Nouvelles associations

Par partitions successives, l'"Association des amis du manoir de la Chaslerie" (devenue "Association pour la restauration, la défense et l'animation du manoir de la Chaslerie") a donné naissance, successivement, à :
- l'"Association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et de ses environs" (A.D.D.O.O.E.)
- et à l' "Association pour l'insertion professionnelle de jeunes dans l'Ouest Ornais, le Sud Manche et le Nord Mayenne" (APIJOMM).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 19 février 2018
Vie de l'association - Lobbying - Nouvelles associations
0
Voici le "mémoire"complémentaire" déposé ce soir par Me Francis MONAMY, avocat au barreau de Paris, tendant à obtenir du T.A. de Caen l'annulation d'exploiter 5 éoliennes à 7 km de notre manoir favori.

Me MONAMY nous annonce qu'il déposera un "mémoire définitif" d'ici quelques jours.

Je précise que j'interviens dans cette affaire en qualité de président de l'"Association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et de ses environs" (A.D.D.O.O.E.), requérante.
Jean-Louis BUTRE
rédigé le lundi 19 février 2018
Vie de l'association - Lobbying - Nouvelles associations
0
Paris le 20 février 2018

Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable

Éolien. Réponse à Mr Sébatien Lecornu Secrétaire d’État


Reçue le 8 février 2018 par M. Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État à la transition énergétique écologique et solidaire, en présence de M. Martin Guespereau, son directeur de cabinet, la Fédération de Environnement Durable (FED) prend acte de la volonté du ministre d’ouvrir une concertation avec les associations présentes alors qu’elles avaient été exclues depuis des mois des réflexions en cours sur l’éolien.

La FED rappelle que sa contestation résolue à l’égard de l’éolien industriel ne relève pas seulement de considérations visant le patrimoine et les paysages mais prend en compte les atteintes que porte cette source d’énergie à l’intérêt général de notre pays pour des points de vue économiques, financiers et sociaux.

La FED confirme notamment son opposition catégorique à toute mesure dérogatoire au droit commun et plus particulièrement à la suppression de l’échelon des tribunaux administratifs pour le contentieux éolien. La FED considère que cette volonté de supprimer l’accès direct au juge de première instance, « juge naturel » , de proximité et peu couteux pour le justiciable, sous l’habillage d’un souci de rapidité favorisant la mise en place des projets alors qu’il s’agit, de fait, de museler des victimes, constitue une violation du principe fondamental que constitue le droit à un procès effectif.

Elle affirme qu’avant toute nouvelle mesure encourageant le développement de l’éolien, un audit complet, indépendant et impartial de toutes les filières de l’argent éolien industriel doit être conduit ainsi que ses impacts sur les finances publiques, sur la production électrique, sur les biens des riverains et sur le tourisme

Elle demande pour des questions de santé humaine et de morale que des règles strictes conservatoires sur la hauteur des éoliennes et les nuisances acoustiques qu’elles entrainent soient fixées par les pouvoirs publics. Le principe d’une distance de dix fois la hauteur des éoliennes devrait être adopté.

Elle rappelle que, d’un avis partagé, la transition énergétique passe par d’autres voies que l’énergie éolienne. Les moyens financiers prélevés sur les consommateurs qui cannibalisent toutes les autres filières d’énergies renouvelables devraient être consacrés à de véritables investissements d’avenir.

La FED indique qu’elle n’est pas opposée au principe de poursuivre un dialogue ouvert, démocratique et constructif avec les pouvoirs publics pour permette de faire apparaitre des solutions positives au débat sur l’avenir énergétique de la France.

Contact :

Jean-Louis Butré
contact@environnementdurable.net
06 80 99 38 0 8

N.D.L.R. : Très bien !

Je rappelle que l'A.D.D.O.O.E. que je préside est un membre actif de la FED.