Florilège d'idées pour la suite des travaux

Dans le prolongement d'un précédent message, voici quelques exemples des réalisations de Cécile DEIN qui pourraient, dans un premier temps, inspirer les carrelages du cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord :

Resterait à imaginer le décor pour cette pièce, ainsi que la surface qui serait ainsi carrelée.

Il faut savoir également que, pour les sols, Cécile DEIN sait décorer des tomettes industrielles, d'une façon qui a beaucoup de charme.

On va réfléchir à tout cela...
Via Facebook, j'ai réussi à joindre Igor pour lui demander les proportions des ingrédients de ses joints, que Jonathan prétendait ignorer.

Voici sa réponse : "Les proportions sont le meme que nous avons utiliser pour touts les murs. Jonathan sait les proportions.
Les proportions du joints:
- 3 sable rouge
- 1sable lave
- 2 chaux
- 1/4 sable gris"

On tâchera de nous en souvenir.

Je vais donc pouvoir demander à Jo de prendre le relais d'Igor sur le mur Sud du bâtiment Nord. Il serait dommage qu'on ne profite pas des échafaudages installés et qu'on laisse ce mur à l'état de patchwork pour le Jour J.

22 juin 2014.

P.S. : En le remerciant de ces précisions, j'ai demandé à Igor où il en était de ses exams.

Voici sa réponse : "Jusqu'à présent, j`ai eu 7 examens et j'ai pris 6 d'entre eux... et demain j`ai examen au L`Algèbre linéaire et géométrie. j`ai encore 10 examens, mais je suis optimist."

Courageux garçon, on lui souhaite une pleine réussite !
La Renaissance en jardins

Le Château de Blois présente, jusqu’au 2 novembre, une exposition consacrée aux jardins de châteaux à la Renaissance. Elle fait le point sur l’héritage médiéval et l’influence italienne jusqu’à la mise en place du jardin dit « à la française ».

Informations pratiques sur "Jardins de châteaux de la Renaissance".

Pour voir le diaporama, cliquez ici...

D'après David Vinckboons, Jardin d'Amour, huile sur toile, 113,4 x 188 cm, Orléans, musée des Beaux-Arts (©Orléans, Musée des beaux-arts, cliché François Lauginie).

Une exposition de civilisation

Le Château de Blois propose, chaque été, une exposition de civilisation en lien avec la vie de la cour à la Renaissance. Cette année, c’est aux jardins que s’attèle l’équipe du château. Un sujet difficile puisqu’il ne reste aucun jardin de cette époque et que très peu d’iconographie en fait état.

Henri d'Albret dans un jardin, 1526, « Initiatoire instruction en la religion chrestienne pour les enffans », Paris (©Bibliothèque de l'Arsenal).

Les jardins de Blois

Très naturellement, l’exposition débute sur les jardins du château de Blois. Créés au tout début de la Renaissance par Louis XII et Anne de Bretagne, ceux-ci sont encore en partie isolés du château. On y accédait par une galerie couverte posée sur un pont qui enjambait les fossés défensifs.

Jacques Androuet du Cerceau, Blois, élévation du bastiment et jardins du côté de l'entrée, eau-forte, 25,2 x 42,8 cm, Orléans, musée des Beaux-Arts (©Orléans, musée des Beaux-Arts, cliché François Lauginie).

La Renaissance, une période de transition

Au jardin comme au château, la Renaissance est une période de transition qui fait passer le jardin du jardin médiéval, essentiellement médicinal, au jardin classique à la française très prisé au XVIIe siècle. L’influence italienne y est là aussi prépondérante.

Louis de Caullery, Fête dans un palais à Venise, huile sur bois, 79,9 x 103 cm, Quimper, musée des Beaux-Arts (©Musée des beaux-arts de Quimper).

Le jardin métaphore

Puisque le jardin à la Renaissance est peu documenté, il faut regarder du côté de la peinture d’histoire pour se faire une idée de son agencement. Les représentations de Suzanne et les Vieillards, du Songe de Polyphile ou du Noli me Tangere permettent de relever certaines caractéristiques communes comme la présence récurrente d’éléments en pierre (barrières), de fontaines et d’architectures végétales.

École flamande, Suzanne et les Vieillards, huile sur bois, 76,5 x 107,4 cm, Rennes, musée des Beaux-Arts (©MBA, Rennes, Dist. rmn-Grand Palais/Louis Deschamps).

N.D.L.R. : Pour le jour où nous commencerons à réfléchir à la restauration du "Pournouët"...
Pour préparer mon étude sur les linteaux des fenêtres du 1er étage des manoirs du Domfrontais, il m'a semblé que le plus simple était de suivre l'ordre de présentation de ces bâtiments dans l'ouvrage de Bernard DESGRIPPES, "Châteaux et manoirs du Domfrontais", édité par "Le Pays Bas-Normand". Je me suis attaché à aller prendre des photos de tous ceux qui, à première vue en feuilletant cet ouvrage, me paraissaient présenter un quelconque intérêt pour ce sujet.

N.B. : J'ai pu commettre des erreurs dans mes commentaires sous les photos suivantes. Le cas échéant, prière de me les signaler pour correction.

Le Bois-Frican à Céaucé :

Le Bois-Frican.

Le Bois-Frican.

Le Bois Frican.

(linteaux de bois)

Le Bois Frican.

Le Bois-Vezin à Céaucé :

Le Bois-Vezin.

Le Bois-Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteaux de bois sous la sablière)

Le Bois Vezin.

La Boufferie à Céaucé :

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

(linteau de pierre)

La Boufferie.

(linteau de bois)

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

Les Brosses à Céaucé (actuellement en vente) :

Les Brosses.

Les Brosses.

Les Brosses.

Les Brosses.

(mince linteau de bois)

Les Brosses.

Les Brosses.

(linteaux de pierre)

Les Brosses.

Les Brosses.

(minces linteaux de bois)

La Grande Pierre à Céaucé (appartenant actuellement, à ma connaissance, à notre ami François POUGHEOL, architecte du patrimoine) :

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

(linteaux de pierre)

La Grande Pierre.

(linteau de bois)

La Jaenière à Céaucé :

La Jaenière.

La Jaenière.

(linteaux de bois)

La Servière à Céaucé :

La Servière.

La Servière.

La Servière.

La Servière.

(le fameux fronton, analogue à celui de la Chaslerie ; celui-ci surmonte une ancienne porte transformée en fenêtre)

La Servière.

La Servière.

La Servière.

(linteau de pierre)

La Servière.

(sablière de bois en linteau)

La Servière.

(sablière de bois en linteau)

La Servière.

(linteau de pierre)

La Teillaie à Céaucé :

La Teillaie.

La Teillaie.

La Teillaie.

La Teillaie.

(linteau de bois)

La Teillaie.

La Teillaie.

(sablière de bois en linteau)

La Teillaie.

(sablière de bois en linteau)

La Teillaie.

La Teillaie.

La Foucherie à La Haute-Chapelle :

La Foucherie.

La Foucherie.

La Foucherie.

(sablière de bois en linteau)

Le logis des Bordeaux à Lonlay-l'Abbaye :

Le logis des Bordeaux.

(linteaux de pierre)

Le logis des Bordeaux.

La Martinière à Rouellé :

La Martinière.

La Martinière.

La Martinière.

(linteau de bois sur ouverture modifiée)

La Martinière.

(linteau de pierre)

La Métairie à Rouellé :

La Métaierie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

Rançon à Rouellé :

Rançon.

Rançon.

Rançon.

(linteaux de pierre)

Rançon.

(linteaux de pierre)

Rançon.

Rançon.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière à Saint-Bômer-les-Forges :

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

(linteau de bois)

La Maigrère à Saint-Bômer-les-Forges :

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

(linteaux de pierre ou de bois)

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

(linteaux de pierre)

La Nocherie à Saint-Bômer-les-Forges :

La Nocherie.

La Nocherie.

La Nocherie.

La Nocherie.

(linteau de pierre)

La Nocherie.

(sablière de bois en linteau)

Boudé à Saint-Gilles-des-Marais :

Boudé.

Boudé.

(linteaux de pierre)

Boudé.

Le Creux à Beaulandais :

Le Creux.

12 septembre 2015,Le Creux.

12 septembre 2015,Le Creux.

(sablière de bois en linteau sur ce manoir très remanié)

12 septembre 2015,Le Creux.

(sablière de bois en linteau)

Dompierre à Mantilly :

Dompierre.

Dompierre.

Dompierre.

Dompierre.

(étroit linteau de bois)

Dompierre.

(étroit linteau de bois)

Dompierre.

La Frénouze à Mantilly :

La Frénouze.

La Frénouze.

(linteaux de pierre)

La Frénouze.

La Goulvendière à Mantilly :

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

(linteau de pierre)

La Goulvendière.

La Guérinière à Passais-le-Conception :

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

(très beau linteau de pierre)

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

(très beau linteau de pierre)

La Guérinière.

La Guillaumée à Passais-la-Conception :

La Guillaumée.

La Vente à Passais-la-Conception :

La Vente.

La Vente.

La Vente.

La Vente.

(linteaux de pierre)

La Drodaie à Passais-la-Conception :

La Drodaie.

La Drodaie.

La Drodaie.

La Drodaie.

(linteau de pierre)

La Poulardière à Passais-la-Conception :

La Poulardière.

La Poulardière.

La Poulardière.

(linteaux de bois sous sablière)

La Bonnelière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

(étroits linteaux de bois sous sablière)

La Bonnelière.

La Jostière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Jostière.

La Jostière.

La Jostière.

La Jostière.

(étroit linteau de bois sous sablière)

La Vaidière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Vaidière.

La Vaidière.

(gros linteaux de bois sur ce bâtiment très remanié ; mais on doute, malgré le panneau, qu'il s'agisse de la Vaidière))

La Vaidière.

La Véronnière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Véronnière.

La Bouëtte à Saint-Roch-sur-Egrenne :

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

(fronton analogue à celui de la Chaslerie)

La Bouëtte.

(linteau de bois)

Loraille à Saint-Roch-sur-Egrenne :

Loraille.

Loraille.

Loraille.

Loraille.

(linteaux de bois)

Loraille.

Loraille.

(fronton analogue à celui de la Chaslerie, hélas dissimulé par des palmiers)

Loraille.

(minces linteaux de bois sous sablière)
Promenade hier, avec les V.M.F. de la Manche, à "Valognes, petite capitale aristocratique", sous la houlette de Julien DESHAYES, animateur du Pays d'Art et d'Histoire du Cotentin :

18 mai 2018.

J'ai toujours plaisir à participer aux promenades organisées par l'excellente Sinikka GALLOIS. On y trouve beaucoup de gens très sympathiques...

18 mai 2018.

... (même si pas que).

Etapes, entre autres, à l'hôtel de Grandval-Caligny, toujours frémissant de souvenirs de Jules BARBEY d'AUREVILLY, ...

18 mai 2018.

... à l'ancienne abbaye bénédictine royale...

18 mai 2018.

18 mai 2018.

... et au très plaisant hôtel de Chantore ...

18 mai 2018.

18 mai 2018.

... où j'ai repéré une porte comparable à d'autres, vues dans un manoir du Teilleul et qui pourraient m'inspirer pour notre manoir favori :

18 mai 2018.

L'après-midi, visite du très important château de Chiffrevast, où nous avons été accueillis par la nouvelle propriétaire, ...

18 mai 2018.

18 mai 2018.

18 mai 2018.

18 mai 2018.

18 mai 2018.

18 mai 2018.

18 mai 2018.

... puis nous avons achevé notre promenade au château de la Brisette, accueillis par Gentien et Inès BERTIN de LA HAUTIERE :

18 mai 2018.

18 mai 2018.

Là, j'ai remarqué des enduits extérieurs à inclusions de laitier de sidérurgie ou tessons de bouteille, comparables à d'autres que j'avais déjà observés au château du Repas (dans l'Orne) :

18 mai 2018.

P.S. : Chiffrevast, contemporain de la Chaslerie...
Le musée de Flandre à Cassel.

Perchée sur une butte, à 176 mètres au-dessus de la plaine de Flandre, la charmante commune de Cassel prend place dans le département du Nord, en région des Hauts-de-France. Elle se situe non loin de la frontière franco-belge, à quelques kilomètres seulement de la ville de Dunkerque.
Ancienne propriété des comtes de Flandre, la ville de Cassel se développe au Moyen Âge, notamment avec la construction d'un premier château dans le courant du Xe siècle. Maintes fois conquise, incendiée ou détruite, elle fut le théâtre de nombreuses batailles au fil des siècles, notamment entre Flamands et Français. Autrefois connue pour son activité agricole et ses élevages, elle connaît cependant un nouvel essor au XIXe siècle avec l'arrivée du chemin de fer et le développement routier.
Aujourd'hui, Cassel est connue pour son importante activité touristique autant sur son patrimoine architectural, historique que culturel.
La ville de Cassel a obtenu le titre de Village préféré des français pour l'année 2018.

Le musée est créé le 1er juillet 1837, date à laquelle Charles Vanoverschelde (né à Halluin en 1771 et demeurant à Cassel), cède son cabinet d'histoire naturelle pour la somme de 3 500 francs à une fondation privée2. L'ensemble de cette première collection est installé dans l'ancien Hôtel de Ville, qui est mis à disposition de la fondation à titre gracieux par la municipalité 3. En 1889, le musée devient municipal. Plusieurs donation d'objets ethnographiques et d'art affluent et modifient l'orientation première de la collection composée initialement essentiellement de pièces minéralogiques et paléontologiques.
En 1914, le maréchal Foch installe son quartier général à Cassel dans l'Hôtel de la Noble Cour. À la fin de la guerre, le maréchal envoie à ses anciens logeurs, les Deschodt son képi de général qui est donné par la suite au musée4. Son uniforme rejoint en 1938 dans les collections du musée à la suite d'un don effectué par Madame la Maréchal. Se pose alors la question du devenir du musée : faut-il créer un nouveau musée consacré à la Grande Guerre ?

N.D.L.R. : Beaucoup de contemporain de la Chaslerie, me semble-t-il.
Je retiens notamment l'idée des petites lucarnes à capucine qui ne dépareilleraient pas sur le logis de notre manoir favori.
Château de CHAREIL-CINTRAT, 03140 Chareil-Cintrat, département de l’Allier région Auvergne-Rhône-Alpes

Château édifié à la fin du Moyen Age par la famille Chareil, propriétaire du fief. Quelques aménagements Renaissance vers le milieu du 16e siècle. Au 18e siècle, construction d'une partie des communs. Pendant la Révolution, le domaine est vendu comme bien national. L'Etat achète le domaine le 10 octobre 1958. Le château comporte un corps de logis flanqué de deux tours circulaires aux angles nord-ouest et sud-ouest.
Propriétaire : État français, (Centre des monuments nationaux)

N.D.L.R. : N'est pas sans rappeler notre manoir favori, y compris dans son plan-masse.
(En moins abîmé mais en moins chouette, selon moi.)
Visite, cette après-midi, du château d'Ecouen, sous la conduite de Thierry CREPIN-LEBLOND, conservateur général du patrimoine et directeur du musée national de la Renaissance :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Un pavage qui doit dater du XIXè siècle :

27 février 2020.

Petit rappel historique :

27 février 2020.

Une porte intéressante :

27 février 2020.

Des plafonds hélas décapés au XIXè siècle :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Notre hôte :

27 février 2020.

Un morceau d'épi de faîtage :

27 février 2020.

27 février 2020.

Un pavage dont on ne sait s'il a correspondu à la vérité :

27 février 2020.

Des idées pour notre manoir favori :

27 février 2020.

27 février 2020.

Des descentes de gouttières d'époque :

27 février 2020.

Traversée de la cour pour se rendre dans les appartements royaux :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Cuir de Cordoue (pour décorer les murs l'été, à la place des tapisseries) :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

On affichait une belle santé en ce temps-là :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.


Cette visite avait été organisée par "Patrimoine-Environnement", association dont je ne suis pas membre mais qui m'envoie régulièrement des courriels.
🐦🌷 Aujourd'hui nous vous ouvrons la porte de la chambre de Claire-Clémence, princesse de Polignac, fille unique de la dernière propriétaire, la marquise de Maillé !
Vous pouvez aussi voir sa salle de bain, très moderne, et son "dressing" où nous pouvons encore l’imaginer en train de s’apprêter. 💄👛


N.D.L.R. : Il paraît que le tissu de la chambre est du modèle "Touraine" de la "maison Pierre Frey". Ce décor est certes raffiné mais trop froid pour mon goût.
Au cours de mes échanges avec Dominique RONSSERAY et à la suite d'une conversation avec Carole, ce dernier nous avait communiqué, en annexe à un courrier du 27 juillet 2008, cette reproduction d'une gravure de CALLOT illustrant ce que pourrait être l'aménagement du Pournouët :


Je trouve intéressante cette idée qui avait été explicitée dans un document ultérieur :

Tout ceci me semble en effet d'un style contemporain de la Chaslerie et adapté à ce monument (ni trop, ni trop peu).
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 12 août 2020 08:58
À : (...)architecte@gmail.com
Cc : C. F. ; T. F. ; A.-V. F.
Objet : Chaslerie - APS - 2ème projet

Madame,

J'aurais besoin que vous présentiez les plans différemment :

- en pages 1 et 2, ne fournir que les plans de l'aile Ouest mais les fournir sur toute la longueur de la page,
- en page 2, fournir les plans des étages en indiquant le Nord à gauche (pour m'éviter des torticolis),
- partout, indiquer un minimum de cotes et préciser l'échelle.

Il y a des petites erreurs sur l'avant-cour :

- disposition du passage vers la terrasse,
- murets à l'entrée de la chapelle,
- disposition de la future chaufferie (les cloisons).

A ce stade de ma lecture des documents fournis :

- j'aimerais y voir plus clair sur l'emplacement de l'ascenseur : machinerie, portes (notamment au niveau de mon bureau),
- je me demande ce que devient l'ancienne porte d'accès à la "chambre des tourtereaux : n'y aurait-il pas lieu de la supprimer et de reconstituer là les trous de colombes effacés lors des travaux stupides des années 1950 ?

Je joins à cet envoi des photos : une porte vue dans le Nord Cotentin (à comparer à des portes du manoir du Bas au Teilleul, manoir-frère de la Chaslerie)...

... et des matériaux achetés à la Julinière, notamment :

- cheminée avec sa niche latérale, à réimplanter à la place de celle de Mebzon, qui était saugrenue et anachronique ici :


- escalier droit de bois (à réimplanter vers la "chambre des tourtereaux") :


- évier (pour la pièce au RC de la tour Nord-Est du logis où il y en avait un du même type autrefois - supprimé lors du percement de la fenêtre Nord ; on voit encore la sortie à l'extérieur) :


Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Au château d'Ainay-le-Vieil...

Le château d'Ainay-le-Vieil.

... je remarque cette imposte à balustres qui me plaît beaucoup :

Ainay-le-Vieil.


Je pense évidemment à l'imposte de la porte principale du logis favori, en espérant que, le monopole que l'on sait étant ce qu'il est, je n'attendrai pas indéfiniment des plans qui me conviennent.

Je rappelle à ce propos que, pour ce qui concerne les menuiseries extérieures, le contrat de maîtrise d’œuvre est signé depuis belle lurette, de sorte que, au moins de mon point de vue, rien ne se serait opposé à ce que l'architecte du patrimoine se fût, sur ce sujet comme sur divers autres signalés comme urgents, mise au travail.
Immersion au cœur du Moyen-Age garantie au château de Picquigny 🏰🤩🏰 (Val de Somme, à 25 mn d’Amiens). Découvrez ses vestiges pittoresques et imposants érigés depuis des siècles sur les hauteurs de la Vallée de la Somme.
En arrivant à la porte de la barbacane, qui fut jadis un pont levis, vous serez impressionné par la haute façade du corps de logis 💜 :


N.D.L.R. : A rapprocher du portail de Montflaux...
J'ai photographié ce matin, à toutes fins utiles et sous toutes les coutures, le portail du cimetière de Saint-Hilaire-du-Harcouët :

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.

2 août 2021.


Il me rappelle celui de Montflaux, notamment en raison des saignées pour ponts-levis qu'il comporte. Dommage qu'il soit gâché par ces joints en ciment. En outre, il y a quelque chose qui me gêne et que je ne saurais définir, comme si, lors de son déménagement, il avait perdu une partie de son équilibre. Je suppose que c'est cette croix sommitale sous-dimensionnée (tant qu'à faire) qui cause mon inconfort.

P.S. (à 14 heures 30) : Dans "Châteaux et Manoirs de la Manche", tome II, aux "Editions Rivages de France", Michel PINEL et Patrick COURAULT fournissent notamment les compléments d'information suivants qui confirment que mon intuition était bonne :

Ils précisent que ce portail est, comme je le pensais (sans l'avoir écrit), daté de la fin du règne de Louis XIV. Donc ces saignées pour ponts-levis devaient être là juste pour le décorum. Ainsi, comme à la Chaslerie avec les LEDIN, les propriétaires de ce château devaient avoir une certaine tendance à surjouer l'ancienneté de leur noblesse. "Men will be men" !
Espionnage industriel à l'abbaye de la Lucerne. Mais je n'avais pas emporté le bon appareil photo. Je signale au passage les points qui, en l'état du chantier favori, ont plus particulièrement retenu mon attention.

Tailles relatives des corbeaux et des poutres :

16 août 2021.


Des lucarnes qui pourraient inspirer celles à prévoir au Sud de la ferme :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Les pilastres près de la porterie :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Le système d'écoulement et d'évacuation des eaux pluviales :

16 août 2021.

16 août 2021.


Les carrelages :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Saint Achard :

16 août 2021.


Des lucarnes pour le logis :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Un modèle pour l'"escalier-en-facteur-commun" :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Des pilastres :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Des portes :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

Point focus sur l'innovant château de Linières (Mayenne, Pays-de-la-Loire) !

🏰Le château de Linières est fondé au début du XIVème siècle. Bien qu'il n'en subsiste que quatre pavillons, l'ensemble fortifié a su gardé son authenticité et sa beauté avec ses distributions et ses décors.

👏En 2015, âgé d’à peine trente-deux ans, le metteur en scène d’opéra, Julien Ostini, décide avec son épouse Véronique de faire l’acquisition du château de Linières. Il s’agit pour eux de faire de Linières « un château porteur et la terre d’accueil d’un projet citoyen ». La programmation très riche a pour ambition de développer des activités tournées vers le spectacle vivant, le théâtre et la musique. Conférences, concerts, activités pédagogiques pour la petite enfance… et atelier de fabrique de costumes bientôt au programme ! Ce projet fédère aujourd’hui plusieurs centaines de bénévoles.

🏆En 2020, la Fondation pour les Monuments Historiques, avec le soutien de Patrice Besse et SLA Verspieren, a apporté un soutien à Julien Ostini afin de l’encourager dans son projet de reprise et de valorisation culturelle et économique du château de Linières.


N.D.L.R. : Très beaux pilastres. Trop beaux pour la Chaslerie qui, selon moi, doit conserver son style fondamentalement rustique ou, à la rigueur, ne s'en écarter qu'à la marge et raisonnablement.

Pourtant, en arrière-plan et à première vue, le château en question n'apparaît pas d'une catégorie trop manifestement supérieure à celle du manoir favori.

Bien entendu, cet exemple mérite également d'être médité par la SVAADE : "plusieurs centaines de bénévoles", ceci ne peut que laisser ses membres quelque peu rêveurs...
Je m'étais promis d'aller fureter du côté de chez Alain DURANTE, au logis de Chaligny, c'est chose faite.

Il paraît que c'est moi qui lui avais fourni la clé pour financer son rêve, en lui décrivant mon montage pour l'achat de la Chaslerie, lors d'un voyage en train vers Nancy où nous allions acheter une charge d'agent de change. Mais lui a su, depuis trente ans et en y consacrant beaucoup moins de fonds que moi, restaurer l'entièreté de son impressionnante propriété (par la taille, le charme austère et les finitions) et la transformer en écrin bucolique de brillantes animations culturelles.
Très grand bravo à lui !
Il est certain que son sens de l'organisation et son goût sont très supérieurs aux miens.

Je retiens particulièrement les boiseries d'époque d'un petit salon...

30 décembre 2021.

... le plafond récent de son grand salon (dont on pourrait s'inspirer au premier étage du logis de la Chaslerie)...

30 décembre 2021.

... les boiseries neuves en peuplier de la salle principale de la tour où il loge à la mauvaise saison...

30 décembre 2021.

... et le plafond très récent de la même pièce (qui, par son coffrage de poutres médiocres, pourrait servir de modèle à celui de mon futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves") :

30 décembre 2021.


Accueil très chaleureux d'Alain, pourtant non prévenu de notre passage. J'espère qu'il aura l'occasion de venir en Normandie.

Pour sa suite, Alain, célibataire et sans enfant mais désormais octogénaire, a d'ores et déjà résolu d'en passer par une vente. Il paraît que son voisin et ami William CHRISTIE envisage de créer une fondation pour gérer la même question à son logis du Bâtiment, aperçu du bord de la route, comme le personnage venu contrôler des travaux sur un ilot de maisonnettes du même village, mais ce second logis vendéen m'a beaucoup moins plu.