Nouvelles associations

Par partitions successives, l'"Association des amis du manoir de la Chaslerie" (devenue "Association pour la restauration, la défense et l'animation du manoir de la Chaslerie (ARDAMC)") a donné naissance, successivement, à :
- l'"Association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et de ses environs (A.D.D.O.O.E.)"
- et à l' "Association pour l'insertion professionnelle de jeunes dans l'Ouest Ornais, le Sud Manche et le Nord Mayenne (APIJOMM)".

Véronique Louwagie, députée de l'Orne, se dresse contre l'invasion des éoliennes dans nos paysages (article du journal Le Réveil ci-joint).

N.D.L.R. : Véronique LOUWAGIE est une remarquable députée, très assidue et très travailleuse membre de la commission des finances de l'Assemblée Nationale. Elle mériterait incontestablement d'être ministre un jour prochain.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 6 novembre 2018
Vie de l'association - Nouvelles associations
0

P.S. (du 6 novembre 2018 à 21 heures) : Tout cela est très médiocrement rédigé, je trouve. J'ai parfois fait mieux.
Le Publicateur Libre
rédigé le vendredi 16 novembre 2018
Vie de l'association - Nouvelles associations
0

N.D.L.R. : Comme on le voit, un écologiste de choc gare son monstre devant la mairie de Saint-Georges-de-Rouelley. Il ne sera pas surpris, je pense, qu'on ne le laisse pas faire n'importe quoi sur la ligne de crête Domfront-Mortain.

Ce sera le 5ème procès de la série.

Pour défendre les paysages ainsi attaqués, il se dépense en honoraires d'avocats et frais d'expertise des montants qu'un véritable défenseur du développement local investirait en faveur de meilleures causes. En tout cas, nous veillerons à lui apprendre enfin ce qu'est la légalité.
Christian a pris l'initiative, hier, de mettre tout seul à l'abri, à l'aide du "Valtra", les deux poutres de la Julinière qui croupissaient à même le sol, au Sud de la charretterie. Les voici désormais à l'abri dans ce bâtiment :

20 novembre 2018.

20 novembre 2018.

20 novembre 2018.

Les deux poutres de la Julinière ont été placées au-dessus des deux poutres récemment retirées du rez-de-chaussée de notre colombier favori.

De même, il a nettoyé les plates-bandes de l'avant-cour, un travail dont se chargeait habituellement Carole qui aura assez largement déserté notre manoir favori cette année.

Ce matin, Christian m'explique de nouveau qu'il refuse de me montrer le cahier où je lui ai demandé de marquer ses heures de travail. Il invoque la confiance qui doit régner entre nous et ajoute, non sans raison, qu'il pourrait inscrire n'importe quoi sur son cahier. En tout état de cause, il convient qu'il récapitule pour moi les heures de travail qu'il a effectuées pour d'autres, au nom de l'APIJOMM.
Les bénéfices des promoteurs éoliens financés par les taxes sur l'essence !

En bref l’ensemble de ces subventions vient augmenter d’autant plus les bénéfices des actionnaires des consortiums industriels éoliens qui sont parfois étrangers voire chinois.

Par ce transfert financier l’argent des Français vient par l’intermédiaire de l’Etat remplir les poches des actionnaires des grands groupes internationaux. A cet égard la CGT Energie a déjà lancé récemment l’alerte dans un film sur cet immense racket de l’argent des Français.

Il faut cependant noter que c’est la délibération de juillet 2018 de la CRE qui vient de préciser que ces subventions sont financées par la TICPE c’est-à-dire la taxe intérieure sur les produits énergétiques. Elle y précise également que la France doit déjà à ce jour et pour les seuls engagements passés 9 milliards d’euros à EDF au titre des tarifs de rachat subventionnés de l’éolien.

Or c’est justement cette taxe (TIPCE) qui fait l’objet d’augmentation successive prévues par le gouvernement dont une est prévue en janvier 2019 qui est au cœur de la contestation populaire des gilets jaunes.

Car cette taxe dite écologique sert à alimenter un fonds qui finance le surplus d’achat de courant par EDF c’est-à-dire les 9 milliards qu’EDF dispose de créance vis-à-vis de l’Etat mais également les futurs 150 milliards d’euros d’engagements pour les 20 prochaines années de rachat de l’électricité au prix subventionné.

Dès lors, de manière mécanique, plus la France développera sa politique en matière d’éoliennes plus elle sera dans l’obligation d’augmenter cette taxe dite écologique accentuant d’autant plus la colère populaire à chaque augmentation.

Le pire dans cette affaire, c’est que le prélèvement financier ne sert en rien à financer de la recherche et développement dans des énergies vraiment renouvelables mais à augmenter encore et encore plus les bénéfices des industrielles éoliens.

La transition écologique que nous vendent nos gouvernants n’est qu’un leurre et ne sert qu’à remplir les poches des consortiums financiers du vent financés par l’argent des Français.

L’éolien n’est en fait qu’un immense racket et, quand les Français le découvriront, ils seront très très en colère !
TRÈS IMPORTANT

Merci de dire NON au scandale de la suppression des enquêtes publiques sournoisement mis en place par François de Rugy

A l'heure où le président de la République, Emmanuel Macron, annonce le triplement de l'implantation d'éoliennes dans les territoires ruraux, ce qui va conduire au doublement du prix de l’électricité des ménages, le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, programme de son côté la suppression de l'enquête publique notamment pour l'implantation des projets industriels éoliens en publiant discrètement un projet de « décret d'expérimentation en Bretagne et Hauts-de-France » qui la remplace par « de simples consultations par voie numérique ».

Ce projet de décret est en réalité un point d'étape vers la suppression totale des enquêtes publiques préalables aux décisions des préfets sur tout le territoire

Après avoir tenté d’éliminer les citoyens, par une tentative de suppression de Tribunaux administratifs (commission Lecornu), ce qui avait provoqué un déluge de protestations, le gouvernement rompt encore plus maintenant l'équilibre des droits entre les riverains impactés par les nuisances sonores, visuelles et paysagères des éoliennes, et les promoteurs éoliens.

Ce projet est d’autant plus scandaleux que l'évaluation environnementale, se fait par le biais d'études d'impact initiées et payées par les promoteurs éoliens fortunés alors que les services techniques compétents de l'Etat chargés de les contrôler, voient leurs effectifs et leurs budgets se réduire à des "peaux de chagrin" et qu’ils sont de plus en plus engloutis par les milliers de dossiers.

Comment le gouvernement peut-il vouloir instituer une Société de confiance et cyniquement réduire la participation du public sur les projets ayant une incidence sur leur vie quotidienne et leur environnement ?

L'Etat français manque ainsi à toutes ses obligations internationales et européennes, dont la Convention d'Aarhus, lesquelles imposent le respect des droits d'information et de participation honnête du public aux décisions ayant une incidence environnementale.

Pour bafouer encore plus les droits des riverains le Ministère de la transition écologique et solidaire « sollicite les citoyens numériquement » pour donner un avis sur ce projet de décret et cela sur une très courte période du 22 novembre au 11 décembre.

Le Ministère de l’environnement qui se targue depuis des lustres de démocratie participative, tente d’éliminer par cette voie de consultation discrète et uniquement "numérique" les personnes principalement concernées, c’est-à-dire tous ceux qui n’ont, pas accès à internet et qui habitent dans des zone rurales isolées.

Il se débarrasse aussi de tous ceux qui ne sont pas encore « numériquement branchés » et qui redoutent ces nouvelles technologies, soit qu’ils soient âgés, soit qu'ils n’aient pas les moyens de se payer le matériel informatique, les abonnements nécessaires et la formation de plus en plus complexe .

La régression irréversible de l'environnement en France est "En Marche".

Merci de refuser ce projet de décret antidémocratique qui bafoue la vraie démocratie.


Pour cela il suffit de cliquer sur le lien suivant , de lire les commentaires, et de donner un avis et de dire NON au Ministère de la transition écologique et solidaire. Quelques mots suffisent….

Ps: merci de transmettre ce message à vos adhérents

Cordialement

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08

N.D.L.R. : Voici quelques exemples de réponses que s'est attirées ce gouvernement.