Références culturelles

N.D.L.R. : Dans un premier temps, je recenserai ici tous les messages comportant un hyperlien avec une musique. Dans un second temps, je tâcherai de rétablir les liens rompus.

Le château de Pont-Rilly (Manche) est élevé en 1765 par l'architecte saint-lois Raphaël Lozon pour Hyacinthe-Paul-Charles de La Houssaye, marquis d'Ourville, à partir du manoir existant. La chapelle, les écuries, les remises et le pavillon est sont construits peu après, selon les plans de Nicolas Durand, architecte de l'intendance de Champagne.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des officiers allemands logent au château. Après le Débarquement de 1944 , le château est le quartier général de l'Advance section of commmunications zone (ADSEC/Com Z).

Annick et Jean-Jacques Roucheray, anciens artisans d'art, rachètent la totalité du château en 1982, le font inscrire comme monument historique, le restaurent selon les plans d'origine et l'ouvrent à la location en gite après dix ans de travaux.

Photos : © E.Sander


N.D.L.R. : Cela réjouit le cœur (et me change quelque peu) de voir une restauration aboutie.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 9 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Accrochez-vous bien : pour une fois, je vais dire du bien d'un film, "Le mystère Henri PICK" que j'ai vu à Flers en cette fin d'après-midi. Le scénario tourne autour de questions de boutique (les relations entre écrivains, éditeurs, critiques, lecteurs), ce qui, d'habitude, me fait fuir. Mais ici, l'intrigue, tirée d'un roman de David FOENKINOS, est intéressante, LUCCHINI est bien sûr très bon, et je remarque que "Mandarin Cinéma" (la boîte des beaux-frères de mon vieux copain Michel BARNIER) figure parmi les producteurs, ce qui, à l'expérience, me semble un gage de qualité.
Pris d'un doute, j'ai voulu vérifier en consultant le moteur de recherche de notre site favori...

Eh oui, j'avais bien lu le bouquin dont a été tiré le film vu hier. C'était il y a à peine deux ans et demi.

Cela prouve que, sans notre site favori, j'ai la mémoire qui flanche.
Effet de l'âge, sans doute...
HuGo SOLIGNAC
rédigé le dimanche 10 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Chez le décorateur Jacques Garcia
Le château du Champ-de-Bataille est situé à 5 kilomètres du Neubourg, sur la commune de Sainte-Opportune-du-Bosc, dans le département de l'Eure. Il a été construit de 1653 à 1665 au cœur de la campagne du Neubourg, à quelques kilomètres de la commune d’Harcourt où se trouve également un autre château remarquable de Normandie :le chateau d'Harcourt.
Après 1982, le château est entretenu par un particulier, monsieur Boutrolle d'Estaimbuc, qui crée en 1990, dans une partie du parc, un golf, le golf du Champ de Bataille.

De nombreux sons et lumières et concours d'attelages se déroulent aux abords du château jusqu'en 1992, année de sa revente au décorateur Jacques Garcia. Depuis son achat en 1992, Jacques Garcia a mené au Champ de Bataille des travaux de rénovation. Il a voulu restituer l'intérieur du château dans un état qui a pu être celui de l'ancien régime. Des collections d'art et d'ameublement y sont présentées. La modification la plus importante dans la distribution des pièces est le décloisonnement de plusieurs petites pièces, afin de restituer les grands volumes d'origine, ainsi que la création, sur deux niveaux, dans la partie privée du château, d'une vaste bibliothèque, dont le niveau supérieur est desservi par une galerie. La bibliothèque est prolongée par des cabinets de curiosités. Dans une antichambre de la partie privée du château, Jacques Garcia conserve une collection d'armures japonaises et d'armes orientales anciennes.
Photos : © E. Sander

N.D.L.R. : Il ne fait aucun doute qu'avec d'énormes moyens financiers et un goût très raffiné, on arrive à faire des choses extraordinaires.

Et dire que j'avais visité ce château lorsqu'il était en vente. Avec ses deux bâtiments principaux parallèles, il m'avait alors paru ressembler à une gare de la S.N.C.F.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 12 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Hier, à Paris, j'ai interrompu la lecture de "Sodoma" - pittoresque mais trop répétitif à mon goût et, surtout, où sont les preuves ? - pour me lancer dans celle de "Le siècle d'Assia" de Marguerite BERARD, la major de la promotion de MACRON à l'E.N.A. Je ne connais pas cette très brillante jeune femme mais j'avais eu l'occasion de croiser rapidement ses parents dans une vie antérieure (dans la foulée de mai 68, le père, de la même promo que JUPPE et Philippe TOUSSAINT, avait refusé les grands corps de l'Etat et opté pour une carrière préfectorale qu'il a néanmoins terminée au Conseil d'Etat, où son propre père l'avait précédé). Ce livre, sur le grand-père et la famille maternels de l'auteur, est très intéressant (je n'en dis pas plus ici) et écrit de façon limpide, avec une belle unité de style du début à la fin.

Dans la foulée, j'ai commencé la lecture du dernier ouvrage de Philippe de VILLIERS, "J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu", sur la construction européenne.

Enfin, ayant assisté à une lecture par Sir Michaël EDWARDS de quelques-uns de ses poèmes en anglais, j'ai acheté un exemplaire de son dernier ouvrage qu'il m'a dédicacé "in situ", "At the Brasserie LIPP". Et un autre pour ma mère, dédicacé avec un humour tout "british" (mais j'ai oublié cet exemplaire à la capitale - j'écris ceci ici pour ma mère -). La langue en est très soutenue et les poèmes fourmillent de références historiques ou poétiques qui me passent largement au-dessus de la tête mais je compte sur ma prof d'anglais favorite et néanmoins ancêtre vénérée pour me les expliquer (quand j'aurai réparé mon étourderie).
Briqueterie des Chauffetières (via "Facebook")
rédigé le mercredi 13 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
BRIQUETERIE DES CHAUFFETIERES
Laurent Fontaine
L’Homme Chamondot, RN 12
61190 Tourouvre


N.D.L.R. : Voici bientôt 30 ans que je passe à côté, sans jamais m'arrêter.
Il faudra que j'aille examiner leurs tomettes (nous avons échangé via "Facebook" et ils m'ont dit que leur côté est de 10 cm).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 14 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Via "Facebook", je suis "ami" de "Château Pontus de Tyard". Je découvre que ce monument est en Bourgogne, dans le petit village de Bissy-sur-Fley, "lieu de naissance du grand homme et néanmoins regrettablement oublié (sic) Pontus de Tyard (1521-1605)", donc un contemporain de la Chaslerie. Voici des photos de cette demeure qui nous rappellent quelque chose :

Il faudrait que je prenne le temps d'aller voir ça de plus près.

P.S. : Et, en plus, je constate que j'ai eu (quand je dirigeais une société de bourse dans le groupe "Suez") une collaboratrice du nom de la propriétaire des années 1950.