Peinture

Il est, bien entendu, très gênant d'en être toujours à attendre une quelconque réaction utile du dernier architecte du patrimoine avec qui les circonstances m'ont mis en contact.

Or il se trouve qu'on n'a pas besoin de l'intervention d'un tel intervenant pour les travaux intérieurs de notre manoir favori puisque ceux-ci relèvent de la législation applicable aux monuments inscrits, donc peuvent être menés, de la conception à la livraison, sous le contrôle d'un architecte "normal", si j'ose dire.

Ayant eu largement le temps, depuis quelques mois, de mener mon enquête de terrain, j'espère avoir trouvé un architecte digne de ce beau nom, c'est-à-dire apte à mener à bien le chantier intérieur, y compris le traitement professionnel des problèmes posés par la circulation des fluides, problèmes ô combien importants en pratique, et même prioritaires.

Un premier contact devrait pouvoir avoir lieu à notre manoir favori à la mi-avril.
Globalement, on peut dire que je passe ces jours-ci par une phase favorable :

- pour le chantier favori, notamment ses travaux intérieurs, je prends enfin le dossier du bon côté en veillant à régler d'abord la question de la circulation des fluides ; en outre, Sébastien LEBOISNE va pouvoir poursuivre l'isolation des combles et Igor va revenir nous donner un coup de main toujours très apprécié ; le problème de l'entretien des abords semble, quant à lui, résolu dans de bonnes conditions ;

- à Pontorson, il me reste à ce jour deux problèmes sur les bras : un T2 de 50 m2 à louer au rez-de-chaussée mais la locataire sortante a réglé sa dette et ce lot devrait, normalement, trouver rapidement preneur ; surtout, au 1er étage, ce salopard, expert en ficelles face aux tribunaux, qui ne paye pas son loyer depuis 18 mois et contre lequel j'ai hâte de pouvoir obtenir enfin l'exécution de l'expulsion et la retenue sur salaires (vaste programme) ;

- j'ai enfin vendu mes dernières actions, ce qui m'évitera de me lamenter dans mon coin sur ce volet de ma gestion calamiteuse, et c'est très bien ;

- O'Gustin est en pleine forme et me tient sympathiquement compagnie ;

- le retour des beaux jours aidant, Carole m'abandonne un peu moins souvent ; du côté des jeunes classes, j'attends toujours des visites qui tardent un peu trop à mon goût mais je comprends qu'il y ait d'autres priorités ; ma mère est traitée aussi bien qu'on le peut et ne se plaint pas trop ;

- enfin, du côté de ma petite santé, je me détériore gentiment (j'ai remis récemment la main sur des photos de l'an 2010 et ça fait quand même un choc) mais tout cela est suivi.
0
Alors que nous déjeunions dans la cuisine provisoire, Carole et moi avons discuté du prochain aménagement.

Je l'ai incitée à réfléchir en termes de répartition des fonctions dans l'espace : de quel côté de la poutre centrale mettre la cuisine "stricto sensu" ? De quel côté la table de petit-déjeuner ou de repas en petit comité ?

Pour ma part, je pencherais pour une cuisine proche de l'entrée du bâtiment Nord. Mais mon point de vue n'est pas encore figé. J'écouterai donc avec intérêt l'avis de ma belle-fille. Préférera-t-elle que la partie la plus ensoleillée de la pièce (celle proche de l'entrée) soit dévolue à l'un ou l'autre usage ? J'ai ma petite idée sur ce que sera son choix. Mais j'attends de l'entendre de sa bouche.

P.S. : J'ai demandé à Ghislain BARBREL de préparer un jeu de plans basé sur ce que j'appellerai l'"hypothèse B". A cette occasion, je lui ai précisé qu'à ce stade, nous continuerions à nous placer dans le cas où il n'y aurait pas de chaufferie dans l'arrière-cuisine.