-Normandie et une du Roussillon, avaient manifesté un vif intérêt à la suite de mon annonce sur "leboncoin.fr". J'ai topé avec le premier à s'être déplacé pour voir la bête. Outre l'entrée de picaillons, cette vente aura l'avantage de libérer de la place sous la charretterie :

19 mai 2019.

Pour préparer ma relation des visites du 15 mai dernier, je suis plongé dans une grande perplexité car les horaires que m'indique mon appareil photo ne sont pas en phase avec l'ordre des visites qui ressort du programme préparé par "Mondes et Merveilles". Je prie les visiteurs de ce site de bien vouloir m'indiquer, à la lecture, notamment, de mes comptes rendus suivants des visites de Pienza et de La Foce, si je n'aurais pas confondu des étapes.

(Je mettrai en ligne ces comptes rendus plus tard ce dimanche.)
0
Ce matin, entre 9 h 15 et 10 h 30, à Pontorson, je ferai visiter à trois candidats différents l'appartement qui me reste sur les bras au rez-de-chaussée.

L'huissier m'a informé que le type bizarre qui a été expulsé en avril d'un appartement du 1er étage ne s'est pas présenté à l'"audience de saisie rémunération" du 14 mai dernier. Ce n'est jamais que la 3ème fois qu'il nous fait le coup. Cette audience est donc reportée au 11 juin prochain. Je ne sais toujours pas si ce type est débile ou si c'est un champion pour tirer parti de toutes les ficelles du droit de l'exécution. En attendant, je ne peux toujours pas remettre ce lot en location. Je suppose que cet olibrius ne se présentera pas davantage à l'autre audience de juin, prévue pour arrêter le sort de son mobilier. Avec les vacances judiciaires plus le droit aux recours, je ne suis pas prêt de sortir de cette auberge.

Quant à la petite idiote du premier, elle me réclame cette fois ses trois dernières quittances de loyer. Selon mon expérience, il est très probable qu'elle m’envoie son congé dans la foulée. Elle doit râler, elle à qui cet appartement coûte en tout et pour tout 22 €/mois, que j'aie refusé de changer à sa place le flexible de sa douche. Voici une jeune personne qui considère que tout lui est dû. Il est vrai qu'elle est particulièrement mal conseillée par sa mère, une harpie très vulgaire dont l'amant, caution de la fille, est propriétaire de 5 logements dans le secteur (ainsi que je l'ai appris lors de la récente audience de conciliation), ce qui n'empêche pas ces sympathiques personnages de solliciter et d'obtenir de la C.A.F. le paiement de 253 €/mois d'A.P.L.

Enfin, la C.A.F., toujours aussi diligente, n'a pas encore réagi à un courrier qu'un troisième locataire du premier et moi lui avons adressé il y a plus de deux mois. Ce locataire, lui de bonne foi alors que sa vie est compliquée, a donc dû se substituer à la C.A.F. pour régler le montant de l'A.P.L. dont les dysfonctionnements bien connus de cet autre organisme public hors contrôle ont, dans son cas, entraîné la suspension.

Pour les quatre autres lots (sur huit) de la S.C.I. propriétaire, tout baigne (en ce moment). Quoi qu'il en soit, avec tous ces aléas, la préparation de la mise en vente de l'ensemble se trouve retardée d'un laps de temps indéterminé.

P.S. : Voici le résultat des rendez-vous du jour :
- la première visiteuse venait pour le compte de sa sœur ; elle m'a fait très bonne impression et a posé des questions pertinentes. La sœur en question vient de me téléphoner que l'appartement leur plairait mais qu'elle s'aperçoit que le changement de département lui poserait trop de problèmes administratifs pour sa retraite ; dommage pour moi, c'était une candidate idéale ;
- les deuxièmes visiteurs étaient deux, deux Roumains travaillant en intérim à Avranches et rêvant d'être rejoints par leurs familles respectives ; donc location pour courte durée et situation non stabilisée : merci ;
- la troisième candidate qui avait pris rendez-vous après une dispute conjugale semble s'être rabibochée avec son conjoint ; elle a donc annulé le rendez-vous.

P.S. 2 : Comme j'en ai marre de me déplacer pour rien, j'abaisse le loyer de ce lot de 400 € à 377 €, de manière à tenir compte, si possible, de la concurrence nouvelle de l'office d'H.L.M. local.

P.S. 3 : Moins de dix minutes après l'abaissement du loyer demandé, une retraitée m'a contacté. Cela montre que le marché est réactif, ce qui est une bonne chose à mes yeux.
Felice GRAZIANO, ce nom me disait quelque chose. Et en effet. Je remercie ce membre du fan-club pour sa fidélité.

Puisqu'il avait eu l'amabilité de former des vœux pour la poursuite de mon chantier, je précise qu'à ce stade, mes deux priorités sont :
- de retrouver un architecte du patrimoine qui puisse rapidement débloquer le chantier pour ses parties classées (en clair, dessiner des fenêtres qui fonctionnent et régler le problème des poutres pourries) ;
- de trouver un bureau d'études apte à organiser la circulation des fluides avant toute intervention rendant plus de 65 m2 habitables dans notre manoir favori.

Pour ce qui concerne la porosité du mur Ouest, je fais mon affaire des travaux qui me semblent nécessaires.

Je considère en effet que deux autres préalables délicats du chantier sont derrière nous :
- le choix du combustible, grâce aux travaux de "Brébant-Forages" ; le choix de l'aquathermie est ainsi définitif ;
- la définition d'un "escalier-en-facteur-commun" dans l'aile Ouest, grâce au projet d'Arnaud PAQUIN qui pourra toutefois être amélioré sur des points secondaires.

Le phasage des travaux a été clarifié autant que possible :
- je donne la priorité à la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à aménager dans le bâtiment Nord) ainsi qu'au colombier ;
- le choix plus précis du phasage entre ces deux zones dépendra de facteurs qui me sont extérieurs, comme la nécessité, en l'état des textes, d'autorisations administraaaâââtives.

Quant à la question du financement, j'y travaille :
- en prévoyant de mettre en vente "Pontorson" dès que possible ;
- en préparant la voie à d'autres recettes à horizon de, disons, une petite année.
Promenade de fin d'après-midi avec O'Gustin aux abords de notre manoir favori. Il faudra que je me fasse expliquer ce qu'ont fait les jardiniers pendant mon absence. Partout, l'herbe a beaucoup poussé...

19 mai 2019.

... les charmilles seraient enfin à tailler et, dans les anciens champs de Bernard, les ronces sont reparties de plus belle.

Le 2ème tilleul à gauche de l'allée historique est vraiment mal en point :

19 mai 2019.

Son pendant à droite n'est que légèrement plus flambard :

19 mai 2019.

Sur le mur Sud de la cour, il est grand temps d'arracher les mauvaises herbes :

19 mai 2019.

19 mai 2019.

15 mai 2015 : Villa di Geggiano

A mes yeux le clou du voyage en raison de l'extraordinaire authenticité des lieux, "dans leur jus" très exactement, à quelques discrets éclairages électriques près, y compris la moindre dentelle de rideau de fenêtre. En tout cas, le lieu où je me suis trouvé le plus à mon aise :

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

15 mai 2019, Villa di Geggiano.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Vie du site - Entretien du site
0
Ayant oublié à Paris la liste des participants à notre récent périple en Toscane, j'ai demandé à Carole de me la faire passer. J'envisage en effet, si cela me semble utile, de livrer quelques réflexions transversales sur mon attitude dans ce groupe particulier et, plus généralement, au milieu de propriétaires de monuments historiques qu'à un titre ou à un autre, il m'arrive de côtoyer.

Elles pourront au mieux être interprétées comme un tentative d'excuse à propos d'un comportement volontiers solitaire et néanmoins ombrageux. En tout cas, plutôt indépendant (ce n'est pas à mon âge qu'on me changera ; considérons donc, s'il vous plaît, et pour simplifier, que ce caractère fait partie de mes charmes les moins dissimulés).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin - Anecdotes
0
Alors que nous allions visiter ma mère à Alençon, O'Gustin a dégobillé, et à l'aller et au retour cette fois (record battu). Au retour, il avait pourtant l'estomac vide d'aliments, et pour cause. Mais j'ai eu droit à une abondante fusée verte et nauséabonde sur mes vêtements, sur deux sièges, sur le frein à main, etc.

J'en suis désolé pour ma mère, mais on va devoir interrompre les visites avec cet épouvantable goret. Ou alors il faudrait acheter une remorque spéciale. Mais on risquerait de se la faire piquer au stationnement à Alençon.

Il y a aussi ce truc, peut-être plus approprié à notre spécimen. Il serait utile d'en trouver un modèle avec deux compartiments, un pour l'aller, l'autre pour le retour...