Sculpture

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 6 novembre 2010
Journal du chantier - Menuiserie - Peinture - Sculpture - Bâtiment Nord - Cave - Ferme et son fournil
0
J'ai toujours eu beaucoup de considération pour le savoir-faire et la conscience professionnelle des "meilleurs ouvriers de France". Mon coiffeur, Didier SAMSON, de Flers, en fait partie. Il est même leur président au niveau départemental.

Pascal POIRIER, le sculpteur de La Ferté-Macé qui a réalisé la statue de Sainte Anne a été admis parmi eux il y a deux ou trois ans.

Denis DUVEAU, menuisier-ébéniste, de Saint-Germain-de-la-Coudre, en est un troisième. Il m'a été recommandé par Patrice CAHART, très satisfait de ses interventions au manoir de la Fresnaye, sur le territoire de la même commune.

Denis DUVEAU est venu m'apporter ce matin un certain nombre de devis qu'il avait préparés à ma demande. Ces devis m'ont paru raisonnables. Je lui ai donc passé commande pour la porte d'entrée du bâtiment Nord (en effet, j'en ai plus qu'assez de la mochissime porte blanche en sapin héritée de mes prédécesseurs ; elle est d'ailleurs quasiment H.S.)...

7 novembre 2010, le bâtiment Nord vu de la cour.

... ainsi que pour la porte et deux fenêtres de la "maison de Toutou" (c'est ainsi que j'appelle l'abri de jardin, cette dépendance de la cave) et pour deux châssis fixes pour l'appentis de la cave.

La porte du bâtiment Nord devrait être posée en janvier prochain, c'est-à-dire en temps utile avant le retour du peintre DUBOURG, de Flers, qui pourra ainsi la peindre en rouge sang de boeuf quand il viendra s'occuper du dressing du premier étage. Quant aux huisseries des dépendances de la cave, la perspective de leur installation va nous obliger à compléter enfin les colombages correspondants avec le torchis qu'ils appellent, les malheureux, depuis plus de dix ans.

De son côté, Pascal POIRIER m'a écrit une belle lettre pour décliner ma demande qu'il restaure la statue de calcaire que je souhaite exposer dans la niche Est du fournil de la ferme. Voici son texte, que je viens de recevoir :

" Après examen de la statue que vous m'avez confiée pour un devis de restauration, je vous donne mon avis de professionnel.

Il me paraît difficile d'envisager des travaux pour les raisons suivantes :
- La pierre de cette statue présente des fissures et fait partie des calcaires gélifs. Il est donc déconseillé de continuer à l'exposer à l'extérieur.
- Les restaurations du passé (plâtre ? ciment clair ?) ne tiennent pas et les rajouts que l'on tentera de faire ne tiendront pas plus ; malgré une intervention, l'ensemble, même exposé à l'intérieur, restera fragile et surtout inesthétique (souligné).

Je ne peux pas me lancer dans une opération douteuse qui ne contentera personne.

Dans l'attente de votre prochaine visite.

Cordialement,

Pascal POIRIER."

Cette lettre est un exemple de la qualité de relation que je souhaite développer avec les artisans qui interviennent à la Chaslerie.

Je remercie donc Pascal POIRIER pour son avis motivé, dont j'ai pris connaissance avec attention et intérêt.

Toutefois, considérant que la niche prévue pour la statue est orientée à l'Est (donc à l'abri de l'essentiel des pluies), que cette statue n'est pas une œuvre d'art bien considérable, qu'elle ne représente personne, sainte ou autre, que je reconnaisse, et qu'elle devrait pouvoir tranquillement terminer sa brave vie de statue dans la niche que je lui destine, j'irai la rechercher chez Pascal POIRIER et je demanderai à Pascal MAIZERAY de la reposer pour moi dans la niche en question.

Et le jour où cette statue se déliterait de façon laide et trop apparente, nous aviserions sur la conduite à tenir.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 26 mars 2011
Sculpture - Désultoirement vôtre ! - Dans l'Orne
0
Hier, en rentrant de Rânes, j'ai fait étape à La Ferté-Macé, chez Pascal POIRIER.

J'ai trouvé Pascal en plein travail dans son atelier. Il est en train de copier une statue du Christ réalisée en pitchpin en 1840 mais qui a mal supporté d'être exposée aux intempéries dans un illustre site touristique normand des bords de mer (je n'en dirai pas plus car Pascal m'a demandé de laisser la primeur de l'info à cette ville qui est ainsi sa cliente). La copie de Pascal est en douglas ; elle remplacera l'original, qui sera mis à l'abri dans un musée local.

Prenons le temps de savourer ensemble, grâce à ce site, cette visite de l'atelier d'"un des meilleurs ouvriers de France". D'abord, voici Pascal tel qu'il m'est apparu alors que j'entrais dans son atelier :

25 mars 2011, Pascal POIRIER au travail.

Le douglas est un bois étonnant : l'espacement entre les cernes témoigne de la rapidité remarquable de sa croissance :

25 mars 2011, l'état de la sculpture du visage du Christ en douglas.

A l'aide de sa "croix de mise aux points" posée sur trois points fixes, Pascal enregistre et reporte soigneusement les cotes de différents points à la surface de l'original :

25 mars 2011, Pascal POIRIER ajuste sur un point précis sa "croix de mise aux points".

C'est un travail quasi chirurgical :

25 mars 2011, le malade sur le billard.

Il translate ensuite son instrument sur le bloc de douglas et taille le bois avec une collection de ciseaux de tailles diverses, tous impeccablement alignés sur l'établi...

25 mars 2011, l'établi de Pascal POIRIER.

... et tous parfaitement entretenus :

25 mars 2011. Comme disait ma grand-mère Juliettotte, "le bon ouvrier a de bons outils"...

Je ne me lasse pas de l'observer travailler...

25 mars 2011, vue à partir du fond de l'atelier.

... ni de bavarder avec lui :

25 mars 2011, Pascal en pleine discussion.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 7 septembre 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Sculpture - Cave - Ferme et son fournil
0
Dans la niche située sur le pignon Est du fournil de la ferme, Igor a replacé la statue inrestaurable que l'on sait. Il l'a solidement arrimée :

7 septembre 2011, la statue non identifiée a retrouvé sa place sur le fournil de la ferme.

Pendant qu'il rampanne le four du même fournil, Valentin a commencé à poser le torchis sur la "maison de Toutou" (ou annexe de la cave) :

7 septembre 2011, début de la pose du torchis sur la "maison de Toutou".

Notre voisin Claude FAVERIS a bien voulu nous prêter sa plateforme en béton pour y mélanger l'argile et la paille sous les roues d'un tracteur et je l'en remercie. J'aime beaucoup voir enfin la couleur de l'argile locale entre les colombes laissées à l'air libre depuis trop d'années. Mais cette vision ne durera pas puisque j'ai prévu de faire recouvrir le torchis de chaux de tous les côtés, du moins extérieurement, ce dont Igor et Valentin se chargeront à leur retour de congés.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 21 décembre 2011
Journal du chantier - Ferronnerie - Sculpture - Charretterie - Ferme et son fournil
0
Comme prévu, Roland FORNARI est venu aujourd'hui installer la grille du puits de la ferme et le lustre de la charretterie.

Voici Roland et deux de ses collaborateurs (comme le confirme la coupe de cheveux, celui de gauche est encore apprenti) :

21 décembre 2011, l'équipe de Roland FORNARI à pied d'œuvre en début d'après-midi.

Il faut des talents d'équilibriste pour arrimer la manivelle dans le puits :

21 décembre 2011, le compagnon de Roland au travail dans le puits de la ferme.

Le résultat me paraît très satisfaisant et, je dirais même plus, parfaitement manorial :

21 décembre 2011, la grille du puits de la ferme et sa manivelle.

Sur ce puits, il ne reste plus qu'à tailler la pierre destinée à couronner l'édicule. Pascal POIRIER (le sculpteur de la statue de Sainte Anne de la chapelle) m'a d'ailleurs très aimablement proposé d'enseigner à Igor et Valentin comment s'y prendre pour travailler le grès.

Dans la charretterie, le compagnon de Roland a commencé à fixer très solidement le support du lustre :

21 décembre 2011, travaux de ferronnerie sous la charretterie.

Voici qui nous promet un éclairage sympathique pour de futurs dîners aux chandelles, avec vue imprenable sur le manoir :

21 décembre 2011, poursuite de l'installation du lustre de la charretterie.

Bientôt, l'équipe de Roland doit s'éclairer aux phares de sa camionnette :

21 décembre 2011, en attendant les chandelles.

Il va sans dire que le lustre étant démontable sera toujours mis à l'abri entre deux utilisations...

Ceci étant, si l'un des visiteurs du site connaît un bon fournisseur de bougies (qui ne fument ni ne coulent) d'un diamètre de 6 cm environ, je suis preneur : il m'en faudrait 12.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 21 mars 2012
Journal du chantier - Menuiserie - Sculpture - Dans l'Orne - Ailleurs
0
Le 26 mars 2011, j'avais rendu compte, sous l'onglet "Sujets divers", de ma visite chez Pascal POIRIER, à La Ferté-Macé. J'y suis repassé hier. Je souhaitais en effet m'assurer qu'il se tient toujours prêt à enseigner à Igor et Valentin comment tailler les pierres afin que nous couronnions le puits de la ferme du volume qui lui manque ; il n'y a pas de problème, m'a répondu Pascal.

La reproduction d'une statue du Christ sur laquelle il travaillait déjà, il y a un an, est pratiquement finie. Il doit livrer cette nouvelle statue aujourd'hui à sa cliente, la ville de Honfleur. Il ne lui reste plus qu'à raboter quelques pièces destinées à boucher les fissures du bois...

20 mars 2011, le Christ de Honfleur.

... notamment sur la tête :

20 mars 2011, la tête du Christ de Honfleur.

Nous avons longuement parlé, d'un côté, de la dureté de la condition d'artisan et, de l'autre, de la difficulté de trouver chez le même individu un niveau technique suffisant et un goût authentique pour son métier ainsi qu'une réelle capacité à conseiller le client. Pascal s'exprimait en tant que "meilleur ouvrier de France" et moi comme client un peu décontenancé par l'un de ses confrères, menuisier de son état.

Pascal POIRIER
rédigé le vendredi 6 avril 2012
Journal du chantier - Sculpture - Dans l'Orne - Ailleurs
0

N.D.L.R. : Il s'agit là de la copie d'un Christ réalisée en douglas par Pascal POIRIER, "un des meilleurs ouvriers de France", pour la ville de Honfleur où cette statue, qui doit encore être peinte, doit remplacer l'original du 19è siècle en pitchpin abîmé par les intempéries. J'en avais encore parlé ici le 21 mars dernier.

Bravo Pascal, c'est de la belle ouvrage !

Je rappelle que Pascal est l'auteur de la Sainte Anne en granit de la Chaslerie.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 11 avril 2012
Journal du chantier - Sculpture - Logis - Archives, histoire, documentation - Dans l'Orne
0
En classant de vieux papiers à la recherche de vieux devis, je retrouve ces dessins (par M. PAILLETTE) de trois portes de manoir dues à l'évidence au même tailleur de pierres, qui intervenait donc dans le Domfrontais autour de 1598.

De gauche à droite :
- la Chaslerie,
- la Bouëtte à Saint-Roch-sur-Egrenne,
- Loraille à Saint-Mars-d'Egrenne.

Portes manoriales du Domfrontais.

Il faudrait compléter par la porte de la Servière à Céaucé.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 19 juin 2012
Journal du chantier - Ferronnerie - Sculpture - Charretterie - Ferme et son fournil
0
Roland FORNARI, assisté de deux compagnons, Thomas HOLT et Rudy EDMOND, est venu achever le travail commencé quelques jours avant Noël. Il a ainsi suspendu le lustre dans la charretterie...

19 juin 2012, Roland et ses deux compagnons sous la charretterie.

... où, au moins d'après moi, il produit un effet boeuf...

19 juin 2012, le lustre de la charretterie avec son système de poulie et de manivelle.

... bien qu'il appartienne encore à Carole de le compléter par des chandelles d'un bon calibre.

Puis Roland et ses compagnons ont peaufiné les finitions du puits de la ferme...

19 juin 2012, il suffit désormais d'actionner la manivelle pour avoir l'eau à la ferme.

... avant de poser triomphalement pour la postérité :

19 juin 2012, puits armé !

A noter que Thomas HOLT, le très élégant compagnon à droite de la photo précédente (admirez le pantalon montant et les bretelles), a découvert Roland grâce à notre site préféré ; il travaillait dans une vie antérieure comme informaticien dans une banque d'affaires parisienne et notre site a, paraît-il, contribué à le convaincre qu'il avait mieux à faire dans la vie que traquer les apprentis KERVIEL...

P.S. : Comme on le voit sur la photo précédente, je n'ai toujours pas décidé comment couronner le puits. Jonathan me dit qu'il saurait me tailler un grès en forme de pain de sucre aplati ou de galette. Mais Roland suggère de sceller une terre cuite ; je crains toutefois que des garnements ne la maltraitent (car j'ai fait pire dans ma jeunesse contre une armée de pots de fleurs méticuleusement alignés par la mère d'un copain...).

Guy HEDOUIN
rédigé le lundi 15 octobre 2012
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Menuiserie - Sculpture - Aile "de la belle-mère"
0
Bonjour,

Fichu temps, il pleut encore et j'ai tant de choses à faire à l'extérieur.

Voici de bien belles images d'escalier que vous devez connaître :

Quel travail, je me demande si aujourd'hui nous aurions des artisans pour réaliser ce chef-d'œuvre.

Pour poursuivre la visite, cliquez ici.

Bonne journée !

N.D.L.R. : On saurait sans doute. Mais à quel coût ? Et pour quel commanditaire ?

Pascal POIRIER
rédigé le dimanche 3 mars 2013
Journal du chantier - Sculpture - Archives, histoire, documentation
0
J'ai le plaisir de vous informer de mon nouveau site internet !

Pascal POIRIER Sculpteur. Maître Artisan. M.O.F
99, avenue du président Coty
61600 LA FERTE-MACE
Tel : 06.70.60.25.46

Détail de la poupe d'une frégate qui a valu à Pascal POIRIER son diplôme d'"un des meilleurs ouvriers de France".

N.D.L.R. : Très beau site, magnifique travail, nerveux et enlevé ! Merci, on note aussi les références du frangin en plus de celles de l'épouse dont on appréciait déjà le talent ! Et on retrouve avec plaisir notre Sainte Anne favorite, qui illustre la difficulté particulière de la sculpture du granit...