A la Chaslerie

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 septembre 2019
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Annonces - A la Chaslerie
0
Ce soir, les abords de la Chaslerie sont bien balisés à l'intention des promeneurs des "Journées du Patrimoine" :

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

Dans la cour, le nécessaire a été fait pour interdire l'accès des fossés :

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

20 septembre 2019.

Je rappelle que la Chaslerie est ouverte au public tout au long de l'année, au moins pour des visites extérieures libres et gratuites.

A l'occasion des "Journées du Patrimoine" et pour la 28ème fois consécutive pour ce qui nous concerne, Carole et moi accueillerons les visiteurs de façon informelle (il n'y a pas d'heures fixes de démarrage des visites) dimanche 22 septembre 2019 dans l'après-midi, de 14 heures à 18 heures. On présentera le site et son histoire et ce sera aussi l'occasion pour nous de montrer où en est rendu le chantier de restauration, ainsi que de répondre à toutes les questions des visiteurs.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 29 septembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes - Annonces - A la Chaslerie
0
Comme prévu, je suis allé ce matin faire presser mes pommes à Céaucé.

Voici ma cargaison au départ :

29 septembre 2019.

J'ai fait la queue derrière une remorque remplie de pommes ramassées par les enfants de écoles de Céaucé et dont le produit sera vendu le jour-même à une "fête des plantes" et au prix de 7 €/3 l de jus :

29 septembre 2019.

J'ai choisi le conditionnement appelé "pouch up de 3 litres" :

29 septembre 2019.

Ainsi, mes 21 sacs d'une trentaine de kg chacun se sont transformés en 80 "pouch up de 3 litres", dument pasteurisés à 80 °C :

29 septembre 2019.

Il est recommandé de laisser les flacons reposer pendant 15 jours avant consommation mais vous me connaissez, je n'ai pu attendre :

29 septembre 2019.


Quelques renseignements techniques :
- le coût de remplissage d'un "pouch up de 3 litres" est de 4,05 € T.T.C., du moins en passant par "Mouvipress" ;
- le coût du ramassage et du transport est de l'ordre d'un euro supplémentaire par flacon.

Donc avis aux amateurs : je vends de petites quantités de mon jus au prix de revient (soit 5 €/3 l) ; les flacons sont quérables à la Chaslerie (téléphonez auparavant au 06 12 96 01 34) ; il paraît qu'on peut les conserver deux ans.

Pour ma part, je retiens deux idées complémentaires pour les prochaines éditions :
- il vaut mieux trier les pommes chez soi et peu avant de les apporter à la machine ; dans mon cas, alors qu'elles avaient été entreposés à l'abri du soleil et dans un endroit aéré (la charretterie) depuis leur ramassage (il y a, de mémoire, trois semaines), il y en avait une proportion significative de pourries (10 à 15 %, à vue de nez) ; elles ont bien sûr été éliminées à la main, pour la plus grande part, au moment d'entrer dans la presse ; il paraît en effet que, si on presse une trop forte proportion de pommes pourries, cela (1) nuit à la conservation du produit, et (2) peut présenter des risques pour la santé (à cause d'un produit cancérigène, la patuline) ;
- je trouve que mon jus de ce matin a, au moins à ce stade, une couleur chargée ; j'imagine que c'est lié à la couleur de mes pommes ; l'an dernier, mon voisin Jacques MEYER avait produit un jus de couleur blanche, beaucoup plus agréable à mes yeux, du moins quand il était frais mais s'oxydant au bout de quelques semaines ; il faudra que je lui demande quelles pommes il utilise et que je plante les bonnes espèces, dans l'intérêt de mes successeurs.
Visite ce matin, comme prévu, de Karine LECONTE, responsable du service culturel de Domfront, en compagnie de cadres du "Préau" de Vire, dont la metteuse en scène et nouvelle directrice, Lucie BERELOWITSCH.

Le choix du salon de notre manoir favori a été arrêté, avec un enthousiasme partagé, pour servir de cadre à une représentation de "Un soir chez Victor H", le 5 mai prochain :

11 octobre 2019.

Nous avons fêté la décision en dégustant le bon jus de pomme de notre manoir favori :

11 octobre 2019.


Donc je le proclame haut et fort : n'oubliez pas de réserver vos places sans attendre le dernier moment !

Voici, à toutes fins utiles, l'annonce du spectacle :

Alors que j'ai acheté la Chaslerie il y a plus de 28 ans et qu'après plus de 28 ans de travaux de restauration permanente, je n'y dispose encore que de 65 m2 habitables (selon les standards normaux), je suis en mesure, cette nuit de faire la déclaration suivante :

La restauration intérieure du manoir a, du moins à mes yeux, franchi hier un stade critique qui m'autorise à affirmer que, sauf événement dramatique (géopolitique, économique ou personnel), on aperçoit désormais le bout du tunnel :
- le positionnement de l'"escalier-en-facteur-commun" susceptible de desservir proprement l'aile Ouest est défini, grâce aux travaux d'Arnaud PAQUIN ;
- le lancinant problème de la perte d'imperméabilité de différents murs extérieurs et des dégâts des eaux subséquents a été résolu, l'apport intellectuel le plus décisif en la matière ayant été le fait d'Yves LESCROART ;
- le traitement professionnel du préalable à tous travaux intérieurs constitué par le chauffage des bâtiments paraît en bonne voie, au moins pour ce qui concerne la définition des moyens à mettre en œuvre ;
- pour ce qui concerne les parties classées, mon impression à ce stade est que nous avons enfin, et en y mettant beaucoup du nôtre il est vrai, peut-être trouvé l'architecte du patrimoine qui saura parfaire la mise hors d'eaux des bâtiments.

Donc tout baigne à ce stade !

Mon principal défi pour les années à venir consistera à obtenir de mon aîné qu'il se prépare à me relayer dès que possible, c'est-à-dire :
- qu'il adapte son mode de vie familiale de manière à le rendre, le moment venu, compatible avec une suffisante présence sur place ;
- qu'il se force à suivre les péripéties du chantier, y compris en venant en rencontrer régulièrement les intervenants, de manière à ce que se tissent entre eux les relations de confiance sans lesquelles rien de plaisant ne pourrait se poursuivre dans l'intérêt du monument.