Anecdotes

Cette cour est (re)devenue un vrai bourbier que Guguss et moi ne pouvons traverser sans crotter nos chaussures ou (dans son cas) ce qui en tient lieu, de sorte que nous importons de la boue dans le bâtiment Nord, ce qui est fâcheux :

11 octobre 2019.


Je sais bien que de bonnes âmes ne tarderont pas à me reprocher d'"oublier une fois de plus les priorités", cuisine, salle-à-manger, chambre pour les enfants et que sais-je encore ? Comme s'il n'y avait pas à cela des préalables techniques ou réglementaires sur lesquels je n'ai pas la main.

Mais voilà, telle est la dynamique du chantier : je piétine en rongeant mon frein depuis trop longtemps ; il est temps pour moi de repartir de l'avant, si possible dans la bonne direction.

Après tout, l'idée de (re)paver la cour n'a rien d'artificiel ni d'incongru, ce me semble du moins.

Et, si j'arrive à toper sur un bon lot de pavés, je serais bien bête de nous en priver.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 11 octobre 2019
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Références culturelles
0
Vu ce soir, au ciné-club de La Ferté-Macé, "Ad Astra" avec Brad PITT dans un rôle différent de ses habituels beaux gosses déjantés.

On peut dire que je n'ai pas embrayé. J'ai même renoué avec mon péché mignon consistant à roupiller pendant une bonne partie des projections. Sans doute, avec ma doudoune sous mon blouson, étais-je habillé trop chaudement. Ou bien l'absence de sieste, due à mes pérégrinations, s'est fait ressentir.

Il m'a cependant semblé que la crédibilité astrophysique du scénario est des plus ténues. Dommage.
Igor vient de me téléphoner. Il s'est blessé en jouant au foot (quel gamin !). Surtout, il n'a pu être inscrit, "par manque de crédits publics en fin d'année", au stage de formation au métier de dessinateur d'architecte qu'il souhaitait. On lui indique qu'il devrait pouvoir bénéficier de l'une des sessions de début 2020, en janvier ou en mars. Espérons-le pour lui !

En attendant, je lui ai dit que la porte de notre manoir favori lui reste ouverte. Au cas où il aurait envie de retrouver l'atmosphère d'un chantier de restauration, ce que, le connaissant assez bien, je ne saurais exclure.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 13 octobre 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes - Privé - 4ème loulou Fourcade
0
Ces dernières années, Carole était présente dans notre manoir favori à raison d'environ 10 % de son temps. Sa mise à la retraite n'y avait rien changé. Ou très peu. Elle souhaiterait que je vienne plus souvent à Paris mais je n'en ai nulle envie.

Il y a quelques jours, elle m'a annoncé qu'elle entend porter son ratio de 10 à 50 %. Pour la première fois, elle m'a même précisé les dates approximatives de ses prochains séjours.

Ces résolutions n'auront pas tenu longtemps. Cette après-midi, elle m'a téléphoné pour m'exposer toutes les "bonnes raisons" qui la retiennent à Paris. Les dernières sont la santé de sa mère (ce qui est un grand classique) et la nécessité de se tenir prête à garder les enfants de mon aîné dès que ma belle-fille filera à la clinique donner le jour à un nouveau petit FOURCADE (ce qui ne saurait tarder "en l'état du dossier et dans les circonstances de l'espèce") !
Deux statues réalisées par Pierre BOULLE sont actuellement exposées à la vue de tous sur les pelouses de "La Hamardière" à Domfront :


Elles donnent lieu, de la part de quelques internautes abonnés à la "page Facebook" du "Publicateur libre", à certains commentaires qui illustrent à quel point le débat culturel local est parfois vif dans la bonne ville de Domfront-en-Poiraie :

Je précise que Sébastien PICAULT est le frère d'un de mes artisans favoris et conseiller municipal de Domfront, Vincent que je salue, ainsi que d'Emmanuel, décorateur et architecte d'intérieur de notoriété mondiale dont j'admire le talent reconnu par beaucoup plus savants que moi et qui m'avait fait l'honneur d'une visite de notre manoir favori il y a quelques années déjà. Quant à Yvon DAGUET, fonctionnaire des finances en poste à Domfront, il fait partie de mes "amis Facebook" ; je relève ici l'ouverture d'esprit et la sagesse, dignes de servir d'exemple pour éviter tout débordement rapidement regrettable, dont témoigne son intervention lors de ces échanges.

P.S. (à 8 h 40) : La conversation ci-dessus me semble avoir disparu de la "page Facebook" de ce journal. Juste après que ma correspondante a introduit dans son texte un adverbe qui en changeait la perspective, ce dont on lui donne ici acte.

Mon offre aux artistes locaux ou autres demeure.

P.S. 2 (à 9 heures) : Je me suis trompé, le modérateur du "Publicateur" n'a pas supprimé ces échanges de galanteries. Je suppose que son prédécesseur l'aurait déjà fait. Quelle importance, après tout ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin - Anecdotes
0
Au moins, l'appétit est revenu, cela ne fait aucun doute...
... mais arrivera-t-on un jour à apprendre à cet énergumène à reconstituer ses forces avec un peu plus de distinction ?