Terrassement

Au 2ème étage du colombier, Igor a bien avancé aujourd'hui :

18 mai 2019.

Dès que Philippe JARRY interviendra, Igor pourra enchaîner avec les travaux prévus sur les fondations du mur Ouest. D'ici là, il va continuer à jointoyer les parements intérieurs des murs du colombier.

J'ai laissé à Sébastien LEBOISNE un message sur son répondeur, lui demandant pourquoi il n'a pas encore posé la partie intérieure des linteaux des fenêtres du 2ème étage du colombier. J'attends sa réponse. Pour ce qui concerne l'isolation de la couverture, son compagnon Gérald n'a pas dû aimer que je qualifie son travail de trop lent. Ce n'est pas grave puisque, si j'arrive à recruter un architecte du patrimoine, Sébastien pourra mettre en fabrication la 1ère tranche des menuiseries extérieures du logis. Inutile alors d'inventer du boulot pour consommer une part des 50 000 € que j'avais réglés d'avance à Sébastien en fin de 2017 (dans le contexte, alors opaque, de la mise en place du "prélèvement à la source").
Felice GRAZIANO, ce nom me disait quelque chose. Et en effet. Je remercie ce membre du fan-club pour sa fidélité.

Puisqu'il avait eu l'amabilité de former des vœux pour la poursuite de mon chantier, je précise qu'à ce stade, mes deux priorités sont :
- de retrouver un architecte du patrimoine qui puisse rapidement débloquer le chantier pour ses parties classées (en clair, dessiner des fenêtres qui fonctionnent et régler le problème des poutres pourries) ;
- de trouver un bureau d'études apte à organiser la circulation des fluides avant toute intervention rendant plus de 65 m2 habitables dans notre manoir favori.

Pour ce qui concerne la porosité du mur Ouest, je fais mon affaire des travaux qui me semblent nécessaires.

Je considère en effet que deux autres préalables délicats du chantier sont derrière nous :
- le choix du combustible, grâce aux travaux de "Brébant-Forages" ; le choix de l'aquathermie est ainsi définitif ;
- la définition d'un "escalier-en-facteur-commun" dans l'aile Ouest, grâce au projet d'Arnaud PAQUIN qui pourra toutefois être amélioré sur des points secondaires.

Le phasage des travaux a été clarifié autant que possible :
- je donne la priorité à la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à aménager dans le bâtiment Nord) ainsi qu'au colombier ;
- le choix plus précis du phasage entre ces deux zones dépendra de facteurs qui me sont extérieurs, comme la nécessité, en l'état des textes, d'autorisations administraaaâââtives.

Quant à la question du financement, j'y travaille :
- en prévoyant de mettre en vente "Pontorson" dès que possible ;
- en préparant la voie à d'autres recettes à horizon de, disons, une petite année.
J'ai attendu toute la matinée un visiteur qui, au moins dans mon esprit, pourrait être important pour la suite de notre chantier favori.

A 11 h 30, alors que j'avais fait part plus tôt, à son secrétariat parisien, de mon étonnement de ne pas le voir arriver, il m'a fait rappeler par sa collaboratrice pour me dire qu'il ne pourra pas passer aujourd'hui, étant retenu par la D.R.A.C. sur un chantier voisin. Il n'a toutefois pas poussé la courtoisie jusqu'à me faire proposer une autre date.
Très bonne réunion de travail, ce matin, avec Julien ANDRE, du bureau d'études "bee +".

J'ai expliqué que j'ai besoin d'être conseillé, à ce stade du chantier, sur les questions de chauffage par aquathermie et d'isolation thermique ainsi que sur l'optimisation de l'électrification et de la couverture wi-fi de notre manoir favori. J'ai indiqué que je souhaite, au cours des prochaines années, privilégier l'habitabilité de la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à loger dans le bâtiment Nord) ainsi que celle du colombier. J'en ai fait visiter les volumes, en faisant observer les endroits où les plafonds-planchers pourraient avoir une épaisseur supérieure à celle à laquelle on était habitués à la suite des travaux des années 1950.

Mon interlocuteur a noté que mes priorités sont qu'il m'accompagne (en liaison avec le plombier retenu, Régis FOUILLEUL) pour :
- ne pas commettre d'erreur pour faire arriver l'eau tiède de l'aquathermie aux deux endroits où sont prévues des pompes à chaleur, à savoir le rez-de-chaussée du colombier et l'arrière-cuisine du bâtiment Nord ;
- faire des recommandations sur les matériaux à utiliser au sol de la "salle dévastée" afin qu'elle puisse servir rapidement de garde-meubles, ceci sans obérer la possibilité ultérieure d'un chauffage par le sol à cet endroit également ;
- faire des recommandations sur les sols du rez-de-chaussée du colombier et de la moitié Nord du logis, y compris à propos de la ventilation à prévoir.

A ces différents endroits, je souhaiterais pouvoir faire réaliser les travaux de maçonnerie correspondants par Igor, ce qui constitue une contrainte très forte en matière de calendrier.

Pour ce qui concerne l'étude complète proprement dite, j'ai indiqué avoir en revanche beaucoup plus de souplesse sur l'échéancier de réalisation.

Sur ces bases, j'attends un devis.
Compte tenu de ce qu'a été notre discussion, je transmets, par ce message-ci, à Julien ANDRE les plans disponibles (sans oublier, pour l"aile de la belle-mère", le projet d'Arnaud PAQUIN) et demanderai à Jean de SALABERRY, géomètre, de les compléter en tant que de besoin, notamment en utilisant, dans les pièces vides de tout mobilier (soit tout le logis sauf le salon, plus tout le colombier) le scanner dont il m'a parlé.
Poursuite du creusement d'un fossé le long du mur Ouest du bâtiment Ouest :

27 mai 2019.

Voici ce que cela donne, à ce stade, du Sud au Nord :

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

A noter que tous les tuyaux rencontrés lors de ce creusement étaient H.S. depuis longtemps. Bien entendu, on y verra plus clair quand ces fondations auront été nettoyées au kärcher, ce qui pourrait être le cas dès demain. En tout état de cause, on constate que ces fondations sont suffisamment profondes pour la pose d'un drain débouchant efficacement dans le trou visible sur le regard (au Sud du mur et Sud-Ouest du colombier).
A gauche (au Nord) de la porte percée, sans doute fin XIXème ou début XXème, pour entrer dans les écuries, nous avons trouvé une cuve de béton, vide, jusqu'alors inconnue de nous, dont l'absence d'évacuation nous empêche de comprendre ce qu'a pu être l'usage :

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

Reprenons notre reportage sur les fondations, toujours du Sud au Nord, cette fois à partir de cette cuve bizarre :

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

27 mai 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 27 mai 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Tour Louis XIII
0
Jérôme SUART a poursuivi son effort en creusant le fossé du drainage le long du mur Nord de la tour Louis XIII :

27 mai 2019.

27 mai 2019.

Il a rencontré la terre du paratonnerre à l'angle Nord-Est de cette tour :

27 mai 2019.

Mais une telle nouvelle n'est pas de nature à émouvoir les vieilles troupes comme nous :

27 mai 2019.