Références culturelles

Les Musicales du Bocage
rédigé le Mercredi 9 Mars 2022
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles - Annonces - Dans l'Orne
0
Le 12 mars à 20h30, Salle Madeleine Louaintier FLERS

Récital de piano : Clément LEFEBVRE



Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Nouvelle suite en La

Maurice Ravel (1875-1937) : Sonatine

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate n° 28 op 101

Gabriel Fauré (1845-1924) : Nocturne n° 6 opus 63 en ré bémol majeur

Franz Liszt (1811-1886) : Transcription de Widmung de Schumann

Maurice Ravel (1875-1937) : La Toccata du Tombeau de Couperin

N.D.L.R. : Je viendrai, trop heureux de tisser des liens entre les Musicales du Bocage et La SVAADE !
Château de Bourgon (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 11 Mars 2022
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles - Annonces - Ailleurs
0
La Mayenne n’a pas de pétrole mais elle a des idées! 💡😅🏰🎶✨ 🌞
« Les Musicales des Châteaux en Mayenne » un festival de musique classique voit bientôt le jour dans des lieux du patrimoine mayennais!
A l’initiative d’une association toute récente "Musique aux châteaux", avec Philippe Vert (concours international de piano de la ville de Mayenne), Eric Courreges (violoncelliste bien connu), Isabelle Ducatillon du château de Bourgon, sponsor pour l’accueil et l’hébergement des artistes (Présidente d’Arpecat), avec le soutien de Xavier Chapuis (Mécénat de compétence Air Liquide) et de l’association 4 pa(s) en Mayenne et présidée par Catherine Cauchois ( Route des joyaux de la mayenne )
Le concert d’inauguration sera donné le samedi 14 mai à 19h30 au Château de Bourgon avec Eric Artz, pianiste virtuose, habitué des lieux! 🏰🎹🎶✨🥂
Et pour les jeunes, pourquoi pas un peu de musique d’animés… 🧑‍🎤surprise?!…
Les musiciens sont tous exceptionnels, de niveau international 🤩
Ce projet ne peut jouer qu’en faveur de l'attractivité de la Mayenne ... Nous sommes heureux d’accueillir la grande musique dans l’écrin de nos sites qui se sublimeront l’un l’autre par ce merveilleux partage!! .. 🏰🤗🎶✨


N.D.L.R. : Excellente initiative à tous égards, bravo !
Qu'attendent les Ornais pour en faire autant ?
Christophe de BALORRE (via "Facebook")
rédigé le Jeudi 17 Mars 2022
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles
0
Dans le cadre de la Mission Patrimoine portée par Stéphane Bern et déployée par la Fondation du Patrimoine, le Haras national du Pin a été désigné site « emblématique de France ». Prestige de l’Orne, notre Versailles du Cheval devient aujourd'hui le projet patrimonial et central de notre Département et de la région Normandie.
En tant que Président du Conseil départemental de l’Orne et du Haras national du Pin, je ressens aujourd’hui une grande fierté pour notre département, de voir une pépite de son patrimoine recevoir une telle attention et je me dois d'entreprendre toutes les actions nécessaires à la préservation de ce site d’exception.
Animés d'une volonté profonde de redonner son prestige d’antan au Haras national du Pin, nous avons, en 2021, défini un grand projet pluriannuel de restauration du bâti, que cette excellente nouvelle vient enrichir. Cette reconnaissance par la mission Bern s’accompagne d’un soutien financier qui sera un véritable accélérateur à la démarche de sauvegarde que le Haras du Pin a déjà engagé.
Soutenue par le Ministère de la Culture et la Française des jeux (FDJ), la Mission Patrimoine apportera son aide exceptionnelle - dans le cadre de l’édition 2022 du Loto du Patrimoine - par un financement qui profitera plus particulièrement aux travaux de rénovation des anciennes église et infirmerie vétérinaire du Haras du Pin.
La sauvegarde du patrimoine est un effort collectif !


N.D.L.R. : Le Haras du Pin est incontestablement un monument emblématique de la Normandie, de l'Orne ainsi que de la politique du siècle de Louis XIV qui, en beaucoup de domaines, marqua une apogée de notre pays. Il est non moins clair qu'il appelle une très sérieuse reprise en mains, compte tenu de l'état présent de trop de ses bâtiments et de leur potentiel d'attraction, notamment, mais pas uniquement, dans le monde du cheval. Cet immense monument est, à juste titre, au centre des préoccupations et des priorités des élus locaux, régionaux comme départementaux.

Je persiste néanmoins à estimer que la manne du loto du patrimoine pourrait être mieux orientée que vers des monuments dont le propriétaire, public, est déjà en mesure de lever des impôts. Dans l'Orne, après le manoir de Courboyer, c'est la deuxième fois que ceci arrive.

Deux fois en deux opportunités, ça me paraît faire vraiment beaucoup. Ne serait-il pas temps de veiller à rééquilibrer ?

N.D.L.R. 2 (à 6 heures du matin) : Carole me dit qu'en écrivant ce commentaire, je manque un peu de recul...
Je me demande bien pourquoi ;-))
Jean LOUCHET
rédigé le Dimanche 3 Avril 2022
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles - Annonces - A la Chaslerie
0
Chers amis,
en guise de nouvel-an-en-retard, nouvel envoi après correction des trop nombreuses coquilles de ce dernier numéro écrit en toute hâte, et encore plus nombreuses dans la liste de diffusion. (...)
Bonne année, happy new(?) year, à tous, espérons avec moins de virus et de canons, et joyeuses Pâques !
Jean

N.D.L.R. : Merci camarade, en espérant que tu brilleras au moins autant en jouant du clavecin lors du concert des "Resjouissances Baroques" organisé le samedi 7 mai prochain à 18 heures à la Chaslerie au profit de l'association "Pour un Sourire d'Enfant".

(Détails suivront pour retenir des places à ce concert qui ne relève pas formellement, "numerus clausus" oblige, du programme de concerts de "La SVAADE".)
A tous mes nombreux amis, je propose de réserver avec curiosité votre soirée du 30 juin. Et si j'ose, c'est le cas, de m'accompagner dans cette nouvelle aventure en contribuant à convoquer le plus large public. St Sulpice est si vaste et cette composition " monumentale " comme dirait mon cher confrère de l'Opéra :


N.D.L.R. : Est-il besoin que je rappelle que Hugues REINER sera en concert le 29 octobre prochain à la Chaslerie ?

Comme l'an dernier, il clôturera, avec le ténor Joachim BRESSON, la saison musicale de "La SVAADE" à la Chaslerie.

Manorial, isn't it ?
Histoire de Mazeppa

Je poursuis ma lecture de Voltaire sur l’Ukraine. Les répétitions de l’histoire y prennent des dimensions troublantes, tant l’affrontement actuel entre Poutine et Zelensky semble faire écho à celui qui opposa il y a trois siècles le tsar Pierre Ier de Russie à un certain Mazeppa.

Ce Mazeppa, prince-général de l’Ukraine, était né dans le palatinat de Podolie (centre ouest de l’Ukraine actuelle, alors rattaché au royaume de Pologne). Il avait étudié à Kiev puis à Varsovie, avant d’être élevé page à la cour du roi Jean Casimir, où il prit, nous dit Voltaire, « quelque teinture des belles-lettres ». Mais écoutons son extraordinaire histoire.

Mazeppa par Géricault



« Une intrigue qu’il eut dans sa jeunesse avec la femme d’un gentilhomme polonais ayant été découverte, le mari le fit lier nu sur un cheval farouche et le laissa aller en cet état. Le cheval qui était du pays de l’Ukraine y retourna, et y porta Mazeppa demi-mort de fatigue et de faim. Quelques paysans le secoururent, il resta longtemps parmi eux, et se signala dans plusieurs courses contre les Tartares. La supériorité de ses lumières lui donna une grande considération parmi les Cosaques : sa réputation s’augmentant de jour en jour obligea le tsar à le faire prince de l’Ukraine.
» Un jour étant à table à Moscou avec le tsar, cet empereur lui proposa de discipliner les Cosaques, et de rendre ces peuples plus dépendants. Mazeppa répondit que la situation de l’Ukraine et le génie de cette nation étaient des obstacles insurmontables. Le tsar, qui commençait à être échauffé par le vin, et qui ne commandait pas toujours à sa colère, l’appela traître et le menaça de le faire empaler. » (L’empalement est passé de mode, mais il n’est guère douteux que Poutine rêverait de faire subir à Zelensky quelque chose d’équivalent.)

De retour en Ukraine, Mazeppa « forma le projet d’une révolte (…) : il prit la résolution d’être indépendant, et de se former un puissant royaume de l’Ukraine et des débris de l’empire de Russie ». Il fit alliance avec le roi de Suède, dont l’armée s’avança dans le pays, s’égara, et « presque toute l’artillerie et tous les chariots restèrent embourbés ou abîmés dans les marais ». Pour finir, l’armée suédoise et Charles XII furent vaincus à la bataille de Poltava en juillet 1709. Tous les soldats furent fait prisonniers, et « dispersés dans les états du tsar, particulièrement en Sibérie, vaste province de la Grande-Tartarie qui, du côté de l’orient, s’étend jusqu’aux frontières de l’empire chinois (…), pays barbare où l’usage du pain n’était même pas connu. »

Mazeppa quant à lui se réfugia en Moldavie où il mourut en octobre de la même année. Détail révélateur de la haine que lui portait le tsar : Pierre le Grand créa spécifiquement pour lui l’Ordre de Judas, un titre d’infamie qu’il lui décerna afin de qualifier sa traîtrise.*

* https://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Mazepa
Carole et moi suivons un cycle du "Fogefor" afin de nous former à la gestion de nos bois. Pour moi, c'est la seconde fois mais l'intérêt de ce cycle est tel que je n'ai pas hésité à repiquer.

Lors de la séance d'hier, les formatrices nous ont recommandé trois ouvrages que je verrais très bien trôner dans le futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" (dont la dernière implantation prévue est au premier étage de la cave, affaire à suivre) :

Carole et les chiffres : un poème, on n'est jamais déçus !

Elle me demande de lui dire combien vaut le "nombre d'or" car elle souhaite donner à ses parterres de fleurs des dimensions qui le respectent. Elle a dû lire cette recommandation dans l'un des très nombreux ouvrages de jardinage dont elle s'est dotée pour bien faire.

Je lui réponds que je n'en sais rien mais que je peux le retrouver.
Je lui explique, schéma à l'appui, pourquoi il faut rechercher les solutions de l'équation x = (x-1)/x et lui précise que le nombre d'or est donc légèrement supérieur à 1,6.

Joignant le geste à la parole, je lui montre sur le sol ce qu'il faudrait ainsi faire :

11 avril 2022.


"Bien", me dit-elle, "je ne comprends rien à ton discours, tu es comme Papa quand il m'expliquait les maths pour le lycée. Je vais demander à Igor de me préparer des parterres carrés de 1,60 mètre de côté, c'est à peu près les dimensions du bassin central en granit. Donc il m'en faudra quatre."

L'enseignement est un sacerdoce trop dur pour moi, C.Q.F.D.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 16 Avril 2022
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Je déguste ces jours-ci un petit livre passionnant qu'"Amazon" a rabattu vers moi...

... et dont j'extrais le passage suivant :


Ce PASCAL, quel type exceptionnel ! J'avoue que, jusqu'ici, sa prose me tombait des mains. Mais quel style, quelle densité d'expression, j'étudie et me régale !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 20 avril 2022 19:29
À : David PETRLIK
Objet : RE: Textes

Merci beaucoup !

Bonne soirée !

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : David PETRLIK
Envoyé : mercredi 20 avril 2022 19:28
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Textes

Cher Pierre-Paul,

Voici les textes !

F. Schubert : Trio à cordes D 471 en si bémol Majeur

Pendant l’automne 1816, Schubert quitta finalement son poste d’enseignant, qu’il détestait, et emménagea chez un ami proche, Franz Schober. Loin de la maison familiale, bondée et oppressive, et vivant avec un jeune homme charismatique dont le vécu dépassait de beaucoup le sien, l’état d’esprit de Schubert s’en trouva vivifié, ce qui lui permit de se remettre à la composition de nouvelles œuvres, entre autre le présent Trio à cordes datant du mois de septembre. Cette œuvre représente un véritable microcosme d’activité musicale, son exposition et ses récapitulations étant relativement calmes et très mélodiques. Cette tendance déjà présente est accentuée de façon intense par la section centrale plus sérieuse du développement. Ce bijou miniature est l’un des trésors artistiques du répertoire pour cordes.

Z. Kodaly : Intermezzo pour trio à cordes

L'Intermezzo pour trio à cordes date de 1905, date à laquelle Zoltan Kodaly est au cœur de ses voyages et recherches ethnomusicales. Avec son aspect miniature, cet intermède regorge d’airs folkloriques hongrois et évoque en un bref instant musical ce qui sera une des identités artistiques fondamentales de l’écriture de Zoltan Kodaly et Bélà Bartók.

L. Beethoven : Trio à cordes n.1 et 3 op.9

Les trois trios à cordes opus 9, datant des années 1796-1798, valent incontestablement d’être connus. Il est d’ailleurs significatif que Beethoven ait considéré cet opus, au moment de sa publication, comme « la meilleure de ses œuvres ». Ces trois trios font preuve en effet d’une liberté et d’audaces non éloignées de celles des tout premiers trios avec piano et quatuors à cordes, et on ne peut rester insensible à la luxuriance expressive de l’opus 9 no 1, en sol majeur, et encore moins sans doute à l’intensité, à la force de sentiment de l’opus 9 no 3, en ut mineur, le plus ardent, le plus intérieur et le plus novateur au plan de l’écriture.


L’ordre sera le suivant :

1 : F. Schubert : Trio à cordes D 471 en si bémol Majeur

2 : L. Beethoven : Trio à cordes n.1 op.9

3 : Z. Kodaly : Intermezzo pour trio à cordes

4 : L. Beethoven : Trio à cordes n.3 op.9

(Fin de citation)
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Mercredi 27 Avril 2022
Désultoirement vôtre ! - Economie - Références culturelles
0
Twitter et les trous du cul

Elon Musk rachète Twitter. Pour ma part, ça m’est bien égal. Je ne me suis jamais inscrit sur Twitter. Je ne vois pas l’interêt d’exprimer son avis et ses réactions à tout bout de champ, ni à fortiori celui de suivre à longueur de journée ceux de Madame Unetelle ou de Monsieur Tartempion.

Je ne suis d’ailleurs pas plus actif sur Instagram ou Tik Tok. En matière de réseaux sociaux, on ne me trouvera que sur Facebook (et je me demande de plus en plus ce que j’y fais). Peut-être est-ce grâce à cette sobriété que je suis moins sur les nerfs que beaucoup de mes contemporains.

Selon Jaron Lanier en effet, un Américain qui observe de façon assez visionnaire les nouvelles technologies, la meilleure manière pour un réseau de retenir quelqu’un sur sa plateforme consiste à lui fournir de quoi se mettre en colère. On va donc créer des fils de discussion où chacun pourra à loisir s’engueuler avec le monde entier. « Vous ne pouvez pas, dit Lanier, lutter face à l’algorithme de Twitter qui est construit pour exciter vos émotions négatives et vous transformer en trou du cul. C’est le meilleur moyen de vous rendre dépendant. »

On évalue à 440 millions environ le nombre d’utilisateurs de Twitter dans le monde. Sachant qu’Elon Musk vient de mettre 44 milliards de dollars sur la table pour le rachat, ça nous met le trou du cul à 100 dollars en moyenne. Personnellement, je trouve que c’est cher.


N.D.L.R. : L'ami Jean-Pierre, brillant comme toujours.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 1er Mai 2022
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
La "page Facebook" de "Les Resjouissances Baroques", qui interviendra dans une semaine au manoir favori, montre l'activité de ce groupe instrumental dont mon camarade de promotion à l'X et néanmoins ami Jean LOUCHET est le claveciniste :


Pour retenir une place à ce concert (le 7 mai 2022 à 18 heures), il faut soit écrire à bassenormandie@pse.ong, soit prendre contact avec l'office de tourisme de Domfront.
Jauge pleine, hier après-midi, pour le concert de "Les Resjouissances Baroques" en faveur de "Pour un sourire d'enfant" :

7 mai 2022.

7 mai 2022.

7 mai 2022.

7 mai 2022.

7 mai 2022.


Hélas, je n'arrive pas plus que ce matin à mettre en ligne les images des dernières vidéos :

Je crois que Jacques BROCHARD, qui a présenté les activités, les réalisations et les projets de "P.S.E.", était très satisfait de notre collaboration et j'en suis heureux.