L'intégrale

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 17 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
O'Gustin et moi venons de recevoir la visite de Thérèse et Raymond DESERT, les éleveurs...

... qui ont pris soin de lui jusqu'à son sevrage.
Ils venaient m'apporter un document de la "Centrale Canine", le certificat de naissance d'O'Gustin que voici :


Voici donc les géniteurs d'O'Gustin :
- son père, Jules Cossedu des Feuilleuses :


- sa mère, Lovely de la Légende de Jenat :


J'ai aussi appris que le nom complet de notre jeune bouledogue favori est "O'Gustin le Magnifique des Merveilles d'la Montagne".
Oui, vous avez bien lu "le Magnifique", rien de moins !


Vous remarquerez que Thérèse avait revêtu sa plus belle tenue...

17 mars 2019.

17 mars 2019.

... et, surtout, que Raymond tenait en laisse un impressionnant bouledogue français noir de deux ans de leur collection (qui compte six chiens de cette race), dénommé Nobel :

17 mars 2019.

Nobel a montré à O'Gustin (qui en a bien besoin) comment marche en laisse un bouledogue bien dressé :
On voit aussi qu'O'Gustin est encore loin de ce que devrait être sa taille adulte (12 kg au lieu d'un peu plus de 5) :

17 mars 2019.

17 mars 2019.

17 mars 2019.

17 mars 2019.

17 mars 2019.

A noter également que, face au malabar Nobel, O'Gustin a démontré une fois de plus qu'il entend demeurer le mâle dominant. En particulier, il lui a interdit l'accès à la cireuse électrique quand je l'ai branchée pour illustrer sa façon de se brosser les dents. O'Gustin était même prêt à grimper sur une chienne bouledogue français en chaleur, de robe caille, surnommée "Impé" (pour "Impératrice"), que ses maîtres avaient pourtant veillé à garder enfermée dans leur voiture. Précoce, l'animal ! (Qualité Fff... Non, j'arrête !)

Nous nous sommes promis que j'irai voir les DESERT à Lessay afin que Nobel explique de nouveau à O'Gustin comment se comporter au bout d'une laisse.
Je ne suis pas prêt à pardonner à un véritable branlotin d'avoir refusé de fait de traiter le problème de porosité du mur Ouest de l'"aile de la belle-mère". Les abondantes pluies de ces derniers jours ont évidemment produit l'effet habituel :

17 mars 2019.

17 mars 2019.

Il est lamentable qu'un tel incapable puisse se prévaloir d'un monopole légal non contrôlé comme il devrait l'être à l'évidence.

En attendant, mon chantier est bel et bien bloqué par ce jean-foutre succédant, entre autres, à un rapace, à un alcoolique et à une pétroleuse.

Ah, ils sont chouettes, je vous l'assure, dans cette corporation protégée en dépit du bon sens !


P.S. (du 18 mars 2019, à 3 heures du matin) : La tour de contrôle me signale que le message 44960, que j'avais rédigé il y a quatre mois, a fait l'objet, hier, d'une lecture approfondie.

A l'intention plus particulière du membre du fan-club qui l'étudie, je rappelle et signale que, depuis cette époque, mes idées ont évolué :
- le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" sera implanté au 1er étage du colombier et la cuisine du manoir dans le bâtiment Nord, dans deux des trois travées disponibles ;
- de ce fait, les rez-de-chaussée des deux tours sont actuellement sans affectation définie ;
- la raison de ces changements est, pour l'essentiel, la découverte récente d'une "rivière souterraine" (?) sous la charretterie ; celle-ci permettra, en tout état de cause, de chauffer commodément tout le manoir par aquathermie ; mais, alors qu'il y a quatre mois, je privilégiais l'option d'une chaufferie centrale au rez-de-chaussée du colombier, il m'a été recommandé par le dirigeant de "LEMASSON" (fabriquant de pompes à chaleur) de prévoir deux chaufferies, l'une dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord (3ème travée), pour chauffer le bâtiment Nord et le logis, l'autre au rez-de-chaussée du colombier, pour desservir l'aile Ouest (le cas du chauffage de la chapelle devant être optimisé à l'occasion) ; cette partition semble une bonne idée pour diverses raisons, y compris techniques.

Cette fois-ci, je crois que je tiens enfin la bonne implantation pour le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves". C'est pourquoi je pourrais avancer dans la restauration intérieure du colombier et ne serais plus obligé de me focaliser prioritairement sur la moitié Nord du logis.

Ayant dit ceci, il est clair que je demeurerai entravé, au moins formellement, là et ailleurs, tant que le lancinant (et ô combien superfétatoire) problème d'architecte que nous savons n'aura pas été enfin résolu.

A dire vrai, mes "déficits fonciers reportables" devraient me permettre de patienter un peu, me préservant ainsi de tourner vite en bourrique face à des situations manifestement sur-contraintes.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 18 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Privé - Lieux
0
Ma mère, stimulée par les récents messages de notre site favori relatifs aux GUERIN et à Pau, vient de me téléphoner pour me parler des propriétés FOURCADE dans ce fief d'Henri IV.

Ainsi, elle me rappelle que l'industriel Henri MENIER, ami de la famille, a logé dans l'une de ces propriétés et qu'il était le parrain de mon grand-père paternel. Ceci ne me semble pas incompatible avec ce que je lis par ailleurs.

Elle me dit également que la grand-mère maternelle de Carole, Mme RAVINA (j'ai oublié son prénom mais je la surnommais "Ravinagrobis") lui avait confié avoir également vécu dans l'une de ces propriétés de Pau.

Le monde est donc petit, d'autant qu'il était arrivé à "Ravinagrobis" de me signaler - non sans une certaine fierté m'avait-il semblé - qu'Henri MENIER logeait une de ses (ou sa) maîtresse(s) (j'ai oublié le détail), au bord d'un bras tranquille de la Seine, dans la belle maison de bois d'Andrésy où elle-même vivait ses vieux jours.

Carole m'a appris récemment que les péniches ne passent plus sous les fenêtres de l'ancien pavillon nordique d'une exposition universelle que se trouvent être "Les Vikings".
Hugues HOURDIN
rédigé le lundi 18 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Tout indique que les événements de samedi ont été organisés à seule fin de convaincre le Conseil constitutionnel du bien-fondé de la loi dite anti-casseurs.

N.D.L.R. : Je suis, comme vous, sans illusion au sujet du manipulateur en chef.
Jérôme Houyvet Photographe Lumières Marines (via "Facebook")
rédigé le lundi 18 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Le temps passe, les semaines défilent et après une longue pause loin des réseaux sociaux j'ai décidé de revenir partager quelques moments avec vous... :-) Vous ne m'en voudrez pas d'avoir fait une petite pause, n'est-ce pas?
Je viens de retomber sur cette photo prise au petit matin dans la baie du Mont-Saint-Michel alors que je venais à peine de décoller avec mon petit paramoteur. Je peux vous affirmer que l'on se sent tout petit face à la nature devant de telles lumières... Appréciez cette photo en plein écran en cliquant dessus, si, si.. le déplacement en vaut la peine ;-)
Partagez si vous aimez, laissez-moi vos commentaires et rejoignez-moi aussi sur Instagram où je pose d'autres photos... c'est ici.


N.D.L.R. : Photo prise de Cancale, si je ne m'abuse.
(A l'Est, j'aperçois la silhouette du Mont et, à son Nord, celle de Tombelaine. Et je remarque les parcs à huîtres au premier plan.)
Ma cousine, Claudine RAVETON, m'a transmis hier soir la copie de son courriel à la cartophile intéressée par Hué et par Alphonse GUERIN, lui précisant que "nous voulons, mes sœurs et moi insister sur le fait que le livre de notre père "Réminiscences" était exclusivement destiné à ses enfants et petits-enfants. Il ne souhaitait d'ailleurs pas le faire éditer; c'est un cadeau offert par (N.D.L.R. : Je suppose que ma cousine a voulu dire "à") ses petits-enfants en 2015 .
Il en a donné un exemplaire à sa cousine Simone Fourcade mais il n'est évidemment pas dans le commerce et nous ne souhaitons pas en voir publier des extraits que ce soit dans une brochure, ou sur internet.
Nous vous remercions de respecter notre volonté."

De cet envoi, je retiens d'abord les adresses de courriel des deux sœurs de Claudine. Ces adresses manquaient en effet à ma collection.

Sur le fond, je fais part, une nouvelle fois, de ma perplexité personnelle face à ce type de position, certes fondé en droit. Je signale quand même qu'après dix ans d'animation quotidienne de ce blog, je ne saisis toujours pas le moindre enjeu réel d'une telle crispation. Je tendrais même à voir - n'ayons pas peur des mots - une forme d'obscurantisme dans ce genre d'attitude, conscient qu'en sens inverse, on me qualifierait facilement d'irresponsable, voire d'exhibitionniste.

Pour garder néanmoins le débat au niveau qui convient, je me bornerai à citer MONTAIGNE, dans sa célèbre adresse "Au Lecteur" des "Essais" :


"C'est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t'avertit dès l'entrée que je ne m'y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. Mes forces ne sont pas capables d'un tel dessein. Je l'ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que m'ayant perdu (ce qu'ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive la connaissance qu'ils ont eue de moi. Si c'eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me présenterais en une marche étudiée. Je veux qu'on m'y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention ni artifice : car c'est moi que je peins. Mes défauts s'y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique me l'a permis. Que si j'eusse été entre ces nations qu'on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t'assure que je m'y fusse très volontiers peint tout entier, et tout nu. Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain. Adieu donc : de Montaigne, ce premier de mars mille cinq cent quatre-vingt."


Contemporain de la Chaslerie.
C'est tout dire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 19 mars 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Logis
0
Je me suis rendu hier à Saint-Aubin-des-Bois, à l'atelier d'Alexandre GURY, "Fer Art Forge".

Il s'agissait pour moi de récupérer la potence de cheminée dont Alexandre vient d'inverser le sens de rotation :

19 mars 2019.

A cette occasion, Alexandre m'a rendu, de la part de Roland FORNARI, le support de girouette qui a longtemps été fiché sur le dôme d'entrée de notre manoir favori :

19 mars 2019.


Alexandre m'a montré sur quoi il travaille en ce moment, notamment la restauration de la très belle grille d'entrée du château de Vendœuvre...

18 mars 2019.

18 mars 2019.

18 mars 2019.

... et la grille du château de Patrick DUMOUSSET dont il me recommande de m'inspirer, le moment venu, pour compléter les pilastres, sur la RD 22, de notre manoir favori :

18 mars 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 19 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
O'Gustin me donne beaucoup de fil à retordre en ce moment. Il s'obstine face à moi à refuser de marcher en laisse. Je ne sais comment le prendre et ça m'agace au plus haut point.
Nicodème
rédigé le mardi 19 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin - Références culturelles
0
Éduquer son chien pour les Nuls
Titre de l’édition américaine : Dog Training for Dummies

N.D.L.R. : Figure-toi que je lui ai démis le talon gauche. Il refuse d'obéir. Un coup de latte mal placé... La véto, ce soir, m'envoie chez un orthopédiste à Bayeux après-demain. Espérons que ce ne sera pas grave...

Lorsque je le promène sans laisse, il taille la route à la première occasion. A la laisse, il se bloque et c'est horripilant. Je ne suis pas sûr de pouvoir le garder. Pas doué pour l'éducation des enfants et des chiots, à l'évidence. En plus, toutes ces crottes et cette pisse à évacuer... Et dans la voiture, il dégueule puis ravale son dégueulis.

N.D.L.R. 2 : Nicodème m'a répondu : "Accroche-toi. Je me disais la même chose lorsque j’ai acheté mon premier cheval, sachant à peine monter. Les premiers six mois ont été très difficiles. Mais après ce fut le meilleur achat de ma vie. En même temps, il n’a jamais dégueulé sur la banquette mais m’a fait valdinguer partout dans le manège ou dans la carrière."

N.D.L.R. 3 : Les DESERT (ses éleveurs) m'ont appelé. Ils me proposent très gentiment de reprendre O'Gustin en pension, le temps de le dresser. Nous sommes convenus d'aviser une fois la visite chez l'orthopédiste passée.
Paralysée par une crise constitutionnelle, Theresa May demande un report du Brexit.

Le bras de fer entre l'exécutif et les législateurs britanniques a dégénéré en une crise constitutionnelle. Mais après tout, l'un des objectifs prioritaires de la sortie de l'UE n'était-il pas de rendre sa souveraineté au Parlement de Westminster?

Non seulement celui-ci a envoyé à deux reprises une fin de non-recevoir claire et nette sur l'accord de retrait de l'UE négocié par la première ministre, mais le président de l'honorable Assemblée l'a priée de ne plus y revenir sans changement «substantiel». Dans son style ampoulé, le speaker de la Chambre des communes John Bercow, s'appuyant sur un «précédent» de 1604, l'a empêchée, lundi, de revenir à la charge avec le même texte comme elle le prévoyait avant de partir à Bruxelles. La dirigeante à l'obstination légendaire entendait tenter une troisième fois, voire une quatrième, de réunir une majorité sur un texte inchangé.


N.D.L.R. : Un "précédent de 1604" ?

Contemporain de la Chaslerie, Corsican egg (*) !

(*) Je traduis pour les Nuls : œuf corse !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
A mon échelle, la location de mes appartements de Pontorson est presque aussi difficile que le Brexit à l'échelle des gouvernements.

Pour l'appartement disponible au second étage, j'ai signé un bail aujourd'hui après avoir baissé hier, via "Leboncoin", le loyer demandé de 292 à 275 €/mois. Et encore, je n'ai pas respecté les limites que je m'étais fixées puisque le nouveau locataire est en C.D.D. et que, s'il me promet la caution de son père sous huitaine, je lui ai remis les clés dès aujourd'hui.

Pour l'appartement disponible au rez-de-chaussée, un de mes locataires du premier étage s'est porté candidat. Nous venons juste de signer le plan d'apurement de sa dette et je sais qu'il a beaucoup détérioré son logement actuel, ce qui m'occasionnera des frais. La locataire sortante du rez-de-chaussée m'a réclamé aujourd'hui des attestations de loyer ; je lui ai répondu que je ne pouvais les lui remettre dès lors que, depuis trois mois, elle ne respecte plus le plan d'apurement de sa dette. A noter que, dans les deux cas de ces locataires ayant signé un plan d'apurement de leur dette, toute la difficulté est apparue à la suite des errements de la C.A.F. d'Avranches qui s'amuse à monter artificiellement les locataires contre les bailleurs. Il ont fait la même chose vis-à-vis d'une troisième de mes locataires mais le conciliateur de justice auquel cette locataire a eu recours m'a donné raison par courriel reçu hier.

Au premier étage du même petit immeuble, j'attends que les magistrats et fonctionnaires en charge du dossier, après le jugement d'expulsion rendu en ma faveur, fassent enfin leur travail et me permettent de récupérer le T3 pour lequel je ne perçois plus de loyer depuis 18 mois. Je viens d'apprendre que l'occupant de ce lot porte un bracelet électronique et que les gendarmes sont venus plusieurs fois s'assurer de sa présence dans l'immeuble. Charmant, ça promet.

Je passe sur le détail des autres dossiers.

Au total, sur les sept lots de ce petit immeuble, seul l'un d'entre eux est actuellement loué sans anicroche. Partout ailleurs, c'est la galère, plus ou moins marquée.
J'ai reçu ce matin M. Sébastien LORGEOUX, du cabinet "Alidade" de Tinchebray.

Il devrait me faire une proposition pour prendre en charge les études, plans et autres documents nécessaires pour rationaliser la circulation des fluides (y compris wi-fi) dans notre manoir favori.

Il me demande néanmoins de lui fournir d'abord divers plans que je vais devoir rechercher dans mes soutes diverses.