Transmission du patrimoine

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 17:28
À : (...)architecte@gmail.com>
Cc : C. F. ; Hugues Hourdin ; Jacques Meyer
Objet : RE: MISSION PARTIELLE - CONTRAT ET NOUVELLE PROPOSITION FINANCIERE

Madame,

J'étudie cela et reviens vers vous dans les meilleurs délais.

J'ai mis le président et le futur trésorier de la SVAADE en copie car, s'ils en sont d'accord, ils seront sans doute amenés à tenir, pour le compte de cette association, le rôle de maître d'ouvrage des travaux en question. Bien entendu, je me tiendrai, tant que je vivrai et que le bail de la SVAADE durera, à leur disposition (et à celle de leurs successeurs éventuels) pour fournir toute information utile en ma possession, voire toute assistance dont ils auraient besoin, le tout toujours dans l'intérêt, principal et bien compris, du monument.

Cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : (...)architecte@gmail.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 16:47
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : MISSION PARTIELLE - CONTRAT ET NOUVELLE PROPOSITION FINANCIERE

Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint les contrats mis à jour et une nouvelle proposition d'honoraire intégrant une mission d'un économiste et une mission partielle d'un bureau d'étude concernant la trémie d'escalier.
Vous trouverez le devis du BET Structure en pièce jointe. Il est intégré dans ma rémunération.

Bien cordialement,
(...)
Architecte DPLG - Architecte du Patrimoine

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 31 Juillet 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Transmission du patrimoine
0
"Le Monde" a entrepris la publication d'une série d'articles sur la transmission du patrimoine au sein de la ploutocratie française. Je la trouve très intéressante, en particulier l'article relatif à Bernard ARNAULT.

Le numéro 4 de la série de 6 est consacré à Arnaud LAGARDERE. En voici le début qui donne une image très claire de certaines mœurs en vigueur (est-ce toujours le mot juste ?) dans le bocage briouzain :


Pauvre "Nono", on arriverait presque à le plaindre (après, il faut bien le dire, s'être payé sa goule moultes fois via le site favori).


Intéressant aussi de noter qu'il n'est pas dit un seul mot sur Philippe CAMUS, mon ancien binôme de vadrouilles cyclistes, à l'époque où ce futur président d'E.A.D.S. pensait que ça pouvait servir sa carrière d'avoir un contact privilégié avec le jeune administrateur civil au "bureau du marché financier" de la direction du Trésor. C'était du temps lointain de la "Rue de Rivoli", alors que mon cadet était en train de naître à l'hôpital de Poissy. C'était ainsi il y a trente-neuf ans déjà...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 31 Juillet 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Transmission du patrimoine
0
Dans la série du "Monde" sur la transmission du patrimoine chez les ploutocrates, l'article sur Vincent BOLLORE n'était pas mal non plus.

J'ai noté que, si les ébats du ploutocrate en question avec les sœurs FOSSORIER ont eu droit à certains développements (est-ce le bon mot ?) dans ledit article, il n'y a pas été question du fait qu'un de ses beaux-frères avait été abattu comme un chien dans un parking parisien, si je me souviens bien, et devant son épouse enceinte (une autre sœur FOSSORIER, si vous me suivez, mais peut-être est-ce la même qu'une précédemment citée ?) le jour-même où j'ai dîné avec un autre de ses beaux-frères (et la sœur FOSSORIER y afférente). Ce dernier beau-frère était le futur ministre Gérard LONGUET, alors très brillant jeune sous-préfet. L'autre, le chien abattu, était un membre de la "bande à ZEMOUR", les fameux gangsters qui défrayaient la chronique à cette époque-là. Ce dîner se passait en 1975, le ZEMOUR en question devait se prénommer William, j'étais alors "stagiaire E.N.A." à la préfecture des Yvelines et notre hôte était la charmante attachée de presse de la préfecture de l'époque, amie du couple LONGUET.

Il y a quarante-six ans donc. J'en ai vu du beau monde !

Comme le temps passe !