Références culturelles

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 7 août 2021 01:10
À : chateaudebourgon@gmail.com <chateaudebourgon@gmail.com>
Cc : C. F. ; Hugues Hourdin ; Jacques Meyer ; Flore Merlin ; T. F. ; W. F.
Objet : RE: Programme du 5 août à décembre 2021 au château de Bourgon-Montourtier

Madame,

Très impressionnant programme, je suis admiratif... et très désireux d'échanger avec vous sur toutes vos réalisations (que je suis via "Facebook").

De notre côté, avec l'association SVAADE (qui tient son AG le 17 août prochain à 17 h 30 à la Chaslerie, vous êtes chaleureusement invitée à y assister), nous nous lançons dans quelque chose qui partage beaucoup de valeurs avec vous et "Arpecat".

Donc hâte de vous rencontrer, soit chez vous, soit à la Chaslerie !

Je vous présente mes hommages respectueux,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Isabelle Ducatillon <chateaudebourgon@gmail.com>
Envoyé : vendredi 6 août 2021 22:30
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Programme du 5 août à décembre 2021 au château de Bourgon-Montourtier

(Fin de citation)
Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le Lundi 9 Aout 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
André Breton au programme il y a cinquante ans
Posted on 7 août 2021 par Libres Feuillets

Quand j’ai passé l’agrégation de lettres classiques en 1971, André Breton figurait au programme de ce concours. Aujourd’hui, cinquante ans après, je me souviens surtout de Nadja (1928) qui s’achève par cette phrase où « convulsive » est écrit en majuscules par l’auteur : « La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas ». On m’a fait remarquer récemment que, lorsque Nadja a été enfermée comme folle à « l’asile de Vaucluse » (c’est ainsi que Breton appelle cette institution), celui-ci ne lui aurait jamais rendu visite. Elle serait morte dans cette institution pendant la guerre de 1939-1945, ce qui m’a rappelé le triste destin de Camille Claudel enfermée par sa famille et morte elle aussi quasiment de faim à l’asile (en 1943). Dans L’Amour fou (1937) qui conclut le cycle de trois œuvres commencé avec Nadja, Breton donne un conseil final adressé à sa fille Aube née à la fin de 1935 de son union avec Jaqueline, la femme aimée de L’Amour fou : « Je vous souhaite d’être follement aimée. » Le 27 septembre 1966, souffrant d’une insuffisance respiratoire, André Breton est rapatrié de Saint-Cirq-Lapopie, le village du Lot dans lequel il avait acheté en 1951 l’ancienne auberge des mariniers ayant appartenu au peintre postimpressionniste Henri Martin. Il meurt le lendemain à l’hôpital Lariboisière à Paris. Dans les années 2010, lors d’un voyage en voiture dans la région de Toulouse, nous avons visité, Maryvonne et moi, une partie de la région du Lot sans faire attention au fait que Saint-Cirq-Lapopie y était un haut-lieu d’André Breton. Puis, avant l’élection présidentielle, et de nouveau en 2021, je me suis enfin rendu compte que le président Macron manifestait un intérêt particulier pour ce lieu touristique, désigné comme l’un des « villages préférés des Français ». La maison d’André Breton à Saint-Cirq-Lapopie a été transmise à sa fille Aube qui l’a revendue à un couple d’artistes. Après des tergiversations, la commune s’en est portée acquéreuse.

Lorsque j’ai préparé l’agrégation de lettres
J’ai trouvé qu’il fallait pour bien concourir être
Pas seulement paraître – en face du jury
Sincère avec des mots bien sentis et mûris
Mais bien qu’ayant passé sans encombre l’épreuve
Où le surréalisme était une idée neuve
– Le programme incluait L’Amour fou de Breton –
Ce livre m’a paru ne pas être d’un ton
Qui pouvait s’accorder à la beauté du titre
Son auteur paraissait trop docte à son pupitre
Ecrivant un essai qui à la poésie
Mêlait l’exaltation dont il était saisi
Quand il se rappelait avoir vu Tenerife
Avec la femme aimée tout était « convulsif »

J’ai découvert plus tard comme un haut nid-de-pie
Les ruelles perchées de Saint-Cirq-Lapopie
Breton en avait fait son rêve le meilleur
– J’ai cessé disait-il de me chercher ailleurs –
Dans un panorama de sauvage beauté
Au pied de ce village où venaient caboter
Jadis au long du Lot suivant leurs attelages
Lentement sûrement les bateaux de halage
Des artisans nombreux travaillaient en ce lieu
En plus des bateliers maints tourneurs ingénieux
Y façonnaient le bois et par la voie des eaux
Expédiaient leurs produits jusqu’au port de Bordeaux

En mil neuf cent cinquante une très vieille auberge
De mariniers devient son bien non loin des berges
Le barde y vient souvent puis le charme se rompt
La magie de la vie cesse de tourner rond
Mais le charme d’antan devenu touristique
Alimente toujours la renommée rustique
Du village à présent préféré de Macron
Après avoir été le fief d’André Breton

Dominique Thiébaut Lemaire

N.D.L.R. : Saint-Circq-Lapopie, rêve de calcaire, trop facile à tailler.

A celui-ci, camarade, je préférerai toujours mon grès et mon granit armoricains.

"Oui, l’œuvre sort plus belle
D’une forme au travail
Rebelle
,
Vers, marbre, onyx, émail.

Tout passe. - L'art robuste
Seul a l’éternité.
Le buste
Survit à la cité.

Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
Sous terre
Révèle un empereur.

Sculpte, lime, cisèle ;
Que ton rêve flottant
Se scelle
Dans le bloc résistant ! "
Le pronostic de Kafka
Publié le 11 août 2021


Il y a cent ans, Kafka notait : « Dans le combat entre vous et le monde, misez sur le monde ». Et, à la vérité, il était difficile de lui donner tort. Changer le monde : qui l’avait fait ? Personne ou presque. Quelques grandes figures spirituelles (le Christ, Bouddha, Mahomet) y étaient parvenues partiellement, sans produire toutefois aucun résultat visible dans la durée : les hommes avaient régulièrement continué à s’entretuer, selon leur humeur et les circonstances, et les religions nouvelles, même celles qui prêchaient l’amour et le détachement, servaient aussi bien que les autres de prétextes à guerroyer.

Depuis quelques décennies cependant, les choses se sont inversées, et les parieurs pourraient désormais miser contre le monde, sur les hommes. Mais pas pour le mieux. Car si le monde est en train de perdre le combat, c’est que les humains, collectivement, en se multipliant (nous sommes trois fois plus nombreux aujourd’hui sur Terre que nous ne l’étions au moment de ma naissance) et en laissant libre cours à un soi-disant progrès économique, ont enclenché la destruction de leur irremplaçable maison, comme le dernier rapport du GIEC vient de le rappeler.

Et ce n’est pas d’abord une question de mode de vie ou de consommation, comme on feint de le croire. C’est avant tout une question de nombre. Le drame, c’est le nombre, et c’est un drame parce que cela rend le problème insoluble. Pour que l’humanité soit sauvée, il faudrait qu’il en périsse une moitié. Qui peut décider cela ? Personne. In fine, c’est le monde qui s’en chargera.

Alors, au bout du compte, j’en reviens au pronostic de Kafka.

Trop nombreux (Arbon / Arbon), extrait de Ça arrive à tout le monde

N.D.L.R. : Je ne suis plus équipé, comme je l'étais à une époque, pour mettre en ligne des clips sonores sur le site favori. Donc prière de se reporter au message original de Jean-Pierre pour accéder à ce clip.
Nous avons reçu aujourd'hui à déjeuner au manoir favori Hugues HOURDIN, en sa qualité de président de la SVAADE, et les personnes pressenties pour faire partie du nouveau bureau qui devrait être mis en place à l'occasion de l'A.G. du 17 août prochain.

Hugues HOURDIN nous a déclaré qu'à ses yeux, et pour reprendre un propos tenu devant lui par Pierre JOXE, alors premier président de la Cour des comptes, "Une bonne réunion dure trente minutes. Sinon, c'est qu'elle a été mal préparée".

Nous avons compris que nous n'aurions d'autre choix que d'obtempérer. A ce sujet, il m'est revenu une autre citation, selon laquelle "La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas".
Successions en chêne
Publié le 13 août 2021

Le Monde a publié récemment une intéressante série d’articles sur la façon dont s’organisent les successions au sein du capitalisme français. Bolloré, Arnault, Bouygues, Pinault, Lagardère : on observe que c’est la pratique dynastique qui domine. L’un des fils est désigné pour prendre la suite de son père. La méthode est simple mais s’applique avec des bonheurs divers, comme on sait, selon les cas.


Il y a une exception : la famille Mulliez. Y être héritier (elle en est à la cinquième génération) ne permet pas d’accéder au pouvoir : seules les actions sont transmises, pas les présidences ou les postes de direction. Aucun des enfants ne peut prendre la place du patriarche. Il m’a amusé de lire que pour justifier cette règle, ils invoquaient cette plaisante métaphore végétale : « Rien ne pousse à l’ombre des grands chênes sauf les glands ».

On voit que les Mulliez se gardent sagement de tout excès de confiance et d’optimisme, du moins dans la définition qu’en donnait le maréchal de Lattre : planter deux glands et aller s’acheter un hamac.
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 15 Aout 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Portes/portails
La Rochelle (Charente-Maritime)
Portail de l’Hôtel de l'Intendance, XVIIIe siècle (rue Pernelle) :


N.D.L.R. : Magnifique à La Rochelle, absolument pas approprié au manoir favori (quoi que certains aient eu le front de prétendre).
Espionnage industriel à l'abbaye de la Lucerne. Mais je n'avais pas emporté le bon appareil photo. Je signale au passage les points qui, en l'état du chantier favori, ont plus particulièrement retenu mon attention.

Tailles relatives des corbeaux et des poutres :

16 août 2021.


Des lucarnes qui pourraient inspirer celles à prévoir au Sud de la ferme :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Les pilastres près de la porterie :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Le système d'écoulement et d'évacuation des eaux pluviales :

16 août 2021.

16 août 2021.


Les carrelages :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Saint Achard :

16 août 2021.


Des lucarnes pour le logis :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Un modèle pour l'"escalier-en-facteur-commun" :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Des pilastres :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.


Des portes :

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

16 août 2021.

Châteaux (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 18 Aout 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Les souterrains du château de Brézé 💚

"Sous le château et autour des fossés sont creusés 4 kilomètres de souterrains. La partie la plus ancienne du réseau est la Roche de Brézé, antérieure à 1063. Elle est située 9 mètres en dessous de la cour du château. La Roche de Brézé présente une structure en trèfle, avec au centre un puits de lumière. Ce souterrain-refuge était équipé pour soutenir un long siège : des silos permettaient de stocker la nourriture, l'accès au souterrain pouvait être facilement obstrué et les défenseurs pouvaient tendre des embuscades aux assaillants grâce à l'étroitesse des couloirs et à leurs nombreux coudes.

Autour des fossés se trouvent de grandes pièces troglodytiques avec notamment une boulangerie, une glacière et une magnanerie. D'autres parties du réseau servaient à la conservation du vin.

Les fossés du château de Brézé sont les plus profonds d'Europe (18 mètres). Ils ont été creusés en plusieurs étapes, vers 1450 leur profondeur atteignait 10 à 12 mètres, au XVIe siècle elle atteignait les 18 mètres. Les pierres extraites lors du creusement des fossés ont été utilisées pour la construction du château. Les fossés sont entourés d'un chemin de ronde souterrain dont l'un des principaux éléments est une échauguette. "

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.

Brézé.


N.D.L.R. : Fascinant !
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Lundi 23 Aout 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Aubergine
Publié le 23 août 2021

Je donne de temps en temps un coup de main à mon fils Augustin. Je ne saurais dire exactement comment cela s’est fait, mais il m’a peu à peu spécialisé dans la récolte de ses aubergines.

C’est sans doute parce que la chose est des plus simples : il suffit de repérer sous les feuilles celles qui sont de taille convenable et de couper leur tige avec un sécateur. La seule difficulté consiste à éviter de mettre la main au contact du petit capuce vert à leur sommet, très piquant et donnant de multiples minuscules échardes.


En me documentant brièvement à son sujet, j’ai appris que l’aubergine était originaire d’Asie (Inde et Chine), et qu’elle avait été popularisée autour de la Méditerranée par les Arabes. Mahomet la recommande, pour qui l’aubergine serait une « plante du paradis ». Mais en Europe du Nord, au Moyen-Age, Albert-le-Grand la désigne comme un fruit malsain et on la surnomme « pomme des fous ».

On voit qu’un même légume peut être apprécié différemment parmi les hommes, et refléter le choc des civilisations.
La 38ème édition des journées européennes du patrimoine aura lieu les 18 & 19 septembre prochains sur le thème « patrimoine pour tous ».

Cette année, la DRAC de Normandie a souhaité valoriser le patrimoine exceptionnel, qui rayonne sur le territoire normand.

Nous avons le plaisir de vous adresser le lien qui vous permettra de télécharger le programme régional des JEP 2021 en Normandie.

Vous pouvez également retrouver le programme complet sur le site national avec les derniers ajouts.

Espérant, à travers cet envoi susciter un intérêt, une mise en avant par vos soins de ce patrimoine remarquable célébré chaque année lors du troisième week-end de septembre, nous vous invitons à en faire une large diffusion.

Comptant sur votre engagement et votre passion pour le patrimoine de notre région, la cellule communication reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire;

N.D.L.R. : A la Chaslerie, visites extérieures gratuites le dimanche 19 septembre 2021 de 14 heures à 18 heures 30.

On pourra faire des dons à la SVAADE et, dans la limite du stock de maquettes et de lithophanies imprimées, repartir avec l'un de ces magnifiques objets, dignes des plus belles vitrines d'amateurs éclairés !

Voici d'ailleurs les derniers modèles de lithophanies imprimés :

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.

13 août 2021.


Gorgious, isn't it ?
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Mercredi 25 Aout 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Annonces - Ailleurs
0
Mets et mots d’Amou et des Luys
Publié le 25 août 2021


« Deux lectures musicales, un concert de chansons gourmandes, une conférence sur les recettes de la lecture à voix haute, une autre sur trente mille ans d’alimentation, une exposition de photographies de “Festins Littéraires” par Charles Roux (en partenariat avec le Musée de la faïence et des arts de la table de Samadet), une rencontre de passionnés autour du magicien d’Eugénie-les-Bains, Michel Guérard : le temps d’un week-end en Chalosse, entre Amou, Gaujacq et Brassempouy, les 25 et 26 septembre, Mets & Mots d’Amou & des Luys réunira artistes et personnalités (Marie Christine Barrault & Pascal Contet, Christophe Lavelle, Éric Lareine & Alexis Kune, Lucrèce Sassella & Antoine Sahler) afin de célébrer l’amour de la gastronomie et de la langue françaises.

L’événement sera agrémenté d’une dégustation, d’ateliers d’écriture et de cuisine, et des menus Mets & Mots d’Amou seront proposés pour la circonstance par trois restaurants ambassadeurs du tourisme gourmand landais : Chez Darracq à Amou, le Bistroquet de la Dame à Brassempouy et l’Estanquet qui se déplacera exceptionnellement à Gaujacq. »

— Mais dites-moi, mon ami, n’est-ce pas là l’occasion rêvée d’aller faire un tour en Chalosse ?
— Assurément !
— J’imagine qu’il faut réserver…
— Bien sûr. Ça se fait en ligne, ici, sur le site https://metsetmotsdamou.fr, où vous trouverez aussi le détail de la programmation et toutes les informations pratiques nécessaires. Qu’on se le dise !

N.D.L.R. : Très tentant !
Raphaël, Mathis & Emmanuel, pour Anatomies d'Architecture
rédigé le Mercredi 25 Aout 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Annonces - Dans l'Orne
0
Bonjour à toutes et à tous,

Pour celles et ceux qui ont soif d’apprendre de nouvelles techniques de construction écologique à plusieurs, avec 100% de matériaux naturels et locaux, le tout encadré par un constructeur de haut vol et dans un cadre unique :

Du 30 août au 4 septembre nous organisons un chantier école ouvert à tout public (pro et novice) au domaine du Costil en Normandie !

Animé en collaboration avec l’excellent Luc Van Nieuwenhuyze, maçon et président de l’ASterre, ce chantier sera l'occasion de réaliser sur site un plancher en quenouilles (torches de chanvre mélangées avec de la terre crue et enroulées autour d’un bois de noisetier)

N’hésitez pas à nous contacter directement par téléphone ou mail pour plus d’informations !
contact@ada2018.fr
07 82 13 83 04
Facebook / Instagram

A très bientôt.


Raphaël, Mathis & Emmanuel
Pour Anatomies d'Architecture
07 82 13 83 04

N.D.L.R. : Intéressant. J'ai déjà vu cela à l'un des plafonds du manoir du Grand Taute et, plus récemment, au plafond de la porterie de l'Abbaye de la Lucerne.

A la Chaslerie, il est trop tard pour y penser pour la charretterie. Dans les écuries telles qu'elles seront aménagées, cela ne serait pas en phase avec l'"escalier-en-facteur-commun" voisin. A la cave, j'ai déjà mis des bardeaux de châtaignier (sur le modèle de ce qui y préexistait). Mais on peut envisager un tel type de plafond pour la ferme, du moins pour certains de ses volumes.

Or je dispose d'ores et déjà d'au moins quatre plants touffus de noisetier, aux abords immédiats du manoir favori. Pour ce qui est du chanvre...

... il faudrait se mettre à en cultiver ici...
Aujourd'hui, j'ai très envie de partager avec vous, sans raison particulière, cette version des Folies d'Espagne de Marin Marais enregistrée il y a quelques années avec l'ensemble TACTUS... 19 minutes d'une grille d'accords aussi courante à l'époque que l'est la grille de blues aujourd'hui 😉

N.D.L.R. : A la Chaslerie, le samedi 16 octobre prochain à 17 h 30... Pensez à retenir vos places par commentaire sur le site favori ou par courriel à penadomf@msn.com ! Il n'y en aura pas pour tout le monde...

(Un samedi, cela devrait même permettre à des Parisiens surbookés d'être des nôtres...).
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Vendredi 3 Septembre 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Dans le ciel froid, des feuilles rouges
Publié le 3 septembre 2021

Au fond, je ne devrais plus écrire sur l’état du monde ou sur des choses qui ne me concernent que de loin. Je devrais faire comme les peintres et les poètes chinois, me concentrer sur ce qui m’entoure et tenter de me fondre dedans. Disparaître en tant qu’individu, n’être plus qu’un morceau de nature qui vibre avec elle-même, se dépouiller de soi, d’un avant, d’un après, se connecter tout entier à l’instant, être aspiré par lui, et en lui rejoindre enfin le cœur des choses.

Suivre la voie d’un Wang Wei, être capable un jour d’hiver d’écrire « Dans le ciel froid, ça et là, des feuilles rouges », et que tout soit dit.

Très brillant concert, ovationné, en cette fin d'après-midi à Ecouché, de Jean-Frédéric NEUBURGER, dans le cadre du "Septembre Musical de l'Orne" :

5 septembre 2021.

5 septembre 2021.


Pendant le concert, j'ai reçu un courriel de prise de contact de David PETRLIK, à la suite du message de l'ami de mon aîné. Je m'aperçois que David et Jean-Frédéric ont joué ensemble.

Cela nous laisse entrevoir, grâce à David, un nouveau spectacle éblouissant au manoir favori sous l'égide de la SVAADE.
Allez la SVAADE !
Affaire à suivre.