Transmission du patrimoine

Belle planche de Jean-Luc Mélenchon sur Notre-Dame !

N.D.L.R. : Ceci me donne une occasion d'avoir une pensée pour mon neveu, le normalien mélanchoniste, qui doit soutenir sa thèse de doctorat de littérature comparée (si j'ai bien compris) dans les tout prochains jours. Ce brillant sujet m'a téléphoné hier pour me demander de ne pas en publier sur ce site la première page qu'il a (m'a-t-il dit) communiquée à ma mère et dont je demanderai (donc) de prendre connaissance quand je lui rendrai visite tout à l'heure. Il doit craindre qu'un des mamamouchis de l'Université qu'il révère (les mamamouchis autant que l'Université) découvre qu'il est le neveu d'un type incontrôlable (je le confirme volontiers), donc infréquentable... Pauvre petit, si tu savais !

A propos de la Méluche, donc de Robespierre, mon ami Domino, autre normalien que je n'aperçois que trop rarement, a tenté de m'expliquer que ce personnage n'était pas ce qu'il représente pour moi, c'est-à-dire quelque chose proche de l'horreur absolue.

Dans un registre comparable, j'ai acheté récemment "Histoire de la Révolution française" de Michelet, telle que parue dans la "Pléiade" (en deux tomes) : la préface m'en a paru illisible et le début du texte manquer délibérément de la moindre objectivité ; bref, le pavé m'est très vite tombé des mains. Je confirme au passage - en était-il besoin ? - n'être pas le meilleur candidat à l'endoctrinement, quel qu'il soit. Désolé.

latribunedelart.com
rédigé le samedi 20 avril 2019
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Pouvoirs publics, élus locaux
0
La grande détresse des fonctionnaires de la direction des Patrimoines
Didier Rykner samedi 20 avril 2019

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris - Photo : Didier Rykner


Depuis trois jours et les différentes interventions du Président de la République et du Premier ministre, de nombreux échos nous remontent, directement par des appels téléphoniques et des mails, ou indirectement, de la grande détresse dans laquelle se trouve aujourd’hui l’administration des monuments historiques. Ils apprennent par la presse les décisions prises par l’exécutif sur lesquelles ils ne sont jamais consultés. Aucune procédure habituelle n’existe plus et le gouvernement s’apprête à faire passer une loi d’exception. L’avis de tous les spécialistes, universitaires, conservateurs, historiens d’art et historiens est totalement négligé, et ne compte plus pour rien aux yeux d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe qui espèrent, en agissant dans la précipitation et en multipliant les effets d’annonces faire oublier la responsabilité écrasante des politiques de tous bords - pas seulement eux bien entendu - dans la situation actuelle.

Le ministre de la Culture est complètement inaudible, n’intervenant que pour faire le point sur l’état de la cathédrale et des œuvres qu’elle conserve, auprès de rares médias par lui sélectionnés (là encore, les spécialistes sont tenus pour quantité négligeable). Le directeur des Patrimoines n’est pas inaudible, il est totalement absent et on se demande s’il y en a vraiment un. Sa direction est au bord de l’explosion à défaut de pouvoir se révolter ouvertement.
Nous avons ainsi reçu une contribution spontanée d’un conservateur du patrimoine dont nous garderons bien entendu l’identité secrète. Nous la publions dans la rubrique Débats car nous ne sommes pas forcément d’accord avec tout, mais ces réflexions qui viennent du terrain, de ceux qui passent réellement le temps à protéger, à sauver et à restaurer le patrimoine, nous semblent encore plus essentielles aujourd’hui quand le politique prend le pas sur ceux qui savent parce que c’est leur métier. Nous invitons tout fonctionnaire du ministère de la Culture qui voudrait s’exprimer à nous envoyer leur contribution, et nous leur garantissons bien entendu, s’ils le souhaitent, le plus strict anonymat.
Il faut préparer la relève. Donc initiation de Paul à la tonte :

1er mai 2019.

A l'évidence, c'est pas gagné :

1er mai 2019.

1er mai 2019.

Avec sa sœur...

1er mai 2019.

1er mai 2019.

1er mai 2019.

... c'est la place qui manque. Donc retour à l'envoyeur :

1er mai 2019.

1er mai 2019.

1er mai 2019.

1er mai 2019.

Du haut de son promontoire, Paul observe la scène...

1er mai 2019.

1er mai 2019.

... et semble nous dire : "Puisque ces événements nous dépassent, feignons d'en être l'organisateur !"

1er mai 2019.

Mais tout est bien qui finit bien :

1er mai 2019.

1er mai 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 1 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Economie
0
Quand je vois tout le mal qu'on se donne pour essayer de remettre d'aplomb ces vieux murs si souvent maltraités, je me demande parfois à quoi cela sert de vivre comme on le fait pour ça.
Et aussi, qui sera capable d'assumer un jour la suite.

Grand silence.
Afin de ne pas freiner davantage le chantier et de ne pas risquer de perdre les subventions pour la restauration des menuiseries extérieures, je viens de demander à mon aîné s'il accepterait de mandater un architecte du patrimoine.

Refus.

Pourquoi en suis-je encore à imaginer pouvoir espérer une aide de sa part ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 6 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Les propos qu'a tenus mon aîné hier, pendant le déjeuner dominical, ont le mérite d'avoir été clairs donc de m'ôter un poids important. Pourquoi devrais-je continuer à me mettre martel en tête pour avancer, coûte que coûte, dans ce chantier de restauration qui me dépasse à l'évidence ?

De son côté aussi, il vaudrait mieux, pour ne dire que ça, que je finisse de me détacher complètement.

Les participants au récent voyage en Toscane, organisé pour les adhérents de la "Demeure Historique", étaient, outre votre serviteur et son épouse, et sauf erreur de ma part, les propriétaires des monuments suivants (cités ici par ordre alphabétique ou presque) :

- l'abbaye de Doué (Haute-Loire) :

Doué.


- le château de Blanzat (Puy-de-Dôme) :

Blanzat.


- le château de Bouzols (Haute-Loire) :

Bouzols.


- le château de Canteloup (Eure) :

Canteloup.


- le château de la Motte-Sonzay (Indre-et-Loir) :

La Motte-Sonzay.


- le château de la Roche Racan (Indre-et-Loir) :

La Roche Racan.


- le château de Loëx (Haute-Savoie) :

Loëx.


- le château de Palaminy (Haute-Garonne) :

Palaminy.


- le château de la Prune au Pot (Indre) :

La Prune au Pot.


- le château de Sédaiges (Cantal) :

Sédaiges.


- le château de la Tour-Daniel (Puy-de-Dôme) :

Tour-Daniel.


- le château de Tournoël (Puy-de-Dôme) :

Tournoël.


- la Forge (Orne) :

Forge.


- les écuries de Beaumarais (Oise) :

Beaumarais.


- la gare des Brotteaux (Rhône) :


- le manoir de Cuverville-en-Caux (Seine-Maritime) :

Cuverville.


- le manoir de Vaudésir (Indre-et-Loir) :

Vaudésir.


Comme on le voit, les Auvergnats étaient en force. Et les Normands aussi. Ceci dit, ne vous y trompez pas, certains participants possèdent plusieurs monuments (jusqu'à quatre).

Lequel aurait votre préférence (à en juger par les extérieurs) ? Ou lequel aimeriez-vous acheter s'il était à vendre (et si, par hypothèse, vous aviez gagné à la Loterie Nationale de quoi l'entretenir) ? Pour ma part, je vous avoue un faible pour Bouzols et pour Canteloup (dont les volets extérieurs ont, paraît-il, disparu, et c'est heureux). Tournoël aussi a une gueule qui me plaît. En premier pour moi, Bouzols, dont j'ai sympathisé avec le propriétaire, un ancien officier de la Légion reconverti, après blessure puis passage par l'E.N.A., en magistrat de la Cour des Comptes, bref un parcours qui m'impressionne autant que son château familial.

En tout cas, chacun des participants voue à sa propriété une ferveur qui faisait plaisir à voir. Au-delà des (grandes) différences de fortune ou de "background" des uns et des autres (je me situe clairement dans le bas de la fourchette), nous avions donc, à tout le moins, quelques sujets de conversation, les questions de transmission n'étant d'ailleurs pas les moindres, comme on peut le comprendre si l'on se souvient de mes difficultés en la matière.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 6 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Dans l'ancien logement de ma mère à Paris, les peintres ont commencé leur intervention hier matin. A ce stade, l'entrée, la chambre, le bureau et le cabinet de toilettes ont été vidés de leurs meubles (au bureau, à un miroir et à une armoire près) :

5 juin 2019.

5 juin 2019.

5 juin 2019.

5 juin 2019.

5 juin 2019.

La femme de ménage a pris possession d'une partie des objets divers de la cuisine :

5 juin 2019.

6 juin 2019.

Le grattage des murs de l'entrée et du bureau fait apparaître qu'ils avaient été peints, à l'origine (vers 1880), de couleurs très sombres :

5 juin 2019.

6 juin 2019.

Dans le living, les petits-enfants tardent (un peu trop, à mon gré) à évacuer les souvenirs qui leur ont été attribués :

6 juin 2019.

5 juin 2019.

5 juin 2019.

6 juin 2019.

6 juin 2019.

Il est prévu que ce chantier dure deux mois. Et, accessoirement, que la moquette soit remplacée par du parquet (il paraît que c'est ce que préfèrent désormais les locataires à Paris).