Message #45053

Je suis encore sous le choc de la découverte, totalement inattendue, de cette après-midi. Rappelons-nous qu'il y a quelques mois à peine, un mesurage bâclé nous avait donné à penser que l'aquathermie serait sans avenir ici.

Récapitulons les enseignements du jour :
- nous avons trouvé de l'eau de surface vers 8 à 10 mètres de profondeur mais il n'y a rien d'utile à en tirer pour notre problème de chauffage ;
- nous nous sommes heurtés au roc vers 10 mètres de profondeur et jusqu'au bout du forage ;
- nous avons rencontré une grande quantité d'eau à partir de 52 mètres de profondeur et jusqu'à 68 où nous avons arrêté de forer en considérant que nous ne trouverions pas de faille de sortie de l'eau par en-dessous ;
- le dessus de cette réserve d'eau coule à un débit de 25 à 30 m3/h, ce qui est très élevé et devrait permettre l'aquathermie dans d'excellentes conditions ; en particulier, nul besoin de consommer de l'électricité pour pomper cette eau ;
- l'eau en question est tiède, ce qui est également excellent pour l'aquathermie ;
- alors qu'un chauffage par géothermie profonde (ou "par sondes") nécessiterait ici 1 900 mètres de forages à 33 € H.T./m, on devrait pouvoir se contenter, pour alimenter un chauffage par aquathermie, de 2 (ou 4 si on est très prudents) puits de 60 mètres à 46 € H.T./m ;
- alors qu'il aurait fallu, pour un chauffage par sondes de l'ensemble du manoir, trois pompes à chaleur du "modèle T130 de Lemasson", on pourrait se contenter ici de 2 d'entre elles, soit une économie de l'ordre de 14 000 € H.T. au seul titre de la pompe, sans même évoquer tous ses zakouskis ;
- les terrassements pour raccorder les puits à la chaufferie seront très fortement réduits.

Bref, je devrais pouvoir éviter beaucoup de dépenses grâce à la découverte du jour ; en particulier, les arrhes que j'ai d'ores et déjà réglées pour les 1 900 mètres de forage couvrent largement le coût de 4 puits pour aquathermie ; au mieux, je n'aurais donc plus de souci à me faire pour boucler avant la fin de l'année mon plan de financement 2018. Et celui envisagé pour 2019 et au-delà devrait pouvoir être libéré d'une bonne part de l'hypothèque que faisait peser sur mes épaules le poste "plomberie". Ce serait donc de nouveaux, et totalement inattendus, degrés de liberté qui s'offriraient ainsi à moi, c'est-à-dire en fait à notre chantier favori.

Mais ne nous emballons pas. Car il reste toutefois quelques questions techniques complexes à étudier et à traiter :
- la qualité de l'eau trouvée ; si elle est trop ferrugineuse, cela renchérira l'entretien de l'installation et réduira la durée de vie des pompes à chaleur ;
- la possibilité de chemiser au ciment le puits foré : la pression du puits artésien ne sera-t-elle pas trop forte pour empêcher l'assèchement temporaire nécessité par le chemisage ? Si on n'arrive pas à contrôler le puits artésien, cela pourrait être très dommageable ;
- la possibilité de rejeter dans la nappe phréatique l'eau tirée du puits, de manière à ne pas affaiblir cette nappe précieuse : là aussi, ce sera un problème de pression, donc de pompe.

M. BREBANT, qui est passé me voir en fin d'après-midi recommande une démarche empirique, réglant ces difficultés une par une. Cela me semble raisonnable.

Je vais toutefois solliciter l'avis de notre voisin et ami Gontran ACHARD de la VENTE, dont Carole me dit qu'il se chauffe par aquathermie, et de Thierry BURIN des ROZIERS, un professionnel que j'ai toujours trouvé d'excellent conseil.

P.S. : Gontran, que je viens d'appeler ce soir, se chauffe par sondes et non par aquathermie. Quant à Thierry BURIN des ROZIERS, il est toujours aussi aimable et compétent ; il pense que 2 puits d'aquathermie devraient me suffire.

Commentaires