Anecdotes

Je me suis rendu au bureau de poste de Domfront pour expédier ma mise en demeure.

Là, il faut désormais s'adresser à un Cerbère électronique pour pouvoir entrer.

Il n'y a plus qu'une guichetière alors qu'il y a moins d'un an, il y en avait encore deux, plus une dame de compagnie qui virevoltait entre les usagers pour leur apprendre à coller des timbres et autres friandises.

Un usager, arrivé avant moi, faisait déjà la queue. Une autre tâchait d'expliquer à la guichetière qu'elle avait perdu le document représentatif de son livret A. Dans le même temps, la guichetière était engagée dans une interminable conversation téléphonique.

Au bout d'un quart d'heure, l'usager qui me précédait, voyant que je fatiguais, m'a confié qu'il avait beaucoup de choses à demander au guichet, donc qu'il me laissait passer avant lui. Je l'ai remercié.

Je me suis assis près du guichet et j'ai entendu l'usagère demander un relevé de son livret A. "Impossible", lui répondait la guichetière, "nous ne sommes pas équipés pour ça".

Je suis alors intervenu dans cette conversation en conseillant à l'usagère d'ouvrir un compte en banque.

Là-dessus - je ne sais pas pourquoi - la guichetière a proposé de tamponner immédiatement le double de mon "relevé de distribution" puis, ayant opéré d'un coup bref témoignant d'un long et patient entraînement, me l'a tendu.

Donc un bon quart d'heure pour obtenir un malheureux coup de tampon.

La poste est un naufrage (air connu). Surtout dans nos campagnes.