Nouvelles associations

Par partitions successives, l'"Association des amis du manoir de la Chaslerie" (devenue "Association pour la restauration, la défense et l'animation du manoir de la Chaslerie") a donné naissance, successivement, à :
- l'"Association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et de ses environs" (A.D.D.O.O.E.)
- et à l' "Association pour l'insertion professionnelle de jeunes dans l'Ouest Ornais, le Sud Manche et le Nord Mayenne" (APIJOMM).

J'ai assisté hier soir à une séance du conseil municipal de Domfront-en-Poiraie.

J'avais remarqué que l'ordre du jour comportait le vote des "objectifs du plan local d'urbanisme" et je voulais m'assurer qu'il n'était pas dit d'horreurs à propos de projets d'implantation d'éoliennes. Il en a bien été ainsi, ce qui ne m'empêchera pas de rester vigilant à ce sujet.

Il a été question également du projet de comice agricole qui devrait se tenir dans notre localité les 31 août et 1er septembre 2019. Je n'ai pas manqué, après la séance, de proposer à l'adjoint en charge, Marcel FOLLIOT, que notre manoir favori abrite cette manifestation. Il me reste à espérer que cette fois-ci, le jaloux morbide local n'usera pas de sa sinistre influence, également locale, pour entraver cette proposition auprès de ses potes du "Lions Club", influents en la matière, ainsi qu'il l'avait encore fait, vis-à-vis d'autres personnes, il y a quelques mois à peine, à propos de "Plantes en fête".

Enfin, dans les rangs du public, j'ai rencontré la personne qui souhaite m'aider à relancer l'association des amis de la Chaslerie. Elle m'a dit qu'elle m'avait préparé un courrier de suggestions. Je l'ai assurée que je le lirai avec un "a priori" très favorable.
Un courriel reçu hier soir de Maître MONAMY m’a permis de comprendre que, dans l’affaire des éoliennes de Ger et de Saint-Georges-de-Rouelley, notre adversaire a renoncé à produire de nouvelles écritures à propos des autorisations d’exploiter. J’imagine qu’il est K.O. debout après notre dernier mémoire récapitulatif, ce qui me paraît justifié compte tenu de la qualité de ce document. J’anticipe que mes alliés et moi allons gagner ce procès et espère surtout que notre adversaire se tiendra à carreau pour un moment, par exemple en ayant compris que nous avons choisi de l’épargner en ne le traînant pas au pénal. Car, en dépit des défauts de cet homme, nous respectons ses autres contributions dans l’intérêt de ses administrés.
Au courriel de ce jour, une autre mauvaise nouvelle : dans l'affaire des éoliennes de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley, Me MONAMY nous écrit ce soir que "Le greffe vient de me transmettre un mémoire en duplique qui avait été déposé par le pétitionnaire le 12 avril dernier. (...) J’ajoute que le promoteur produit une délibération du 28 février 2018 (dont j’ignorais l’existence) par laquelle la communauté d’agglomération a approuvé la modification simplifiée n° 2 du plan local d’urbanisme de Saint-Georges-de-Rouelley. Si le mémoire en duplique nous avait été communiqué au moment de son dépôt, nous aurions eu connaissance en temps utile de cette délibération et nous aurions pu la contester devant le juge administratif. Ce n’est vraisemblablement plus possible aujourd’hui, sauf à ce que les mesures de publicité dans la presse aient été effectuées tardivement."

J'ai comme l'impression que, là aussi, les dés sont pipés. Très finement. Et même si un ami, grand connaisseur de la chose judiciaire et, plus généralement, du bordel administraaaâââtif ambiant, m'écrit dans la foulée : "Cher Pierre-Paul, Je ne suis pas sûr. La lenteur des greffes n'est pas un phénomène nouveau. Elle peut suffire à expliquer cette maldonne."
0
Une bonne nouvelle hier, enfin, du côté de l'APIJOMM : j'ai trouvé un candidat intéressé à ce que Christian répare quelques tuiles et quelques pièces de charpente dans sa résidence secondaire, à Sept Forges. Affaire conclue, je ne serai donc plus le seul à porter cette association à bout de bras, ce à quoi semblait m'avoir condamné la volonté du Jupiter en charge de torpiller les "emplois aidés".

Qu'on se le dise ! Car mon souhait est toujours que le carnet de commandes de cette association se développe suffisamment pour que, sous la férule de Christian qui me paraît en avoir la capacité, nous puissions aider des jeunes à s'insérer, s'ils le veulent, sur le marché du travail.