Vie de l'association

Fabien BOUGLE (via "Le Monde de l'Energie")
rédigé le Vendredi 8 Juillet 2022
Vie de l'association - Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
L’accélération du mix charbon-éoliennes de l’Allemagne ou l’incroyable échec de l’Energiewende

Robert Habeck, Ministre « vert » allemand de l’Economie vient d’annoncer publiquement, qu’à défaut du gaz d’origine russe, l’Allemagne allait être contrainte de relancer en urgence ses centrales au charbon. Cette annonce suivait celle qui excluait de reporter l’arrêt des 3 réacteurs nucléaires allemands encore en activité , qui, en principe, doivent s’arrêter fin 2022, malgré la demande du patronat d’en reporter la fermeture.

La relance du charbon par nos voisins n’est pas exclusivement due à la limitation par la Russie de ses approvisionnements en gaz, qui, avant la guerre en Ukraine, représentaient plus de 50% des besoins en Allemagne. Non, la faible activité, en 2021, des éoliennes intermittentes allemandes, dont la production avait chuté de près de 14% par rapport à 2020, les avait contraints d’augmenter de 25% la production d’électricité au charbon et à la lignite, qui était ainsi redevenus leur première source d’électricité.

Le modèle éoliennes-énergie fossile de l’Allemagne

La guerre n’a fait qu’accélérer un phénomène de dépendance de l’Allemagne aux éoliennes ou aux panneaux solaires, qui nécessitent le complément des centrales fossiles, et ne sert qu’à camoufler l’échec retentissant de l’Energiewende, dénoncé depuis plusieurs années par la Cour fédérale des finances. En effet, à plusieurs reprises elle s’était alertée dans ses rapports sur ce modèle qui allait conduire à une explosion des factures d’électricité des Allemands, et à une multiplication des coupures d’électricité. Et nous y sommes !

Bien avant la guerre, le magazine Newsweek avait titré un article retentissant le 27 octobre 2021, « Les pannes d’éoliennes à l’origine de la crise énergétique en Europe sont un avertissement pour l’Amérique », soulignant que le choc gazier était dû à la multiplication en Europe des éoliennes couplées au gaz ou au charbon, dans un contexte de reprise économique post-covid. Les observateurs d’outre-Atlantique avaient parfaitement identifié que la multiplication des éoliennes créait une forte dépendance aux énergies fossiles, conduisant à une inflation énergétique.

La guerre n‘a fait qu’accélérer et augmenter le besoin en énergies fossiles de substitution au gaz russe, comme le charbon ou la lignite, conduisant à une explosion de la facture énergétique, déclenchant mécaniquement une terrible spirale inflationniste.

Le plus incroyable est que l’Allemagne continue de dénigrer le nucléaire français décarboné, allant jusqu’à militer dans les institutions européennes pour qu’il ne soit pas reconnu dans la taxonomie des activités vertueuses pour le climat, alors que son bilan carbone n’est que de 3,7 g de CO2 /kWh selon une récente études des experts d’EDF. Cela place le nucléaire comme la source d’électricité la plus vertueuse dans le monde pour le climat, alors que le charbon produit 1 000 g de Co2/kwh et des particules fines contenant mercure et uranium, polluant les autres pays européen par les fumées des hautes cheminées des centrales allemandes.

Nucléaire français vs Energiewende allemande

La France, qui émet environ 50 g de co2/ kwh d’électricité, est un des pays les plus vertueux en Europe pour les faibles émissions de son mix électrique : elle se trouve paradoxalement mise en accusation par l’Allemagne, qui avec 500 g de CO2/kwh, a un mix électrique 10 fois plus polluant. C’est donc le pays qui a le bonnet d’âne en Europe qui reproche au meilleur élève européen de ne pas suivre son modèle désastreux pour la planète et le climat.

Du reste la France, dont les dirigeants sont toujours sous contrôle de puissants réseaux d’influence allemands, vient malheureusement d’annoncer la relance d’une centrale au charbon sur son sol, et souhaite accélérer l’installation des éoliennes, s’inspirant sans discernement du modèle d’Energiewende de nos voisins.

Par une incroyable perte de lucidité ou par naïveté – sous prétexte de fédéralisme européen – les dirigeants français s’engouffrent dans une politique dictée par l’Allemagne. Dans son discours de Belfort, tout en annonçant à minima la relance salutaire du nucléaire, le Président Macron envisageait en même temps une incroyable multiplication des éoliennes maritimes ou terrestres et des panneaux solaires dont aucun ne sont fabriqués en France.

Notre pays continue d’acheter des éoliennes en Allemagne, qui n’hésite pas à commander des avions de chasse américains ou des vols de fusée SpaceX. Et lorsque les réseaux d’influence allemands font voter récemment deux commissions du Parlement européen contre l’intégration du nucléaire dans la taxonomie verte européenne, le Président Macron laisse passer cette agression, sans aucune réaction politique de fermeté.

Mais cette attitude climato-hypocrite de l’Allemagne n’est pas une découverte pour la France. Déjà en 2019 la sénatrice Anne-Catherine Loisier avait dévoilé un rapport de l’Agoraenergiewende intitulé « L’Energiewende et la transition énergétique à l’horizon 2030 », qui se réjouissait que « […] si des capacités nucléaires sont retirées du mix français, la compétitivité des centrales à charbon maintenues dans le système en Allemagne est améliorée. »

Depuis la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la France, qui exportait 12 térawattheures d’électricité décarbonée par an à l’Allemagne, se trouve contrainte de devoir importer la même quantité de ce pays, alors qu’il s’agit d’une électricité sale et très polluante.

Un incroyable échec

Il est temps pour nos gouvernants de tirer un trait sur le modèle allemand de l’Energiewende, qui mène l’Europe dans une situation de chaos énergétique, par forte dépendance aux fossiles et une spirale inflationniste incontrôlée.

Il est temps de prendre acte que le modèle de nos voisins allemands est un incroyable échec.

Il est temps enfin de prendre conscience que nous avons un formidable atout avec notre patrimoine électrique nucléaire qui permet d’assurer notre souveraineté électrique en contrôlant la facture énergétique des ménages et des entreprises tout en ayant un impact particulièrement faible sur nos émissions de gaz à effet de serre.

Nos centrales nucléaires – si on veut bien se donner la peine de les entretenir correctement – ont cette capacité de produire une électricité stable et puissante assurant à nos concitoyens la fiabilité de nos fournitures d’électricité.

A l’heure où les principaux patrons des entreprises énergétiques appellent les Français à la baisse de leur consommation en raison des risques de pénuries électriques, que la politique d’apprenti-sorcier inspirée de l’Energiewende allemand a contribué à organiser, il est vraiment temps d’envisager une disruption énergétique basée sur un nouveau plan massif du nucléaire français, suite naturelle du plan Messmer de 1974.

N.D.L.R. : Sans aucun doute !
Agnès Pannier-Runacher: sur le gaz et l’électricité, «il faut se mettre dans le scénario du pire car il existe»

ENTRETIEN EXCLUSIF - La ministre de la Transition énergétique analyse les conséquences de la crise énergétique et détaille sa feuille de route sur le nucléaire et les énergies renouvelables.

LE FIGARO. - Perspective d’un embargo sur le pétrole russe et d’une coupure de leur gaz, et grande tension sur le marché de l’électricité… À quel point la situation vous inquiète-t-elle?

Agnès PANNIER-RUNACHER. - Ce qui est inquiétant, c’est d’abord la situation sur le front climatique. Ce qui est historique, c’est le paquet climat européen adopté, au bout de la nuit, le 29 juin. Ce texte est extrêmement structurant et engage, pour la France et l’Europe, un rythme d’action inédit. Enfin, la crise ukrainienne et russe nous impose un cas pratique immédiat: comment faisons-nous pour ne plus dépendre au plus vite des énergies carbonées, et pour reprendre la maîtrise de notre production et de notre consommation d’électricité.

N.D.L.R. : Je ne peux accéder à la suite en ligne de cet article. Il faudra que j'achète l'édition-papier ce matin.

Peut-on comprendre que la fin de l'éolien et de toutes ces conneries de bobos écolos idiots approche ?
Ce ne serait pas trop tôt !

N.D.L.R. 2 (à 16 heures 45) : J'ai lu l'article, je ne peux pas dire que j'ai trouvé le propos très clair ni convaincant. Il y est encore question, par exemple, d'éolien en mer, un sur-racket.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 12 juillet 2022 11:53
À : Jérôme NURY ; Edouard DE LAMAZE ; Catherine MEUNIER ; Arnaud PAQUIN ; patrimoine@orne.fr ; Philippe ROCHAS ; Bernard SOUL ; Bernard DAVY ; Claude TRIANON ; Guillaume LEFRANCOIS
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; C. F. ; Philippe DURAND ; Jean THUAUDET ; Aliaume LICARI-HERDIER ; Vincent AUBIN ; Servanne DESMOULINS-HEMERY ; Anne CHEVILLON ; Grégory VANNOBEL
Objet : La SVAADE - Manoir de la Chaslerie - Financement des travaux de restauration du manoir.

Chers amis,

Il y a un an très précisément, le 12 juillet 2021, une réunion très utile s'est tenue à la Chaslerie pour examiner les voies et moyens de la poursuite de la restauration du manoir, avec l'appui et selon les orientations de l'association "La SVAADE", locataire des lieux.
Je vous recommunique ci-joint le compte rendu de cette réunion.

Depuis un an, un énorme travail a été effectué par nombre d'intervenants en vue d'éclairer le chemin. Dans le cadre de son bail, "La SVAADE" a organisé six concerts supplémentaires qui ont toujours attiré le maximum de spectateurs possible, dans le respect des règles sanitaires et compte tenu de la disponibilité des lieux avant ces travaux ; trois nouveaux auront lieu en octobre prochain, ceci pour ne parler que de cette année.

Pour autant, force est de constater qu'entre, d'une part, les attentes et les paroles d'il y a un an et, d'autre part, la réalité du dossier aujourd'hui, les avancées concrètes, en termes de financements notamment, sont restées des plus limitées, sauf du côté des propriétaires du manoir mais en proportion de leurs moyens de retraités.

La principale bonne nouvelle est que, du côté des études destinées à compléter les précédentes, M. Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine désormais en charge de la préparation et du suivi du chantier, a commencé à fournir de premiers éléments très utiles (sur des travaux sur le logis) et qui devraient être prolongés dans les semaines à venir de manière à vous présenter un tableau d'ensemble du chantier ; le contrat du bureau d'études "Bee +" a été complété pour couvrir la problématique de l'isolation thermique de ce monument historique destiné à être chauffé par aquathermie.

Compte tenu de ces derniers éléments, il paraît des plus utiles de relancer la concertation entre les participants à la réunion d'il y a un an, en élargissant celle-ci, s'ils le veulent bien, à la conservation régionale des monuments historiques, au conseil général de l'Orne, à la fondation du patrimoine et à l'ADEME.
De gros progrès peuvent sans doute être réalisés sur les points critiques du financement, si l'on en juge par exemple par l'article ci-joint, paru dans le "Ouest-France" du jour, qui énumère quelques enveloppes disponibles pour renforcer l'attrait touristique du "Domfrontais médiéval", un sujet qui, nous aussi, nous tient à cœur à la Chaslerie comme à "La SVAADE".

Afin que cette réunion qui aurait lieu au manoir de la Chaslerie puisse produire les meilleurs effets, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'indiquer à quelles dates, à partir de la rentrée de septembre prochain, vous pourriez vous libérer pour y participer.

D'avance je vous en remercie très chaleureusement.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Canicule : demande de dérogation environnementale pour trois centrales nucléaires

Afin d'éviter des coupures de courant, les centrales nucléaires pourront continuer à fonctionner et bénéficieront d'une dérogation environnementale.

N.D.L.R. : Une politique de gribouille. Pauvre pays livré à des dirigeants aussi nuls !
Chers amis,

Dans le contexte de pénurie électrique souhaitée par le gouvernement et d'accélération des installations d'éoliennes en France pilotées par l'Allemagne, j'étais l'invité de Martial Bild sur TV Liberté pour évoquer la guerre énergétique avec l'Allemagne et faire le point sur ce conflit économique.

Le combat des résistants aux éoliennes dans les campagnes ou sur le littoral est intimement lié à des enjeux géopolitiques majeurs qu'il faut dénoncer avec détermination.

C'est pourquoi nous devons à la fois lutter sans faille contre l'installation des éoliennes sur nos territoires tout en menant des opérations d'influence au plus haut niveau de l'Etat.

Cette résistance hybride que nous menons ensemble depuis des années associe réseaux sociaux, communication, actions juridiques, influences politiques et agit prop.

Aussi je vous remercie de diffuser massivement cette vidéo sur les réseaux sociaux, auprès de vos proches et surtout auprès de vos élus.

Ensemble on ne lâche rien et on va gagner !

Fabien Bouglé
@FabienBougle
Expert en politique énergétique
06 82 86 22 14
Auteur des livres
"Eoliennes la face noire de la Transition écologique" (éditions du Rocher mis à jour 2022) et
"Nucléaire les vérités cachées" (éditions du Rocher octobre 2021)
Vice-Président de la Fédération Environnement Durable

N.D.L.R. : Là aussi, il faudrait en finir au plus tôt avec l'inspiration dévastatrice du "en même temps" !
Fédération Environnement Durable
rédigé le Dimanche 17 Juillet 2022
Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Vie de l'association
0
Lettre de la Fédération Environnement Durable

Bonjour
Consultation avant adoption de la directive REPowerEU.
RAPPEL A TOUS A CONTRIBUTION!!!

Le projet de directive REPowerEU fait l’objet d’une consultation publique qui se termine le 27 juillet. Dès 2030, 45% de l’énergie produite doit l’être à base d’énergies renouvelables.
Cet objectif, totalement irréaliste, aura des conséquences désastreuses en termes de déploiement de nouveaux moyens de production (éolien, solaire, biométhane, unités de stockage de l’électricité,...). D’une part, ces moyens sont loin d’avoir fait preuve de leur efficacité en tant qu’outils de production et, d’autre part, leurs impacts sur l’environnement sont considérables.
Vous trouverez ci-dessous quelques arguments à développer avec votre propre sensibilité.
Soyons très nombreux à nous insurger contre cette fuite en avant en participant à la consultation publique.

La commission européenne sous prétexte de vouloir libérer l’Europe du gaz russe a lancé un consultation sous le non de « REPowerEU » pour imposer un programme d’énergies renouvelables basé sur l’envahissement des pays européens et principalement de la France par des centaines de milliers de nouvelles éoliennes.
Ce programme "REPowerEU" que l’on pourrait qualifier « d’ écofascisme » est imposé par l’Allemagne qui dirige Bruxelles. Il est soutenu par le lobby des promoteur éoliens et porté par les partis écologistes verts qui détiennent le pouvoir dans ce pays.
Pour arriver à ses fins la commission veut tout simplement et bafouer les principes républicains et supprimer les lois fondamentales notamment environnementales qui permettent aux citoyens de lutter contre ce fléau
"REPowerEU" n'est que la reprise par la Commission aux mains des Allemands, du programme de la coalition au pouvoir. C'est potentiellement la perspective de pulvériser tous les boucliers et peut-être le début de la fin de nos possibilités de résistance.

N.D.L.R. : Je soutiens et j'invite à en faire autant en répondant à cette consultation tous ceux qui ne supportent pas que nos campagnes soient massacrées au profit d'affairistes encouragés, au-delà du raisonnable, par des imbéciles !
Fédération Environnement Durable
rédigé le Samedi 23 Juillet 2022
Vie de l'association - Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Lettre ouverte au président d'EDF
EDF Renouvelables agit-elle contre les intérêts du groupe EDF?


Monsieur le Président,

Le Gouvernement vient d’annoncer une OPA sur EDF d’un montant de 9,7 milliards d’euros aux fins de détenir 100% du capital votre entreprise. Nous espérons tous que cette décision étatique marquera enfin le coup d’arrêt à la dégradation d’EDF à laquelle nous assistons depuis des décennies et qui a failli se terminer par sa faillite.

Cette gabegie industrielle est le résultat des orientations stratégiques prises par votre entreprise alors qu’au tournant du siècle, le monde entier nous enviait encore cet outil industriel.

La guerre d’Ukraine n’a rien à voir avec ce désastre ; elle a servi plutôt de révélateur en mettant en évidence les aberrations du marché européen de l’électricité et de la transition énergétique « à l’allemande » qui nous est imposée par la Commission Européenne et auxquelles en tant que chef d’entreprise vous n’avez pas su (ou voulu) vous opposer.

Les couches successives de directives européennes contraignantes ont trouvé leur traduction française dans les lois NOME de 2011, les deux lois « climat » de 2015 et 2019… Encore récemment, la Cour des Comptes a dénoncé une réorganisation devenue progressivement illisible et ses effets difficilement compréhensibles.

Nonobstant l’échec patent de la politique de transition énergétique et sous le prétexte de vouloir libérer l’Europe du gaz russe, la Commission Européenne propose maintenant de nouvelles directives contraignantes aux fins d’accélérer le déploiement des énergies renouvelables et notamment des éoliennes terrestres.

Cette proposition fait l’objet d’une deuxième consultation publique du 25 mai au 27 juillet. Au gré des analyses que nous avons faites sur le dossier, quelle ne fut pas notre surprise d’y trouver la contribution de votre filiale à 100% - EDF Renouvelables -, (contribution et traduction ci-jointes) sur laquelle s’appuie notamment la Commission pour justifier son projet d’accélération !

Nos questions donc sont les suivantes :

- La rédaction de la contribution en question est ambiguë. La position affichée dans cette contribution, est-elle la position officielle d’EDF ou uniquement de celle de votre filiale ?

- Aviez-vous eu connaissance de l’initiative de cette filiale, tellement contraire aux intérêts stratégiques du groupe, alors même que la Commission Européenne, animée par le lobby allemand, n’a de cesse de poursuivre sa lutte contre l’électricité d’origine nucléaire et d’œuvrer activement à la ruine de votre entreprise ?

- Grâce à EDF, la France présente un des mix les plus décarbonés d’Europe. Quelle est la position officielle du groupe vis-à-vis des investissements dans les filières ENR, investissements qui détournent le groupe de son cœur de métier au profit de filières concurrentes, coûteuses pour le consommateur et totalement inefficaces contre le réchauffement climatique ?

- Alors qu’Emmanuel Macron dans son discours de Belfort proposait de diviser par deux le rythme de déploiement des éoliennes terrestres[1], alors que votre entreprise revient entièrement dans le giron de l’Etat, ne trouvez- vous pas paradoxal qu’une filiale d’EDF – même très minoritaire au sein des activités du groupe - intervienne comme lobbyiste européen pour appuyer aussi fortement la tentative de la Commission d’accélérer le rythme de déploiement des éoliennes terrestres au mépris de toute considération environnementale ?

En espérant que vous saurez trouver un peu de temps pour vous expliquer sur cette contribution, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

[1] Discours du 10 février 2022 « Reprendre en mains notre destin énergétique ».

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.org
contact@environnementdurable.net
06 80 99 38 08 Michel Faure

Michel Faure
Administrateur
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.org
michel.faure@yahoo.fr
06 07 41 68 55

N.D.L.R. : Gestion publique = bordel et irresponsabilité garantis.

J'en sais quelque chose.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 23 Juillet 2022
Vie de l'association - SVAADE - SVAADE (A.G.)
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 23 juillet 2022 15:55
À : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Jean THUAUDET ; Philippe DURAND
Cc : Jean-Aimable LENEGRE ; Arnaud PAQUIN ; C.F.

Objet : A.G. de "La SVAADE"

Messieurs,

Hugues HOURDIN a choisi que la prochaine A.G. de "La SVAADE" ait lieu le 10 août prochain à 10 heures à la Chaslerie.

Il convient d'envoyer les convocations. Je prie Hugues de s'en charger, de préférence en utilisant l'adresse mail de l'association (la.svaade@gmail.com).

L'ordre du jour pourrait contenir les points suivants :

- Approbation du projet de P.V. des A.G. du 23 décembre dernier.
- Nomination d'un trésorier en remplacement de Jean-Aimable LENEGRE, démissionnaire.
- Le cas échéant, nomination d'un trésorier-adjoint résidant à Domfront ou aux abords, habilité à signer les chèques.
- Si possible, nomination d'un secrétaire.
- Point sur la situation financière de l'association.
- Etat d'avancement de la préparation des dossiers relatifs aux travaux envisagés de restauration du manoir.
- Etat des contacts avec les élus et les administrations susceptibles de subventionner les travaux de restauration du manoir.
- Etat des contacts avec les mécènes éventuels.
- Concerts de 2023 : nombre, tarif, billetterie, choix des artistes.

Vous trouverez ci-joint la liste des membres de l'association à jour, à ma connaissance et sauf erreur de ma part, de la cotisation annuelle de 15 €. Cette liste est statutairement celle des destinataires de la convocation. Cette liste pourrait être étendue aux personnes qui, bien que n'ayant toujours pas acquitté leur cotisation, ont assisté aux dernières A.G.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Chers amis,

Alors que le gouvernement souhaite rationner l'accès à l'électricité et en même temps continuer son oeuvre de libéralisation des éoliennes, j'étais ce week-end interrogé par le Figaro sur la situation énergétique de notre pays.

Voici le lien vers article du Figaro :

https://www.lefigaro.fr/vox/economie/oui-nous-allons-manquer-de-gaz-et-d-electricite-et-notre-facture-va-exploser-20220722

et ci-dessous l'entretien dans sa globalité.

Merci de diffuser comme d'habitude sur les réseaux sociaux.

Ensemble on ne lâche rien !

Fabien Bouglé
@FabienBougle
Expert en politique énergétique
06 82 86 22 14
Auteur des livres
"Eoliennes la face noire de la Transition écologique" (éditions du Rocher mis à jour 2022) et
"Nucléaire les vérités cachées" (éditions du Rocher octobre 2021)
Vice-Président de la Fédération Environnement Durable

(Début de citation)

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Sur le plan énergétique, la guerre en Ukraine n'a fait qu'aggraver une situation critique à l'échelle européenne, et notamment en France, affirme le chef d'entreprise essayiste, et expert en politique énergétique Fabien Bouglé.

Fabien Bouglé est expert en politique énergétique. En 2019, il est auditionné par la commission d'enquête parlementaire sur les énergies renouvelables de l'Assemblée nationale, et publie un premier ouvrage au retentissement important: Éoliennes, la face noire de la transition écologique (éd. Du Rocher). Chef d'entreprise dans le secteur financier et culturel, il est également élu municipal (divers droite) à Versailles. Son dernier livre, Nucléaire, les vérités cachées, est publié aux éditions du Rocher.

LE FIGARO. - Pour faire face à la crise de l'énergie, Emmanuel Macron a annoncé, jeudi 14 juillet, «un plan de sobriété énergétique» pour consommer moins de gaz et d'électricité dans les mois et années à venir. Des restrictions sont-elles inéluctables ? Devrons-nous passer Noël à la bougie?


Fabien BOUGLÉ. - Il faut s'attendre à un hiver très difficile. Oui, nous allons manquer de gaz et d'électricité et, en plus, notre facture énergétique va exploser. Depuis 10 ans, nous n'avons eu eu de cesse de participer au sabotage du nucléaire français. En témoigne la vente d'Alstom et des turbines Arabelle, l'augmentation notable des sources d'électricité renouvelable intermittentes comme les éoliennes, fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la dégradation politique de l'image du nucléaire, la perte de vision à long terme de notre politique énergétique et la destruction de notre expertise industrielle. De plus, le revirement du président de la République sur le sujet du nucléaire est beaucoup trop récente pour produire des effets immédiats.

Tout a été fait pour saborder notre industrie nucléaire qui est la base de notre production électrique. Selon les bases de données récemment publiées du ministère de l'écologie, le nucléaire a représenté en 2021, 75% de l'énergie primaire produite en France à mettre en comparaison avec les seulement 2,4% de l'énergie produite par les éoliennes. Dans le même temps, la politique gouvernementale conduit notre pays à une pénurie énergétique alors que nous disposions du meilleur modèle énergétique décarboné. Nous avons engagé des sommes folles dans les énergies renouvelables et, dans le même temps, négligé l'entretien et le développement de nos centrales nucléaires. Les arrêts de réacteurs nucléaires pour des problèmes de corrosion s'inscrivent dans ce contexte. En 2021, notre pays était exportateur d'électricité, cette année nous allons devoir énormément importer. C'est une honte. Par une absence de vision à long terme de nos gouvernants qui n'ont pas vu venir cette crise énergétique qui a débuté bien avant la guerre en Ukraine, nous sommes effectivement dans la situation des pays du tiers-monde où nous allons pour la première fois depuis 40 ans devoir envisager des rationnements d'électricité.

RTE, responsable du réseau public de transport d'électricité haute tension en France, estimait bien avant la guerre en Ukraine et la découverte de problèmes de corrosion sur plusieurs réacteurs nucléaires que le risque de pénurie est important tous les hivers au moins jusqu'en 2024. L'invasion de l'Ukraine par la Russie n'a-t-elle pas fait qu'aggraver une situation déjà critique ?

Tout à fait ! La question des risques de coupures d'électricité en France ne date pas de la guerre en Ukraine et à plusieurs reprises ces dernières années en particulier en hiver lors des mois de février et mars, RTE qui est la filiale d'EDF chargée de transporter l'électricité a averti de potentiels risques de coupures d'électricité. Globalement, notre pays peut parfaitement faire face à la demande d'électricité lors des mois de faible consommation comme l'été mais l'hiver, lors des période de grand froid la demande explose et nous sommes confrontés à une pénurie d'électricité lors de ces pics de consommation. C'est justement lors de périodes de grand froid que les éoliennes produisent peu et que nous sommes dans la nécessité soit d'importer de l'électricité de nos voisins soit de relancer des centrales au charbon ou au gaz. Le problème, c'est que le froid est sur toute l'Europe en même temps. Cette année le 2 avril, RTE a diffusé des messages pour inciter à la diminution de la consommation lors d'une vague de froid.
Mais le choc gazier et électrique que nous connaissons n'est pas seulement dû à la guerre en Ukraine, il prend ses racines dans le déploiement sans limite en Europe des énergies renouvelables intermittentes. Un article de Newsweek du 27 octobre 2021 titré «The wind failures behind Europe Energy crisis are a warning for America» (Les pannes d'éoliennes à l'origine de la crise énergétique en Europe sont un avertissement pour l'Amérique) expliquait comment la politique d'installation d'éoliennes en Europe avait créé le choc gazier que nous connaissons.

En effet, la reprise industrielle «postCovid» en 2021 est intervenu au moment de la chute de production des éoliennes allemandes (baisse de 14% en 2021). Cette situation a contrait l'Allemagne a augmenter fortement sa production éléctrique avec ses centrales au gaz ou au charbon conduisant à une explosion de la demande de ces matières fossiles. Le soucis c'est que le marché de l'électricité est aligné en Europe sur le mode de production éléctrique le plus cher en l'occurence les centrales au gaz. Comme le prix spot éléctrique des centrales au gaz a explosé, cette situation s'est répercuté sur l'ensemble des modes d'électricité y compris l'électricité d'origine nucléaire conduisant à une inflation inédite du prix de l'électricité en Europe. La guerre en Ukraine s'est ajoutée dans l'équation mais n'a pas été déterminante dans cette pénurie initiale de gaz et l'augmentation de la facture électrique. Elle a été plutôt un élément de complexification.

La décrue de nos capacités de production thermiques (essentiellement charbon) a-t-elle été compensée par l'augmentation sensible des capacités éoliennes et solaires intermittentes ?

Il n'y a pas de décrue notable sur le long terme de nos capacités de production thermique. Nous devrions même être davantage dépendants des centrales fossiles en 2022. D'après les chiffres de RTE dans son bilan 2021, la production électrique fossile est restée en France de 8% en 2021. On note une légère augmentation par rapport à 2020, avec un doublement de la production électrique au charbon. Corrélativement et alors que nous avons installé en France 7% de puissance éolienne en plus, nous avons connu une baisse de production électrique de 7% de turbines électrique à vent en prenant en compte l'augmentation de la puissance installée.

En ce sens, développer des renouvelables en France est inutile, surtout dans ce contexte de forte demande. Malgré le développement des éoliennes ou des panneaux solaires, nous ne sommes pas moins dépendants de notre dépendance aux énergies fossiles. Car plus on installe d'éoliennes, plus on doit prévoir de centrale au gaz ou au fossile en complément. C'est la raison pour laquelle il est parfaitement illusoire de croire que l'on va diminuer notre dépendance au fossile en développant les énergies renouvelables intermittentes. Les gaziers et pétroliers comme Engie et TotalEnergie investissent massivement dans les énergies renouvelables intermittentes pour conforter sur le long terme leur marché de fossile. Il est donc parfaitement mensonger de dire que l'on va accélérer l'installation des éoliennes pour compenser la fin de l'approvisionnement en gaz Russe.

Sommes-nous toujours autosuffisants en matière d'électricité ?

En 2021 nous avons été autosuffisants et avons même bénéficié d'un solde exportateur de 43 térawattheures (la différence entre nos exportations et nos importations en Europe). En revanche, nous importons désormais 10 térawattheures d'Allemagne et de Belgique alors que jusqu'à 2019 nos avions un solde exportateur vers ces pays (6 térawattheures en 2018 par exemple). Cela signifie que la fermeture de Fessenheim - qui fournissait à nos voisins une électricité décarbonée - a contribué à nous rendre dépendant de l'Allemagne et en particulier de son électricité au charbon. La France est doublement perdante car elle fragilise sa souveraineté électrique mais en plus avec l'explosion du tarif spot de l'électricité elle accentue la facture de ses importations énergétiques contribuant ainsi au déficit de sa balance commerciale. La France est dans une situation perdante/perdante et la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne y a largement contribué. Je crains qu'en 2022, nous soyons dans une situation de forte importation, ce qui serait inédit en France depuis au moins la mise en route du plan Messmer en 1974 qui a vu le déploiement de nos 58 réacteurs nucléaires.

Lors de la crise du Covid, nos dirigeants n'ont cessé d'évoquer la «solidarité européenne». En matière d'énergie, existe-t-il une solidarité ? Comment se traduit-elle ? Payons-nous, aussi, les choix de nos voisins européens ?

Aujourd'hui nous sommes dans une situation d’interconnexions européennes des réseaux électriques et dans un marché de l'électricité européen. L'augmentation du prix de l'électricité en Allemagne se répercute sur le prix de l'électricité en France. Et on l'a vu, le choc gazier a contribué à renchérir en Europe la facture électrique de l'ensemble des pays alors qu'en France grâce à nos centrales nucléaires, le coût de revient de notre électricité est beaucoup plus faible. Le marché européen de l'électricité crée donc une solidarité européenne au détriment des pays comme la France qui voit sa facture énergétique exploser alors que son système est parmi les moins cher d'Europe. C'est donc un épouvantable paradoxe pour la France qui voit son modèle vertueux bénéficier aux voisins européens et en particulier à l'Allemagne. Ce pays voit d'un très bon œil l'augmentation de notre facture électrique, car elle est synonyme d'une baisse de la compétitivité de nos entreprises. Dans un document interne, l'Allemand Agoraenergiwende avait prédit, il y a quelques années, que la baisse du nucléaire français allait assurer la compétitivité des centrales au charbon allemandes. Nous y sommes.
Concernant le marché européen, le Portugal et l'Espagne ont fait le choix, récemment, de quitter le marché européen de l'électricité, ce qui a été autorisé par la commission européenne. Cette décision a contribué à baisser le prix de marché dans ces pays. On le voit: la solidarité a des limites et la France et les Français sont les victimes de ce marché européen qui contribue à l'augmentation de leur facture électrique. La France qui était non seulement vertueuse en termes d'émission de gaz à effet de serre et pour sa facture électrique se trouve enfermée dans un fédéralisme européen relevant de la naïveté. Cela risque de lui coûter très cher. Ce système ne pourra pas tenir et il y a fort à parier que nous allons assister dans les mois ou années à venir à une implosion du système européen de l'électricité.

(Fin de citation)

N.D.L.R. : Le plus tôt sera le mieux !
Fédération Environnement Durable
rédigé le Lundi 25 Juillet 2022
Vie de l'association - Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Paris le lundi 25 juillet 2022 17:23
Lettre ouverte aux Députés et Sénateurs
Eolien : En procédant par arrêtés, Mme Pannier-Runacher veut vous court-circuiter


Pour imposer de force des éoliennes rejetées par la majorité des Français, Mme la Ministre a déclaré hier qu’elle allait publier avant la fin de cette semaine, sans consulter ni l’Assemblée Nationale, ni le Sénat, un arrêté pour débloquer immédiatement 10GW d’énergies renouvelables, c'est à dire plus de 3.000 éoliennes en cours d'examen par les préfectures, ou en instruction devant les tribunaux.

Son action a pour but de balayer les lois existantes notamment celles qui protègent l’environnement, ce qui serait une véritable régression, et à affaiblir les associations et les droits fondamentaux des citoyens en violation des règles constitutionnelles.

Si elle réussit, ce sera le nouveau modèle de gouvernement pour court-circuiter les parlementaires.

L’annonce de Mme Runacher est en parfaite contradiction avec sa déclaration officielle à l’AFP à Berlin le 27 mai 2022 où elle disait exactement l’inverse :
"Ne pas se raconter d'histoires": le gouvernement ne veut pas brusquer le développement de l'éolien…Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter", a assuré la nouvelle ministre de la Transition énergétique dans une interview à l'AFP.
....Nous devons continuer le déploiement au même rythme qu’aujourd’hui, c’est-à-dire un rythme qui correspond manifestement à ce que la société française est prête à accepter », a déclaré hier Agnès Pannier-Runacher au sujet de l’éolien terrestre français »


Elle contredit aussi le Président de la République Emmanuel Macron qui a déclaré à Belfort le 10 février 2022 (« Reprendre en mains notre destin énergétique »), quand il aborde le sujet des éoliennes :
« …C'est pourquoi ce qui avait été fixé à horizon 2030, nous allons l'étaler dans le temps. Mais il faut garder un cap. Continuer à avoir là aussi une filière qui se développe et la puissance installée, qui est de 18,5 gigawatts à fin 2021, sera doublée d'ici à 2050. Ce n'est donc pas un doublement en 10 ans qui est demandé, comme nous l'avions initialement considéré… ».

La Fédération Environnement durable (FED) , qui regroupe 1700 associations constate que Mme la Ministre a repris mots pour mots le programme du lobby des promoteurs éoliens, qu’ils ont dévoilé le 3 juin 2022, selon lequel "Le gouvernement doit agir pour mettre en service les 10 GW d’éoliennes terrestres en attente".

Cette coïncidence pourrait confirmer des liens étroits entre Mme la Ministre et le lobby des industriels des Energies Renouvelables piloté par l’Allemagne qui veut depuis des années imposer de force des dizaines de milliers d'éoliennes à la société française.

La FED vous demande en tant qu’élu de faire respecter la démocratie. La loi d’accélération pour la transition énergétique est en cours de préparation et elle doit être débattue globalement par le Parlement sans être amputée par Mme la Ministre.

Vous ne devez pas accepter ce coup de force concernant l’éolien.

Nous vous prions de bien vouloir agréer l'expression de notre haute considération.

N.D.L.R. : Ras le bol de ces procédés de voyous !
Fédération Environnement Durable
rédigé le Mercredi 27 Juillet 2022
Vie de l'association - Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Éolien terrestre : Mme la Ministre Pannier-Runacher annonce de chiffres faux pour justifier des décrets et court-circuiter les parlementaires

Pour imposer de force des éoliennes rejetées par la majorité des Français, Mme la Ministre Pannier-Runacher a déclaré qu’elle allait publier avant la fin de cette semaine, sans consulter ni l’assemblée nationale ni le Sénat, un arrêté pour débloquer immédiatement 10 GW d’éolien terrestre.

Sa déclaration reprend pratiquement "mot pour mot" le programme voulu par le lobby des promoteurs éoliens, qu’ils ont dévoilé par leurs avocats le 3 juin 2022 dans la revue le Monde le l'Energie : "Le gouvernement doit agir pour mettre en service les 10 GW d’éoliennes terrestres en attente".

Pour justifier ce programme madame la Ministre a annoncé des chiffes de production d'électricité frauduleux. Elle a déclaré que 10 GW allaient fournir de l'électricité à une région comme les Hauts de France qui consomment annuellement 49,8 TWh.
L’éolien ayant un rendement annuel de 23%, ces éoliennes produiraient 20,1 TWh c'est à dire 2,5 fois moins. (1)

Au-delà de ce mensonge, il faut souligner que, la France ne disposant pas des capacités de stockage suffisants pour rendre pilotables 10 GW d’éoliennes au fonctionnement intermittent, la production d’électricité éolienne est évidemment assujettie aux conditions météorologiques au moment où on veut la consommer.

La Fédération Environnement Durable condamne ce genre de pratiques destinées à tromper citoyens et les parlementaires pour les influencer de façon à ce qu'ils prennent des décisions contraires à l'intérêt général.

Annexe :
(1) 10,1GW x 24heures x365 jours x 23% = 20,1 TWh

Jean-Louis Butré
Président Fédération Environnement Durable
https://environnementdurable.org
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08

N.D.L.R. : Méthodes de voyous.
La SVAADE
rédigé le Mercredi 27 Juillet 2022
Vie de l'association - SVAADE - SVAADE (animations et visites)
0
A titre expérimental, une billetterie en ligne a été mise en place grâce à "HelloAsso", de façon à faciliter la vente des billets du concert du 1er octobre prochain à la Chaslerie. Un plafond de 30 places pour ce canal a été prévu à cet effet. Pour autant, la billetterie traditionnelle, via l'office de tourisme de Domfront, est maintenue.

On aura ainsi le temps de voir comment ce nouveau canal fonctionne en dépit de nos tâtonnements pour le mettre en place (pas de carte, nom de "La SVAADE" tronqué, etc) et s'il élargit notre audience.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Aout 2022
SVAADE - SVAADE (A.G.) - Vie de l'association
0
En marge des "Médiévales" de Domfront, j'ai croisé ce matin le correspondant local de "Ouest-France" puis le maire de Domfront-en-Poiraie. Aucun des deux, dont l'adresse de courriel figurait pourtant sur les listes de diffusion transmises à qui de droit, n'avait été informé de la prochaine A.G. de "La SVAADE".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
SVAADE - SVAADE (A.G.) - Vie de l'association
0
Ce matin, assemblée générale de "La SVAADE" dans une atmosphère studieuse :

10 août 2022.


Puisqu'aucun secrétaire n'a été désigné, j'en préparerai le projet de compte rendu.