L'intégrale

Thierry-Emmanuel TALBOT
rédigé le samedi 27 juin 2009
Vie du site
0
Votre Château est superbe.

J'espère un jour le visiter.

Cordiales salutations
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Ceci est un test, effectué de Paris le 28/6/09 (c'est l'anniversaire de mon mariage, il y a 34 ans déjà, avec Carole) à 6 h 17.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Bonjour Thierry-Emmanuel !

Merci pour le compliment. Au manoir, comme sur le site, il reste beaucoup de travail à effectuer. Sur le livre d'or, les apostrophes passent mal.

@ Thomas :

Je croyais que j'aurais la possibilité de "modérer" les messages. Comment ça marche ?

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Vie du site - Entretien du site
0
@ Thomas :

Pourrais-tu faire en sorte que, lorsqu'on souhaite découper son message en paragraphes, la machine le comprenne ?
Bien sûr, mes remarques peuvent attendre la fin de tes vacances avec tes parents.

Je t'envie de partir au bord de la mer. Repose-toi bien (mais n'oublie pas d'étudier Javascript et, si possible, Flash)...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Abords, Avenue, terrasse - Murs divers - Vie du site - Météo
0
Sur la photo-satellite de Google Earth, je remarque que les fondations de la 1ère tranche du muret de terrasse viennent juste d'être coulées, mais que les maçons n'ont pas encore commencé à monter les pierres. Cela devrait me permettre de dater précisément la photo (à partir des factures). De mémoire, cela remonte à 3 ans. Pourtant, vus du ciel, les arbres plantés il y a près de 10 ans (durant la semaine précédant la tempête) me paraissent bien petits. Mais il est vrai que nous avons reçu de fortes précipitations ces dernières années, qui ont bien facilité leur pousse. Cet été, leur feuillage rend presqu'inutile la tonte d'herbe à leurs pieds (là, j'exagère un peu).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Vie du site - Entretien du site
0
@ Thierry-Emmanuel :

Je connais un seul Thierry-Emmanuel, je crois. Est-ce vous ? Apparemment non, puisque vous écrivez ne pas être encore venu.

@ Thomas :

Ce serait chouette de donner aux contributeurs du Livre d'Or la possibilité de laisser leur adresse mail, afin que je puisse, s'ils en sont d'accord, les identifier plus simplement.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 juin 2009
Vie du site
0
@ Thierry-Emmanuel :

Si, comme il semble, nous ne nous connaissons pas, pourriez-vous m'indiquer comment vous avez eu connaissance de l'existence de ce site ? Hypothèse : seriez-vous le père de Thomas ? (N.B. : à l'époque où ce message a été écrit, PPF ignorait le nom de famille de Thierry-Emmanuel ; la précision a été inscrite ultérieurement sur le livre d'or).

Si oui, vous voyez combien ce garçon est doué, dommage qu'il ne choisisse pas le bon binôme pour l'an prochain ;-)))

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 29 juin 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Il reste beaucoup à faire pour améliorer ce projet de site : raccourcir le texte, trop long, trop détaillé, et, souvent, raccourcir les phrases ; corriger les fautes d'orthographe ; améliorer les photos ; par exemple, à propos des travaux, il serait judicieux de juxtaposer systématiquement les photos avant et après travaux ; le cas échéant, inclure en annexe des albums de photos par thèmes ; améliorer la mise en page et le design : j'observe en particulier que, selon l'ordi que j'utilise (c'est-à-dire selon sa largeur d'écran, j'imagine), les photos sont chevauchées ou non par le texte ; améliorer le livre d'or en prévoyant une possibilité de modération à partir, si possible, de mon adresse mail ; prévoir une musique d'accompagnement, avec possibilité de la déconnecter pour ceux qui préfèrent ; faire en sorte que Google intègre le site dans sa base de données ; obtenir les autorisations nécessaires (notamment en termes de droits à l'image)avant le lancement officiel du site ; réfléchir aux liens que l'on pourrait inclure ; citer une bibliographie.(cette liste n'est pas close, vraisemblablement).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 7 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Comme vous pouvez le voir, le site n'a plus été accessible depuis le 10 juillet dernier. Mon jeune webmaster vient de le remettre en ligne pour que nous puissions le régler d'ici son lancement officiel (vers le 10 septembre prochain).

Au cas où, par extraordinaire, vous auriez eu connaissance de son existence, bienvenue à vous. Surtout, n'hésitez pas à nous faire part de toutes vos critiques constructives, nous communiquer toutes infos pour améliorer l'historique, nous faire parvenir tous documents ou photos pertinents, etc...

A bientôt !

Thierry-Emmanuel TALBOT
rédigé le lundi 10 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Bonjour Pierre-Paul et Thomas

Le site est mieux, mais la position du texte par rapport aux images n'est pas harmonieuse. Il est trop comprimé entre 2 photos.

Par contre le fait de pouvoir aller sur un paragraphe avec un clic, c'est bien.

Bonne jounée !

Sébastien WEIL
rédigé le mardi 11 août 2009
Livre d'or
0
Bonjour M. Fourcade,

Notre visite impromptue avec mon Amie a été un ravissement et une découverte inattendue.

Votre domaine est magnifique. Votre entreprise est d'intérêt public tant le manoir de la Chaslerie appartient à l'histoire du bocage domfrontais.

Dans le cadre de mon master 2 sur la société rurale du Domfrontais sous l'Ancien régime (sous la direction de JM Moriceau, le spécialiste français de l'histoire rurale dont on peut se féliciter de l'avoir à Caen) je fais faire l'inventaire des archives présentes aux archives départementales de l'Orne. Il y a effectivement sous la côte 80J7 un "inventaire des titres des fiefs et terres de la Chaslerie appartenant à Pierre François de Lesdain, chevalier, seigneur et patron de la Chaslerie, la Haute-Chapelle, Clecy la Landelle, St Rémy, La Vilette et autres seigneuries (...)" rédigé en 1760. Cet inventaire est sommaire. On peut se demander où sont entreposés (pour la meilleure des situations !) les documents originaux...

Mon travail porte sur l'agriculture (exploitation de la terre, entretien de l'espace, mutations paysagères...), mais je ne manquerai pas de noter des informations susceptibles de vous intéresser ainsi que les visiteurs de votre site.

Peut-être que l'un d'entr'eux saura nous renseigner sur ces papiers qui vous manquent tant...

Longue vie à votre site!

Bien à vous

SW

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 11 août 2009
Livre d'or
0
@ Sébastien Weil :

Moi aussi, j'ai été très heureux de vous rencontrer et de constater déjà vos talents (et la qualité de votre équipement) de cyclotouriste.

Nous avons plusieurs points communs :
- j'ai assisté à la première séance du conseil municipal de Domfront où, jeune élu, vous siégiez pour la première fois : j'étais dans le public, attentif ;
- j'ai aussi été l'élève de M. Moriceau à Caen ; malgré un "carton" en T.D. sur le "denier carolingien" (largement grâce à Jean-Philippe Cormier qui m'avait prêté de la doc et, surtout, une pièce de sa collection), je n'ai cependant pas persévéré dans cette voie ; actuellement, j'étudie à Caen l'informatique mais je m'y considère très médiocrement doué ; d'où la présence, ces jours-ci à la Chaslerie, de mon jeune camarade d'études Thomas Talbot que j'ai eu le plaisir de vous présenter, et qui est assurément une graine de webmaster d'élite ;
- comme vous, j'ai essayé d'explorer les archives de l'Orne, qui semblent riches mais largement inexploitées, du moins en ce qui concerne les Ledin ; il est sûr qu'il y aurait là beaucoup à faire et j'encourage de tout coeur les amateurs.

En tout cas, merci pour votre très aimable message et pour votre prompte réactivité.

A bientôt, j'espère !

Savez-vous qu'il existe une note de 10 pages rédigée par L. Blanchetière en 1852 sur La Chaslerie. Il y a un dessin du manoir depuis la porte cochère ainsi qu'un plan "aérien" de l'ensemble. On y trouve également des propos sur l'architecture et la famille Ledin (apparentée aux Cormier et Coupel).

Je peux vous l'adresser!

P.S. : serait-il possible de modifier cet espace d'échanges en y ajoutant la possibilité d'adresser des pièces jointes, du type photo en format JPG ?

@ Sébastien Weil :

Je ne pense pas que j'aie eu l'ouvrage que vous citez entre les mains, car je me souviendrais d'une vue du logis prise de la porte cochère et antérieure à l'incendie de 1884. Je serais très curieux de voir ce dessin, ne serait-ce que pour vérifier si, comme je le subodore, les fenêtres du 1er étage du logis étaient surmontées de lucarnes ; en outre, je serais très intéressé de voir la couverture originale du logis, avant qu'elle ne soit rebâtie 60 cm plus bas...

Je vous serais donc très reconnaissant de me transmettre le document évoqué (dessin et texte), par mail à penadomf@msn.com (pena comme La Haute Pénas, nom patois de La Haute Chapelle, et domf comme Domfront).

A ce propos, il faudrait certainement adjoindre une bibliographie à ce site. Je vais m'y employer, quitte à la compléter dès que de nouvelles infos me parviendront.

Quant à la suggestion que vous faites à la fin de votre message, j'en souligne l'intérêt à Thomas. A lui de jouer ! Dans l'immédiat, vous pouvez également m'adresser toute photo à l'adresse mail indiquée.

Incidemment, j'ai connu M. Jacques COUPPEL du LUDE, un homme d'affaires parisien apparenté aux COUPPEL et DURAND de SAINT-FRONT (donc à Marin Marie), qui s'intéressait à cette propriété parce que des "oncles" à lui (comme il disait) y avaient été élevés au début du 17ème siècle. Ceux-ci s'étaient alliés aux LEDIN de manière à conserver la charge de vicomte de Domfront. Par exemple, Brice COUPPEL, écuyer, Sieur de LESPINAY, vicomte de Domfront de 1615 à 1623 avait épousé en premières noces Marquise LEDIN, décédée prématurément, puis Nicole de MARGUERIT qui, devenue veuve en 1623, avait épousé en secondes noces en 1628 François LEDIN, écuyer, seigneur de la Chaslerie ; ce François LEDIN, dont Marquise LEDIN était la soeur, était lui-même le fils de René LEDIN qui fit construire - plus vraisemblablement reconstruire - en 1598 le logis du manoir. Par ce jeu d'alliances, François LEDIN fut vicomte de Domfront de 1628 à 1639, date à laquelle il démissionna de ces fonctions en faveur de son beau-fils, Siméon COUPPEL, etc.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 12 août 2009
Architecture-M.O. - Charpente-couverture - Logis - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
@ Sébastien Weil :

L'illustration que vous venez de me transmettre par courriel est très intéressante et constitue, à ce jour, la seule représentation antérieure à l'incendie de 1884 que je connaisse.
Elle montre à quel point les anciens épis de faîtage du logis et des tours rondes étaient volumineux ; de la sorte, elle constitue une remarquable confirmation des déductions et choix (audacieux) que Dominique RONSSERAY, A.C.M.H., et moi-même avions faits lors de la restauration de ces éléments décoratifs typiques du Domfrontais.
Par ailleurs, elle donne une idée précieuse du caractère massif des combles d'origine du logis ; on y voit que la cheminée centrale, que l'on connaît aujourd'hui dégagée de la toiture, était à l'époque engoncée dans celle-ci ; ainsi, la "lecture" que nous avions faite des deux jets d'eau (voir le laïus du site) est pleinement confirmée.
Enfin, elle montre à quoi pouvait ressembler l'une des lucarnes à mi-hauteur de la couverture du logis, ce qui est pour moi une information inédite et très précieuse pour la suite des travaux.

En revanche, le plan que vous m'avez communiqué n'apporte pas d'information supplémentaire par rapport à ce que nous savions grâce aux vieux plans cadastraux déposés aux Archives de l'Orne : forme des douves y compris à gauche de l'allée principale en arrivant sur place, position du ruisseau amont, du ruisseau aval, division du "Pournouët" en deux parcelles.

Quoi qu'il en soit, merci pour cet envoi, très remarquable et qui fournit un très bel exemple de l'utilité d'un tel livre d'or.

Je veillerai à mettre une reproduction du dessin en ligne. Pour cela, il serait cependant préférable, pour la précision de l'image, que je puisse scanner votre document. Soyez gentil de me prêter l'original, si vous le pouvez.

Et encore mille fois merci !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 12 août 2009
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage
0
Ce soir, Pascal et Maxime ont terminé de maçonner le mur de terrasse, un chantier commencé il y a déjà trois ans. La restauration de ce mur, long de 120 m, m'a obligé à acheter des bâtiments en ruine alentour pour en récupérer les pierres. Mais il manquait toujours les dalles nécessaires pour en achever le dessus. Nous avons fini, il y a à peine un mois, par avoir l'idée de rouvrir une carrière à 500 mètres au Sud du manoir, l'une des deux carrières proches qui, à cette époque où il n'y avait pas de route, ont dû servir à construire le manoir. C'est Bernard qui s'est attelé à cette tâche. Et là, bonne pioche ! On a immédiatement trouvé les dalles qui nous manquaient. Donc voilà une tranche importante de travaux terminée, qui assoit bien le manoir dans le paysage quand on l'observe du Pournouët.

Reçu ce matin, par la poste, la photo d'un article transmise par Sébastien WEIL que j'en remercie.

Il s'agit de "Notes recueillies sur l'arrondissement de Domfront, au mois d'avril 1852, par M. BLANCHETIERE, Membre de la Société Française", article publié en 1853 dans le "bulletin monumental ou collection de mémoires et de renseignements sur la statistique monumentale de la France ; 2è série, tome 9è, 19è vol. de la collection, par les Membres de la Société Française pour la Conservation des Monuments, publié par M. de CAUMONT" à Paris.

Louis BLANCHETIERE relate dans ces notes une excursion qu'il a faite dans l'arrondissement de Domfront en avril 1852. D'emblée, ces notes témoignent des préoccupations et des compétences géologiques de leur auteur, ainsi que de son intérêt pour les routes ; on peut donc se demander si ce n'était pas une sorte d'ingénieur des Ponts ou des T.P.E., comme l'on dit aujourd'hui.

Les notes relatives à la "Châlerie" occupent 10 pages du document et sont agrémentées de la reproduction de deux croquis qui doivent être de la main de Louis BLANCHETIERE. J'ai déjà commenté ces croquis hier, notamment l'un des deux, fort instructif quant à l'état du logis avant l'incendie de 1884.

Quant au texte lui-même, il est également riche d'enseignements, même si j'y relève une erreur de date, Louis BLANCHETIERE ayant cru que le logis datait de 1558, alors qu'il date de l'année de l'édit de Nantes.

On y apprend que les épis du logis étaient en terre cuite, ce que ne permettait pas de comprendre le croquis. A cet égard, la prudence manifestée par M. RONSSERAY dans son article annexé à ce site internet ne peut qu'être louée ; il a en effet pris ses distances avec les affirmations de VIOLLET-LE-DUC pour qui une couverture en ardoise devait s'accompagner d'épis en métal. C'est sans doute la proximité géographique de GER, lieu où étaient modelés ces épis, d'ailleurs avec une argile de LA HAUTE CHAPELLE, qui a permis à M. RONSSERAY de comprendre que cette industrie locale ne pouvait qu'inonder le pays de ses productions, poussant ainsi à une sorte de sur-consommation locale de ses "grès".

Louis BLANCHETIERE donne d'utiles informations sur l'occupation des bâtiments. Le "château" est "inhabité depuis la Révolution", servant "à peine à déposer des fourrages et bois" (pas étonnant que la foudre ait pu y mettre le feu en 1884...). En revanche, l'"aile gauche est aujourd'hui à peu près toute occupée par des fermiers", écrit-il.
"Presque tout le château" est recouvert d'ardoises, ce qui confirme qu'il y avait aussi de la tuile sur certains bâtiments sur cour (on le sait aussi grâce à une photo ancienne des écuries et du colombier).
Le logis comporte une "cuisine à très-grandes dimensions", sans doute la salle-à-manger actuelle puisqu'un four est toujours visible dans sa cheminée.
Le rez-de-chaussée et le "premier étage" (il y en avait donc un second, ce qui confirme la présence de grandes lucarnes) du logis sont "pavés en briques carrées", revêtement qui a aujourd'hui totalement disparu (sauf dans un coin de la cage d'escalier).

Louis BLANCHETIERE s'est beaucoup intéressé à la chapelle et à son décor intérieur. Il écrit en particulier : "Sur les murs se trouvent des fragments de peintures à fresque" (erreur, ce ne sont pas des fresques mais des peintures murales, obéissant à une autre technique ; les fresques sont peintes quand l'enduit n'est pas encore sec, contrairement aux peintures murales) "d'un fort bon style ; mais dont il est impossible de reconnaître les sujets, tant elles ont été détériorées par le temps et par le choc des fagots que les fermiers y déposent" (comme si le logis ne leur avait pas suffi, hélas !). S'ensuit une description de ces décors qui montre que, durant le siècle et demi suivant, les dégradations se sont poursuivies, Louis BLANCHETIERE ayant d'ailleurs compris que "Ce qui a malheureusement hâté la destruction de ces intéressantes décorations, c'est le peu de solidité de l'enduit qui les supporte. En effet, il n'est formé que d'une mince couche d'argile recouverte d'une pellicule de chaux, le tout cédant au moindre choc. Il est probable que cet enduit n'avait pas été fait en vue d'y appliquer des peintures, mais que l'artiste officieux, hôte du châtelain, aura, sans préparation, jeté à l'improviste ses heureuses conceptions sur les murs tels qu'il les a trouvés" (ici, je précise que cet artiste était en fait tombé amoureux de la servante du manoir qu'il a fini par épouser, un LEDIN lui servant même de témoin).
A la fin de ses notes sur la chapelle, Louis BLANCHETIERE s'intéresse aux noms peints sur les sablières intérieures de la chapelle, notamment ACHARD, LEVERRIER, FORTIN et de COURCELLES, CORMIER, COUPEL, ainsi qu'à Pierre IV LEDIN (à qui, s'étant trompé de dates comme on l'a dit, il attribue à tort la reconstruction du logis), Charles-Claude LEDIN et Pierre-François LEDIN.

En fin d'article, Louis BLANCHETIERE complète sa description du site de la Chaslerie et précise que les douves avaient "au moins 10 mètres de largeur et 2 mètres de profondeur" (il négligeait leur envasement, voir photothèque jointe), que "les fermes" (sans doute la ferme et la cave, pour reprendre ma terminologie) voisinaient un verger, et que des "charmilles alignées ombrageaient le jardin" (ce sont ces dernières remarques, que j'avais déjà lues, rapportées par un autre érudit local, qui m'avaient conduit à faire replanter un verger et des charmilles alignées à la Chaslerie).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 13 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
@ Simonne FOURCADE :

Merci pour ton message (ton premier essai sur le net, à ma connaissance). Je crois comprendre que tu n'as pas su naviguer sur le site. Sinon, comment peux-tu te plaindre qu'il n'y ait pas assez d'images ?

A moins que ce ne soit de l'humour anglais.

Ton fils vénérable mais néanmoins respectueux.

Christelle TALBOT
rédigé le jeudi 13 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Bravo à tous pour ce travail "titanesque" de restauration, pour l'instant le résultat est magnifique!

Juste un petit mot pour dire à Thomas que je suis fière de lui!!!!

Thierry TALBOT
rédigé le vendredi 14 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
Le site est beaucoup mieux. Thomas a fait un énorme travail, je le félicite. Bravo à tous.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 15 août 2009
Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
En préparant la bibliographie du site, je retrouve les dédicaces dont Bernard DESGRIPPES m'avait honoré à l'occasion de la parution de ses ouvrages consacrés au "Vocabulaire normand du bocage domfrontais".

Sur le tome I : "V'là pourquoi que l'Pieurre-Paul est t'un vreu Parisien ! Quand qu'i chercheut un chatiau, i saveut pas où i s'retrouv'reut ! A la Haute Penas, i savent pas qu'il teut tombeu cheu les vreus Normands ! Comme il a pousseu loin amont l'z'eutudes, notre horsain s'inteureusse à tout et mîn-me au patouès et, du coup, i va bé vite comprendre qu'un Normand vaut touès Beurtons ! Bien amicalement, Domfront le 13/12/03, B.D." A propos de cette première citation, je me dois quand même de signaler que la présidente de l'"Association pour la restauration et l'animation du manoir de la Chaslerie" s'inscrit en faux contre la dernière affirmation. Je rappelle cependant, à toutes fins utiles, qu'elle s'appelle Marie-Annick de SAINT MELOIR, née de GOUVELLO. Et elle n'a peut-être pas tort, puisque je suis moi-même né à RENNES...

Sur le tome II : "J'peux vous z'aceurteuneu qu'c'est pas la faute au gars Pieurre-Paul si les crapiaux n'ont pas d'queue !
Et pis, tu seus, l'pus bin, c'est pas toujours l'causeu ! C'est queuque fas l'sieu qu'eucoute ! Bien amicalement. Domfront le 13/12/03, B. DESGRIPPES."

Sur le tome III : "Je seus pas si c'est bé vreu, mais à c'qu'i paraît, à la Haute Pénas, au moment des deubords, les taupes, o montent dans le haut des teurgeots d'choux pou pas eute neuyées ! A mon ami Pierre-Paul. Domfront le 13/12/03, B.DESGRIPPES."

Pas de dédicace sur le tome IV. Mais, au tome III, à "Pournouët, n.m., Oublié : La Haute Chapelle", je relève l'exemple suivant : "Paul-Pieurre s'pourmeune, tout seu, dans l'pournouët d'la Châl'rie, à La Haute Penas".

Et, puisque j'en suis à citer Bernard, ma citation préférée de lui est le suivante (parue dans "Le Publicateur Libre" du 25 septembre 2003, dans la rubrique "C'est bin histouère de bavasseu un p'tit qua !", sous le titre "I fut d'la r'vue !" :
"- Eucoute-ma bin : ya un chât'lain d'La Haute Penas qui vient d'Paris. I creuyeut qu'l'heurbe, eune fas coupeue, o ne r'pousseut pas d'l'année ! Eh bin, i fut d'la r'vue ! Et i fut bin n'obyigeu de s'rende à l'euvidence et d'coupeu son gazon tous les quinze jous, comme tout l'monde. Tu t'rends compte de d'yoù qui z'en sont les siens qui vieunnent de Paris ?
- Tu vés, mon gars Victor, en toutes choses, faut aveu eune connaissance du meutieu !"

Je confirme hélas l'exactitude de cette dernière anecdote. On comprendra mieux, ainsi, comment j'ai pu penser que ma première "tondeuse auto-portée" (cf la photo sur le site) me suffirait !

Bernard, à très bientôt, j'ess'peureu !


Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 17 août 2009
Vie du site - Entretien du site
0
@ Simonne FOURCADE :

Je vois que tu fais des progrès rapides sur internet. Ca y est, tu es lancée !

Le chantier que tu évoques est sans doute celui du site internet.

C'est vrai, ce fut un gros travail de le concevoir, et ce n'est pas encore terminé. Il y a eu d'abord, fin juin, une session de 4 après-midis de travail avec mon jeune "webmaster", Thomas TALBOT, pour préparer une première version. Puis, la semaine dernière, une deuxième session de travail de 7 après-midis qui s'est terminée avant-hier. Chaque fois, c'est moi qui rédigeais les textes, triais et scannais les photos, concevais la "navigation" sur le site (bref, le travail "littéraire"). Et c'est Thomas qui programmait, en HTML, CSS, JavaScript ou PHP ou bien qui comprimait la taille-mémoire des photos (donc toute la programmation et l'optimisation télématique du site).

En fait, Thomas est un de mes plus jeunes condisciples à la fac d'informatique de Caen, en 1ère année de licence. Il a à peine 18 ans et je n'ai pas manqué de repérer sa virtuosité lors des exercices universitaires. Le site de la Chaslerie est son premier travail extra-universitaire et je pense qu'il ne dépareillera pas un C.-V. que j'espère brillant.

On doit se retrouver début septembre à Caen pour améliorer et compléter encore le site. Il y a des progrès à faire quant au Livre d'Or, que je tends à transformer en carnet de bord, voire en forum. Il faudra aussi penser aux mentions légales. Mais il y aurait d'autres points à améliorer : pourquoi ne pas inclure un plan des bâtiments sur cour tel que, en cliquant sur telle ou telle partie du plan, on se retrouve sur le laïus et les photos correspondants du site (c'est ce qu'on appelle un "mappage") ? Pourquoi ne pas prévoir un accompagnement musical ? etc (la boîte à idées est ouverte). Toute la rubrique "Liens" est à imaginer.

En tout cas, la prochaine A.G. de l'"Association pour la restauration et l'animation du manoir de la Chaslerie" vient d'être programmée pour le dimanche 6 septembre prochain à 15 heures au manoir. C'est à cette occasion que le site devrait être officiellement lancé, soit 2 semaines exactement avant les prochaines "Journées du Patrimoine". L'idée est de permettre aux visiteurs qui le souhaiteraient, d'étudier ce site internet avant de venir sur place. Ceci afin d'améliorer la pédagogie de la visite et - pourquoi pas ? - de favoriser l'apport ou l'échange d'informations inédites sur le manoir ou ses précédents occupants. Le Livre d'Or (ou ce qui en tiendra lieu) devrait permettre de consigner toutes les informations nouvelles. Ceci, afin de ne pas en perdre comme cela est arrivé tant que les échanges étaient verbaux.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 17 août 2009
Charpente-couverture - Logis - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Serais-je un incorrigible graphomane ? En tout cas, je ne tarde pas à reprendre la plume pour évoquer un point d'histoire.

Nous sommes le 17 août 2009. Donc il y a aujourd'hui exactement 125 ans que le logis et les tours rondes ont brûlé.

C'est dans le "manuscrit déposé à la mairie de La Haute Chapelle" (voir la bibliographie du site) que j'ai trouvé des informations sur cet incendie. Voir page 507 de ce document : la foudre a frappé sur "le pavillon, à l'entrée" (sans doute la tour Sud-Ouest). Les pompiers de Domfront sont arrivés le lendemain à 10 heures du matin (?!) alors que "dès 5 heures, toute crainte nouvelle d'extension du sinistre avait disparu". Le propriétaire était alors "M. Levêque, président du tribunal de Mayenne" et le fermier s'appelait M. Pommier. Ce manuscrit évoque l'état "délabré" du manoir avant l'incendie et, particulièrement, les "gracieux épis en plomb qui couronnaient si avantageusement les tourelles et les extrémités du toit principal" (il y a là une contradiction avec le témoignage de BLANCHETIERE en 1852 que j'ai analysé sur un autre "post" de ce Livre d'Or); à propos de ces épis, ce manuscrit précise que "très endommagées par l'incendie, elles (sic) n'ont pas été replacées".
Maraika VAN WESSEM
rédigé le lundi 17 août 2009
Livre d'or
0
This is a great website.

I'm AMAZED! Now I see all the hard work you have put into the house, it's just spectacular.

I especially loved the historical images from more than a century ago. I also thought the photos you took of the church in the mist before renovation were particularly beautiful.

I was able to translate this page on google, so I was very pleased about that.

I feel very privileged to have stayed in such a beautiful place.

Warmest wishes,

Maraika

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 18 août 2009
Livre d'or
0
Hello Maraika !

Thank you for your very kind message. The photographs you quote, the chapel in the mist, were taken in 92 and 97. I also like photos under the snow of february 93 that I didn't post yet.

I am happy that you are the first English-speaking visitor that wrote a message here. You are also the first Australian citizen, the first visitor from Abu-Dhabi and, I would say, the prettiest !

I hope you'll be back here soon !

Jack CARBUCCIA
rédigé le mercredi 19 août 2009
Livre d'or
0
Toutes nos félicitations pour cette restauration de demeure historique que nous avons pu visiter, en compagnie de votre mère.

Votre site est remarquable.

Pouvez vous nous envoyer votre adresse mail afin de vous adresser la photo de Mme Fourcade ?

Cordialement

Jacques LAURENSOU
rédigé le mercredi 26 août 2009
Livre d'or
0
Cher Pierre-Paul,

Très sincères félicitations pour cet excellent site. La navigation est agréable, les photos sont splendides et un parcours sur le site permet vraiment d'apprécier la beauté de cet ensemble manorial et la somme d'efforts déployés pour mobiliser les énergies nécessaires à une restauration en tout point remarquable.

Il est éminemment souhaitable que le syndicat d'initiative de Domfront relaie les informations de ce site.

Félicitations aux webmasters.

Bien cordialement.

Sébastien WEIL
rédigé le samedi 29 août 2009
Livre d'or
0
Depuis la Corrèze où nous sommes en vacances, j"admire votre travail pour la préservation de notre patrimoine souvent méconnu. Votre site est bien fait et facile de navigation.

Fernand Braudel pouvait écrire que la France se nomme diversité ; cette diversité s"exprime visuellement à travers deux choses : les paysages et l"architecture. Cette pluralité s"affirme également à toutes les échelles : il n"est que de prendre sa voiture pour remarquer que le paysage, la forme des champs, l"habitat rural et les matériaux qui le composent changent. En écrivant cela je mesure combien nous sommes peu nombreux à s"en émerveiller encoreÂ…

On n"encouragera jamais assez celles et ceux qui participent à la préservation de notre passé. Je suis toujours attristé de remarquer à quelle vitesse l"Homme peut détruire ce que des générations ont contribué à réaliser, souvent dans les pires difficultés.

A l"époque de la standardisation, de la facilité, à l"époque aussi où nous vivons sur nos acquis et sur l"héritage du passé que nous gaspillons et ringardisons, bravo pour votre Âœuvre car elle est utile à la préservation de notre histoire et notre culture.

Sébastien