Plomberie-chauffage

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 6 février 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Plomberie-chauffage - Logis - Bâtiment Nord
0
Je ne sais pas pourquoi mais il semble que je traverse une bonne phase ces jours-ci : dernier épisode, je crois que j'ai enfin trouvé un bon plombier !

Celui-ci, qui m'avait été recommandé par une alliée dans les combats anti-éoliens, a su résoudre le problème du chauffage au 1er étage du bâtiment Nord, ce qui, dans l'immédiat, va me changer la vie.

Surtout, on a parlé de ma problématique d'ensemble en matière de chauffage et il m'a dit des choses très sensées, notamment sur le chauffage au bois déchiqueté. Il va me communiquer les coordonnées de propriétaires de châteaux normands de ses clients qui utilisent cette technique. J'irai ainsi explorer leurs installations, en complément de ma visite dans les sous-sols de Canisy, château d'une dimension trop supérieure à notre manoir favori pour que j'en suive sans crainte le modèle pourtant impressionnant.

L'excellent Hubert POISSON, régisseur du château de Canisy.

Hello PPF,

Pour tes soucis de chauffage, peut-être qu'un insert pourrait remplacer une cheminée moche... J'ai trouvé un bon fournisseur à des prix très corrects (insert 1.20m, environ 1 500 euros au Maroc).

Par ailleurs voilà la coupe d'un plancher chauffant.

Le choix de la dalle chauffante (anhydre ou ciment fluide) est important et une simple recherche te permettra de comprendre les différences.

A+

N.D.L.R. : Merci beaucoup et vive le fan-club, notamment dans sa composante marocaine !
Au marché de Domfront ce matin, j'ai rencontré Gontran ACHARD de la VENTE et je lui ai fait part de mes problèmes de chauffage. Il m'a invité à venir prendre le thé chez lui pour me montrer son installation de géothermie profonde. Il est très satisfait de son équipement qui maintient en permanence une température de 19 à 20° C (19 en été, 20 en hiver, sans aucune intervention de sa part) dans sa maison dont la surface habitable est de l'ordre de 500 m2.

Voici le compresseur, qui fait un tout petit peu de bruit (un léger ronflement) et que Gontran a isolé phoniquement :

9 février 2018.

Voici le bac-tampon (rouge) de 500 litres nécessaire pour le chauffage et le bac-tampon (blanc) de 200 litres utilisé pour l'eau courante :

9 février 2018.

Pour toute sa consommation, Gontran utilise l'eau du puits, dont voici le petit ballon (rouge, en haut à droite) :

9 février 2018.

Gontran m'a expliqué que son installation a nécessité le forage de 6 puits de 100 mètres, à 15 mètres les uns des autres et à une trentaine de mètres de la maison, ainsi que le collecteur. Dans les tuyaux, soudés à l'arc électrique, circule 1,5 m3 de glycol et aucun entretien n'est à prévoir.

Sa maison a fait l'objet d'une isolation thermique complète, avec des agglos de 27 cm d'épaisseur sur les murs et ce produit, comportant en sandwich une feuille d'aluminium, dans les combles :

9 février 2018.

Selon Gontran, les agglos de ses murs ne sont pas indispensables pour que l'installation soit efficace ; en l'absence de ces agglos, le coût de fonctionnement ne serait pas très différent. Son installation lui a coûté au total 60 k€. Il n'a pas sollicité de subventions. Sa facture de chauffage s'est trouvée divisée par 4 par rapport à la période précédente où, sur une moindre surface chauffée, sa chaudière fonctionnait au fuel.

Il m'a donné les coordonnées de son installateur en me le recommandant. Je viens de prendre contact avec ce dernier. Selon Gontran, il ne faut pas hésiter à prévoir à la Chaslerie un chauffage par géothermie desservant, outre le logis et le bâtiment Nord, toute l'aile gauche ("aile de la belle-mère" et tour Louis XIII), ainsi que la cave et la ferme, quitte à se contenter d'une température de 10° C dans les bâtiments dont la restauration n'est pas envisagée à vue d'homme.

Selon moi, toute la question va être de s'assurer que le sous-sol de la Chaslerie est bien propice à ce type de chauffage. Je suis évidemment très sensible aux faits que la géothermie ne nécessite ni cheminée, ni entretien, et que sa chaufferie est silencieuse et d'encombrement très limité (sans nécessiter de silo très volumineux et de manipulations fréquentes, comme avec les granulés ou le bois déchiqueté).
Parmi les documents que m'a fait signer Me GUIBERT pour cette vente de 17 ares et des clopinettes, il y avait une carte de la nappe phréatique dont je tire cet extrait :


Je me dis que ces informations pourraient être utiles si on se lance dans le forage de puits pour la géothermie.

2,5 m, c'est bien la distance approximative que j'observe au puits de la ferme.
Guide d’achat : 6 pianos de cuisson à la loupe

Découvrez ces 6 modèles qui se surpassent en matière de performances de cuisson et de design. Par ailleurs, la sélection démontre qu’en matière de pianos, il y en a pour tous les goûts !

N.D.L.R. : Je dirais même plus :

Visite ce matin du chauffagiste recommandé par Gontran ACHARD de la VENTE. Nous avons parcouru les différents bâtiments susceptibles d'être chauffés.

Les préconisations sont claires :
- se cantonner à ce stade au chauffage du logis et du bâtiment Nord ;
- faire les forages dans le "Pournouët", en commençant par un forage de test pour comprendre de quoi se compose le sous-sol ;
- installer la chaufferie le plus près possible des volumes à chauffer (à cause des déperditions de chaleur et de pression), donc pas dans la charretterie ; l'endroit idéal semblerait le "cul-de-basse-fosse" (pièce du rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest) ;
- améliorer l'isolation thermique de notre manoir favori autant que faire se peut.

Tout cela me paraît raisonnable.

J'ai reçu communication des documents suivants :

Sur la base du plan que j'ai communiqué et des mesures qui ont été prises, un devis devrait m'être envoyé.
J'ai reçu hier après-midi la visite de l'expert que j'avais mandaté pour effectuer un diagnostic thermique sur la cave de la Chaslerie. Je voulais cette fois lui parler du diagnostic dont je pourrais le charger à propos du chauffage du logis et du bâtiment Nord.

Nous avons parcouru les lieux en question dont je lui ai remis les plans. Il doit, en m'envoyant son devis, me fournir la documentation à jour sur les multiples incitations et contraintes administraaaâââtives qui prolifèrent en la matière, de manière pathologique (pathologie grave) selon mon souvenir.

La dernière fois, je m'étais heurté à une correspondante qui soutenait mordicus que je ne pouvais vivre à temps plein à la Chaslerie puisque ce n'est pas mon domicile fiscal.

Il paraît que cette honorable personne n'a pas encore été mutée.
Le chauffagiste venu découvrir la Chaslerie le 14 février dernier m'a téléphoné hier après-midi pour me dire qu'il préparait son devis en liaison avec son correspondant chez "LEMASSON", le fabriquant d'installations de matériel pour chauffage par géothermie.

Il souhaite étendre son devis à l'aile de la belle-mère mais précise que cela nécessiterait une seconde chaudière.

De mon côté, je lui ai recommandé de forer ses puits sur la terrasse plutôt que sur le "Pournouët". Mon idée est que la surface disponible y est sans doute suffisante, que cela rapprocherait les puits de la chaufferie du logis et du bâtiment Nord (c'est-à-dire de la tour Sud-Ouest) et que cela éviterait des terrassements sous le mur de terrasse qui, comme on le sait, a été fondé sur du béton.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 19 février 2018
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Bâtiment Nord
0
Le plombier qui était intervenu dans le futur cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord devait repasser ce matin afin de remonter la cuvette de w.-c. Dans cette perspective, j'avais pris cette photo qui montre qu'après l'enlèvement de parpaings par Igor, il y avait lieu de déplacer quelques tuyaux d'une dizaine de centimètres. :

Ce plombier s'était déjà signalé, depuis quelques mois que j'ai essayé de recourir à lui, par son aptitude à poser des lapins, à louper la mise hors d'eaux du fournil du manoir ou encore à tarder chaque fois à intervenir à l'occasion de mes multiples dégâts des eaux.

Il m'a envoyé ce matin le S.M.S. suivant : "Bonjour mr fourcade je suis actuellement sur une intervention urgente. je viens chez vous dès que c’est terminé. cdt. (...)". Au moins, cette fois, il a donc prévenu.

J'ai néanmoins répondu : "Bonjour Monsieur (...). Inutile de revenir. L'affaire sera suivie par votre successeur. Vous avez un emploi du temps beaucoup trop chargé pour mes besoins. Sans parler de la coupure d'eau défectueuse dans une dépendance. Cordialement, Fourcade"