Terrassement

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 23 Décembre 2022
Journal du chantier - Terrassement - Charretterie - Désultoirement vôtre ! - Météo
0
L'eau, apparue il y a trois jours dans la future chaufferie, monte vite :

Je suis passé cette après-midi voir Philippe JARRY pour évoquer la situation et les remèdes qu'il proposerait.

Je lui ai également parlé de mon projet de rétablir la pièce d'eau disparue au milieu de l'avant-cour. Ce serait l'occasion de repartir d'un bon pied pour tout ce qui concerne les drainages de la future chaufferie et de l'allée qui descend de la D22.

Certes, cette pièce d'eau retrouverait un aspect rustique et authentique et tout cela me paraît simple et de bon goût. Mais nous sommes ici dans un rayon de 500 mètres d'un monument historique. Donc je dois m'assurer, si par extraordinaire une autorisation administrative est requise, qu'elle ne tarde pas à être accordée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 24 Décembre 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Etat de mes réflexions sur la forme que pourrait avoir le bassin de l'avant-cour :


J'avais d'abord pensé à une forme oblongue, comme elle apparaît sur les anciennes photos.

Mais, à la réflexion, je me suis dit que rien ne nous garantit que telle était la forme d'origine. On peut même imaginer que l'usage longtemps agricole du manoir ait fait négliger l'entretien des bordures.

D'où une forme de quadrilatère. Dans ce cas, il y aurait lieu de respecter un quasi-parallélisme avec des murs voisins, sachant qu'à la Chaslerie, il n'y guère plus de parallèles que d'angles droits.

J'ai pensé aussi à une pente, du côté de la porte charrettière, afin, sinon, de permettre aux bêtes d'accéder à l'abreuvoir, du moins de faciliter, lorsque nécessaire, le travail d'engins de curage.

Dans mon idée, la bordure en pierres locales ne dépasserait pas dix centimètres de hauteur.

On est là, bien entendu, dans un cas de covisibilité tel que prévu par la réglementation. Et des considérations de bon sens doivent être prises en compte, comme la bonne alimentation en eau courante, "in and out", du bassin (ce qui serait le cas gâce au puits artésien voisin) ou la protection des piétons contre une chute éventuelle (je pense ici à ce qui existe au château voisin de Collières ou au manoir de la Guyardière à Domfront-en-Poiraie, ou encore au manoir de la Motte à Saint-Mars-d'Egrenne). En outre, une telle pièce d'eau fournirait un réservoir d'eau pour les pompiers, indispensable en cas d'incendie, alors que le cours d'eau voisin (le "Choisel" ou "Beaudouët") se trouve en contrebas, peu accessible du manoir et à 200 mètres.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 11 janvier 2023 14:33
À : (...)@culture.gouv.fr
Cc : Xavier MEYER ; Arnaud PAQUIN ; C. F. ; T. F.
Objet : Chaslerie - Dossiers en cours
 
Cher Monsieur,

Il ressort d'une visite avant-hier à la Chaslerie de Mme COURTOIS et de M. AUBIN que la Région préférerait qu'une personne physique soit le maître d'ouvrage de l'"étude préalable d'ensemble" (budget de l'ordre de 50 000 €) et de la restauration des menuiseries extérieures du logis (budget de l'ordre de 500 000 €).

Pouvez-vous m'indiquer, après les courriels de saisine que je vous avais adressés à l'automne dernier, de quels documents complémentaires vous auriez encore besoin pour que vos dossiers vous apparaissent complets ?

Pour info, les numéros de téléphone de la DRAC (02 31 38 39 40) et de vous (02 31 38 39 (...)), tels que je les connais, sont H.S. semble-t-il.

A très bientôt, tous mes vœux pour 2023 pour vous, les vôtres... et la sortie enfin des dossiers de la Chaslerie de leurs ornières.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

En raison de la réforme des retraites, mon "officier traitant" à la D.R.A.C. devrait travailler quelques mois de plus. Pour moi, c'est une bonne nouvelle dans la mesure, notamment, où il connaît bien le dossier. J'espère que ce délai nous permettra de mettre enfin tous ces papiers dans les bons circuits, c'est-à-dire de lancer enfin les réalisations concrètes.

S'agissant de la restauration des menuiseries extérieures du logis, ça ne fait jamais que sept ans que, pour des raisons diverses et plus intéressantes les unes que les autres, ça bloque.
Il ressort de ma conversation téléphonique, hier, avec mon "officier traitant" à la D.R.A.C. que, pour rétablir la pièce d'eau au milieu de l'avant-cour, il n'y aurait pas de problème de principe.

Il m'explique toutefois que les autorisations à obtenir seraient différentes selon que ladite pièce d'eau aurait plus de deux mètres de profondeur et cent mètres carrés de surface ou moins.

Sous réserve d'avancer dans les réflexions avec Arnaud PAQUIN, il me semble que ces dimensions seraient amplement suffisantes.

Puisque cette pièce d'eau pourrait servir d'aire de jeu à mes petits-enfants, il faudrait aussi que je me renseigne sur la façon d'entretenir le bassin et de maintenir une eau propre à partir du puits artésien voisin.
A mon avis, une douche et des w.-c. sous la charretterie compléteraient bien le tableau.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 16 Janvier 2023
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferronnerie - Menuiserie - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse - Bâtiment Nord
0
Igor est de retour. Je lui demande, prioritairement, d'achever la maçonnerie du regard permettant l'évacuation des eaux de pluie en bas de l'allée principale. Je constate au passage que ce qu'il a déjà fait là fonctionne très bien :

16 janvier 2023.


Ensuite, il pourra installer le faux-plafond désiré dans la première partie de l'arrière-cuisine (où l'on attend toujours l'intervention d'Alexandre GURY pour fixer le nouveau fenestrou métallique commandé de longue date).

P.S. (à 13 heures 30) :

16 janvier 2023.

16 janvier 2023.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 20 Janvier 2023
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Aile "de la belle-mère"
0
Vérification faite, il n'y a pas moins de 46 centimètres de différence de hauteur entre le sol des écuries et celui de l'ancien salon de l'"aile de la belle-mère". Là aussi, le prédécesseur des années 1950 avait fait très fort :

20 janvier 2023.

20 janvier 2023.


Je suppose qu'il voulait absolument recaser là une ancienne cheminée du logis (sans doute du salon) qui avait miraculeusement survécu à l'incendie de 1884. Ces 46 centimètres n'ont toutefois pas suffi à empêcher cet animal d'étêter cette relique.

Je l'ai démontée à l'époque des dégâts des eaux à répétition, mise de côté et elle pourrait servir de nouveau quand seront supprimées les horribles boiseries actuelles du grand salon, initiative du même Charlot.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 22 Janvier 2023
Journal du chantier - Administration - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : dimanche 22 janvier 2023 15:15
À : GOMANT Jean-Sebastien - DDT 61/SET/DR
Objet : Chaslerie - Soutien à la desserte forestière - Convention

Monsieur,

J'ai reçu, le 2 décembre dernier, le texte de la convention destinée à améliorer la desserte forestière de la Chaslerie. Je vous ai renvoyé ce document le jour-même, signé par moi en trois exemplaires comme demandé.

Comment se fait-il que, près de deux mois plus tard, le dossier semble s'être perdu dans les méandres administratifs ? Je n'ai aucun retour. Qu'est-ce qui bloque encore ?

Alors que j'ai réglé il y a plusieurs semaines la première tranche de travaux réalisés par le terrassier que j'avais été autorisé à lancer, je me trouve ainsi dans l'impossibilité de mettre dans les circuits la demande de paiement de la subvention correspondante.

La question se pose également de savoir combien de temps supplémentaire il faudra à vos si efficaces collègues pour la traiter.

Avec tous mes vœux et bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (du 23 janvier 2023 à 15 heures) : Affaire réglée.
Excellente conversation téléphonique avec Arnaud PAQUIN. Nous sommes prêts à bondir dès que nous aurons reçu les feux verts.
0
Je viens de mettre dans les circuits la demande de paiement de la partie de la subvention relative aux travaux de terrassement réalisés à l'automne dernier sur l'allée principale.

Onze pages de "convention" à lire, quatre pages de formulaire à remplir, quatre pages de justificatifs à ajouter.
En espérant ne pas m'être trompé en remplissant ces foutus papiers.

0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 30 janvier 2023 07:20
À : Grégory Vannobel Bee+ <gregory@beeplus.fr>
Objet : Chaslerie

Monsieur,

Comme vous le savez, la conservation régionale des monuments historiques a choisi, il y a trois ans, de bloquer le chantier de la Chaslerie en arguant du classement parmi les monuments historiques du pavement-cailloutis de la cour.

Par ailleurs, nous en sommes toujours à attendre les feux verts administratifs à notre demande de lancer enfin notre "étude préalable d'ensemble" dont la fin de votre étude serait un sous-ensemble.

Il semble toutefois que toutes ces contraintes soient susceptibles d'être levées dans les mois ou l'année qui viennent, ce qui vous permettra de reprendre le dossier sans parasitages absurdes qui échappent à notre contrôle.

Pourriez-vous cependant m'indiquer par retour de courriel quel serait le diamètre des réservations à prévoir pour amener aux deux ailes du manoir et en provenance de la charretterie tous les fluides qu'il est envisagé d'y délivrer, isolation thermique comprise le cas échéant ?

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 18 heures 30) : Ce courriel est déjà obsolète. Igor m'a en effet démontré qu'il serait beaucoup plus facile que les tuyaux en cause entrent au rez-de-chaussée du colombier en traversant sa façade Sud à une bonne profondeur (60 cm, me dit-il, pour les mettre hors-gel). Les faire passer sous le seuil d'entrée dans le colombier et à une pareille profondeur serait ainsi évité. Ainsi, l'installation ne se trouverait plus en risque fort d'être parasitée par les drainages mis en place le long des façades (ici la façade Est de l'aile Ouest) qui ne pourraient pas ne pas s'y déverser de façon très inopportune.

Argument retenu, merci Igor !

En plus, cela viderait de beaucoup de sa substance le débat avec la conservation régionale à propos de la préservation du sol de la cour, débat potentiellement d'autant plus absurde que, de ce côté-ci, il n'est pas contestable que ce sol n'a jamais été, depuis trois siècles au moins, qu'un très vulgaire et quelconque cailloutis.