Tour Louis XIII

Puisque j'étais dans la tour Louis XIII, je suis allé photographier la charpente des années 1970.

Comme déjà signalé, la lucarne Ouest prend l'eau (l'Est ne vaut guère mieux) :

2 mai 2020.

Où que je pose les yeux, je trouve des trucs orthopédiques et des matériaux bas de gamme :

2 mai 2020.

2 mai 2020.

2 mai 2020.

2 mai 2020.

2 mai 2020.

2 mai 2020.

2 mai 2020.

Comment de telles choses ont-elles pu ne serait-ce qu'être envisagées ? Et puis acceptées par les "meilleurs experts" (je crois que c'est ainsi qu'il convient de les appeler) ? Je suppose qu'il vaut mieux ne pas trop insister sur de telles performances.

En tout cas, on est bien loin de la "qualité FOURCADE" en vigueur par ici depuis 1991, permettez-moi de le rappeler.
Et que l'on ne me dise pas que je suis trop arrogant. Simplement, je n'aime ni les radins, ni les m'as-tu-vu, ni les peine-à-jouir. Compris ?
A part ça, n'en doutez pas, tout va bien !
Il faut parfois faire des choix dans la vie.

Par exemple, doit-on passer son temps à, selon la position qu'on occupe dans la chaîne :
- exiger toujours plus de paperasses,
- produire toujours plus de paperasses,
- ou bien s'occuper des problèmes réels ?

Depuis combien de temps demandai-je qu'on s'occupe enfin de la restauration de la porte extérieure du premier étage de la tour Louis XIII ? Combien d'architectes en chef des monuments historiques et combien d'architectes du patrimoine m'auront-ils dit qu'ils s'en chargent sans jamais, pour autant, bouger ne serait-ce que le petit doigt ?

Je l'ai dit et je le redis : cette porte est une merde des années 1970, posée là - d'ailleurs mal - à la demande d'un prédécesseur dont l'épouse se divertissait, semble-t-il, en ayant quelques activités de brocanteuse. D'où ce truc bricolé, mal foutu, dont j'ai déjà prolongé la vie plusieurs fois, notamment grâce à Sébastien LEBOISNE, mais qui, cette fois-ci, tombe en ruine.

La voici en effet en début d'après-midi aujourd'hui...

5 mai 2020.

... lorsque Joffrey a ouvert cette porte pour y poursuivre son ménage...

5 mai 2020.

... et la voici un peu plus tard, quand il l'a refermée, ménage fait :

5 mai 2020.

5 mai 2020.

5 mai 2020.


Mais que l'on se rassure : heureusement pour moi, le ménage, lui au moins, est bien fait :

5 mai 2020.


Pourtant il n'existe pas, que je sache, de monopole légal en la matière. Ni, surtout, d'administraaaâââtion pour veiller à sa perpétuation...

Et je ne vous reparle pas encore d'une autre menuiserie qui présente un problème de sécurité marqué, signalé maintes fois comme tel, et depuis fort longtemps, à tous mes interlocuteurs imposés...
Longue discussion téléphonique avec l'architecte du patrimoine. Toujours un excellent climat entre nous même si mon souci de bien répondre à ses demandes d'infos me pèse (comme on a pu le comprendre à la lecture de ma prose récente). Elle me suggère de marquer une pause dans mon approche trop perfectionniste et souligne qu'elle ne me demande pas de tout relire de mes archives mais seulement, si possible, de retrouver les numéros des permis de construire obtenus. Elle a néanmoins le souci d'achever la rédaction de son rapport avant la fin du confinement.

Sur le fond qui me préoccupe, elle me confirme que :
- la restauration des trois portes signalées, dont celle du 1er étage de la tour Louis XIII, est bien prévue dans sa "mission EXE", déjà signée ;
- toutes demandes d'autorisations ou de régularisations administraaaâââtives évoquées le 7 février dernier sont prévues dans sa "mission n°2", y compris relatives à la cuisine et au cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord.

Sur ces bases, j'ai signé le contrat n°2.

P.S. (à 20 h 30) : Je note, pour ne pas l'oublier, que nous avons également parlé de deux autres sujets :
- les plans de la future cuisine du bâtiment Nord : elle est soucieuse de mettre en avant l'attrait du cul du four (tel que je l'ai restauré à mes frais exclusifs, sans autorisation et sans architecte...) ; elle évoque d'abord l'idée d'une fenêtre sur le mur du fond de la cuisine (celui en parpaings des années 1950 ou 1970 et peint en ce bleu que je n'aime pas) ; puis elle suggère de faire tomber ce mur. J'observe qu'on reviendrait ainsi à quelque chose de proche du projet étudié par Benoît MAFFRE à la demande de mon aîné et de son épouse. Rigolo ;
- les plans d'Arnaud PAQUIN pour l'aile Ouest ; elle me recommande de garder une salle de bains au niveau du futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves", faisant notamment valoir que celle de l'étage au-dessus est exiguë et que mes successeurs voudront peut-être avoir une activité de chambres d'hôtes ; on a également parlé du monte-plats et de l'emplacement de sa machinerie.
Je viens de me fendre, dans le message 48835 (très facile à retrouver sous le sous-onglet "Florilèges" de l'onglet "Vie du site"), d'une première liste des travaux que j'ai osé - ou plutôt que j'ai dû, en raison des circonstances - effectuer sans autorisation administraaaaaaaaaaaaaâââââââââââââtive formelle...

Honte à moi !

Bien entendu, et puisque la réglementaaaaaaaaaaaaaâââââââââââââtion ose encore imposer, à ma connaissance et avec l'efficacité qui la caractérise, un permis de construire dès qu'on veut planter un clou sur un mur inscrit à l'inventaire supplémentaires des monuments historiques, j'ai dû oublier plein de choses hautement condamnables.

Si tel est le cas, j'espère que, dans un geste qui les honorerait à mes yeux, sinon à ceux de tous les personnages considéraaaaaaaaaaaaaâââââââââââââbles qui, au moins dans leur esprit, les contrôlent et pourraient donc freiner leurs carrières prometteuses en cas de défaillance dans leur vigilance disciplinée, mes interlocuteurs obligés actuels voudront bien me le pardonner.
Afin de l'aider à préparer son rapport sur mes travaux, l'architecte du patrimoine m'a demandé de rechercher des photos montrant que mes derniers terrassements dans la cour (ceux lors desquels j'ai découvert l'ancien pavement et en ai fait dégager une partie) n'ont pas porté atteinte à ce vestige. Plus précisément, elle m'a demandé des photos prouvant, selon mes dires, qu'il y avait des parterres de fleurs tout autour de la cour.

J'ai trouvé ce jeu de tirages-papier de photos que j'ai prises (si l'on en croit les dates indiquées) dans les années 1996 à 1998. Je les présente ici dans le sens trigonométrique :


Elles me semblent répondre de façon tout à fait claire à la question.

Certes, on pourrait m'objecter que ceci ne prouve pas que ces parterres n'ont pas été créés par mon épouse ou moi.

Je réplique en montrant une des rares photos antérieures à mon achat qui me soient parvenues. Voici l'état de la cour vers 1975 (le portail n'avait pas encore été restauré) :


Cette fois-ci, cette partie du débat me paraît close.
L'après-midi passée à rechercher des autorisations administraaaâââtives n'aura pas été vaine puisque je viens de retrouver un document qui pourrait être utile à l'avenir, notamment pour le bureau d'études chargé de calibrer des installations de fluides divers ou bien pour l'architecte du patrimoine en charge de la "mission n°2" que l'on sait. Il s'agit en effet de l'"Etude de filière d'assainissement autonome" de la Chaslerie (à l'exclusion de la ferme qui a été étudiée et traitée par ailleurs).

En clair, il s'agissait de mettre en place un dispositif de traitement d'eaux usées adapté à la vie d'une quarantaine de personnes en résidence permanente au manoir favori. Une telle hypothèse, imposée par la réglementaaaâââtion si mes souvenirs sont bons, est particulièrement absurde au point que l'on tiendrait, dans l'administraaaâââtion qui a émis de telles normes et si je puis me permettre de faire état de mes connaissances nombreuses et variées en la matière, un candidat me semble-t-il très sérieux à la couronne d'administraaaâââtion la plus débile que l'on puisse imaginer (concours où, certes et pourtant, les candidats valeureux ne manqueraient pas) :



Je signale à toutes fins utiles que les originaux du rapport ci-dessus et du document suivant sont conservés dans le dossier relatif au permis de construire qui va faire l'objet du prochain message :

Je préfère le bleu de la seconde couche, il est plus franc et fait moins layette :

27 mai 2020.


Bien sûr, Guguss n'a pu s'empêcher d'y frotter une oreille (il n'en loupe pas une, celui-là !) :

27 mai 2020.


J'ai appris ce matin que mon aîné et sa petite famille débarqueront demain ; du coup, Mr SPOON remet à juillet, sans doute, les travaux supplémentaires dont nous avons commencé à parler, relatifs aux deux fournils :

27 mai 2020.

Ce matin, il a fait connaissance avec Sébastien LEBOISNE, venu prendre les cotes des lucarnes de l'aile Ouest qu'il va mettre en fabrication.
Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 27 mai 2020 15:58
À : (...)architecte@gmail.com
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : Chaslerie - Rouge Vauban

Madame,

Comme convenu, je vous transmets des photos de la peinture rouge utilisée par Emmanuel LESCUYER :

27 mai 2020.

27 mai 2020.

27 mai 2020.


Elle me satisfait parfaitement, de même que l'ensemble de son travail, d'une grande qualité. Encore merci de m'avoir recommandé de faire appel à cet artisan.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

Voici une autre photo où la couleur brillante est altérée par les reflets :

27 mai 2020.


Comme on le voit, des moucherons viennent se coller à la peinture fraîche. Il paraît qu'il suffit d'attendre qu'elle sèche pour les faire disparaître d'un coup de "Sopalin".
Voilà ce que j’utilise pour avoir Internet partout dans une grande maison. Tu peux coupler 6 répéteurs son à ton routeur Internet et tu obtiens une couverture de l’ordre de 800 m². Il est peut-être possible d’acheter plus de ses répéteurs pour couvrir une plus grande surface.
Je suis personnellement très content et je suis étonné de la portée à l’air libre, en particulier dans le jardin. Habitant à la campagne au Maroc, je reçois Internet par une antenne GSM. Pour améliorer la réception, j'ai installé le routeur sur le toit dans une boîte étanche et le débit a été multiplié plusieurs fois.
Il est possible qu’il existe des modèles plus récents ou qui permettent le couplage d’un plus grand nombre de ces répéteurs. L’installation est aussi très simple avec un logiciel très intuitif à télécharger sur son téléphone.
Il faut compter un quart d’heure d’installation ; il n’y a pas de câbles à tirer puisque ces répéteurs se branchent sur une prise de courant et amplifient le signal reçu, soit à partir du routeur principal, soit à partir du répéteur le plus proche.

N.D.L.R. : Merci beaucoup pour l'info !
J’ai vérifié, on peut connecter ensemble jusqu’à 8 boîtiers, chacun couvrant 185 m². Le modèle déco M9 est plus puissant et l’on peut connecter jusqu’à 10 boîtiers. Mais il est nettement plus cher.

N.D.L.R. : Merci !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 15 juin 2020 09:20
À : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>
Cc : (...)architecte@gmail.com; C.F. ; T.F.
Objet : RE: Mise à jour étude de faisabilité : devis

Merci pour cette situation claire.

Je laisse Mme (...) vous répondre sur le fond, y compris pour vous fournir les plans dont vous auriez besoin.

Cordialement,

PPF

_________________________________________________________________________

De : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>
Envoyé : lundi 15 juin 2020 09:13
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : (...)architecte@gmail.com; C.F. ; T.F.
Objet : Re: Mise à jour étude de faisabilité : devis

Bonjour M. Fourcade,

Nous avons avancé. Mais à ce jour, nous sommes en attente :
- De la confirmation par Mme (...) du positionnement souhaité de l'aérotherme dans la Chapelle, afin de finaliser l'étude de faisabilité (devis 262) et les plans de réseaux extérieurs.

- Des plans détaillés, projetés, du Manoir et de ses annexes pour attaquer la suite de la mission (devis 186).

Mme (...) souhaitait une réunion sur place afin d'échanger sur les positionnements des appareillages (prises, interrupteurs, ...), des tableaux électriques, ...
Qu'en est-il ?
De notre côté, nous souhaiterions avoir un délai d'une semaine entre l'envoi des plans et la réunion sur place.
Ainsi nous aurons le temps de prépositionner l'ensemble des éléments.
Sur place, nous confirmerons alors ces éléments ou les déplacerons à un endroit qui conviennent à tout le monde.

Cordialement,

Grégory Vannobel
Agence Bee+ Louvigné de Bais
06 37 98 62 69
gregory@beeplus.fr
Santé, confort et efficacité énergétique
Nous vous invitons à prendre connaissance de nos capacités d'actions sur www.beeplus.fr
Bee+ / 02 30 96 42 03
1 rue des Longrais - 35520 LA CHAPELLE DES FOUGERETZ

_________________________________________________________________________

Le 14/06/2020 à 09:20, Pierre-Paul Fourcade a écrit :
> Cher Monsieur,
>
> Que se passe-t-il ? Je n'ai plus d'écho. Qu'est-ce qui bloque ?
>
> Et où en est-on de la préparation de la réponse à la suite de la commande initiale (les documents détaillés) ?
>
> Cordialement,
>
> PPF
>
_________________________________________________________________________

> De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mardi 31 mars 2020 16:52
> À : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>
> Cc : (...)architecte@gmail.com; C.F. ; T.F.
> Objet : RE: Mise à jour étude de faisabilité : devis
>
> Cher Monsieur,
>
> Je vous donne mon accord sur votre devis.
>
> (Je comprends qu'en raison des circonstances, il est inutile que je doublonne par un courrier simple).
>
> Bien cordialement,
>
> PPF
>
_________________________________________________________________________

> De : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>
> Envoyé : mardi 31 mars 2020 15:41
> À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Objet : Mise à jour étude de faisabilité : devis
>
> M. Fourcade,
> En complément de mon mail précédent, ci-joint notre devis pour actualiser l'étude de faisabilité.
>
> Cordialement,
> --
> Grégory Vannobel
> Agence Bee+ Louvigné de Bais
> 06 37 98 62 69
> gregory@beeplus.fr

(Fin de citation)
Christian a posé une rustine sur la porte H.S. d'accès au 1er étage de la tour Louis XIII. De la sorte, les oiseaux ne pourront plus entrer faire leurs cochoncetés. En espérant qu'un jour cette porte soit enfin remplacée (ce n'est pas faute pour moi de le réclamer depuis longtemps) :

16 juin 2020.


Dans les écuries et à la suite de la dernière visite de l'architecte du patrimoine, il a étayé un linçoir pourri d'une extrémité et qui, dans sa chute, pourrait entraîner les tableaux en garde-meubles au-dessus :

16 juin 2020.

16 juin 2020.

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 17 juin 2020 18:51
À : (...)architecte@gmail.com
Objet : RE: MANOIR DE LA CHASLERIE - Demande liste des autorisations administratives

Madame,

Comme déjà indiqué, vous avez tout cela ici (onglet à vocation synthétique) et plus particulièrement à https://www.chaslerie.fr/blog/message/48835.

Ce dernier message a été complété, au cours de sa rédaction, par le suivant : https://www.chaslerie.fr/blog/message/48836.

Ces deux messages sont encore dans la rédaction provisoire de documents de travail. Ils pourraient également être complétés pour faire état de quelques dernières trouvailles évoquées par ailleurs (notamment sous l'onglet "Archives, histoire, documentation"), voire des redécouvertes à venir ; mais ces ajouts ne me semblent pouvoir être, à ce stade, que marginaux.

En effet, si je me suis concentré prioritairement sur les demandes d'autorisations ou de permis présentées formellement, au moins à mes yeux, il n'en demeure pas moins que le "corpus" que j'ai parcouru, pour préparer ces deux messages de synthèse, est beaucoup plus vaste que cela puisque mes archives recensent au moins tous les courriers ou courriels échangés à un titre ou à un autre, très souvent en rapport avec ces demandes, avec l'un ou l'autre de mes interlocuteurs.

Je pense qu'il faut également que je rappelle que certaines parties de la Chaslerie sont classées depuis 1995 seulement alors que je suis, avec mon épouse, le propriétaire du manoir depuis 1991, la réglementation applicable aux travaux ou son interprétation et son application ayant varié depuis 30 ans. Or je vous avoue ne pas avoir gardé la mémoire de tous ces perfectionnements (à supposer que je les aie toujours perçus ou compris aux époques où ils sont apparus), de sorte que la rédaction actuelle de mes messages peut comporter, à ce titre aussi, des erreurs que je rectifierais dès qu'elles me seraient signalées. J'espère que vous saurez replacer, si nécessaire, toutes ces informations dans les bonnes cases des classifications pertinentes.

Enfin, si ma façon de présenter les choses via mon blog vous semble nécessiter trop de travail de lecture de votre part, j'en suis désolé mais j'imagine que, via la documentation internet à laquelle vous avez accès par ailleurs, vous trouveriez tout cela sous une forme qui vous paraîtrait plus adaptée à vos besoins et, je le suppose, plus exhaustive encore.

Vous savez que, de mon côté, la préparation des deux messages en question, pour imparfaits qu'ils soient, tant dans le fond que dans la forme, a représenté un énorme travail que je n'ai pu mener à bien que parce que le confinement de deux mois que nous avons subi m'offrait exceptionnellement le temps de toutes ces recherches. Je crains de ne pas savoir ou pouvoir faire beaucoup mieux.

Bien cordialement,

PPF

________________________________________________________________________________

De : (...)architecte@gmail.com
Envoyé : mercredi 17 juin 2020 16:29
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : MANOIR DE LA CHASLERIE - Demande liste des autorisations administratives

Bonjour,

Ne pouvant pas chercher les informations sur votre blog,
Je réitère ma demande de me lister les autorisations administratives que vous avez demandés auprès de l'Etat depuis l'achat de votre Monument historique classé.
Les informations demandés:
Titre de la demande/des travaux
Architecte déposeur de la demande
Date d'autorisation administrative.

Bien cordialement,

(...)
Architecte DPLG - Architecte du Patrimoine

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 24 juin 2020 21:19
À : T.F.
Cc : (...)architecte@gmail.com ; C.F.
Objet : TR: Chaslerie - Taille des vitres des lucarnes des écuries

T.,

Nous avons eu une conversation très utile ce soir avec Mme (...).

En fait, la taille des vitres qui sera choisie pour les lucarnes des écuries vaudra également pour le rez-de-chaussée de ce bâtiment (étant entendu que (1) pour le colombier, on a d'ores et déjà choisi des petites vitres, (2) pour la tour Louis XIII, l'idée a toujours été de garder des petites vitres, même s'il y a eu des dessins d'étude de M. MAFFRE dans l'autre sens).

Or, pour ce qui concerne l'usage futur des écuries, il y a eu deux projets :
- le vôtre, à ton épouse et toi, lorsque vous envisagiez de me relayer en transformant l'aile Ouest en votre résidence secondaire, avec cuisine, salon, salle à vivre au RC et chambres à l'étage, plus escalier central ; il me semble que vous aviez alors privilégié les grandes vitres ;
- celui d'Arnaud PAQUIN, consistant à décentrer un bel escalier-en-facteur-commun, de manière à dégager de la place pour deux grandes salles de réception. C'est ce projet sur lequel je fonde les travaux à venir car il me semble "dans l'intérêt du monument" alors que je n'ai pas de certitude sur tes intentions de me relayer ou pas.

Dans la mesure où le choix de petites vitres, qui aurait ma préférence même si je ne suis pas nécessairement fermé à l'autre, constituerait un préalable pour toi si tu me relayais avec l'idée d'une résidence secondaire dans l'aile Ouest, il nous paraît utile de connaître ton opinion sur ce choix.

Peux-tu nous la donner ?

Je joins à ce texte deux dessins de M. MAFFRE qui donnent une idée de l'aile Ouest dans les deux hypothèses (étant entendu que la cheminée des écuries a sauté et que les lucarnes de ce bâtiment sont équiréparties sur le brisis Est en question) :


A te lire, un avis circonstancié nous serait utile, étant entendu que Mme (...) se propose de réfléchir, ensuite et éventuellement, à la meilleure combinaison de petits carreaux pour ces lucarnes.

Le Dad

______________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 24 juin 2020 20:46
À : (...)architecte@gmail.com
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : Chaslerie - Taille des vitres des lucarnes des écuries

Madame,

Suite à notre conversation sur les lucarnes des écuries, voici quelques documents utiles (j'indique en gras souligné ceux qui me semblent les plus importants pour notre sujet) :
- le plan de 1883 (un an avant l'incendie du logis) ;
- les plans des années 1950 ;
- l'étude préalable de septembre 2006 de M. RONSSERAY sur la "Restauration des couvertures des écuries et du pavillon du colombier" (petites vitres sur l'état des lieux) ;
- le permis de construire obtenu le 18 avril 2013 par Lucyna GAUTIER pour l'aménagement de l'aile Ouest (petites vitres sur le projet) ; voir aussi ceci ;
- un document d'étude de M. MAFFRE en août 2015 (toutes ouvertures de l'aile Ouest traitées à grandes vitres) ;
- l'étude préalable de septembre 2015 de M. MAFFRE sur l'ensemble des menuiseries extérieures (deux hypothèses étaient examinées, l'une avec grandes vitres sur les écuries et le colombier, l'autre avec de petits carreaux partout) ;
- les observations de l'Etat, en date du 30 mars 2016, sur l'étude préalable de M. MAFFRE ;
- l'esquisse de M. MAFFRE en juin 2016 (ouvertures des seules écuries à grandes vitres) ;
- l'autorisation de travaux du 21 mars 2017.

En résumé :
- il y a eu un permis de construire en 2013 basé sur des petites vitres ;
- l'étude préalable de M. MAFFRE, telle qu'approuvée par l'Etat, renvoyait à plus tard le choix entre les deux hypothèses mais semblait indiquer une préférence pour les petites vitres ;
- l'autorisation de travaux de 2017 inclut-elle les lucarnes des écuries ? Pas clair...

Comme convenu, je vais me concerter avec mon aîné sur le choix à opérer pour la taille des vitres des lucarnes des écuries.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Au cours de ma conversation d'hier avec l'architecte du patrimoine qui désire conserver son anonymat sur ce site, je lui ai dit me sentir tenu de poser, par mes travaux et dossiers, des préalables tels à la poursuite du chantier que mes successeurs se sentent investis de la mission de maintenir le flambeau à mon niveau d'exigence. A ce sujet, je me considère et me déclare volontiers méfiant. Peut-être à tort dans les deux cas. Mais l'on sait que j'ai été sérieusement malmené il y a trente mois.

Elle m'a répondu de ne pas me faire de souci à ce propos, les architectes du patrimoine ayant pour mission de veiller à ce que les dérapages que je crains n'aient pas lieu.

J'avoue que cette idée ne m'était pas passée par la tête spontanément. On se demande bien pourquoi :

Or, plus je l'observe et dialogue avec elle, plus j'apprécie le sens de l'écoute et le calme de cette architecte-ci. Faire confiance à une personne de cette trempe pour encadrer l'avenir ne me semblerait pas impossible en effet. Je continue à observer et à réfléchir.
Plus je regarde les deux dessins de M. MAFFRE (étant entendu que la cheminée des écuries a sauté et que les lucarnes de ce bâtiment sont équiréparties sur le brisis Est en question)...

... et plus je me dis qu'il serait loin d'être absurde d'opter pour la version à grands carreaux pour les écuries.

J'ai ainsi fait un virage sur l'aile et même à 180° depuis 24 heures que je réfléchis à cette question sur la base de ces deux dessins.

P.S. : Ayant vu ce message, Carole me dit être d'accord avec moi pour choisir les grands carreaux sur les écuries. Comme moi, elle considère que, sinon, ça ferait trop d'ouvertures à petits carreaux sur cette aile indubitablement composite. Je pense que c'est là le bon argument. On rétablirait ainsi un échelonnement temporel justifié entre les trois bâtiments de cette aile. Quant à moi, je regretterai toujours que, malgré l'avis de Franck LIEGEAS (qui fut alors censuré par son beau-père, Roland BOUSSIN, sur intervention de Benoît MAFFRE, furieux qu'on puisse contester ses oracles) et mon intuition, le colombier n'ait pas retrouvé (selon nous) une couverture d'un élancement comparable à celui de la tour Louis XIII.

On n'attend plus que le point de vue de l'aîné (il est vrai qu'il bosse fort et que, la nuit, son petit dernier fait la bamboula et l'empêche de récupérer).
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 26 juin 2020 11:41
À : T. F.
Cc : (...)architecte@gmail.com ; C.F.
Objet : Chaslerie - Taille des carreaux des lucarnes des écuries.

Tu m'as dit ce matin que tu t'interroges sur l'aspect de la cour, telle que vue du porche, si on choisit les grands carreaux. Tu m'as donc demandé de te communiquer le dessin de M. MAFFRE te permettant de te faire une idée sur cette question.

Du coup, je me suis demandé si la façade Ouest de l'aile Ouest, traitée à grands carreaux au niveau des écuries, ne choquerait pas.

Voici les dessins pertinents :

Les trois derniers dessins montrent la façade Ouest de l'aile Ouest avec des lucarnes pour remplacer les horribles casts dus à Lucyna GAUTIER (par cohérence avec la façade sur cour, il faudrait y prévoir 4 lucarnes au lieu de 3). Le premier de ces trois derniers dessins montre une fenêtre à petits carreaux dans l'ex salon de l'"aile de la belle-mère" ; cela pourrait ne pas être approprié si les autres fenêtres de la même pièce, celles sur cour, étaient à grands carreaux. Il faut voir des petits carreaux sur le colombier du dernier dessin et, je le suppose, sur les trois derniers dessins de la série, des grilles aux trois grandes fenêtres du rez-de-chaussée des écuries. Tout cela devient ainsi un peu compliqué à imaginer.

Alors, quel est néanmoins ton avis ?

(Fin de citation)