Statistiques de fréquentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 10 avril 2019
Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
A 22 h 30, voici un extrait des premières lignes d'une partie du rapport que met à ma disposition la "tour de contrôle n°2" :

Il semble que l'on s'achemine vers une journée record de fréquentation.

Je comprends au passage que Franck LIEGEAS peut être la personne qui s'est renseignée en détail sur les pages de notre site favori consacrées à la "charpente-couverture". Comme s'il préparait sa visite de demain. Je ne manquerai de lui demander dans quelques heures si tel aura bien été le cas.

P.S. (le 11 avril 2019 à 00 h 01) : Pas si record que ça. Le compteur n'a pas dépassé les 160, ce qui n'est quand même pas mal du tout.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 22 avril 2019
Vie du site - Statistiques de fréquentation
0

Lentement mais sûrement, l'audimat remonte. Nous tournons désormais autour de 150 visites par jour alors que nous étions redescendus autour de la centaine il n'y a pas si longtemps.

Merci aux membres du fan-club ! Il y en a de nouveaux mais j'ai remarqué avec plaisir le retour d'anciens. Notamment l'un que j'avais égratigné (à ma façon) quand il m'avait agacé (à la sienne) et qui s'en était vexé (ce qui se comprend). Je lui souhaite un bon retour au bercail et je lui dis à bientôt dans la vie réelle, peut-être !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 7 mai 2019
Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
Mœurs du fan-club :

Ce graphique montre l'évolution, hier et avant-hier, heure par heure, de la fréquentation de notre site favori.

On note des pointes entre 9 et 10 heures du matin (l'arrivée au bureau) et de 16 à 17 heures (on rentre chez soi et on regarde son courriel) et, en sens inverse, un creux de 16 à 17 heures (on bosse). A 23 heures, on va se coucher. Le dimanche, on fait la grass mat.

Les insomniaques ne sont pas très nombreux. En la matière, je ferais donc exception.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 25 mai 2019
Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
Le visiteur qui vient de quitter notre manoir favori m'a fait remarquer, l’œil amusé, que notre site du même métal contient peu de messages qui ne soient de ma plume.

C'est un fait. Lorsque j'ai lancé le site, j'espérais plus de répondant. Pourtant l'audimat est bon. Mais l'expérience montre que le fan-club, s'il aime bien venir aux nouvelles, y compris plusieurs fois par jour pour certains, rechigne à s'exprimer malgré mes exhortations.

Qu'y puis-je ? Si quelqu'un a des idées, qu'il n'hésite pas à en faire part, je suis preneur.
Le passage-éclair de Carole à notre manoir favori était principalement motivé, cette fois-ci, par le vote aux Européennes (depuis que nous avons acheté la Chaslerie, nous votons en effet en province). Si j'en crois ce qu'elle me dit, il est probable que, cette fois encore, nous ne voterons pas de la même façon. Mes Parisiens (mes ?) sont encore, si je ne me trompe, sensibles à l'effet MACRON alors que, de mon côté, plus précisément dans ma campagne, il est clair que je n'ai jamais été atteint par cette grâce, si c'en est une. C'est le moins qu'on puisse dire.

Incidemment, j'ai noté que Sébastien WEIL, qui fut, de mémoire, l'un des premiers visiteurs de notre site favori (il était alors conseiller municipal de Domfront), figure, en position non-éligible (75ème sur 79), sur la liste BELLAMY.

P.S. : Vérification faite, Sébastien fut même le signataire du message 1 de notre site favori. C'était il y a dix ans. Déjà dix ans...

Celui-ci porte le numéro 46 084 (comme on le voit en passant la souris sur son bandeau)... Il est vrai qu'à une époque, les "hackers russes" s'étaient attaqués à notre site favori, ce qui avait affolé le compteur des messages. En réalité, il y en a 14 452 en ligne avec celui-ci, ce qui en fait pas mal quand même. Donc de l'ordre de 5 par jour en moyenne, émis à un rythme à peu près stable. Mazette, quelle usine à gaz !

P.S. 2 (du 27 mai 2019 à 3 heures) : Il a été démontré hier soir que, vivant désormais à la campagne, je n'ai plus le même flair qu'autrefois pour pressentir certaines évolutions du pays. En d'autres termes, il vaudrait mieux qu'à l'avenir, je m'abstienne de faire part de mes sentiments en la matière.