Références culturelles

N.D.L.R. : Dans un premier temps, je recenserai ici tous les messages comportant un hyperlien avec une musique. Dans un second temps, je tâcherai de rétablir les liens rompus.

Jean-Pierre ARBON
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles
0
Je suis un idiot
Publié le 31 décembre 2018

Un « idiot » (ιδιώτης), dans la Grèce antique, c’est un simple particulier. C’est quelqu’un qui est considéré dans sa dimension individuelle, et non pas dans sa relation avec la Cité. On distingue d’un côté les affaires privées, de l’autre la chose publique ; d’un côté le particulier, de l’autre le général. En grec, les questions personnelles sont des questions idiotes, sans qu’aucune connotation péjorative soit attachée à ce mot.

Mais on voit bien comment les choses dérivent : l’idiot s’oppose à la res publica. Il devient celui qui ne s’intéresse pas à la vie collective, qui s’en tient à l’écart, et reste étranger à ces matières, d’où l’idée d’ignorance, et partant de sottise. L’idiot est un individu singulier, déconnecté du corps social, quelqu’un qui vit dans son monde et sur qui on ne peut pas compter.

Dans cette perspective, on peut dire que je suis un idiot. Je me tiens volontiers à distance des débats et agitations de mes contemporains. J’évite le plus souvent d’y prendre part, dans la mesure où y prendre part n’est bien souvent qu’ajouter du bruit au bruit et de la confusion à la confusion. Je me concentre sur les jolies choses que quotidiennement la vie m’apporte : la chaleur de mon lit, blotti contre ma femme, une parole cocasse et tendre échangée avec ma mère, la beauté du givre sur les arbres, le regard souriant d’un inconnu qu’on a croisé.

À la vérité, il m’arrive de penser qu’on manque un peu de gens comme moi. Plus d’idiots, voilà mon rêve.

N.D.L.R. : Si vous êtes un idiot, je revendique le titre de crétin. Crétin des Pyrénées, s'entend.
Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Billet : veille de nouvel an
Posted on 31 décembre 2018 par Libres Feuillets

L’année s’estompe à la fin de décembre
En un jour gris mais qui n’est pas glaçant
Elle s’en va dans le noir elle sombre
Il est trop tôt pour en tirer leçon

Dans la semaine a brillé comme l’ambre
Un soleil pâle avec des rayons lents
L’année s’estompe à la fin de décembre
En un jour gris mais qui n’est pas glaçant

On ne sait pas s’il faut garder la chambre
Ou s’élargir en se donnant du champ
Ce qui est sûr c’est que dans la nuit sombre
Où l’avenir est malgré tout chanson
L’année s’estompe à la fin de décembre


Les souhaits et les vœux sont des désirs de voir un évènement s’accomplir. Selon qu’il y a beaucoup ou peu d’apparence qu’on obtienne ce qu’on désire, ce qui nous représente qu’il y en a beaucoup excite en nous l’espérance, et ce qui nous représente qu’il y en a peu excite en nous la crainte. L’espérance est une disposition de l’âme à se persuader que ce qu’elle désire adviendra, disposition causée par un mouvement de la joie et du désir mêlés ensemble, et la crainte est une autre passion de l’âme, qui tend à la persuader que ce qu’elle désire n’adviendra pas. Bien que ces deux passions soient contraires, on peut néanmoins les avoir toutes deux ensemble, lorsqu’on se représente en même temps diverses raisons, dont les unes font juger que l’accomplissement du désir est facile, tandis que les autres le font paraître difficile. Ainsi parlait René Descartes, je m’en souviens en cette veille de nouvel an.

Dominique Thiébaut Lemaire

N.D.L.R. : Bonne année à toi, Domino !
Jean-Pierre ARBON
rédigé le vendredi 4 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Monde flottant
Publié le 4 janvier 2019

A mesure que les années passent, j’éprouve une sympathie de plus en plus marquée à l’égard de ceux qui se sont retirés du monde. J’ai déjà parlé plusieurs fois de Ryokan, ce moine et poète japonais (1758-1831) qui vécut en ermite la plupart de son temps. Chaque jour, il écrivait quelques lignes qui ne disent souvent rien d’autre que la jubilation d’être en vie, en harmonie avec la nature, et émerveillé par elle. Les formes changeantes des nuages, la couleur émeraude des pins, la pâleur resplendissante de la lune, la goutte de rosée sur un brin d’herbe, à l’aube, constituent les thèmes de ses poèmes, répétitifs comme une litanie éblouie, exultants comme autant d’actions de grâce.


Moi, je sais bien que c’est l’idée de la nature qui me plait, plus que la nature elle-même. Je serais bien incapable de vivre comme Ryokan, dans un dénuement sans confort, cueillant et mendiant (comme je serais aussi incapable, à la vérité, de vivre simplement comme mon fils Augustin, dans sa ferme). Mais j’admire profondément tous ceux qui dans leur vie ont su retourner à une forme de sobriété vertueuse. Et lire Ryokan me fait vibrer :

Je marche jusqu’au torrent d’émeraude en fredonnant des chansons
assis je regarde les nuages mouvants surgir des cimes déchiquetées
pitoyable celui qui recherche renom et richesse dans ce monde flottant
toute sa vie gaspillée à courir dans le vent et la poussière
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 8 janvier 2019 10:29
À : YVARD Eric
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : RE: La Chaslerie

OK. Merci.

PPF

_______________________________________________________

De : YVARD Eric <eric.yvard-mairie@orange.fr>
Envoyé : mardi 8 janvier 2019 10:25
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : La Chaslerie

comme promis, je vous envoie une généalogie Ledin mais seulement la branche de la Chaslerie

j'ai incorporé à cette généalogie tous les éléments glanés un peu partout auprès des chercheurs précédents qui ont travaillé le sujet ou les pièces originales telles que les trois inventaires après décès que j'ai retrouvés (1715, 1716 et 1724).
Vous y trouverez des renseignements généalogiques (baptêmes, mariages et inhumations), des dates de contrats notariés mais aussi des choses sur la carrière de chaque membre de cette famille.
A ne pas mettre encore en ligne, la rédaction et la présentation sont encore à revoir.
les points d'interrogation dans cette généalogie sont des choses douteuses

Je vous joins aussi la transcription de l'inventaire après décès de Jacques Ledin, mort en 1715 à l'âge de 90 ans (sources A.D.61. 4 E 140/45).
Pour cet acte il me reste des mots à trouver dont la lecture me pose des problèmes. Ne pas mettre encore en ligne SVP

J'ai retrouvé 3 poses de scellés et 3 inventaires. ils sont tous complémentaires par les différents renseignements qui s'y trouvent.
Le premier 1715 Pierre Ledin
le second Jacques Ledin de 1716 et le troisième la veuve de Pierre née Croisilles de 1724
Je vous transcris tous ces docs mais une lecture très difficile et des documents en mauvais état.

le reste va suivre progressivement de jour en jour

cordialement
eric Yvard

_______________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 8 janvier 2019 09:02
À : eric.yvard-mairie
Objet : RE: La Chaslerie

Super.
Tous mes vœux en retour.
Bien cordialement,
PPF

_______________________________________________________

De : eric.yvard-mairie <eric.yvard-mairie@orange.fr>
Envoyé : mardi 8 janvier 2019 08:57:35
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : La Chaslerie

Bonjour
(...)
Je vous envoie ce matin
L inventaire apres deces de Jacques ledin mort en 1715.
Il ne faut pas le mettre encore en ligne
Il me manque quelques mots à identifier.
Je dois retourner vers les originaux pour les déchiffrer.
La généalogie ledin noble et non noble va suivre. C est à dire les branches de la Chaslerie. de la guerche et du chatellier
L étude du fief de la Chaslerie des sa formation est en cours
L étude sur les vraies origines des ledin de la Chaslerie aussi
Ces deux parties doivent être mieux rédigées pour être compréhensible par tous
Mes meilleurs voeux 2019
Eric yvard

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 9 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
De passage hier à Flers, j'ai acheté "Sérotonine" de Michel HOUELLEBECQ chez mon libraire local (et unique donc favori en tant que tel, hélas, pour tout vous dire). Ça démarre bien, le style est enlevé.