A la Chaslerie

Patrick COHEN (via "Facebook")
rédigé le vendredi 20 mars 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie) - Annonces - A la Chaslerie - Dans l'Orne - Ailleurs
1
Je suis Patrick Cohen de Strasbourg. J'ai passé un long moment hier soir au téléphone avec un ami médecin, praticien à l’hôpital de Mulhouse. Ce qu'il me relate est tout bonnement stupéfiant, glaçant. Son épouse, elle-même infirmière a été infectée par le Covid-19, leurs deux enfants aussi. Elle souffre depuis 48 heures, les enfants vont bien, jusqu’ici... Ce virus qui semble ne ressembler à aucun autre déjà connu est incroyablement puissant, résistant, et très hautement contagieux. La situation vécue dans cet hôpital est franchement très compliquée. Nombre de soignants sont contaminés et la question se pose de la mise à disposition de protections suffisantes et adéquates. Actuellement, un des services de l’hôpital a été livré avec des masques périmés depuis plusieurs années. De toute façon ces masques sont insuffisamment efficaces pour assurer une protection suffisante. Les masques de norme FFP2 en nombre insuffisant sont réservés aux gestes les plus invasifs comme les intubations. Il était stupéfait de voir dans un reportage du 20 heures hier soir des gens se promener dans les rues de Paris, une caissière de Nantes, porter des masques de norme FFP2 alors même que les soignants en manquent et qu'ils sont en 1ère ligne... Ils manquent de masques, bientôt ils manqueront aussi de combinaisons de protection... Ils sont submergés à l'hôpital de Mulhouse par la vague de patients qui arrivent quotidiennement et qu'ils ne peuvent pas soigner, faute de traitement... Qu'il ne peuvent plus sauver faute de respirateurs disponibles... Des gens arrivent aux urgences de Mulhouse souffrant d'insuffisances respiratoires "légères" et se retrouvent quelques heures plus tard transférés en réanimation tant leur état s'est dégradé rapidement, en quelques heures. L'évolution de la maladie est parfois fulgurante. Tous les âges sont concernés, malheureusement... Ça va des trentenaires jusqu'au plus âgés. Tout le monde est concerné. Les plus de 80 ans en état graves n'ont quasiment aucune chance d'en réchapper. Faute de pouvoir les intuber et les mettre sous respirateurs (il n’y en a plus de disponibles) beaucoup sont accompagnés jusqu’à la mort dans le cadre de soins palliatifs. Les personnes meurent, seules, sans aucune présence familiale ou amicale. Mon ami médecin à l'Hôpital de Mulhouse me disait consterné de voir la publicité faite autour de cet A320 militaire qui a amené 6 patients dans le sud alors même qu'il faudrait déplacer probablement 10 ou 20 patients par jours pour éviter la surchauffe. Consterné aussi de voir qu'il faut 10 jours à l'armée française pour monter un hôpital de campagne à Mulhouse, capable de recevoir 30 patients, alors qu'en chine les autorités ont monté en une semaine un hôpital capable de recevoir 1 300 patients avec tout le matériel adéquat. À l'issue de notre échange, il m'a dit "Patrick, tu connais du monde, passe l'info, témoignage pour moi qui suis en 1ère ligne de ce qui se passe ici, à l'Hôpital de Mulhouse. Dis à tes amis, dits au plus grand nombre, de rester chez eux, de respecter scrupuleusement ce confinement décidé peut-être tard et qui permettra, à terme, d'alléger un peu le travail de soignants et de sauver des vies. Mulhouse et le grand Est sont en avance de phase. Nombre d'autres régions connaitront d'ici quelques jours, quelques semaines, la même situation. L’insouciance d'une partie de la population est insupportable pour les soignants qui risquent leur vie au quotidien à Mulhouse et ailleurs". Voilà mon ami, tu voulais que je témoigne pour toi, message passé ! Comment te dire mon admiration, comment te dire mon amitié, comment te dire à quel point j’aimerai pouvoir t’aider plus. Ta colère, ton désarroi, j’espère que mes mots auront su toucher celles et ceux qui liront ce post. Qu’ils comprendront mieux la situation... A mon frère Jean Jacques qui démarre aujourd’hui son travail de soignant à la Pitié Salpêtrière dans un service fraichement converti pour recevoir les Covid-19 parisiens. A mon frère de 55 ans qui a refusé d’être écarté de l’équipe de soignants positionnés en 1ère ligne du fait de son âge. Une fois encore, je n’ai pas été surpris par ta décision. Un nouvel engagement pour les autres, un de plus…. Comment te dire mon admiration, comment te dire mon amour. Ah, oui, un dernier conseil de sa part : "Si un de vos proches est touché par le Covid-19 et qu’il est évacué à l’hôpital, il faut IMPÉRATIVEMENT qu’il soit équipé d’un TÉLÉPHONE et de la CHARGE DU TÉLÉPHONE (prise et câble). Une fois à l’hôpital, il est impossible de visiter les malades. Le téléphone reste le seul lien avec l’extérieur et les soignants n’ont pas la possibilité de s’occuper de ça…". Je suis Patrick Cohen de Strasbourg. Je ne suis ni un Fake News ni un oiseau de mauvais augure. Je suis Patrick Cohen de Strasbourg, aujourd’hui porte-voix de celle et ceux qui n’ont plus la force de mettre des mots sur ce qu’ils vivent. J'assume chacun des mots de ce post.

Faites passer svp.

N.D.L.R. : C'est moi qui ai souligné et mis en gras la partie de ce message qui me semble la plus importante dans les circonstances actuelles.