"Projet MORIN"

Lors des assemblées générales de l'A.R.C.D. hier, il a été beaucoup question de la disparition de l'office de tourisme de Domfront et de son relais par la société publique locale "Destination Touristique Domfront Bagnoles". La nouvelle membre du conseil d'administration de l'A.R.C.D., par ailleurs guide-conférencière dans le cadre de ces entités (si j'ai bien compris), a beaucoup mais "simplement répondu aux questions qui étaient posées dans la limite de ce qu'(elle) savait" sur les sujets abordés lors de cette partie des débats alors que les importants élus locaux qui nous avaient fait l'honneur d'assister longtemps à ces A.G. les avaient quittées.

C'est sans doute dommage car ils auraient, j'imagine, pu lever certains doutes ou interrogations exprimés hier. Au-delà de questions pratiques diverses, ceux-ci m'ont semblé porter pour l'essentiel sur la raison de mettre fin à l'expérience d'un office de tourisme de Domfront indépendant alors que, par ailleurs, l'avenir de Domfront en Poiraie est programmé, d'ailleurs à grands frais, notamment de bureaux d'études et autres intervenants extérieurs, pour bénéficier du développement de son "tourisme médiéval". On nous affirme que celui-ci dépendrait de la création d'une "halle gourmande" dans l'ancien tribunal (monument classique) ou d'un "centre de recherches médiévistes" dont l'objet demeure quelque peu fuligineux, du moins à ce jour et si l'on observe l'état sanitaire manifestement très dégradé des bâtiments prévus pour l'abriter.

J'ai donc cherché à me renseigner à propos de cette "S.P.L.".
En voici les projets de statuts, tels que je les ai trouvés sur le site de la mairie de Domfront en Poiraie.

Si je ne trompe, ceux-ci font apparaître que le capital de cette "S.P.L." était prévu pour être réparti de la façon suivante :
- 10 % à la communauté de communes "Andaine-Passais",
- 10 % à la communauté de communes "Domfront Tinchebray INTERCO",
- 70 % à la commune de Bagnoles de l'Orne Normandie
- et 10 % à la commune de Domfront en Poiraie.

Au moment où le "projet MORIN" est censé attirer 150 000 visiteurs par an à Domfront en Poiraie, ne devrait-on pas considérer comme paradoxale une telle implosion du poids de la commune de Domfront en Poiraie dans la gouvernance de l'entité dont l'objet couvre, entre autres, "l'accueil et l'information des touristes" ou "l'élaboration et la mise en œuvre de la politique locale du tourisme" ?

Toutefois, on ne doute pas que les élus municipaux de Domfront en Poiraie dont on subodore que les qualités sont telles que le président de la Région Normandie leur a donné "carte blanche" pour dépenser quelque chose comme 20 M€ d'argent public sur ce thème fédérateur du "tourisme médiéval", sont en effet assez travailleurs, compétents et ouverts au dialogue pour que tout cela se passe "comme sur des roulettes".

Il leur faudra peut-être illustrer ces qualités au sein du conseil d'administration de ladite "S.P.L.". En effet, dans ce cadre décisionnel, les représentants de Bagnoles de l'Orne Normandie trusteront à eux seuls deux tiers des droits de vote.

Deux-tiers, c'est moins que 70 % me direz-vous.

On est tous d'accord là-dessus, et je suppose que l'on doive voir dans ce progrès relatif une preuve éclatante de l'efficacité des élus de Domfront en Poiraie en charge de ces questions.
Comme on a pu le noter, la vie intellectuelle (si l'on peut l'appeler ainsi) de notre "petite cité de caractère" ne manque pas d'animations diverses ces temps-ci.

En ma qualité de président de "Domfront-Patrimoine au Carré" (à ne pas confondre, si possible, avec moi qui suis bien entendu un être plus commun), je voudrais lancer ce matin un appel au respect des personnes et des faits.

Nous sommes encore en période de vœux. Formons donc celui que, tous les documents et chiffres réclamés ayant bientôt été fournis, on puisse tous se baser sur des faits avérés pour préparer de concert, en toute transparence, le meilleur avenir pour Domfront en Poiraie !


On a bien sûr hâte de connaître la liste des "professionnels qui sont investis sur la sauvegarde du patrimoine du château depuis quatre décennies qui seront les animateurs (du) tour de table" prévu à l'occasion de la prochaine visite du président MORIN.

Ce serait quand même ballot qu'il y ait parmi eux une personne à qui il est arrivé de défrayer la chronique de façon mémorable.

(Il est vrai que le qualificatif de "professionnel" semble exclure un tel risque mais restons vigilants car, à notre époque hélas, les mots perdent parfois beaucoup de leur sens...).
J'ai reçu aujourd'hui, en ma qualité de président de "Domfront-Patrimoine au Carré" et consécutivement à ma "lettre ouverte" pour le 6ème anniversaire du "projet MORIN", deux courriels de l'"Association faune et flore de l'Orne (AFFO)".

Voici le texte de son premier courriel :

"Bonjour M. Fourcade,

Suite à la lecture de votre article dans le Ouest France du 19 janvier dernier, je me permets de vous relayer un courrier datant de 2019 que l'Association faune et flore de l'Orne avait fait parvenir à la mairie de Domfront et aux services en charge du "projet Morin".

Bien que celui-ci ait été considéré par la chargée de missions de l'époque, nous n'avions pas eu de réponse officielle sur la prise en compte de ce patrimoine peu connu, dont la présence de plusieurs espèces végétales, uniques pour le département, témoigne du passé en particulier médiéval de Domfront.

Ci-joint également l'article sur la flore patrimoniale de Domfront de la revue Orne Nature n°11.

Nos rapports sont bons avec la mairie, et l'idée n'est pas du tout de bloquer les projets de valorisation, il s'agit simplement de préserver tant le patrimoine bâti que naturel et de porter à votre connaissance ces éléments.

Vous souhaitant une bonne journée,


Et voici le texte de son second courriel :

"Je vous laisse prendre connaissance de ces éléments auxquels, j'ajoute l'article originel d'A. Chevalier, si toutefois vous ne l'aviez pas.

Au besoin, nous pouvons prévoir une visioconférence pour que je vous présente de vive voix le dossier,

Bien cordialement,

(...), pour l'AFFO
"

J'ai proposé à l'"AFFO" que nous nous rencontrions sur le terrain afin que nous puissions examiner dans quelle mesure "Domfront-Patrimoine au Carré" pourrait l'aider à obtenir une réponse utile du maire de Domfront en Poiraie ou de ses services.

P.S. (du 24 janvier 2024 à 0 heure 30) : Je viens de prendre le temps de lire les deux premiers documents transmis par l'"AFFO".

Je suis heureux que "Domfront-Patrimoine au Carré" permette qu'ils soient portés à la connaissance d'un public sans doute nouveau.

La lettre est d'une grande correction de ton. Il paraît fâcheux que la municipalité l'ait, à l'évidence, mise au panier. Le respect dont cette lettre témoigne pour les édiles domfrontais et pour la flore locale, en ce qu'elle a d'exceptionnel en effet, aurait assurément mérité un peu plus de considération.

L'article paru dans "Orne Nature" est fort intéressant. Il débute par une présentation géographique et géologique du lieu, rédigée en termes justes. Il se poursuit par un rappel des grandes articulations de l'histoire locale, salue au passage ceux que lui nomme les "historiens locaux" sans autre qualificatif fleuri et établit un lien intéressant entre ces différentes phases historiques et l'évolution de la flore locale. Se révèle ainsi, à l'intention de personnes qui, comme moi, ne connaissent à peu près rien à la botanique, de l'extraordinaire richesse et même de la somptuosité de la flore locale, y compris de ses fragilités les plus attendrissantes pour qui veut bien prendre la peine d'en prendre connaissance en ce pays où Auguste CHEVALIER a vécu et travaillé. C'est bien d'avoir donné le nom de cette gloire locale au lycée de Domfront. Ce serait encore mieux d'organiser, sinon un rappel de ses œuvres, du moins une sensibilisation au message de qualité qu'il nous a laissé. Cela n'attirerait certes pas les 150 000 visiteurs par an à Domfront mais voici un exemple raffiné de ce qui serait envisageable si le "projet MORIN" était mieux géré.

J'ajoute qu'il ne serait probablement pas nécessaire d'ajouter une n-ième ligne au budget de Domfront en Poiraie pour recruter un de ces bureaux d'études fumeux, hors-sol et invraisemblablement coûteux que l'on sait. L'"AFFO" nous propose son aide et celle des ses amis et c'est sans prix.

A l'évidence, l'ancien palais de justice de Domfront serait un lieu idéal pour organiser de telles expositions. Inutile d'y imaginer de très coûteuses en fonctionnement et manifestement incongrues installations de restauration quand tant de restaurateurs et autres officiers de bouche domfrontais désertent la place. Et inutile également d'y transporter un office de tourisme fort bien installé actuellement en sentinelle du donjon. On préférerait féliciter nos édiles municipaux pour leur aptitude à concevoir et à mener un "projet MORIN" qui tienne la route et ne se traduise pas par une invraisemblable mais trop probable dilapidation des deniers publics, le tout "en catimini" bien sûr.

Espérons que ma "lettre ouverte" contribue à ouvrir les yeux, sinon à lever le voile d'une façon simple et naturelle, comme on le rêve.
"Le Publicateur Libre" du jour rend compte, non de ma "lettre ouverte" du 17 janvier dernier (il est vrai que sa périodicité de parution ne devait pas le rendre facile), mais de l'A.G.O. et E. de l'"A.R.C.D." du 20 janvier dernier :


J'y suis nommément mis en cause par l'"érudit local autoproclamé contemporain" que l'on sait :


Qu'ajouter à ce propos ?

On m'a toujours appris que "ce qui est excessif est insignifiant" et je crois bien que le principal problème de cet individu est, au-delà de son abord peu plaisant, qu'il ne tarde jamais à indisposer par ses excès.

Sur le fond de cette A.G.O. et E. du 20, je me suis immédiatement exprimé d'une façon dont je me bornerai ici à suggérer qu'on apprécie à loisir le dernier qualificatif que j'y ai employé.
L'affiche est sobre...

26 janvier 2024.

... et conçue pour attirer le chaland.

L'article du "Ouest-France" du jour reprend, au mot près et en caractères gras, les élucubrations d'un zèbre à propos du site favori et le fait sans entrer dans les détails qui seraient scabreux :


Lu avec la sérénité des vieilles troupes.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 31 janvier 2024 10:38
À : Jérôme nury Wanadoo <jerome.nury@wanadoo.fr>
Cc : meunier.catherine@orne.fr <meunier.catherine@orne.fr>; MEUNIER Catherine <catherine.meunier@normandie.fr>; Catherine MEUNIER <Catherine.MEUNIER@laregionnormandie.fr>; Hugues HOURDIN ; François SOLIER
Objet : RE: "Projet MORIN" - Transparence et dialogue nécessaires

Monsieur le député,

Merci pour votre prompte réponse.

Je note le RV du 5 février prochain à 9 heures à Tinchebray. Je suis heureux que Catherine MEUNIER y participe. Je m'y rendrai avec plaisir, accompagné, s'ils le peuvent et si vous le voulez bien, par mes vice-présidents au sein de "Domfront-Patrimoine au Carré".

Loin de moi, évidemment, l'idée de remettre en cause la légitimité des élus. Je partage donc pleinement les termes de votre troisième paragraphe (et n'ai jamais prétendu le contraire, bien entendu).

En revanche, et comme je pourrai vous l'expliquer, votre deuxième paragraphe ne me paraît pas tenir suffisamment compte de la réalité du terrain, telle du moins que, vivant sur place à temps plein, je la perçois, ceci toujours bien entendu avec le souci de l'intérêt général qui, j'ose le croire, m'a toujours caractérisé et auquel je suis - je crois que toute ma vie d'adulte en témoigne - particulièrement attaché.

Et c'est bien pour être aussi concret et efficace que possible que je vous ai alerté plusieurs fois (en laissant des messages sur votre répondeur ou en vous écrivant ce matin). Je ne pense pas que le silence ou les positions insuffisamment justifiées auxquelles on se heurte localement depuis bien avant - est-il besoin que je le souligne ? - la lettre ouverte en question soient de bonnes attitudes face à des citoyens directement concernés par le devenir du territoire.

Le "projet MORIN" (quel que soit son nom) était un projet très ambitieux et fédérateur en puissance. Je comprends qu'il le demeure. Il ne fait aucun doute qu'un "projet" aussi important suppose des qualités humaines exceptionnelles, notamment d'écoute et de travail, s'il doit continuer à être mené localement.

Comme il nous semble à "Domfront-Patrimoine au Carré", les Domfrontais sont toujours prêts à adhérer à la démarche. Encore faudrait-il qu'entre les intentions de départ et les choix concrets qui sont ou seraient retenus par les décideurs de terrain, l'incompréhension, qui semble d'ores et déjà réelle après six ans, ne se développe pas davantage.

C'est précisément de ces difficultés pratiques et des meilleurs moyens de les surmonter que, si vous en êtes d'accord, nous pourrions nous entretenir le 5.

Bien cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________

De : Jérôme nury Wanadoo <jerome.nury@wanadoo.fr>
Envoyé : mercredi 31 janvier 2024 09:3
8À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : meunier.catherine@orne.fr <meunier.catherine@orne.fr>; MEUNIER Catherine <catherine.meunier@normandie.fr>; Catherine MEUNIER <Catherine.MEUNIER@laregionnormandie.fr>
Objet : Re: "Projet MORIN" - Transparence et dialogue nécessaires

Cher ami,

Je suis toujours disponible pour échanger et discuter sur les sujets qui concernent notre territoire. Et donc nous pourrons tout à fait nous rencontrer pour discuter sur le devenir de Domfront et sur les accompagnements mis à disposition des collectivités locales pour aider la commune.

Je ne goûte toutefois pas du tout les méthodes de votre nouvelle association. Les interpellations par presse interposée ne peuvent permettre d’instaurer un climat de sérénité qui convient pour piloter un territoire. Cette communication tous azimuts affaiblit le domfrontais et la cause que vous êtes sensé servir.

Je crois à la légitimité des élus, qui eux ont reçu l’onction du Peuple et du suffrage universel. Qui eux doivent tenir compte de l’intérêt général et non des intérêts particuliers. Qui eux sont redevables devant les habitants et les contribuables.

Je ne doute pas de votre bonne foi et de votre souci de travailler avec énergie pour le territoire, mais restons positifs et mesurés afin d’être efficaces.

Nous pourrions nous rencontrer si vous y convenez lundi 5 février à 9h à la mairie de Tinchebray. Et je vous propose que ma coéquipière également Conseillère régionale à l’origine du projet régional soit à nos côtés.

Merci de me redire.

Bien fidèlement

Jérôme Nury

Envoyé de mon iPhone

_______________________________________________________________________________________

Le 31 janv. 2024 à 08:44, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :


Monsieur le député,

Seriez-vous disponible pour une rencontre à Tinchebray ?

La façon dont le "projet MORIN" (ou "projet de développement du tourisme médiéval domfrontais" ou encore "projet de développement touristique domfrontais") est mené par la municipalité de Domfront en Poiraie soulève des interrogations localement.

Comme vous le savez, l'association "Domfront-Patrimoine au Carré" a été fondée le 8 décembre dernier pour "tendre la main" à ces élus de terrain car ils semblent patauger et émettre mal des signaux bizarres à propos de la façon dont ce projet est géré à Domfront en Poiraie.

Sans écho utile de la part de Bernard SOUL notamment, "Domfront-Patrimoine au Carré" lui a adressé le 17 janvier dernier une "lettre ouverte" pour réclamer des documents administratifs sur ce dossier (sachant qu'il n'avait pas répondu à d'autres sollicitations antérieures).

Là aussi, aucun écho à ce stade.

Sans attendre la mi-février, "Domfront-Patrimoine au Carré" souhaiterait vous faire part de ses doutes et interrogations sur la façon dont les deux élus en charge, Bernard SOUL et Bernard DAVY, continuent à procéder. Bien entendu, nous ne souhaiterions pas les mettre en difficulté inconsidérément ou à tort mais de plus en plus de Domfrontais n'hésitent plus à se déclarer très dubitatifs. En particulier, ces élus municipaux paraissent fermés à tout dialogue autre que de façade et l'on peut craindre, en l'état des informations disponibles, qu'ils ne s'apprêtent à dilapider de grosses sommes d'argent public en projets très mal réfléchis.

Comment faire pour les amener à se reprendre et à atterrir enfin ?

Dialoguer tranquillement avec vous nous serait très utile à ce stade, si vous le voulez bien (j'ai mis en copie les deux vice-présidents de l'association).

En tout état de cause, à la mi-février, l'association "Domfront-Patrimoine au Carré" aura à tirer de premières conclusions à propos de la réponse ou de la non-réponse de Bernard SOUL à la lettre ouverte du 17 janvier (un mois, c'est le délai légal dont il dispose pour répondre, après quoi la saisine d'une commission nationale paraitrait difficilement évitable).

Bien cordialement,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Domfront-Patrimoine au Carré
rédigé le Vendredi 9 Février 2024
Vie des associations - Domfront-Patrimoine au Carré - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - "Projet MORIN"
0
(Début de citation)

De : Jacques BROCHARD
Envoyé : vendredi 9 février 2024 09:37
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; Hugues HOURDIN ; François SOLIER
Objet : RE: Domfront-Patrimoine au Carré

Oui c'est en effet une excellente idée, j'y participerai très volontiers, mais je ne suis probablement pas libre le 17

Amitiés

JB

_______________________________________________________________________________________

De : François SOLIER
Envoyé : jeudi 8 février 2024 21:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; Hugues HOURDIN
Cc : Jacques BROCHARD
Objet : RE: Domfront-Patrimoine au Carré

Bonsoir Pierre-Paul,

Bonne idée !

Je ne suis pas disponible le samedi 24 février (...) et le samedi 9 mars (...).

Amicalement,

François

Envoyé depuis l'application Mail Orange

_______________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 07 février 2024 07:52
À : Hugues Hourdin ; François SOLIER
Cc : Jacques BROCHARD
Objet : Domfront-Patrimoine au Carré

Chers amis,

Comme vous le savez, ma lettre ouverte du 17 janvier dernier au maire de Domfront en Poiraie n'a pas eu plus d'écho que la "main tendue" du 8 décembre précédent ni que nos autres efforts pour aider cet élu, officiellement en charge du "projet MORIN", à donner à celui-ci un contenu qui fasse sens.

En l'état du dossier, marqué notamment par le gloubi-boulga des dernières déclarations de Bernard SOUL à propos de ce "projet" mais aussi, hélas, par le caractère inexploitable par un tiers des parties des procès-verbaux des séances du conseil municipal de Domfront en Poiraie consacrées ou susceptibles d'avoir été consacrées à ce "projet" (vous savez que, pour toute réponse à nos demandes, une secrétaire de la mairie nous a renvoyés à ces documents tels que mis en ligne sur le site de la mairie), il nous appartient de déterminer quelle attitude adopter pour continuer à essayer de sortir cet élu de l'ornière où, hélas, il nous paraît s'enfoncer toujours plus profondément.

Seriez-vous d'accord pour que je convoque une réunion d'information, au nom de "Domfront-Patrimoine au Carré", en vue d'exposer à qui voudra y participer l'état du dossier tel que nous l'analysons ? A cette occasion, nous pourrions recueillir des demandes d'adhésion à notre association. Une fois que, selon les statuts, ces demandes auraient été agréées, une première assemblée générale (autre que la constitutive) pourrait être utilement convoquée.

Seriez-vous disponibles un prochain samedi, à partir du 17 février et vers 17 heures, pour une telle réunion d'information ?

Je vous prie de me faire part de vos disponibilités.

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 13 février 2024 10:29
À : MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr>
Cc : Hugues HOURDIN ; François SOLIER ; Jacques BROCHARD ; NURY Jérôme <jerome.nury@wanadoo.fr>
Objet : RE: "Domfront-Patrimoine au Carré"

Chère Catherine,

Merci beaucoup pour votre réponse, rapide et constructive.

Il se trouve que pour ce qui nous concerne, les élus domfrontais directement en charge ont fermé les écoutilles depuis longtemps, l'un d'eux avec une obstination totale qui ne manque pas de nous paraître quelque peu curieuse.

Puisque ces élus locaux directement en charge ne répondent pas à nos sollicitations, pourtant empreintes d'un respect de bon aloi pour les personnes, et notamment pour les élus, vous serait-il possible d'intervenir auprès d'eux pour qu'ils nous indiquent à quelles dates ils seraient disponibles pour nous recevoir, répondre à nos questions explicitées et, si possible et plus généralement, dialoguer utilement avec nous ?

Bien cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________

De : MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr>
Envoyé : mardi 13 février 2024 10:17
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Hugues HOURDIN ; François SOLIER ; Jacques BROCHARD ; NURY Jérôme <jerome.nury@wanadoo.fr>
Objet : Re: "Domfront-Patrimoine au Carré"

Cher Pierre-Paul,

N'ayant pu être présente, lors de votre entrevue du lundi 5 février, avec mon collègue Jérôme Nury, celui-ci m'a retransmis vos échanges.

Nous avons déjà eu l'occasion d'échanger ensemble au sujet de ce projet de tourisme médiéval pour la cité de Domfront .
Je comprends votre questionnement quant aux études, au coût, aux délais ...vous êtes bien placé, pour savoir qu'un projet patrimonial de cette ampleur, demande du temps et d'incontournables études.
Cependant, comme vous le savez, le projet demeure un projet communal, avec des choix et orientations portés par les élus Domfrontais.

Il me semble, qu'à ce stade, il serait intéressant que vous sollicitiez un rdv avec la municipalité, de manière à échanger sur vos questionnements.

Je me tiens à votre disposition.

Très cordialement

Catherine MEUNIER
Conseillère Régionale de Normandie.
Conseillère Départementale de l’Orne.

______________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 13 février 2024 07:06
À : MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr>
Cc : Hugues HOURDIN ; François SOLIER ; Jacques BROCHARD
Objet : "Domfront-Patrimoine au Carré"

Chère Catherine,

Seriez-vous disponible pour une rencontre afin d'évoquer le "projet MORIN", et tout particulièrement la façon dont le dossier paraît géré localement (...) ?

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
"Le Publicateur Libre" (via "Facebook"
rédigé le Samedi 17 Février 2024
Vie des associations - Domfront-Patrimoine au Carré - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - "Projet MORIN"
0
Les travaux de restauration de l'église Notre-Dame-sur-l'Eau à Domfront (Orne) vont commencer en février 2024 par une réunion de chantier et le montage des échafaudages.


N.D.L.R. : De quand date le mirifique legs de Jacques COUPPEL du LUDE (allié aux LEDIN) en faveur de la commune ? De plus de dix ans si je ne m'abuse. Autant dire que l'inflation a eu le temps de l'éroder très sensiblement. Avec une inflation de l'ordre de 5 % l'an ces temps-ci, il paraîtrait en effet plus que bienvenu que ceux en charge de la bonne gestion de ce legs se bougent la couenne et accouchent enfin de ce projet qui, lui et pour le coup, aurait eu toute sa place dans le généreux cadre du "projet MORIN" qui fut dit "de développement du tourisme médiéval domfrontais".

Pour cela, il aurait sans doute fallu un peu plus de travail de la part des élus locaux directement en charge de ce "projet". Et, surtout, moins d’œillères et de refus de tout dialogue avec les "sachants" locaux. Bref, un peu plus d'ouverture d'esprit et, surtout, d'aptitude, autre que formelle, à gérer les affaires communales. Par exemple, entre autres, le devenir de l'ancien palais de justice, bâtiment de qualité en passe d'être complètement dévoyé par ces élus locaux de proximité si mal inspirés.

Il est vrai qu'il est tellement plus facile et gratifiant pour eux d'avoir bourse (je ne parle que de la publique) déliée au bénéfice d'intervenants hors-sol, même si ceux-ci s'avèrent ici tout aussi incapables de s'acquitter de leurs mandats de façon convaincante, du moins à ce jour.