Economie

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 19 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Mon premier commentaire du jour sur "Facebook" :

(Début de citation)

"Facebook" fait état des financements participatifs, nouvelle tarte à la crème médiatique de la politique du patrimoine telle qu'on voudrait nous la faire gober (et telle qu'on va arriver à la faire gober au public en la martelant sur les chaînes d'info appartenant aux ploutocrates que l'on sait). On met en avant une petite poignée de monuments, certes remarquables. Mais, pendant que la politique du patrimoine est livrée aux bateleurs médiatiques, qui s'occupe de tous les autres monuments, ceux dont les propriétaires rament sans fin dans l'ombre ? Ras-le-bol de la politique-spectacle ! A bas les charlatans !

(Fin de citation)

P.S. : Un type que je ne connais pas a répondu : "qui s'occupe ? vous peut-être ? sinon quel est le sens de vos paroles ???!! Quel âge avez-vous ?"

Mon commentaire à son intention : "Ce devrait être le rôle de la DRAC où il y a des fonctionnaires payés pour cela et des procédures mises au point après des décennies d'expérience. Autre chose que les gesticulations médiatiques d'un bateleur tombé du ciel. Curieux qu'il faille vous le rappeler. Au lieu de vous préoccuper de mon âge, vous feriez mieux, me semble-t-il, de vous poser quelques questions sur votre compréhension de la situation."
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 19 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
Hier, pour la seconde fois de la semaine, je n'ai pas reçu le "Monde" (le numéro contenant le supplément hebdomadaire, je crois que c'est celui daté du vendredi). Pourtant le facteur est passé. Cette fois, avec 30 minutes de retard sur l'horaire habituel.

Si ça continue, je vais résilier mon abonnement-papier.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 21 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
Encore un jour sans facteur. Donc sans "Monde".

Donc trois loupés de la poste en huit jours.

Qui dit mieux ?

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 21 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Voici le courriel que je viens d'adresser au président d'une association reconnue d'utilité publique, à propos des difficultés d'application que j'entrevois à l'instauration du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu des propriétaires de monuments historiques :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 21 novembre 2017 17:44
À :
Cc :
Objet : RE: Prélèvement à la source mise au point

Cher président,

Il me semble qu'il sera utile d'expliciter, pour chacune des années civiles 2017 à 2019 (au moins), les différentes formules applicables aux différents types de dépenses ouvrant droit à détaxation.

En l'état de ma compréhension du dossier, on serait bien avisés de charger la barque des travaux réglés en 2017. Mais, avec les moyennes qui seraient appliquées ensuite, je me demande si on n'aurait pas intérêt à ne rien faire en 2018 avant de remettre les gaz à fond en 2019, puis à ne rien faire en 2020 avant de relancer à fond en 2021.

Dans le même ordre d'idées, on aurait intérêt à ne pas toucher de subventions en 2017 mais à en encaisser un maximum en 2018, etc.

Bref, ce bazar est complètement bancal et pourrait bien être anti-économique, notamment du point de vue des artisans dont les charges courent indépendamment des contorsions en question.

J'ajoute qu'il conviendrait d'ores et déjà de se préoccuper des formalités qu'il faudra effectuer, le cas échéant, pour prévenir le fisc qu'il y aurait lieu d'abaisser le taux d'imposition retenu par eux "ex ante". Je redoute que cela n'attire l'attention des gabelous sur les dossiers à mettre en haut de leur pile de redressements potentiels.

Nous voilà donc, par la mécanique du système, placés dans le collimateur. Joyeux !

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (du 22 novembre 2017) : Mon expert fiscal favori me recommande d'attendre le vote du collectif budgétaire programmé avant d'essayer de comprendre les finesses du dispositif. Pour ce qui concerne le risque de se trouver dans le collimateur, il m'écrit : "Je n'ai pas cette crainte, car les demandes de modification des taux et les changements d'options seront nombreux. La première année, les services fiscaux ne sauront plus où donner de la tête."

P.S. (du 23 novembre 2017) : En fait, les choses sont susceptibles d'être encore plus compliquées que ce que j'ai décrit, notamment le jour où les taux d'intérêt remonteraient. En effet, il faudra alors peser le pour et le contre de la périodisation artificielle des travaux que j'ai été amené à recommander ci-dessus. En tout état de cause, mes intuitions devraient être pertinentes au moins pour 2018 car on peut anticiper que les taux d'intérêt n'auront pas encore fortement cru.
lefigaro.fr
rédigé le vendredi 24 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Rénovations: l’État envisage un bonus-malus pour les propriétaires.

Les ministres de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, et de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, présentent ce vendredi matin de nouvelles mesures pour améliorer la performance énergétique des bâtiments.

N.D.L.R. : Si seulement ils pouvaient enfin comprendre à quel point ils nous cassent les pieds avec tous ces nouveaux impôts !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 29 novembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Economie
0
J'observe que la revue du cabinet LE NAIL témoigne de la chute rapide des prix de nombre de monuments historiques dans ce pays et notamment dans le secteur.

Je ne serais pas surpris que la politique fiscale du Jupiter en charge soit pour beaucoup dans cette dégringolade. Il est vrai que les vieilles pierres et l'esprit start-up, ça fait le plus souvent deux.

Non à l'Etat-spectacle ! (Je dis ceci avec le sentiment que c'est aussi utile que de pisser dans un violon.)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 2 décembre 2017
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
J'ai constaté hier que mon fermier n'avait réglé aucun fermage en 2017 alors que le bail prévoit deux échéances annuelles, au 1er avril et au 1er octobre.

J'ai donc téléphoné à Mme Jeannine LEMOINE née VAUDANDAINE pour savoir ce qui se passait et n'ai pu en obtenir aucune explication ni la moindre excuse.

J'ai alors relu le bail. Celui-ci, conclu le 16 mai 1992 devant Me GOUBEAUX, notaire à Domfront, l'a été pour 25 ans, période venant à échéance à la date stipulée du 31 mars 2017. Il est ensuite reconduit tacitement chaque année, chacune des parties pouvant y mettre fin sous réserve d'un préavis de quatre ans.

Donc tout me donne à penser que mon fermier a voulu savoir comment je réagirais.

Je n'aime pas beaucoup cette attitude qui me paraît manquer de franchise et est donc de nature à nuire à la confiance. J'attends un paiement rapide des sommes dues. Et, dorénavant, je ne m'accommoderai plus d'être réglé chaque fois avec au moins six semaines de retard.

Faudrait voir à ne pas s'amuser à pousser le Bon-Papa dans les orties, nom de nom !

P.S. (du 8 décembre 2017) : Problème réglé autour d'un café-calva.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 6 décembre 2017
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Le bordel.

Je vais tâcher d'aller aux nouvelles. A suivre.

P.S. : Je n'ai rien pu apprendre de plus. Si ce n'est qu'il y aurait une pénalité de 250 € à l'encontre de chacun de ceux qui se seront plantés dans leur déclaration. Il est clair qu'on se fout du monde !