Transmission du patrimoine

Je n'avais pas pu m'y mettre plus tôt mais le temps est enfin venu pour moi de commencer à préparer la note que je compte adresser à un architecte du patrimoine pour lui expliquer en quoi consiste notre chantier favori et ce que j'attendrais de lui.

Pour ce faire, je compte passer en revue tous les messages de l'onglet "Journal du chantier/Architecture-M.O."
Pour vous, il n'y en a guère que 216 puisque, depuis le dernier perfectionnement de notre site favori, vous n'avez plus accès - du moins directement - qu'aux messages mis en ligne depuis moins d'un an. Mais pour moi, qui peux consulter tout le stock depuis 2009 grâce à ma "tour de contrôle", il n'y en a pas moins de 968 !

Pour la commodité de mon travail, j'avais dit que je suivrais ce plan :

A - Préambule (les protections ; l'historique du chantier).
B - La restauration des menuiseries extérieures du logis.
C - La problématique de la restauration du rez-de-chaussée du logis.
D - Les travaux urgents dans l'"aile de la belle-mère".
E - Pour mémoire, la fin du "programme 2014".

Eh bien, allons-y !

Je noterai par la suite, dans un point F comme fourre-tout, les messages qui, sans être utiles pour mon travail immédiat, pourront resservir à d'autres fins au cours des prochains mois.

A A - Préambule :

A-1) Les protections :
- 20 février 2014 : l'histoire de la construction de la Chaslerie.
- 3 octobre 2011 et 13 octobre 2011 : le point précis sur les protections au titre des monuments historiques.
- 11 octobre 2011 : un complément sur la protection.
- 1er avril 2014 et 4 avril 2014 et 29 avril 2014 et 22 mai 2014 : de quelques conséquences de la protection.

A-2) L'historique du chantier :
- 22 février 2014 : sur une répartition des rôles qui n'a guère eu cours puisque je suis de nouveau le seul payeur final.
- 4 mai 2014 et 20 juin 2014 : sur l'historique du chantier.
- 5 octobre 2016 et 8 octobre 2016 et 9 octobre 2016 et 9 janvier 2017 : les enduits extérieurs d'origine.


B B - La restauration des menuiseries extérieures du logis.
- 22 septembre 2015 et 2 octobre 2015 et 9 octobre 2015 et 8 décembre 2015 et 22 août 2016 et 12 septembre 2016 : l'étude préalable et autres productions de M. MAFFRE.
- 2 avril 2016 : les observations de l'Etat sur l'étude de M. MAFFRE.
- 5 juillet 2016 et 30 juillet 2016 et 13 septembre 2016 et 1er octobre 2016 et 3 octobre 2016 et 17 octobre 2016 et 2 novembre 2016 et 4 novembre 2016 et 6 novembre 2016 et 9 janvier 2017 et 26 janvier 2017 : sur la porte principale.
- 6 novembre 2016 : la note détaillée de M. MAFFRE.
- 24 novembre 2016 : les suites de cette note.
- 25 mars 2017 : l'autorisation de travaux.
- 27 mars 2017 et 31 mai 2017 et 30 octobre 2017 et 8 janvier 2018 et 12 février 2018 : la subvention de l'Etat.
- 23 mai 2017 et 26 décembre 2017 et 8 janvier 2018 et 9 janvier 2018 : le contenu de la 1ère tranche.
- 19 janvier 2018 : la convention du 15 novembre 2017 avec l'Etat.
- 8 juin 2017 et 15 janvier 2018 et 27 janvier 2018 et 19 février 2018 : le contrat d'architecte.
- 26 décembre 2017 : le financement de la 1ère tranche.
- 11 janvier 2018 et du même jour et 24 janvier 2018 et 2 février 2018 et 15 février 2018 et du même jour et 19 février 2018 : le paiement des subventions.
- 24 mai 2017 : sur les menuiseries métalliques.


C C - La problématique de la restauration du rez-de-chaussée du logis.

C-1) Les réservations pour fluides :
- 3 mars 2014 et 6 mars 2014 et 7 mars 2014 et le même jour et 12 mars 2014 et 1er mai 2014 et 2 mai 2014 et 7 mai 2014 et 12 mai 2014 et 28 mai 2014 et le même jour et 29 mai 2014 et le même jour et 2 juin 2014 et 10 juin 2014 et 11 juin 2014 et 20 juin 2014 et 30 janvier 2018 (important et récapitulatif) : les réservations pour fluides et la pose des dalles dans l'entrée du logis.

C - 2) Autres infos sur le logis :
- 7 avril 2017 et 12 janvier 2018 : les plans.
- 17 février 2018 et 18 février 2018 et du même jour : les fondations rondes des tours.
- 12 janvier 2018 et du même jour et encore du même jour et 14 janvier 2018 et 15 janvier 2018 et 24 février 2018 : le projet de restauration.
- 8 mars 2018 : le modèle du manoir du Bas au Teilleul.
- 30 mars 2016 : souvenirs, souvenirs.
- 5 janvier 2018 et 9 janvier 2018 : travaux de maçonnerie à prévoir.
- 25 janvier 2018 et 3 février 2018 et 6 mars 2018 : la problématique du chauffage.
- 3 mai 2014 : la géothermie de surface.
- 17 janvier 2018 et 26 janvier 2018 et 9 février 2018 et 10 février 2018 et 13 février 2018 et 17 février 2018 et 7 mars 2018 : la géothermie profonde.
- 27 janvier 2018 : l'aérothermie.
- 6 février 2018 : le bois déchiqueté.
- 8 février 2018 : les inserts.
- 27 janvier 2018 et 8 février 2018 : les planchers chauffants.


D D - Les travaux urgents dans l'"aile de la belle-mère".
- 4 février 2014 : les plans de 1952.
- 12 novembre 2015 : les gaines dans la cheminée.
- 13 novembre 2016 : le problème connexe des portes extérieures de la "tour Louis XIII".
- 26 janvier 2018 et 18 février 2018 et 25 février 2018 : le problème connexe de la chambre du 1er étage du colombier.
- 15 février 2018 et 16 février 2018 et du même jour : le problème connexe des lucarnes.
- 12 février 2018 : le traitement fiscal des travaux urgents.
- 16 février 2018 et 19 février 2018 : la demande de subvention et les contacts avec l'UDAP 61.
- 23 février 2018 : ma préparation de la note à l'UDAP 61.
- 26 février 2018 et 27 février 2018 et du même jour : ma note de synthèse à l'UDAP 61.
- 28 février 2018 : la visite de l'UDAP 61.
- 5 mars 2018 : les devis.


E E - Pour mémoire, la fin du "programme 2014".
- 1er avril 2014 et 4 juillet 2014 : le "programme 2014".
- 26 mai 2014 : le permis de construire relatif aux parties inscrites du "programme 2014".
- 23 juin 2014 et 23 février 2018 et 8 mars 2018 : la problématique de la subvention.
- 30 juin 2014 : un carrelage à poser.
- 2 janvier 2017 : les rampes d'escalier.
- 11 décembre 2013 et 22 février 2018 et du même jour et 2 mars 2018 : les enduits muraux.


F F - Le fourre-tout.

F-1) La cave :
- 9 août 2010 et 8 janvier 2011 : la problématique de la restauration de la cave.

F-2) La ferme :
- 2 octobre 2010 : la problématique de la restauration de la ferme.
- 17 octobre 2010, un deuxième du même jour : les projets relatifs à la ferme.
- 26 novembre 2010 : un problème de charpente qui reste à traiter.
- 6 janvier 2018 : des travaux de charpente-couverture à prévoir.

F-3) Les douves :
- 2 novembre 2010 et 5 novembre 2010 et 10 décembre 2011 et 27 juin 2012 : la problématique de la restauration des douves.
- 12 juin 2012 : les plans des douves.

F-4) L'"aile de la belle-mère :
- 14 décembre 2010 : des documents d'architecte et des appréciations peu amènes sur les travaux des années 1950 dans l'"aile de la belle-mère".
- 13 octobre 2012 : les escaliers actuels de l'"aile de la belle-mère".
- 14 octobre 2012 et 10 décembre 2012 et 5 janvier 2013 et 8 janvier 2013 et du même jour et 2 février 2013 et le même jour : la problématique de la restauration de l'"aile de la belle-mère".
- 27 février 2013 et 17 avril 2014 et 14 septembre 2015 et 15 septembre 2015 et 18 septembre 2015 et 27 juin 2016 et 25 juillet 2016 : les plans pour l'"aile de la belle-mère".
- 7 janvier 2013 et du même jour : sur des idées qui ont eu cours chez certaines, à propos des aménagements intérieurs de l'"aile de la belle-mère".
- 14 octobre 2012 et 10 février 2014 et 12 février 2014 et le 13 février 2014 et 27 février 2014 et 2 mars 2014 et 18 mars 2014 et 17 avril 2014 et 28 avril 2014 et 3 mai 2014 : sur les casts de l'"aile de la belle-mère".
- 12 décembre 2014 et 18 décembre 2014 : des vues sur la restauration de l'"aile de la belle-mère".
- 12 mai 2015 : un point à surveiller.
- 17 mai 2015 et 18 mai 2015 et 19 mai 2015 et 25 mai 2015 : un débat occulté contre mon gré.
- 9 juin 2015 : sur une coulure blanche qui m'intriguait ces derniers jours.
- 9 juin 2015 et 12 juin 2015 et 19 novembre 2015 et 13 septembre 2017 : sur un caractère souvent pénible.
- 30 juin 2015 : un débat qu'on aura peut-être l'occasion de rouvrir.
- 6 janvier 2018 : des travaux de charpente-couverture à prévoir.

F-5) Le logis :
- 28 février 2013 et 9 novembre 2013 et 20 novembre 2013 : des infos utiles sur le logis.
- 9 février 2011 : une étude, dont je ne retrouve pas la trace à ce jour, sur les modes de chauffage à la Chaslerie par Thierry BURIN des ROZIERS.
- 13 septembre 2015 et 14 septembre 2015 : sur les linteaux des fenêtres à l'étage.

F-6) Le bâtiment Nord :
- 30 juin 2014 : le circuit de chauffage par le sol.

F-7) L'allée :
- 19 novembre 2011 : les deux pavillons de l'allée (parmi mes rêves les plus fous).
- 9 mai 2012 (on y lit qu'un certain fermier voisin me chauffe les oreilles depuis un moment) et 17 avril 2014 et 4 juillet 2014 : le projet de restauration de l'allée historique.

F-8) Les matériaux :
- 27 janvier 2016 et du même jour : pour le sol des étages.
- 9 mars 2016 et 24 mars 2016 et 30 mars 2016 et du même jour et 31 mars 2016 et 15 avril 2016 et 17 mai 2016 et 8 juin 2016 : pour la rénovation thermique.
- 29 juin 2012 : un stock de boiseries dont j'avais perdu le souvenir (à moins que ce ne soient celles de la Raterie, point à vérifier).
- 13 mai 2014 : sur notre fournisseur de granit (adresse utile si, par exemple, on installe un jour des pilastres en haut de l'allée historique).
- 9 août 2015 : une double vasque qui me reste sur les bras.
- 29 mars 2016 et 1er avril 2016 : sur des carrelages.
- 4 octobre 2009 : les références de la peinture rouge des menuiseries extérieures.
- 20 juin 2014 : des goûts et des couleurs.
- 25 juin 2014 et 26 juin 2014 : la couleur des joints.
- 30 juin 2014 : une rampe d'escalier en bois.
- 3 juillet 2014 et 9 juillet 2014 : des ferronneries.
- 11 juillet 2016 : des décors de stuc.
- 4 juillet 2014 : les produits d'entretien du granit.
- 8 juin 2016 : pour le traitement des poutres vermoulues.
- 13 septembre 2016 et 12 octobre 2016 : pour l'entretien des bois cirés.
- 10 juillet 2014 : des vitres.
- 10 juillet 2014 : éléments d'archéologie.
- 11 juillet 2014 et 23 juillet 2014 : un très beau travail de restauration de menuiseries.
- 23 juillet 2014 : des tenons que je n'aime pas du tout.
- 23 juillet 2014 : des finitions de boiseries de chêne.

F-9) Quelques archives d'utilité relative :
- 7 août 2014 et 5 novembre 2014 et - 4 janvier 2016 : le "projet" de M. MAFFRE et d'autres documents pour la restauration de la charpente et de la couverture du colombier.
- 2 août 2016 : une porte charretière cloutée.
- 23 janvier 2015 et 2 février 2015 et 9 mars 2015 et 10 mars 2015 et 12 janvier 2016 et 21 mars 2017 et 2 avril 2017 et 10 juin 2017 et 23 juin 2017 (tu parles d'une élégance...) et 5 septembre 2017 et 19 décembre 2017 et 25 décembre 2017 et 28 décembre 2017 et 2 janvier 2018 et le même jour et 9 janvier 2018 et 11 janvier 2018 et 2 février 2018 et 3 février 2018 et 14 février 2018 et 15 février 2018 et 16 février 2018 et 3 mars 2018 et 5 mars 2018 : preuves de radotage (if necessary ; la liste est incomplète...) et efforts d'adaptation aux contraintes extérieures.
- 12 octobre 2016 : sur un grand décorateur d'origine domfrontaise.
- 7 février 2018 et 12 février 2018 : la gloriette.
- 13 février 2018 : les cuisinières de haut de gamme.
Felice GRAZIANO
rédigé le mercredi 7 mars 2018
Livre d'or - Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine
0
Monsieur,
Par hasard (via un site de Renaud Camus que, comme vous, j'admire) j'ai découvert votre château, vos travaux titanesques, vos compétences multiformes, votre courage et votre énergie au service d'une belle passion, vos très importants soucis aussi, votre solitude.
Je ne veux bien sûr pas être indiscret, mais de ce qu'un tiers peut lire, on comprend que votre idéal, si volontaire, de transmission du patrimoine se heurte à bien des incompréhensions égoïstes et ne peut que vous laisser un goût d'amertume morose.
Je forme le vœu que vous continuiez à déployer vos vertus si précieuses pour accomplir cette si belle œuvre de votre vie.
Felice Graziano

N.D.L.R. : Merci beaucoup pour votre message qui me fait chaud au cœur. En vérité, c'est plutôt moi qu'on traiterait d'égoïste. Du moins quand on s'exprime encore.

Amicales pensées pour le fan-club suisse (puisque je comprends que vous en faites partie) !
Grâce à l'important travail de préparation que j'avais effectué ces derniers jours, il ne m'aura fallu que 90 minutes ce matin pour torcher, au saut du lit, cette lettre que, sous réserve d'améliorations que je pourrais lui apporter, j'envisage d'adresser dès aujourd'hui à un architecte du patrimoine :

P.S. : A la relecture, je suis pris d'un doute : dois-je parler (en haut de la page 2) de maîtrise d'ouvrage ou bien de maîtrise d’œuvre ? Il y a peut-être un lapsus de ma part car j'ai toujours eu du mal à cerner les contours des deux notions.

P.S. 2 : La réponse à ma dernière question est maîtrise d’œuvre.

Bon, je trouve que, sous réserve de quelques modifications mineures, elle n'est pas mal, cette lettre. Je vais donc rechercher ce matin les versions-papier des documents à y joindre. C'est quand même plus commode à consulter.
Voici la lettre que je souhaiterais déposer en début d'après-midi au cabinet de l'architecte du patrimoine que j'ai contacté :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 17 mars 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
Hier, à l'occasion d'une réunion des délégués et des référents de la "Demeure Historique", je me suis trouvé, à déjeuner, assis au côté d'Evelyne de FRANCLIEU. Notre conversation est vite venue sur les difficultés de la transmission du patrimoine. J'ai fait part de mon échec et de la profondeur du désarroi qui en résulte pour moi depuis plus de trois mois et qui m'oblige à réfléchir activement aux voies et moyens d'un nouveau départ.
En complément de ma demande du 24 janvier dernier, le délai "habituel" de deux mois pour le paiement des subventions par l'Etat étant en passe d'être écoulé, j'ai appelé la D.R.A.C. aujourd'hui pour savoir où nous en étions. A la suite de cet appel téléphonique, je viens d'adresser à mes correspondants à la D.R.A.C. le courriel suivant :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 21 mars 2018 16:53
À : (...)@culture.gouv.fr
Cc : (...)@culture.gouv.fr; Fourcade, Thibaud
Objet : V/ref : CRMH/2018/ddeverstsub2017

Monsieur,

Je fais suite à mon appel de cette après-midi.

Je vous confirme par la présente :

- que les travaux de restauration de la 1ère tranche des menuiseries extérieures du logis de la Chaslerie, dont il s'agit ici, n'ont pas encore débuté,

- qu'ils débuteront dès que j'aurai trouvé un successeur à M. MAFFRE, architecte du patrimoine qui a résilié unilatéralement un premier contrat face à moi en 2017 et, à ma connaissance, en a fait autant, fin janvier 2018, face à mon fils Thibaud,

- que je m'emploie activement à trouver un successeur à M. MAFFRE ; j'ai ainsi transmis tout un dossier à (...) il y a une dizaine de jours, je l'ai rappelé avant-hier et il m'a dit qu'il ne l'avait pas encore ouvert et m'a demandé deux semaines de délai supplémentaire. (...) J'ai donc demandé à M. MAFFRE de bien vouloir me renvoyer les 3 fichiers informatiques pertinents afin de me permettre de saisir d'autres architectes du patrimoine ; à l'évidence, M. MAFFRE n'a pas placé ma demande, qu'il lui serait pourtant facile de satisfaire, parmi ses priorités, ce qui m'entrave inopportunément ;

- que mon intention est bien de réaliser les travaux en question dans les meilleurs délais, mon intérêt étant d'ailleurs de "récupérer" "ma" subvention en totalité dès que possible,

- qu'il est au demeurant de mon intérêt de ne pas retarder le chantier ne serait-ce que parce qu'il porte sur le remplacement de menuiseries H.S.,

- que les sommes effectivement réglées par mes soins aux entreprises correspondent à celles (représentant 69 % de l'enveloppe totale subventionnée pour cette 1ère tranche) pour lesquelles je vous ai déjà communiqué les trois factures de fin décembre 2017 (je peux, si nécessaire, vous communiquer les trois mêmes factures avec la mention "acquittée").

Je vous prie, sur ces bases, de bien vouloir mettre au paiement la somme maximum d'ores et déjà permise par les textes que vous m'avez cités.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Je lis d'un trait le tome 1 des mémoires de Jean-Marie LE PEN, "Fils de la Nation", et je trouve cela passionnant. Au moins cet homme-là aura vécu ! Les passages sur l'O.A.S. me font me souvenir de mon père affirmant que, s'il avait été en Algérie à ce moment-là, il aurait été au côté de ses frères d'armes. Enfin je signale un chapitre qui me semble très juste, le chapitre 4 de la partie IV, intitulé "Un sang neuf", sur la démographie dans la France contemporaine.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 24 mars 2018
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
Le métreur passé hier a confirmé que la cuisine que d'aucuns exigeaient dans le bâtiment Nord aurait bien eu 9,60 mètres de longueur sur 3,80 de largeur (soit une surface de 36,5 m2) et que le bureau-bibliothèque dont j'aurais dû me contenter pour satisfaire à leur dernier caprice en date devait être casé dans un carré de 3,30 mètres de côté (soit une surface de 10,9 m2 laissant 7,3 m2 disponibles au milieu de la pièce une fois retirés les 30 cm des étagères).

Les clowns !

Quant à mon projet, il prévoit d'installer la cuisine dans un rectangle de 5,50 mètres de longueur et 3,80 mètres de largeur, à quoi s'ajouterait un volume carré de 3,30 mètres de côté (soit une surface totale de 31,8 m2) et le bureau-bibliothèque dans un rectangle de 4 mètres de largeur et 3,80 de longueur (soit une surface de 15,2 m2, ou encore 13 après prise en compte des étagères).

Tout cela confirme à quel point mon aîné a eu raison de refuser d'écouter ma contre-offre de fin décembre 2017.

On se souvient qu'elle l'aurait conduit à accepter de financer des travaux qui ne lui auraient coûté que 0,8 % de la facture. Or cet individu n'a rien voulu savoir tant il est mené par le bout du nez et égaré par une personne dépourvue des qualités minima, en termes de bon sens et, disons-le, de culture et de sensibilité, que j'aurais attendues d'une bru.

Longtemps, cette directrice de banque a même exigé qu'un retraité de la fonction publique fasse en outre crédit à son mari. Il est vrai que ce dernier, logé à Paris chez son Papa, à vil prix de 2008 à 2017, n'est guère que directeur chez Rothschild.

Du balais ces clowns, je vous le dis, et sans aucun regret pour ce qui me concerne !

Et c'est moi que l'on prive de mes petits-enfants que l'on accoutume à passer les vacances dans des bicoques en parpaings ! Moi à qui l'on n'envoie même plus de photos de ces petits mignons !

Minable, je le proclame haut et fort, afin que nul n'en ignore !
Depuis quatre mois, j'en ai beaucoup bavé entre la désertion en rase campagne de mon aîné et l'incapacité persistante de Carole, quand elle ne me complique pas l'existence, de répondre à la moindre question d'ordre financier. Heureusement pour moi, dans un contexte aussi pesant et paralysant, j'ai gardé le nez dans le guidon et continué à pédaler.

Or, comme je l'indique depuis quelques jours, je sens que j'approche de la sortie de ce tunnel. Enfin !

J'ai donc pris quelques résolutions relatives à notre chantier favori :

1 - Je vais changer prioritairement les solives et les planches de chêne du plafond des écuries, de manière à disposer à l'étage d'un espace adéquat pour entreposer tous les meubles et objets qui me gêneraient dans la restauration du logis et de l'aile de la belle-mère. Les planches actuelles sont vermoulues et dangereuses...

26 mars 2017.

26 mars 2017.

... et mon aîné à suffisamment démontré, depuis que je lui ai fait cadeau des parts d'une S.C.I. "ad-hoc", sa parfaite incapacité à décider quoi que ce soit de sensé ou à diriger le chantier. Celui-ci est resté dans le même état qu'au début des "réflexions" de cet apôtre :

26 mars 2017.

J'attends qu'enfin il me rende ces parts de S.C.I. dont il ne sait que faire et, d'ici là, qu'il me rembourse toutes les dépenses que je dois couvrir en raison de son incurie et de son apathie ; s'il continue à traîner les pieds, je vais prendre le taureau par les cornes.

2 - Je vais faire sauter les frisettes de pin qui décorent, dans le colombier, le plafond des chambres du 1er et du 2ème étage...

26 mars 2017.

... mais attendre sans doute un peu pour procéder de même au plafond du salon de l'aile de la belle-mère :

26 mars 2017.

De la sorte, j'aurai les mains libres pour incorporer des isolations thermiques aux plafonds ainsi purifiés.

3 - Dès que j'aurai évacué le 1er étage du logis et ses combles de tout le fatras qui les encombre actuellement, je ferai sauter le plancher de la chambre des parents ainsi que sa "cheminée de Mebzon" et je pourrai isoler convenablement les plafonds des pièces du rez-de-chaussée.

4 - Concomitamment, il ne faudra pas tarder pour drainer les pieds de divers murs, à l'Ouest du manoir et dans la cour. Donc je vais devoir faire transplanter prioritairement toutes les fleurs des plates-bandes : il n'est que temps de s'en préoccuper si je ne veux pas perdre un an de plus.

Sur un plan général, et quant à l'esprit de ces interventions, mon vœu est de mettre en valeur la manorialitude des lieux. Donc plus de matériaux de merde nulle part et plus de cloisonnements à la con, ni à l'étage des écuries, ni dans la "pièce dévastée". De même, je ferai en sorte que du lit de la chambre du 2ème étage du colombier, on voie enfin la charpente dans toute sa beauté.
Mon aîné m'a fait passer cette nuit la consultation qu'il a souhaité obtenir de la "Demeure Historique" pour se convaincre que le fait de me rendre ses parts de S.C.I. n'aurait pas d'inconvénient fiscal pour lui.

Je suis navré qu'on soit amenés à en passer par cette restitution de parts mais je me dis que, si ça marche dans un sens, ça pourrait toujours fonctionner dans l'autre.

Autrement dit, je n'exclus pas, de mon côté, que, les tensions des derniers mois, quelque vives qu'elles aient pu être, finissant par retomber, nous tentions une nouvelle (une ultime ?) fois de nous mettre d'accord sur le programme de travaux.

En attendant, je me mets en position de faire face seul, autant que possible à mon âge et avec mes moyens, au programme de restauration à venir.

On a pu noter que je n'ai pas chômé depuis quelques mois et que j'arrive, semble-t-il, à surmonter tous les obstacles que j'ai rencontrés, tant pour obtenir la mise en place d'une ligne de crédit que pour préciser le programme de travaux.

En particulier, j'ai toujours veillé à garder en tête les deux questions de fond qui avaient suffi à faire capoter la tentative précédente, à savoir :
- la place relative de la cuisine familiale et de mon bureau-bibliothèque
- et l'amélioration de l'isolation thermique des bâtiments.

J'ai pu décanter le dossier dans ses volets prioritaires :
- le recrutement d'un nouvel architecte du patrimoine,
- la définition d'un mode de chauffage adéquat.

Enfin, j'ai pris sur moi de lancer tous les travaux en rendant irréversible le mouvement :
- dans le logis
- et dans l'"aile de la belle-mère".

Dernièrement, j'ai défini la priorité de la restauration du plafond des écuries afin de pouvoir regrouper dans un garde-meubles approprié tout le binz accumulé ici ou ailleurs depuis 27 ans. La piste sera ainsi entièrement dégagée pour l'évolution des artisans.

Tout cela a été mené d'une main vigoureuse mais je crois qu'à aucun moment l'intérêt du monument n'a été perdu de vue par quiconque. Je me suis parfois exprimé avec véhémence mais je considère que c'était nécessaire compte tenu de la psychologie des uns et des autres.

La suite nous dira si l'on peut de nouveau envisager les voies d'une action de concert dans le cadre familial. Vue de ma fenêtre, la transmission d'un tel patrimoine est un combat mais, comme j'ai eu à le commenter lorsque j'étais lycéen, "ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent" (Victor HUGO) :

"Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour."