Terrassement

Excellente réunion de travail ce matin avec un plombier et ses alliés :
- ils acceptent le principe de factures étalées et réglées dans le temps, de manière à optimiser leur incidence fiscale pour moi ; reste à traiter la question du nantissement ou autre garantie à mettre en place en leur faveur, sachant que mon aîné ayant refusé de m'aider, je ne puis compter, encore et toujours, que sur mes propres forces ;
- je m'oriente vers une campagne unique de forages, couvrant les besoins à terme de l'ensemble du manoir ; cela permettra diverses économies d'échelle et évitera d'avoir à ouvrir le terrain à plusieurs occasions ; à ce stade de nos réflexions, les forages seraient effectués dans le pré situé immédiatement au Sud de la charretterie et occuperaient une zone de 30 mètres sur 50, sur laquelle il ne serait plus possible de replanter d'arbres ;
- pour faire pénétrer dans le colombier la tuyauterie située en aval des forages et, plus précisément, des collecteurs assez hideux à prévoir (j'ai demandé que de la fonte remplace le plastique ), le mieux techniquement serait d'opérer sous la fenêtre Sud-Ouest du rez-de-chaussée du colombier ; l'importance des terrassements à prévoir entre le champ des forages et cette entrée dans le bâtiment nécessiterait l'intervention d'un terrassier professionnel (et non d'Igor à la mini-pelle) ;
- l'emprise de la chaufferie centrale devrait être calibrée de manière à ce qu'à terme, elle puisse abriter toutes les pompes à chaleur et citernes nécessitées par l'ensemble de l'installation (soit la tranche 1 et la tranche 2 du chauffage) ; de ce fait, je risque de perdre l'espace que je comptais consacrer là à une salle-de-bains avec baignoire.

La météo annonçant l'arrivée de l'hiver le week-end prochain, j'ai profité de la présence du plombier pour lui faire rallumer la chaudière actuelle, celle dissimulée dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord. Il a eu un peu de mal car, m'a-t-il expliqué, des connecteurs ont fondu. Il va essayer de les remplacer mais n'est pas sûr d'y arriver parce que, me dit-il, cette chaudière commence à dater (je l'avais achetée neuve il y a 25 ans environ et il faudrait qu'elle me dure encore 2 ou 3 ans, le temps que le nouveau chauffage de la tranche 1 fonctionne).
0
En cette période où j'ai commencé à opérer les ajustements de fin d'année de mes comptes, ajustements rendus souhaitables par la révélation ce week-end d'une partie des comptes de Carole pour 2018, j'ai passé commande aujourd'hui de 1 900 mètres de forages en vue de l'installation d'un chauffage par géothermie profonde. Il paraît que c'est la longueur nécessaire pour l'ensemble de l'installation projetée à terme (c'est-à-dire pour les deux tranches envisagées pour l'aval de ces forages ; je rappelle que je ne serai pas capable de financer plus que la première de ces tranches mais que, pour des raisons diverses, il a paru préférable de concentrer les forages en une seule session). La "puissance totale frigorifique soutirée (suivant le B.R.G.M.)" sera, m'assure-t-on contractuellement, de 95 kW, paraît-il nécessaire et suffisante pour chauffer l'ensemble constitué par les bâtiments sur cour et la chapelle de notre manoir favori.

Il faut espérer à ce stade :
- que je trouve très rapidement le financement de cette commande au-delà des arrhes d'ores et déjà versées ; les échanges s'intensifient donc avec le directeur de l'agence de Flers de la Société Générale sous l’œil de mon aîné, tenu informé ;
- et, aussi, que la réalisation des 19 puits de 100 mètres en question puisse intervenir avant que les abords concernés (au Sud de la charretterie) ne soient redevenus impraticables sous l'effet des pluies de saison.

Bien entendu, cette commande va jouer un rôle-clé dans l'enchaînement des travaux à venir. Au-delà de la poursuite prioritaire du programme de restauration des menuiseries extérieures du logis, je sais désormais sans ambiguïté quel sera mon fil conducteur : à partir des puits, je n'aurai qu'à dérouler la pelote des interventions du plombier ; elles s'enchaîneront en effet, en quelque sorte, de façon mécanique car obligée et commanderont tout le reste, confié aux autres corps de métier.
En route vers le 13ème dégât des eaux de l'année :

13 novembre 2018.

13 novembre 2018.

Comme on le voit, le pied du mur Ouest de l'ex-salon de l'"aile de la belle-mère", qui avait fini par sécher cet été, recommence à s'imbiber d'eau sous l'effet des précipitations de saison.

Serait-ce faire preuve d'une impatience déplacée que manifester un certain agacement qu'on en soit encore, ici, à attendre je ne sais quoi pour y remédier enfin ?
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 14 novembre 2018 07:49
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : RE: convocation à un rendez-vous avec la DRAC au manoir de la Chaslerie-propriété de monsieur Pierre-Paul Fourcade

Cher Monsieur,

Ne m'aviez-vous pas dit que le menuisier présenterait demain une fenêtre posée dans le logis au titre de la 1ère tranche de restauration des menuiseries extérieures ? (...) Et quid des ferronneries des fenêtres, sans parler de celles de la porte principale (...) ?

Ne conviendrait-il pas que soit évoquée la porte à installer dans le bâtiment Nord, entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour ? (...) On pourrait également évoquer deux autres portes que je vous avais signalées : celle, extérieure, du 1er étage de la tour Louis XIII, qui est morte, et celle de la porte entre la cour et l'arrière-cour.

Par ailleurs, il me paraitrait indispensable que, demain, on puisse avancer sur la résolution du problème de dégâts des eaux dans l'"aile de la belle-mère". Nous en sommes au 13ème de l'année (...).

En outre, il ne faudrait pas oublier les lucarnes du colombier, pour lesquelles les travaux devront (...) être effectués très rapidement, sauf à nous faire perdre les subventions correspondantes dont la date de péremption approche à grands pas désormais. Si vous pensez ne pas y arriver, il conviendrait de solliciter de la DRAC un report de la date-limite, ainsi qu'elle avait bien voulu l'accepter pour les enduits de la cage d'escalier du logis...

Enfin, il conviendra de se coordonner avec "Enedis" pour le changement de transfo permettant le "tarif jaune" nécessité par le projet de chauffage par géothermie profonde pour lequel j'ai dû passer commande de 1 900 m de forages qui devraient être prochainement effectués dans la pièce de terre au Sud de la charretterie. Apparemment, "Enedis" serait prêt à dialoguer sur le coût du transfo et sur les réservations nécessaires, dès lors que cela se passerait dans le cadre d'un permis de construire, par exemple consécutif à votre esquisse de juillet. Tout cela conditionne l'installation d'un chauffage central à la Chaslerie, ce qui constitue un point de passage, technique et familial, obligé dans le phasage de travaux destinés à rendre enfin habitables plus de 65 m2 du manoir...

Il était également prévu qu'on évoque les meilleures isolations thermiques à mettre en place au sol du rez-de-chaussée et du 1er étage du logis. Là, le cas de la "salle dévastée" (grande pièce au-dessus du salon) est le plus urgent compte tenu de mon souhait d'y disposer très rapidement du garde-meubles rendu indispensable par mes autres travaux.

Et il faudrait qu'on n'oublie pas de parler des menuiseries métalliques pour les meurtrières des tours. Comme le fabricant ne semblait pas décidé à se déplacer pour trop peu de telles huisseries, l'idée serait de lui commander d'un coup toutes les menuiseries métalliques de meurtrières, y compris celles de la tour Nord-Est.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________

De : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : vendredi 9 novembre 2018 08:07
À : 'LEBOISNE Ebénisterie'; 'Bodin Entreprise'
Cc : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : convocation à un rendez-vous avec la DRAC au manoir de la Chaslerie-propriété de monsieur Pierre-Paul Fourcade

Bonjour,

Je vous prie de trouver ci-jointe la convocation au rendez-vous avec les services de la DRAC au manoir de la Chaslerie jeudi prochain 15 novembre.

Comptant sur votre présence.

Bien cordialement,

(Fin de citation)
En vue de préparer la réunion de chantier de demain à laquelle participeront notamment le conservateur régional des monuments historiques et l'ingénieur en charge du dossier de notre manoir favori, j'ai entrepris de relire tous les messages de notre site favori, du moins ceux apparus sous l'onglet "Architecture-M.O." depuis que je dialogue avec Arnaud PAQUIN. Cela en fait près de 400, une paille.

Je trouve que tout cela vieillit assez bien et je retrouve des dates utiles ainsi que le compte rendu des évolutions de mes préoccupations et priorités de chantier. A part depuis cinq semaines, et pour une raison que je qualifie - peut-être à tort - d'indépendante de ma volonté, on n'a certes pas chômé ici.
Echange de S.M.S. hier soir avec Arnaud PAQUIN :

Lui à 20 h 15 : "J'ai écouté votre message de cet après-midi.
Il faut définir un programme realiste et pas trop étendu cependant.
Cordialement AP"

Moi à 21 h 02 : "Je crains surtout les délais de préparation des dossiers par vous puis d'instruction par l'administration. Regardez par exemple le temps perdu déjà depuis les premiers dégâts des eaux (on en est au 13eme...) et la visite de (...) en début d'année alors que j'avais déjà tout explicité. Rien n'a avancé (...). Je crains vivement que toutes ces contraintes s'ajoutant à celles, réelles elles et non artificielles, que j'ai déjà à endurer ne finissent par rendre mon rôle impossible. Ce rôle est déjà très difficile (je croyais avoir été particulierement transparent à ce sujet). Je suis donc très inquiet. Comment s'en sortir et avancer à un rythme suffisant dans l'intérêt du monument ? C'est très angoissant pour moi."

P.S. (du 16 novembre 2018 à 3 h 40) : Moi à 3 h 37 : "Cher Monsieur, il est prévu que je me rende lundi matin à Lanvallay avec Sébastien LEBOISNE (pour rencontrer M. HOGUE de "L'atelier du fer"). Seriez-vous libre à votre bureau en milieu de journée pour qu'on examine comment nous organiser afin de définir un programme de travaux qui me laisse suffisamment de souplesse dans son exécution et satisfasse néanmoins à toutes les autres contraintes à respecter ?"

P.S. 2 (le 16 novembre 2018 à 7 h 15) : Rendez-vous a été pris à Avranches pour ce lundi 19 novembre à 18 heures. J'en remercie vivement Arnaud PAQUIN avec qui j'ai toujours grand plaisir à dialoguer.

P.S. 3 (du 4 janvier 2019) : Ce rendez-vous à Avranches n'a jamais eu lieu, ayant été annulé et jamais remplacé par l'architecte.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 20 novembre 2018 09:31
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : (...)@culture.gouv.fr; carolefourcade3@(...); T.F.
Objet : RE: Chaufferie projet Fourcade

Cher Monsieur,

Mon souci est d'avancer sous couvert d'autorisations administratives mais, pour autant, de conserver une grande souplesse de manœuvre pour me permettre de gérer au mieux mes autres contraintes (financière, fiscale, familiale, et de disponibilité des artisans, pour ne citer que les plus évidentes).

Donc je suis plus à même de définir les travaux pour lesquels je souhaite des dossiers en ordre que d'en préciser le calendrier de réalisation qui dépend de nombre de facteurs dont certains m'échappent, au moins largement. Vous pouvez néanmoins être assuré que, tant que je vivrai, je veillerai à avancer dans la réalisation de ce programme, le plus vite possible à mon échelle et sans, pour autant, en rabattre jamais sur la qualité des travaux.

Il va sans dire que je souhaiterais procéder avec votre soutien diligent, tant pour la mise au point des dossiers requis que pour le suivi des réalisations.

Sur le fond, je souhaiterais donc que vous prépariez dans les meilleurs délais des dossiers complets de demande d'autorisation (et, si possible de subventions, en veillant à optimiser celles-ci) pour des travaux dans les zones suivantes :

1 - abords immédiats :
- drainages le long de la façade Ouest du colombier de manière à limiter les risques de nouveaux dégâts des eaux ;
- fossés (à reboucher) pour amener les tuyaux de pompage des forages et autres fluides au rez-de-chaussée du colombier ;
- relations avec "Enedis" pour l'installation d'un transfo permettant le "tarif jaune", de manière à en minimiser le coût et l'encombrement visuel ;
2 - colombier : en se calant sur votre esquisse de juillet 2018, les 3 pièces superposées, y compris la restauration des menuiseries extérieures ainsi que la redéfinition des sols et plafonds pour un chauffage si possible par le sol, et plus particulièrement :
- au rez-de-chaussée : le cloisonnement en vue d'implanter la chaufferie centrale et local d'autres impedimenta techniques (pièce calibrée pour l'installation prévue à terme pour l'ensemble du manoir), une salle de bains avec baignoire et, si possible, un wc indépendant de la SdB ; une cuisine ;
- au 1er étage : des boiseries sur les murs avec reconstitution de la cheminée massacrée dans les années 1950 ; je signale que l'appui de granit de la fenêtre Sud est particulièrement mal en point ;
- au 2ème étage : la restitution des trous de colombes sur le mur Nord où il n'en reste que des vestiges à la suite des travaux des années 1950 ; la substitution de pierres aux briques de béton et autres matériaux inappropriés aux embrasures de fenêtres autorisés dans les années 1950.
3 - reste de l'aile de la belle-mère :
- menuiseries extérieures des lucarnes des anciennes écuries ;
- travaux indispensables au pied du mur Ouest pour le rendre étanche ;
4 - tour Louis XIII : les deux portes extérieures, mortes en l'état, celle du bureau à l'étage et celle du rez-de-chaussée qui nécessitera de plus une intervention en maçonnerie ;
5 - cour : la menuiserie de la porte du fond de la cour (accès direct à l'arrière-cour) ;
6 - bâtiment Nord : la menuiserie de la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour ;
7 - logis : murs, sols et plafonds des pièces du rez-de-chaussée (y compris dans les tours, y compris la problématique d'isolation thermique) ainsi que dans la moitié Nord du 1er étage, et plus particulièrement :
- dans la salle-à-manger : la restauration des granits des embrasures de fenêtres ; enduits sur les murs ; au sol, un revêtement à déterminer de manière à permettre le chauffage par le sol ; au plafond, substituer un plafond approprié à l'horreur actuelle datant des années 1950 ;
- dans le salon : même problématique au sol ; isolation thermique au plafond plus revêtement solide au sol de la pièce au-dessus du salon (la "pièce dévastée") de manière à en permettre l'usage le plus vite possible comme garde-meubles ; aux murs, boiseries du modèle de la cheminée retirée du "salon de la belle-mère" à la suite des dégâts des eaux que vous savez ;
- rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest ; aménagement de mon bureau-bibliothèque (...) ;
- rez-de-chaussée de la tour Nord-Est : je ne suis pas encore en mesure de préciser le futur usage de cette pièce où mon épouse penserait installer sa cuisine ; le mur Nord est humide, y prévoir une cloison légère avec aération et incorporation de l'évier de la Julinière ;
- 1er étage de la tour Nord-Est : ce sera à terme une salle-de-bains avec baignoire ; prévoir les réservations pour fluides ;
- 1er étage de la tour Sud-Ouest : idem l'autre tour ; restauration des latrines massacrées au ciment dans les années 1950 ; éliminer des murs le ciment des années 1950 ;
- chambre au-dessus de la salle-à-manger : restaurer enfin les poutres en souffrance au plafond ; implanter la cheminée Renaissance de la Julinière, y compris sa niche de granit.

Je suis conscient du fait que tout cela peut donner, en première lecture, c'est-à-dire superficiellement, l'impression d'un inventaire à la Prévert. Mais cela tient à la nature-même du monument et, surtout, à son état intérieur actuel. Et je rappelle que nombre de ces demandes commencent à être anciennes puisque, par exemple, je réclame en vain, depuis une bonne dizaine d'années, le changement de poutres à l'étage du logis.

Dans ce programme, la "colonne vertébrale" technique qui dicte et conditionne l'enchaînement des travaux est constituée par la mise en place de la chaufferie centrale. Une autre "colonne vertébrale" serait l'"escalier-en-facteur-commun" de l'aile Ouest mais j'exclus, pour des raisons évidentes, de pouvoir le faire réaliser un jour, même sur la base de votre esquisse, pourtant très intéressante, de juillet 2018 ; donc l'accès aux pièces des étages du colombier devrait continuer, sauf miracle, de s'effectuer de mon vivant par l'horrible et stupidissime escalier actuel, tel qu'autorisé et réalisé dans les années 1950.

Il convient également de ne pas briser l'élan du programme de restauration des menuiseries extérieures du logis mis en place non sans mal, du moins vu de mon côté.

Au-delà de ces considérations et au total, les urgences les plus criantes sont, je le rappelle une nouvelle fois :

- la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour (...) ;
- tout ce qui touche aux moyens d'empêcher les dégâts des eaux dans l'aile de la belle-mère et de remédier aux graves désordres constatés (y compris par la fourniture du rapport maintes fois demandé pour l'assureur) ;
- pour des raisons techniques, l'aménagement du rez-de-chaussée du colombier ;
- pour des raisons pratiques, le sol de la "pièce dévastée" au 1er étage du logis ; afin de permettre les autres travaux, il est indispensable que je puisse y disposer un complément de garde-meubles sans en abîmer le sol, actuellement très fragile ;
- pour des raisons administratives, les lucarnes du colombier.

Viendraient ensuite :

- pour des raisons d'habitabilité enfin, le rez-de-chaussée du logis et le reste du colombier.
- la pièce au-dessus de la salle-à-manger du logis.

(...)

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________


De : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : mardi 20 novembre 2018 07:36
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Chaufferie projet Fourcade


Bonjour M. Fourcade,

Bien reçu,

Pour information, notre rendez-vous de vendredi est compromis. Je suis convoqué en IDF pour une signature de marché, ce qui va d’ailleurs être très compliqué en raison du mouvement gilets jaunes.

L’idéal est que vous couchiez sur le papier le secteur et les éléments de projet concernés par l’autorisation à déposer, avec ébauche (s) de phasage et qu’on en reparle par téléphone.

Bien cordialement,

Arnaud PAQUIN architecte D.P.L.G.
architecte du Patrimoine DSA Chaillot.
2, rue du Collège 50300 AVRANCHES
Tél. 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com

_________________________________________________________________


De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 17:30
À : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; T.F.
Objet : TR: Chaufferie projet Fourcade

Pour info.

Encombrement de la chaufferie centrale, d'après l'artisan que j'ai retenu.

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________


De : Ludovic ANTOINE <ludo.antoine@hotmail.fr>
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 15:45
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : TR: Chaufferie projet Fourcade

_________________________________________________________________

De : maxime.laine@lemasson.fr <maxime.laine@lemasson.fr>
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 09:44
À : ludo antoine
Objet : Chaufferie projet Fourcade

(Fin de citation)
Dans le prolongement de mon récent courriel lui indiquant quelles sont mes priorités de chantier, j'ai invité aujourd'hui Arnaud PAQUIN à déjeuner à ma cantine favorite. La réunion a duré près de deux heures et a permis de préciser mon programme de travaux - du moins mes ambitions en la matière -. J'ai insisté sur les questions de calendrier et marqué mon souhait que toute la phase paperassière soit au plus tôt derrière nous. Il est prévu qu'Arnaud PAQUIN rédige rapidement son compte rendu de la réunion de chantier du 15 novembre dernier et revienne vers moi avec un projet de contrat organisant notre coopération.

Arnaud PAQUIN a bien compris que notre chantier favori est très lourd pour mes épaules (sans oublier mes poches) et que je suis susceptible de devenir angoissé, comme encore récemment, pour cette raison ; il m'a recommandé de prendre du recul, par exemple en effectuant une retraite dans un certain cadre (il a cité à ce propos le nom d'Ignace de LOYOLA). Quand je lui ai dit que j'étais Béarnais d'origine, il a demandé si j'avais des attaches protestantes ; je comprends qu'il trouve ma tournure d'esprit plus empreinte de rigueur que de grâce, ce en quoi je ne saurais lui donner tort, bien entendu.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 21:57
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : T.F.
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Je viens de réviser et de compléter le texte de mon message en ligne. Tout cela est en train de devenir beaucoup trop difficile pour moi. Je n'en peux plus de toutes les contraintes auxquelles je devrais faire face pour continuer à avancer à ce stade. Cela est devenu impossible, je suis prêt à jeter l'éponge. Et advienne que pourra !

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 13:39
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Pour info : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44994

Pourriez-vous contacter (...) pour apprendre comment interpréter cette lettre ?

Par ailleurs, "Enedis" vient de m'appeler à l'instant pour l'histoire de transfo que vous savez. Ils voulaient encore me coller des appareillages visibles à l'extérieur de la charretterie. J'ai dit à mon interlocutrice (06 78 73 59 07) que vous alliez déposer une demande de permis de construire pour mes travaux et que le volet "Enedis" serait réexaminé avec eux à ce moment.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 4 Décembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Le foreur, David BREBANT, vient d'arriver, avec les tuyaux nécessaires pour trois puits :

4 décembre 2018.

Je comprends que chaque puits se traduira par 2 m3 de gravats réutilisables, paraît-il, en fond de tranchées.

Il est prévu que les 1 900 mètres de forages soient achevés pour la fin décembre. Quant aux tranchées, elles ne sont pas encore programmées.
J'avais, à mon habitude, roulé au milieu de la nuit. Je voulais ne pas perdre des heures dans les bouchons des "gilets jaunes" et être présent, ce matin, pour le début des forages.

Mais, une fois arrivé sur place, j'ai appris que celui-ci serait repoussé de 24 heures.

Demain également, l'entreprise "Netto-Décor-Propreté" reviendra, quant à elle, répandre des produits chimiques à triple dose dans la tour Louis XIII et la chapelle car j'en ai plus qu'assez de devoir aspirer des tombereaux de cadavres de mouches dans ces bâtiments.
La journée devait se traduire par la réalisation du 1er des 19 forages à 100 m de profondeur dont j'avais, il y a quelques semaines, signé le devis préparé par David BREBANT.

La journée a commencé normalement :

6 décembre 2018 à 9 h 51.

6 décembre 2018 à 9 h 52.

Le trépan a été placé au-dessus de la 1ère marque que David BREBANT avait apposée dans l'herbe, au coin Nord-Est de la pièce de terre qui jouxte la charretterie au Sud...

6 décembre 2018 à 9 h 52.

... puis le forage a commencé, à 9 h 53 précisément :

6 décembre 2018 à 9 h 53.

Des tubes de 3 mètres de long chacun ont été vissés bout à bout au fur et à mesure que le trépan descendait :

6 décembre 2018 à 9 h 54.

6 décembre 2018 à 9 h 54.

Le décompte décroissant de ces tubes, placés sur le côté du derrick, permet de comprendre à quelle profondeur le trépan est descendu :

6 décembre 2018 à 9 h 56.

6 décembre 2018 à 9 h 57.

Très rapidement, on a rencontré du schiste en décomposition :

6 décembre 2018 à 9 h 58.

6 décembre 2018 à 9 h 58.

6 décembre 2018 à 10 h.

6 décembre 2018 à 10 h.

6 décembre 2018 à 10 h.

Sur le côté de cette photo, on dénombre 35 tubes ; il y en a assez pour descendre par conséquent à 105 mètres sous la surface du terrain. Ici, tous ont réintégré le côté de l'engin car on retire le premier trépan, celui destiné aux sols meubles, d'une largeur de 254 mm, après qu'il a percé les 12 premiers mètres :

6 décembre 2018 à 10 h 05.

6 décembre 2018 à 10 h 06.

Voici les machoires de ce premier trépan :

6 décembre 2018 à 10 h 06.

Il faut alors tuber ces 12 premiers mètres de manière à empêcher les terrains meubles d'obstruer le trou ; ce tubage s'effectue avec ces tubes bleus, de 4 mètres chacun :

6 décembre 2018 à 10 h 06.

6 décembre 2018 à 10 h 07.

6 décembre 2018 à 10 h 07.

6 décembre 2018 à 10 h 08.

Le second trépan, de 165 mm de diamètre celui-ci, peut alors entrer en action dans la pierre au niveau de laquelle nous venons de parvenir :

6 décembre 2018 à 10 h 08.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 11.

6 décembre 2018 à 10 h 11.

6 décembre 2018 à 10 h 12.

6 décembre 2018 à 10 h 13.

A 10 h 13, de l'eau ressort du tube. C'est, paraît-il, de l'eau de surface, sans intérêt pour la géothermie :

6 décembre 2018 à 10 h 13.

6 décembre 2018 à 10 h 14.

6 décembre 2018 à 10 h 15.

A 10 h 23, nous sommes interrompus par le livreur des sondes destinées à être enfilées dans les trous qu'il est prévu de creuser jusqu'à 100 mètres de profondeur. Le conducteur du poids-lourd est habile. Donc, jusque là, tout va bien et suit son cours normal :

6 décembre 2018 à 10 h 23.


(J'espère que vous appréciez mon sens du suspense.)
Le livreur est une entreprise de Laval. Il m'a l'air plus malin que son confrère "Normatrans" qui fait toujours des difficultés quoi qu'il ait à livrer à notre manoir favori.

Ici, la livraison porte sur une belle collection de sondes pour géothermie profonde :

6 décembre 2018 à 10 h 25.

6 décembre 2018 à 10 h 26.

6 décembre 2018 à 10 h 28.

6 décembre 2018 à 10 h 40.

6 décembre 2018 à 10 h 45.

J'encourage ce chauffeur à repartir en remontant l'allée historique, en direction du bourg de La Haute Chapelle :

6 décembre 2018.

6 décembre 2018.

Manque de chance, ses roues patineront un peu plus loin et il faudra l'intervention amicale de mon voisin Claude FAVERIS, que j'en remercie, et de son tracteur pour désembourber cet équipage.
Le forage se poursuit, sans difficulté particulière, jusqu'à l'heure de la pause pour le déjeuner. On rencontre deux types principaux de roches, un schiste noir et une pierre blanche qui, d'après moi, doit être du grès armoricain (la "pierre de Domfront"). La pierre est réduite en poussière par le trépan, d'où ces fumées :

6 décembre 2018 à 11 h 31.

6 décembre 2018 à 11 h 32.

6 décembre 2018 à 11 h 32.

6 décembre 2018 à 11 h 35.

6 décembre 2018 à 11 h 35.

6 décembre 2018 à 11 h 39.

6 décembre 2018 à 11 h 41.

6 décembre 2018 à 11 h 56.

6 décembre 2018 à 11 h 58.

A l'heure où je reviens de mon déjeuner à ma cantine favorite, j'ai la surprise de constater que l'eau coule à flot du forage :

6 décembre 2018 à 13 h 11.

6 décembre 2018 à 13 h 30.

6 décembre 2018 à 13 h 34.

Je note ici mes observations dans l'ordre chronologique :

6 décembre 2018 à 13 h 36.

6 décembre 2018 à 13 h 39.

6 décembre 2018 à 13 h 39.

Dès que le forage reprend, l'eau sort en geyser à près de 10 mètres de hauteur et éclabousse abondamment les alentours :

6 décembre 2018 à 13 h 43.

6 décembre 2018 à 13 h 43.

6 décembre 2018 à 13 h 45.

6 décembre 2018 à 13 h 47.

6 décembre 2018 à 13 h 47.

6 décembre 2018 à 13 h 47.

6 décembre 2018 à 13 h 47.

6 décembre 2018 à 13 h 47.

6 décembre 2018 à 13 h 50.

6 décembre 2018 à 13 h 51.

6 décembre 2018 à 13 h 52.

6 décembre 2018 à 13 h 53.

6 décembre 2018 à 13 h 56.

6 décembre 2018 à 13 h 57.

6 décembre 2018 à 13 h 58.

6 décembre 2018 à 14 h 04.

6 décembre 2018 à 14 h 08.

6 décembre 2018 à 14 h 24.

6 décembre 2018 à 14 h 35.

Christophe PRUDENCE me montre un résidu de schiste issu des 12 premiers mètres de forage :

6 décembre 2018 à 14 h 38.

6 décembre 2018 à 14 h 45.

6 décembre 2018 à 14 h 49.

Le trépan de 165 mm a été remonté du fond et va être retiré :

6 décembre 2018 à 14 h 50.

6 décembre 2018 à 14 h 51.

6 décembre 2018 à 14 h 51.

Voici le trépan de 165 mm :

6 décembre 2018 à 14 h 51.

L'eau sort à gros bouillons du trou foré ...

6 décembre 2018 à 14 h 51.

... et coule vers les douves selon des chemins divers :

6 décembre 2018 à 16 h 28.

6 décembre 2018 à 16 h 28.

6 décembre 2018 à 16 h 29.

6 décembre 2018 à 16 h 30.

6 décembre 2018 à 16 h 30.


Je me borne ici à signaler que la situation que je viens d'illustrer est exceptionnelle. On a affaire à un puits artésien et c'est totalement inattendu. David BREBANT m'expliquera un peu plus tard dans l'après-midi qu'en 28 ans de carrière, il a foré 6 000 à 7 000 puits et n'est tombé sur des puits artésiens qu'en une vingtaine d'occasions. Celui-ci est le plus puissant qu'il ait jamais rencontré.

Inutile de dire que cette découverte risque fort de rebattre totalement les cartes de l'installation de chauffage central projetée. Il ne serait plus question de forer 19 puits de 100 mètres comme prévu ce matin encore. Il semble bien que nous devrions basculer dans un système d'aquathermie.

J'en expliquerai les conséquences et les risques dans un prochain message.
Je suis encore sous le choc de la découverte, totalement inattendue, de cette après-midi. Rappelons-nous qu'il y a quelques mois à peine, un mesurage bâclé nous avait donné à penser que l'aquathermie serait sans avenir ici.

Récapitulons les enseignements du jour :
- nous avons trouvé de l'eau de surface vers 8 à 10 mètres de profondeur mais il n'y a rien d'utile à en tirer pour notre problème de chauffage ;
- nous nous sommes heurtés au roc vers 10 mètres de profondeur et jusqu'au bout du forage ;
- nous avons rencontré une grande quantité d'eau à partir de 52 mètres de profondeur et jusqu'à 68 où nous avons arrêté de forer en considérant que nous ne trouverions pas de faille de sortie de l'eau par en-dessous ;
- le dessus de cette réserve d'eau coule à un débit de 25 à 30 m3/h, ce qui est très élevé et devrait permettre l'aquathermie dans d'excellentes conditions ; en particulier, nul besoin de consommer de l'électricité pour pomper cette eau ;
- l'eau en question est tiède, ce qui est également excellent pour l'aquathermie ;
- alors qu'un chauffage par géothermie profonde (ou "par sondes") nécessiterait ici 1 900 mètres de forages à 33 € H.T./m, on devrait pouvoir se contenter, pour alimenter un chauffage par aquathermie, de 2 (ou 4 si on est très prudents) puits de 60 mètres à 46 € H.T./m ;
- alors qu'il aurait fallu, pour un chauffage par sondes de l'ensemble du manoir, trois pompes à chaleur du "modèle T130 de Lemasson", on pourrait se contenter ici de 2 d'entre elles, soit une économie de l'ordre de 14 000 € H.T. au seul titre de la pompe, sans même évoquer tous ses zakouskis ;
- les terrassements pour raccorder les puits à la chaufferie seront très fortement réduits.

Bref, je devrais pouvoir éviter beaucoup de dépenses grâce à la découverte du jour ; en particulier, les arrhes que j'ai d'ores et déjà réglées pour les 1 900 mètres de forage couvrent largement le coût de 4 puits pour aquathermie ; au mieux, je n'aurais donc plus de souci à me faire pour boucler avant la fin de l'année mon plan de financement 2018. Et celui envisagé pour 2019 et au-delà devrait pouvoir être libéré d'une bonne part de l'hypothèque que faisait peser sur mes épaules le poste "plomberie". Ce serait donc de nouveaux, et totalement inattendus, degrés de liberté qui s'offriraient ainsi à moi, c'est-à-dire en fait à notre chantier favori.

Mais ne nous emballons pas. Car il reste toutefois quelques questions techniques complexes à étudier et à traiter :
- la qualité de l'eau trouvée ; si elle est trop ferrugineuse, cela renchérira l'entretien de l'installation et réduira la durée de vie des pompes à chaleur ;
- la possibilité de chemiser au ciment le puits foré : la pression du puits artésien ne sera-t-elle pas trop forte pour empêcher l'assèchement temporaire nécessité par le chemisage ? Si on n'arrive pas à contrôler le puits artésien, cela pourrait être très dommageable ;
- la possibilité de rejeter dans la nappe phréatique l'eau tirée du puits, de manière à ne pas affaiblir cette nappe précieuse : là aussi, ce sera un problème de pression, donc de pompe.

M. BREBANT, qui est passé me voir en fin d'après-midi recommande une démarche empirique, réglant ces difficultés une par une. Cela me semble raisonnable.

Je vais toutefois solliciter l'avis de notre voisin et ami Gontran ACHARD de la VENTE, dont Carole me dit qu'il se chauffe par aquathermie, et de Thierry BURIN des ROZIERS, un professionnel que j'ai toujours trouvé d'excellent conseil.

P.S. : Gontran, que je viens d'appeler ce soir, se chauffe par sondes et non par aquathermie. Quant à Thierry BURIN des ROZIERS, il est toujours aussi aimable et compétent ; il pense que 2 puits d'aquathermie devraient me suffire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 7 Décembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Plomberie-chauffage - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Au réveil ce matin, je me dis qu'il est heureux qu'on ait changé récemment de zone projetée pour les forages. Jusqu'à il y a quelques jours à peine, on prévoyait de forer le terrain jouxtant à l'Ouest l'"aile de la belle-mère". Avec le mur poreux que l'on sait, c'est toute la cour, donc tout le rez-de-chaussée du logis également, et aussi du bâtiment Nord, qui auraient risqué de se retrouver sous l'eau ce matin. A ce seul titre, on a sans doute évité une grosse catastrophe.

De même, je me rappelle la restauration par Claude MARTIN du mur Ouest de la douve Sud. C'était il y a douze ans déjà. Sans l'énorme semelle en béton, les drainages maousse costauds et les chantepleures généreuses dont il avait doté ce mur, où en serions-nous aujourd'hui ?

De même, je me dis que j'ai très bien fait de faire appel à un artisan spécialisé et chevronné comme David BREBANT pour lui confier ces forages. Sans lui, ce serait la panique à bord. Lui reste calme, seulement soucieux de se procurer rapidement une pompe au débit suffisant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 7 Décembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Plomberie-chauffage - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Je peux maintenant vous avouer que, ce matin encore, je me demandais si nous arriverions à prendre le contrôle du puits artésien. Celui-ci avait coulé toute la nuit :

7 décembre 2018 à 8 h 57.

Les opérateurs, dument briefés par David BREBANT, se sont attelés à la tâche en fin de matinée :

7 décembre 2018 à 11 h 27.

Ils ont inséré sous mes yeux, dans le trou du forage, un tube bleu...

7 décembre 2018 à 11 h 28.

... que voici :

7 décembre 2018 à 11 h 29.

Le temps que je m'absente pour déjeuner, ils avaient réussi leur opération :

7 décembre 2018 à 13 h 13.

Voici ces champions...

7 décembre 2018 à 13 h 19.

... et voici comment se trouve provisoirement canalisée l'eau...

7 décembre 2018 à 13 h 20.

... et comment elle se déverse dans la douve Sud :

7 décembre 2018 à 13 h 20.

Les chantepleures n'ont donc plus à pleurer :

7 décembre 2018.

A la suite de l'intervention réussie de ses ouvriers, j'ai échangé avec l'impeccable David BREBANT. Nous avons évoqué l'opportunité de 4 puits et j'ai décidé que, dès lundi prochain, un second puits pourra être foré, pour le rejet des eaux dans la nappe phréatique, mais que nous attendrons les avis motivés de Ludovic ANTOINE et, s'il le veut bien, de Thierry BURIN des ROZIERS avant de doubler la mise ou non.

David BREBANT m'a informé qu'un échantillon de l'eau du puits artésien avait été prélevé et envoyé au laboratoire d'analyse de LEMASSON. Le résultat nous parviendra d'ici une dizaine de jours.

J'ai demandé des explications sur les interventions du jour. David BREBANT m'a alors (re)communiqué les schémas très clairs suivants :

(Début de citation)

De : - M- BREBANT DAVID <brebant.forage@orange.fr>
Envoyé : vendredi 7 décembre 2018 15:14
À : penadomf
Objet : BREBANT FORAGE : EXEMPLE DE COUPE TECHNIQUE

Bonjour,

Suite à notre entretien téléphonique, veuillez trouver en pièces jointes des exemples de coupe technique théorique avec un forage et avec deux forages.

Restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

NOTA : NOTRE NOUVEAU SITE INTERNET EST EN LIGNE

Bonne journée et bonne réception.

Bien cordialement

David BREBANT

BREBANT FORAGE
ZA 8 Rue du Courtil
50510 CERENCES
TEL : 02.33.61.61.19
MOBIL : 06.78.64.09.96
Mail : brebant.forage@orange.fr
Site : www.brebant-forage.fr

(Fin de citation)

Je suis alors revenu à l'attaque :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 7 décembre 2018 15:23
À : - M- BREBANT DAVID
Objet : RE: BREBANT FORAGE : EXEMPLE DE COUPE TECHNIQUE

Cher Monsieur,

Il y a cette protection de tête du forage qui me pose problème (esthétique), d'autant que, pour le 1er puits au moins, nous nous trouvons à proximité immédiate de la chapelle classée MH et de la charretterie ainsi que de l'allée, toutes deux inscrites à l'I.S.M.H., en pleine "covisibilité".

N'y a-t-il pas un moyen de limiter très fortement l'impact visuel de ce bazar ? Quid du (ou des) prochain(s) forage(s) à ce titre ?

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

David BREBANT m'a ensuite rappelé pour m'indiquer que le nécessaire serait fait pour limiter au maximum cet impact visuel, ainsi que cela se pratique souvent à proximité des monuments historiques.

Sur ces bases, nous sommes convenus que tout paraît désormais pleinement sous contrôle. J'en ai vivement félicité David BREBANT.