Projet de vente de la Chaslerie

Me Xavier MEYER, notaire honoraire, intervenant comme ami, m'a fait part hier des premiers commentaires que lui inspire mon projet de proposition (dit "projet 1 de transaction") à mon aîné.

Il se tiendrait prêt à dialoguer avec mon aîné et moi en vue d'améliorer la rédaction de ce document, assurément très perfectible.

Pour lui comme pour moi, les principaux préalables à la tenue d'une telle réunion seraient :
- que nous soyons sûrs que mon aîné soit suffisamment certain de ses propres projets relatifs à la Chaslerie,
- qu'il nous les exprime autant que nous l'estimerions nécessaire
- et que ces projets soient compatibles avec mes propres contraintes et aussi mes ambitions pour le monument.
La réunion ce soir chez mon aîné se déroulait dans un bon climat, selon moi, jusqu'à ce qu'une participante exprime des idées qui m'ont semblé, tant dans le fond que dans la forme, non constructives.

P.S. (du 31 mai 2022 à 7 heures) : Cette fois, tout me donne à penser que la messe est dite. Inutile de me creuser la tête pour essayer de satisfaire aux cinq dernières conditions dont j'ai pris note hier soir. Il n'y aura pas non plus de sixième proposition de ma part, ce serait encore perte de temps.

Donc, tant que ma santé et mes moyens financiers me le permettront, je poursuivrai seul la restauration de la Chaslerie "dans l'intérêt du monument" et de mon successeur, quel qu'il soit. Avant de mettre en vente, je me donne toutefois le temps (ordre de grandeur : trois ans) de vérifier si mon aîné se décide à formuler une offre complète. A dire vrai, je n'y crois nullement.
J'ai demandé hier à mon aîné de me rendre ses parts de la "S.C.I. 4 de la cave de la Chaslerie". Il n'y fait pas obstacle et m'a prié de préparer les formalités requises en la matière.

La nuit portant conseil, j'ai eu ce matin une nouvelle idée. Pourquoi ne pas imaginer un échange de parts de S.C.I. ? Mon fils rendrait celles de la "S.C.I. 4" et recevrait en retour celles de la "S.C.I. 5 des écuries et du colombier". Il faudrait prévoir qu'au cas où je déciderais de vendre la Chaslerie, il me rende ces dernières parts sans faire obstacle à cette vente dès lors que je lui réglerais un prix tenant compte de sa "mise nette" à venir pour la restauration de cette partie principale de l'aile Ouest. Bien entendu, cette restauration serait menée sur la base des plans du 19 juillet 2018 d'Arnaud PAQUIN, c'est-à-dire avec son "escalier-en-facteur-commun" et avec deux salles de spectacle comme souhaité par La SVAADE.

J'avais déjà demandé à Arnaud PAQUIN de réfléchir à une actualisation de ces plans et je sais qu'il y travaille d'ores et déjà.

Bon, l'idée me semble intéressante. Avant de la proposer à mon aîné, je vais étudier s'il existerait des freins techniques, par exemple d'ordre fiscal, à sa mise en œuvre.

P.S. (du 1er juin 2022 à 15 heures) : Aux dernières nouvelles (via "WhatsApp"), il paraît que la route pourrait encore être longue...


P.S. 2 (du 5 juin 2022 à 4 heures) : Si l'on devait faire une lecture positive de mes échanges avec mon aîné, on pourrait, après tant de rendez-vous manqués, toujours sollicités par moi et constamment décevants, dire ceci :


Il faudrait qu'un jour je me fasse une raison.
Réunion de chantier cette après-midi avec Arnaud PAQUIN et Xavier MEYER. Les derniers dossiers de demande d'autorisation, relative aux menuiseries extérieures du logis, sont prêts à envoyer dans les circuits.

Nous avons également évoqué la bibliothèque prévue au premier étage de la cave et décidé que la porte d'accès à la salle-de-bains de cet étage serait, elle aussi, porteuse de rayonnages.

Pour remplacer les "casts" des écuries, j'ai indiqué préférer des lucarnes à capucine du modèle visible à la Guyonnière, c'est-à-dire analogues à celles du logis de la Chaslerie antérieures à l'incendie de 1884. On pourra également songer à en réintroduire deux sur le versant Ouest de la couverture du logis.

La prochaine réunion de chantier est programmée pour le 21 juin.

P.S. (du 8 juin 2022 à 4 heures 40) : L'absence d'accord de principe entre mon aîné et moi n'a pas manqué de peser sur les échanges du jour avec Arnaud PAQUIN. Les limites bientôt atteintes de mes propres moyens financiers jettent en effet une ombre sur les projets de travaux, quels qu'ils soient.

J'ai néanmoins indiqué souhaiter poursuivre le projet relatif à la cave et, pour le reste, donner désormais la priorité à la moitié Nord du logis :
- pour la cave, j'ai même demandé à Arnaud PAQUIN de lancer et de suivre le chantier prévu pour l'isolement thermique des combles, les cloisonnements intérieurs de l'étage et l'escalier ;
- pour la moitié Nord du logis, je considère qu'il conviendra de lever, dès la réception de l'étude de "Bee +", l'entrave parasitaire posée, il y a bientôt trente mois, sur le pavement de la cour.

J'ai en revanche maintenu ma demande d'étude préalable pour l'ensemble du chantier, y compris l'aile Ouest et la ferme, ceci pour deux raisons :
- le souci de battre le fer tant qu'il est chaud à l'intention des entités subventionneuses,
- le besoin, conformément à ce que Patrice BESSE m'avait déclaré lors de sa visite il y a six mois, d'un tel document pour nourrir la réflexion de mon successeur, quel qu'il puisse être.
Thierry BOURRE est passé ce matin me donner son avis sur l'état de mes plantations et les soins à leur prodiguer.

Il trouve que l'état général est bon et n'appelle aucune décision critique. Il reviendra m'aider à marquer les "arbres d'avenir" et en déduire quelques interventions, comme la délimitation de cheminements pour les engins des forestiers.

Il estime la valeur de mes bois, en l'état, à 15 000 €/ha et celle des terres à 5 000 €/ha, ce qui, pour moi, constitue une première approche de la question.
Je tenais hier mon aîné informé de la visite spontanée d'un Américain intéressé par l'achat de la Chaslerie.

Il m'a répondu : "Je trouve cela tout à fait dommage... comme à peu près tout le monde d'ailleurs.
Mais fais exactement comme tu l'entends puisque cette décision t'appartient
".

On ne pourra pas dire qu'il m'aura beaucoup aidé à éviter un tel choix.