Plomberie-chauffage

Je recherche les moyens de contourner le blocage du chantier par la profession protégée que l'on sait.

Ce matin, j'ai une nouvelle idée : et si j'installais le bureau-bibliothèque-de-mes-rêves au 1er étage du colombier ? Après tout, cette pièce est vaste, bien éclairée par ses deux fenêtres, avec de bonnes vues sur l'avant-cour et sur la cour ; il y a juste le problème de la cheminée à y régler mais ce n'est pas une énorme difficulté et l'on pourrait tester là un insert.

Si l'on poursuit le raisonnement, j'installerais ma chambre au 2ème étage du colombier, sous les combles, dans ce volume idéal pour un lit à baldaquin de type rustique.

Et au rez-de-chaussée, il y aurait, comme j'y ai déjà réfléchi, une chaufferie qui ne serait plus centrale, une salle-de-bains avec baignoire (enfin !) et un coin cuisine qui pourrait servir à Carole le temps que je règle le problème de la cuisine du bâtiment Nord...

Je trouve que tout cela a du sens ! Beaucoup de sens, même...
J'ai reçu ce matin M. Sébastien LORGEOUX, du cabinet "Alidade" de Tinchebray.

Il devrait me faire une proposition pour prendre en charge les études, plans et autres documents nécessaires pour rationaliser la circulation des fluides (y compris wi-fi) dans notre manoir favori.

Il me demande néanmoins de lui fournir d'abord divers plans que je vais devoir rechercher dans mes soutes diverses.
Carole et moi nous sommes rendus ce matin, dans le secteur de La Ferté-Macé, chez l'artisan à qui mon aîné envisage de confier la réalisation de la cuisine de son nouvel appartement.

Cet artisan nous a fait excellente impression. Il est prévu qu'il vienne pour l'Ascension à la Chaslerie en vue de commencer à réfléchir à l'agencement et à l'équipement des cuisines qui seraient réimplantées, l'une dans le bâtiment Nord, l'autre au rez-de-chaussée du colombier de notre manoir favori.

P.S. : Vous avez compris, je suppose, que Carole s'oppose à ce que je diffuse sur notre site favori la photo de la carte de visite de cet artisan. Cette fois, le motif est que cela pourrait l'amener à gonfler ses prix.

Inutile de vous dire que je trouve ce point de vue ridicule. Et, en plus, il signifie qu'on ne me ferait pas confiance pour peser dans l'autre sens.

Bon. Avec le souci de l'apaisement qui me caractérise, je ne vais donc pas diffuser ces coordonnées tout de suite. Mais je n'en pense pas moins.
(Début de citation)

De : EF ETUDES 61 <contact.61@ef-etudes.fr>
Envoyé : mardi 26 mars 2019 10:44
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)

Bonjour

Après recherches dans les locaux de l'Orne transféré sur ARGENTAN depuis 18 mois, je n'ai malheureusement plus d'archives des dossiers avant 2008, ni brouillon, ni informatique. Malheureusement, Je ne peux pas vous envoyer une copie informatique de ce dossier. N'étant pas l'agent de l'époque, celui-ci n'étant plus depuis dans la société, je ne peux pas vous donner plus d'informations.

Je tiens à vous signaler par la même occasion que les techniques d'assainissement ont beaucoup évoluées depuis cette époque. Si les travaux ne sont pas encore réalisés, une nouvelle étude reste conseillée. Votre dossier ayant plus de 10 ans, un nouveau devis et une nouvelle convention seraient alors nécessaire.

Cordialement

Cyril ISIDOR
Responsable Antenne 61
EF-Etudes

____________________________________________________________________

Le 26/03/2019 à 06:04, Pierre-Paul Fourcade a écrit :
> Auriez-vous l'obligeance de répondre ?
>
> D'avance merci,
>
> PPF

____________________________________________________________________
>
> De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mercredi 20 mars 2019 10:33
> À : contact.61@ef-etudes.fr
> Objet : TR: Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)
>
____________________________________________________________________
>
> De : Pierre-Paul Fourcade
> Envoyé : mercredi 20 mars 2019 09:33
> À : contact.44@ef-etudes.fr
> Objet : Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)
>
> Bonjour !
>
> Pourriez-vous m'adresser par courriel une copie du rapport que vous aviez rédigé pour moi en 2007 ?
>
> Vous trouverez ci-joint les photos de la page de couverture...

... et d'un plan et d'une coupe inclus dans cette étude :


>
> D'avance merci.
>
> Cordialement,
>
> PPF

(Fin de citation)
Il est, bien entendu, très gênant d'en être toujours à attendre une quelconque réaction utile du dernier architecte du patrimoine avec qui les circonstances m'ont mis en contact.

Or il se trouve qu'on n'a pas besoin de l'intervention d'un tel intervenant pour les travaux intérieurs de notre manoir favori puisque ceux-ci relèvent de la législation applicable aux monuments inscrits, donc peuvent être menés, de la conception à la livraison, sous le contrôle d'un architecte "normal", si j'ose dire.

Ayant eu largement le temps, depuis quelques mois, de mener mon enquête de terrain, j'espère avoir trouvé un architecte digne de ce beau nom, c'est-à-dire apte à mener à bien le chantier intérieur, y compris le traitement professionnel des problèmes posés par la circulation des fluides, problèmes ô combien importants en pratique, et même prioritaires.

Un premier contact devrait pouvoir avoir lieu à notre manoir favori à la mi-avril.
Globalement, on peut dire que je passe ces jours-ci par une phase favorable :

- pour le chantier favori, notamment ses travaux intérieurs, je prends enfin le dossier du bon côté en veillant à régler d'abord la question de la circulation des fluides ; en outre, Sébastien LEBOISNE va pouvoir poursuivre l'isolation des combles et Igor va revenir nous donner un coup de main toujours très apprécié ; le problème de l'entretien des abords semble, quant à lui, résolu dans de bonnes conditions ;

- à Pontorson, il me reste à ce jour deux problèmes sur les bras : un T2 de 50 m2 à louer au rez-de-chaussée mais la locataire sortante a réglé sa dette et ce lot devrait, normalement, trouver rapidement preneur ; surtout, au 1er étage, ce salopard, expert en ficelles face aux tribunaux, qui ne paye pas son loyer depuis 18 mois et contre lequel j'ai hâte de pouvoir obtenir enfin l'exécution de l'expulsion et la retenue sur salaires (vaste programme) ;

- j'ai enfin vendu mes dernières actions, ce qui m'évitera de me lamenter dans mon coin sur ce volet de ma gestion calamiteuse, et c'est très bien ;

- O'Gustin est en pleine forme et me tient sympathiquement compagnie ;

- le retour des beaux jours aidant, Carole m'abandonne un peu moins souvent ; du côté des jeunes classes, j'attends toujours des visites qui tardent un peu trop à mon goût mais je comprends qu'il y ait d'autres priorités ; ma mère est traitée aussi bien qu'on le peut et ne se plaint pas trop ;

- enfin, du côté de ma petite santé, je me détériore gentiment (j'ai remis récemment la main sur des photos de l'an 2010 et ça fait quand même un choc) mais tout cela est suivi.
Coup de chapeau à Nathalie LEROY de la communauté de communes "Domfront-Tinchebray Interco" qui a immédiatement retrouvé ce matin, dans les archives dont elle est en charge, l'"Etude de filière d'assainissement autonome" réalisée en 2007, dont je pourrai ainsi communiquer une copie à l'architecte que je vais rencontrer cette après-midi.
La réunion avec l'architecte pressentie, rejointe à ma demande par M. LESCROART, a été studieuse. Nous avons visité le manoir de fond en comble, dans le bâtiment Nord, le logis, le colombier et la chapelle. L'architecte a piloté un drone pour photographier la besace de la couverture du logis, à proximité de la cheminée Nord, soupçonnée d'être à l'origine du pourrissement d'une poutre au plafond que l'on sait, hypothèse qui n'a pas été confirmée par cet examen.

J'ai été questionné sur les raisons pour lesquelles j'avais été amené à changer tant de fois d'architecte en une trentaine d'années de ce chantier. J'ai expliqué les six problématiques.

L'architecte pressentie m'a répondu qu'elle me fera une proposition de collaboration comportant l'intervention d'un bureau d'études à propos des questions de circulation des fluides, ce qui me semble normal. Je l'ai sentie plus réservée que je ne l'avais souhaité sur la question de la porosité du mur Ouest.

Elle a compris que mon point de vue exprimé ce matin, donnant la priorité au colombier, était calé sur le souci de Carole de disposer d'une cuisine à toutes les phases du chantier. Elle s'est néanmoins demandée s'il ne faudrait pas plutôt prévoir une installation provisoire de cuisinette dans le futur cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord (à côté du "petit salon"). Je soumettrai cette idée à mon gouvernement, étant entendu que, s'il ne tenait qu'à moi, un frigo et un micro-ondes suffiraient amplement à mon bonheur en la matière.

P.S. (du 16 avril 2019 à 00 h 30) : J'ai oublié de noter que l'architecte pressentie recommande, dans le colombier :
- de ne pas changer les poutres du plafond du 1er étage qui, malgré le triste état de l'une d'elles, lui semblent restaurables :

16 avril 2019.


- d'ajouter des garde-corps aux fenêtre du 2ème étage, notamment si on devait en relever le sol pour y incorporer un dispositif de chauffage.

Au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est, l'idée de prévoir un placo pour doubler le mur Nord est rejetée, même si les réservations pour ventilation sont approuvées. D'autres matériaux seront à mettre en œuvre, comme des boiseries. A ce jour, cette suggestion se heurte toutefois à l'objection que je ne sais pas encore quelle affectation donner à cette pièce. (L'idée d'y implanter le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" pourrait refaire surface, notamment si la résolution du problème de porosité du mur Ouest devait traîner, ce qui, de mon point de vue, serait néanmoins un sérieux handicap.)

Dans la chapelle, elle recommande de prévoir une aération en partie haute, afin d'éviter que la condensation et les remontées d'humidité du sol ne gâtent si rapidement les décors peints.

A noter également que cette personne m'a indiqué être propriétaire d'un bulldog anglais et d'un bouledogue français et, de plus, déclaré qu'elle trouve O'Gustin très beau et très vif. Bref, nous nous sommes d'ores et déjà trouvé de très fortes affinités qui me semblent bien augurer de la suite.
J'aurai beaucoup de mal à faire admettre par Carole que la "logique de chantier" m'oblige à donner rapidement la priorité à la restauration du bief aval des douves.

En revanche, elle se déclare prête à accepter que la prochaine halte de sa cuisine baladeuse soit dans le futur cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord. En d'autres termes, il ne serait plus indispensable que j'arrive à faire arriver (revenir pour certains) dans des délais records les fluides divers au rez-de-chaussée du colombier. Cette concession va donner une souplesse bienvenue à mes plannings du proche avenir.