Logis

J’ai toujours pensé que l’humour constituait la plus puissante des armes contre la bêtise, l’obscurantisme, le fanatisme, le désespoir, l’absurdité de l’existence et Terry Jones fut sans conteste l’un des plus brillants soldats de cette cause au sein de la merveilleuse et pacifique armée des Monty Python.

N.D.L.R. : Le sage a dit : "On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui".

J'en ai encore reçu une illustration intéressante, bien qu'assez inattendue, du moins par moi, et pas plus tard que ce matin.

Peut-être aussi faudrait-il se méfier également des gens qui, avec beaucoup d'insistance, vous disent ou, même, vous écrivent à tout bout de champ qu'ils apprécient votre franchise. Il n'est pas exclus qu'ils puissent être les mêmes.

N.D.L.R. 2 (à 21 h 30) : Je viens d'avoir mon aîné au téléphone. Je lui avais préalablement transmis la copie d'échanges de courriels de ce matin afin qu'il puisse, à tête reposée et en faisant abstraction de tout ce qui peut biaiser ma propre appréciation, me donner son avis sur le clash en question.

Son avis est clair : il n'y avait pas lieu de prendre la mouche après mon courriel de la veille (qui a amusé mon aîné) ; mon interlocuteur aurait donc adopté une position injustifiée.

Voici qui me soulage après que j'ai essayé plusieurs fois, sans y réussir, de joindre téléphoniquement mon interlocuteur pour essayer de recoller les morceaux. Mais, au moins à propos de cette affaire, me voici conforté dans ma propre appréciation.

C'est bon d'avoir quelqu'un avec qui pouvoir échanger dans de tels cas.
En mon absence, Igor, privé de l'engin repris ce matin par Sébastien LEBOISNE, et peu enclin à jointoyer des murs aujourd'hui, a pris l'initiative de ranger la cour. Il a déplacé tous les pavés et granits qui la jonchaient. Ce soir, on y voit plus clair :

24 janvier 2020.

24 janvier 2020.

24 janvier 2020.

24 janvier 2020.

Et il faut bien l'admettre, il y a de grandes zones où le pavage d'origine a disparu (les lacunes) mais il y en a d'autres, encore plus grandes, qui n'ont jamais dû être pavées : à l'emplacement de l'ancienne "aile en retour", bien sûr, mais aussi à l'Ouest et au reste du Nord de la cour.

Quand je suis rentré, j'ai trouvé Igor en train de découper la lame de l'ancien grand godet de la mini-pelle, en vue de le souder sur celui que j'ai acheté dernièrement.
Après que le compromis de vente de "Pontorson" a été signé et en attendant que je vérifie par sondages la comptabilité de notre copropriété parisienne, je devrais disposer de quelques jours de moindre activité administraaaâââtive avant les prochaines échéances auxquelles j'aurai à faire face :
- aujourd'hui je devrais pouvoir me concentrer sur la préparation de la réunion de la C.D.N.P.S. (commission départementale de la nature, des paysages et des sites) à laquelle je participerai demain, à la préfecture d'Alençon, dans ses formations "sites et paysages" ainsi que, pour la première fois pour moi, "sites et paysages - éolien" ;
- le 4 février, je me rendrai à la Cour administrative d'appel de Nantes, pour l'audience du 5ème procès de la série dans l'affaire des éoliennes de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley ; j'y assisterai en qualité de président de l'"Association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et de ses environs (A.D.D.D.O.E.)" qui se bat, depuis près de cinq ans déjà, contre ce funeste projet ;
- le 6 février, réunion à Paris de l'équipe normande de la "Demeure Historique" ; j'y participerai en qualité de "référent" en matière de travaux sur monument historique ainsi qu'en matière éolienne ;
- le 7 février au matin, scanner à Flers ;
- le 7 février dans l'après-midi, réunion de travail à la Chaslerie suite à ma demande d'aide à la programmation des prochains travaux au manoir favori ; j'ai invité Carole à y participer, ainsi que mon aîné (ce dernier pourra ainsi suppléer à une récente défection), en leur qualité de principaux demandeurs que je progresse enfin dans la livraison de m2 habitables, le compteur demeurant bloqué autour de 65 tels m2 depuis beaucoup trop longtemps selon eux ;
- le 8 février, concours d'orthographe à Flers ;
- le 14 février, réception, j'espère, de l'accord de principe du C.I.N. pour financer le candidat-acquéreur de "Pontorson".

Certaines de ces étapes se traduisent pour moi par quelque stress.

En en faisant abstraction, je compte avancer dans la préparation de ma réponse à l'architecte du patrimoine qui m'a saisi, le 20 janvier dernier, d'un important dossier que je n'ai pas encore eu le temps de regarder et qui est relatif, si j'ai bien compris et pour l'essentiel, aux travaux des tranches 1 et 2 de restauration des menuiseries extérieures du logis. Mais avant de commencer l'étude de ce dossier, il faudrait que je retrouve les factures que j'ai déjà réglées et les traces des subventions reçues au titre de la tranche 1.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 janvier 2020 09:09
À : (...)@college-de-france.fr
Cc : Carole Fourcade
Objet : RE: château

Chère Madame,

Merci beaucoup pour ce conseil que je vais m'empresser de suivre.

Merci beaucoup, également, de nous admettre dans le cénacle de vos amis, nous permettant ainsi de dialoguer avec des personnes passionnantes. A ce propos, puis-je vous demander le nom de la dame en rouge, "fieffée" du côté de Honfleur ?

Nous sommes en travaux à Paris (pour quelques semaines encore) et en Normandie (pour beaucoup plus longtemps). Mais nous aimerions beaucoup vous inviter chez nous, notamment pour vous présenter des amis qui pourraient vous aider si (...). Auriez-vous une date disponible à partir du début du printemps prochain ?

Respectueusement,

PPF

___________________________________________________________________

De : (...)@college-de-france.fr
Envoyé : lundi 27 janvier 2020 08:53
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : château

Cher ami,

Après votre départ, hier, nous avons parlé de votre problème (...) à notre ami (...) et il s'en est étonné. Je pense que vous devriez lui téléphoner car il pourrait vous préciser vos droits.
Claude était professeur d'architecture à la Sorbonne, ami d'Alexandre Gady, et très au courant des lois. Époux de (...) que nous connaissons par France Culture.
Leur numéro de téléphone est le (...).
En espérant que cela puisse vous être utile.

Merci encore pour les chocolats et votre présence,

Amitiés à votre épouse et à vous,

(...)

(Fin de citation)