Références culturelles

Fondation Mérimée (via "Facebook")
rédigé le Samedi 18 Septembre 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
⚒ La restauration exemplaire du Manoir du Catel (Seine-Maritime)
🏚 Érigé sous Saint Louis par Richard de Treigots, abbé de Fécamp, le manoir du Catel est aujourd’hui le plus ancien manoir seigneurial de Normandie. Haut lieu de justice, il abritait les prisonniers attendant leur jugement. L’édifice conserve alors plus de 3 000 graffitis couvrant ses murs, et apparaît alors comme un véritable témoin tout aussi émouvant que précieux de la présence de ces détenus. La maison-forte était autrefois encerclée par de vastes douves et flanquée de quatre tours. Sa porte fortifiée s’apparente étonnamment au fronton d’une église. De plus, son axe est orienté Est/Ouest comme la grande majorité des églises d’Orient et d’Occident.
Racheté en 2000 par le propriétaire actuel, le Manoir a pu être sauvé d’une destruction certaine grâce à la mise en place d’une campagne de restauration qui n’a duré pas moins de vingt ans !
🏆 En 2013, notre Fondation a remis au propriétaire le Grand Trophée (30 000 €) pour la magnifique restauration du manoir du Catel.
📸 Normandie Tourisme


N.D.L.R. : Je suis, bien entendu, très admiratif. En particulier du fait qu'une vingtaine d'années y aient suffi.

Il faudra néanmoins qu'un jour j'aille voir sur place de quoi il retourne. Cette façade paraît très réussie mais qu'en est-il du reste du monument ? C'est la principale question que je me pose à propos de cette restauration.

Il est sans doute pénible pour beaucoup de tiers, notamment ceux amenés à collaborer avec moi, que ma tournure d'esprit me pousse à détecter les défauts dans ce que j'observe. Je ne sais pas à quoi cela tient, il en a toujours été ainsi, dès mon plus jeune âge. Il semble clair que ce n'est pas le plus sûr moyen de se faire des copains.

Or, discutant récemment avec un artisan intervenu à la Chaslerie à qui j'avais fait des remarques sur son travail, le poussant à le recommencer à diverses reprises et lui expliquant pourquoi les étapes intermédiaires ne me donnaient pas satisfaction, j'ai eu la surprise de constater que, loin de m'en vouloir pour ce biais de mon caractère, il s'en déclarait reconnaissant.

C'est ainsi que j'ai compris que cet artisan est un homme sur qui nous pourrons compter pour les travaux à venir.

Si du moins j'arrive à surmonter tous les obstacles administraaaâââtifs que l'on peut imaginer et qui, comme l'on sait, me pourrissent la vie depuis trop longtemps, ne serait-ce qu'en raison du manque de réactivité de trop nombreux de mes interlocuteurs obligés.
Messages "WhatsApp" envoyés hier soir à Silvère JARROSSON :

- A 21 h 05 ; "En ce moment à Argentan, concert du quatuor Debussy avec le peintre 8"

- A 21 h 50 : "Benjamin Massé... Je pense que cela t'aurait beaucoup intéressé... Benjamin Massé, dit Primat. En as-tu déjà entendu parler ? C'est de l'abstraction lyrique au pinceau laser, une technique étonnante. J'aurais voulu t'envoyer une vidéo mais mon voisin râlait à cause de la lumière de mon smartphone."

- A 22 h 01 : "C'est tout ce que j'ai pu enregistrer :"

17 septembre 2021.

17 septembre 2021.

17 septembre 2021.


P.S. : Le fameux quatuor DEBUSSY. Hier soir, ils jouaient pieds nus. Comme le peintre PRIMAT. Le nom du spectacle : "Egérie(s)"

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 19 Septembre 2021
Vie du site - Statistiques de fréquentation - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Références culturelles
0
J'ai eu le plaisir de revoir hier soir un jeune retraité de la haute fonction publique caennaise. Il m'a appris que ce que j'appelle "le fan-club de notre site favori" est très fourni au sein de son ancienne administraaaâââtion.

J'espère que toutes ces personnes savent apprécier à sa juste valeur la vue directe, à laquelle leur navigation sur la toile (en dehors des heures de bureau pouvons-nous espérer mais j'ai un doute) peut leur permettre d'accéder, sur les peines et joies d'un administré dont ils ont par ailleurs à connaître des œuvres et des projets.

Cette rencontre a eu lieu au château de Bonneville, dans l'Eure, où j'ai eu le grand plaisir de retrouver Sébastien DAUCE puis d'entendre, dans la très belle église attenante, son merveilleux "Ensemble Correspondances" que je considère tous comme des amis dont la fréquentation m'élève et me nourrit.

Chez Jean de LA VARENDE donc, je n'ai pu m'empêcher de me comparer à d'illustres propriétaires de tels monuments historiques qui ont eu la chance ou le mérite de devenir, qui, un remarquable écrivain et maquettiste brillant, qui d'autre, carrément, un prix Nobel de physique.

Comme je me sens petit et médiocre quand j'ose me comparer à de telles sommités ! Certes, tous mes soucis de chantier, de finances, de préparation de ma succession et, plus généralement, tous mes tracas administraaaâââtifs consomment une part invraisemblable de l'air qui m'est indispensable pour vivre. Mais que je dois être mauvais de ne pas savoir mieux m'affranchir de tous ces tracas pour donner libre cours à mes capacités de création dans un sens où je servirais à quelque chose.

Sébastien DAUCE, à qui je faisais part de mon désarroi, a eu, en véritable ami, des paroles très réconfortantes, estimant que ma restauration de la Chaslerie est, à elle seule, une œuvre utile, de qualité incontestable et qui restera.

Que j'aime rencontrer des jeunes aussi brillants, aussi positifs et aussi rayonnants ! Grâce à la SVAADE, tout cela m'est désormais accessible sur ce que j'ose qualifier de pied d'égalité et j'en suis profondément reconnaissant à cette "personne morale d'intérêt général" fondée par Hugues HOURDIN et moi il y a à peine plus d'un an !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 20 septembre 2021 19:45
À : (...)
Objet : "Les sorties culturelles de la Chaslerie" en octobre 2021

Chers amis,

Depuis un peu plus de trente ans, comme vous le savez, je restaure la Chaslerie, monument historique aux racines médiévales, manoir typique du Domfrontais. Arrivant bientôt à l'âge de 70 ans, j'ai décidé de passer la main. Mon choix s'est porté sur une association, la SVAADE, créée et présidée par mon ami Hugues HOURDIN, qui a d'ores et déjà fait preuve de son dynamisme pour animer le manoir d'une façon qui rencontre l'intérêt du public. Or, quelle plus belle perspective pour un restaurateur de vieilles pierres comme moi que de savoir que son "œuvre" sera en position de lui survivre car placée en de bonnes mains ?

Hugues a signé aujourd'hui la lettre que je suis heureux de communiquer à mes propres amis, de manière à leur permettre de visualiser, ne fût-ce qu'à l'occasion d'un concert, ce qui devrait, du moins selon moi, être et demeurer une fête, à savoir la restauration d'un monument historique dans l'intérêt de celui-ci.

Sachez que, si vous pouviez être des nôtres, j'en serais le premier ravi. Le nombre des places sera limité, puisque ces spectacles se dérouleront dans une pièce de 70 m2 environ, le "grand salon" du logis, et sous contraintes sanitaires aux bons soins de l'association. Bien sûr, vous savez que la Chaslerie est toujours dans une phase de travaux lourds, ce "grand salon" est encore non chauffé dans cette phase du chantier qui aurait tendance à s'éterniser, du moins avec un maître d'ouvrage comme moi et en l'état de la réglementation. N'oubliez donc pas de vous munir de vêtements chauds. Les concerts seront suivis de cocktails dinatoires préparés par Carole auxquels elle et moi souhaitons également que vous puissiez participer.

Les modalités des inscriptions sont précisées dans la lettre de Hugues.

En espérant avoir le plaisir de vous retrouver à l'une ou l'autre de ces occasions (ou, soyons fous, à l'occasion des trois), je vous prie d'accepter mon salut amical.

Pierre-Paul FOURCADE

(Fin de citation)

P.S. (à 21 h 30) : Ouille, ces choses-là sont rudes !

Dans mon courriel ci-dessus, j'ai prévu des cocktails dinatoires préparés par Carole. A dire vrai, j'ai écrit ceci sans même en parler à ma "chère et tendre" (est-ce ainsi que je peux ou dois l'appeler ici ?), au demeurant injoignable puisqu'en route de retour vers son havre parisien alors que je demeure planté par "Orange". Et je l'ai fait, certes, dans le seul souci de favoriser la convivialité entre les spectateurs, quels que soient les circuits par lesquels ils auraient été contactés. En outre et dans mon esprit, à nos seuls frais, à Carole et moi, tant nous avons l'habitude (relative) de régaler gratis...

Il semble qu'en prenant plusieurs de ces initiatives, j'aie outrepassé mon rôle à beaucoup d'égards.

Si j'ajoute un problème technique dans mon envoi (dû à mon incompétence avérée en tout ce qui touche à la geek culture), j'aurais sans doute mieux fait de m'abstenir, semble-t-il. Ou de tourner plusieurs fois ma plume dans l'encrier. Cette "phase de transition" a encore beaucoup à m'apprendre, apparemment...

Par exemple que je ne suis plus seul, ce qui, à beaucoup d'égards, serait à mes yeux un grand progrès.
Plus seul à supporter la charge de ce chantier.
Corrélativement, plus seul, aussi, à décider, ce qui est moins facile à intégrer, mais je m'y emploie.