Références culturelles

Jean-Pierre ARBON
rédigé le Vendredi 26 Février 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Coup d’aile
Publié le 26 février 2021

J’ai été attristé par la nouvelle de la mort de Philippe Jaccottet, délicat et profond poète.

Le Monde dans sa nécrologie rapporte cette phrase de lui : « Dans la poésie que je préfère, celle d’un Hölderlin, d’un Dante, d’un Hopkins, ce qui me touche profondément, c’est qu’elle est exaltante au sens propre du mot, c’est qu’il y a une espèce de coup d’aile qui vous enlève légitimement très haut. S’il existe, pour moi, une justification profonde de la poésie, c’est que finalement elle vous porte très au-dessus de vous-même. »

Alors, reprenant dans ma bibliothèque « L’encre serait de l’ombre », une sélection de notes et de poèmes opérée par Jaccottet lui-même*, et la parcourant, je trouve ces quelques phrases que je me surprends à prononcer à voix basse, comme on murmure un adieu :

Je parle pour cette ombre qui s’éloigne à la fin du jour
ou n’est-ce pas plutôt elle qui chante en s’éloignant,
son pas qui parce qu’il l’emporte dans les champs parle avec toute la douceur de la distance ?
Quel est cet air plus mélodieux que l’air,
sinon la déchirure même et la distance de la terre qui murmure amoureusement,
sinon les heures qui de passer font une suite de paroles ?

Qui disparaît ne pleure point, mais chante.


Et pour un instant, en effet, nous voici très au-dessus de nous-mêmes.


* collection Poésie / Gallimard
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 27 Février 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Dans le livre écolo sur l'apiculture récemment acheté, je lis que "si les ruches sont installées sur un terrain prêté, la coutume veut qu'une partie du miel récolté, jusqu'à 10 %, soit donnée au propriétaire."

Ceci confirme :
- que les renseignement que j'avais glanés sont exacts,
- et que Jean-Claude BRUNO, apiculteur domfrontais, ne manque pas d'air.

Je me félicite donc de l'avoir envoyé sur les roses.
Châteaux, Manoirs et Logis Normands (via "Facebook")
rédigé le Mardi 2 Mars 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le château de Saint-Germain de Livet (14)
Sans doute le plus connu des châteaux du pays d'Auge, le château de Saint-Germain le Beaudoin est, à l'origine, une forteresse de plan pentagonal, appartenant à une branche cadette des Tyrel de Poix.
Il passe par alliance en 1352 aux Louvet. Jeanne Louvet et son époux Pierre de Tournebu, entreprennent les premières transformations en 1462, en édifiant un grand manoir à pans de bois, et le domaine est alors renommé Livet-Tournebu.
Les générations se succèdent, laissant leur empreinte dans les bâtiments, notamment grâce à la fortune de Marie de Croismare, édifiant le pavillon d'entrée, la tour Ronde, la galerie..., avant de se séparer du château en 1879.
Le château de Saint-Germain de Livet est acquis par Madame Gobley, dont la fille, Madame Lesur en hérita avant de le vendre à Julien Pillaut, descendant du grand ébéniste Jean Henri Riesener et parent du peintre Delacroix.
En 1957, la veuve de Julien Pillaut, fait don à la ville de Lisieux du château et de ses collections. La ville de Lisieux à fait du château de Saint-Germain de Livet un musée :


N.D.L.R. : Damier blanc et gris.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Jeudi 4 Mars 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Désirer ce qu’on a
Publié le 4 mars 2021

Si l’on me parle de la vie en général, et de la manière de la traverser le plus heureusement possible, je cite volontiers la phrase de saint Augustin : « le bonheur c’est désirer ce qu’on a ». Mais souvent on comprend : se contenter de ce qu’on a. Or se contenter évite simplement d’être malheureux, dans la mesure où vouloir ce qu’on n’a pas, ou ce qu’on n’a plus, expose à la frustration du manque, ou à l’enfer des regrets.

Saint Augustin dit tout autre chose. Il dit qu’il faut faire coïncider ce qu’on désire avec ce qu’on a : faire se superposer ces deux ensembles qui chez la plupart des gens se recoupent assez peu. Vivre de telle sorte que ce qu’on a ne cesse jamais à nos yeux d’être beau, bon, précieux, désirable donc, et en avoir toujours conscience.

© décopositive


C’est essentiellement une question de focale. On grossit en général ce qui nous manque, et on voit en petit ce qui nous est offert. Or nous avons beaucoup plus que nous croyons : la vie, l’air qu’on respire, le ciel, le soleil, le vent, les fleurs, les arbres, l’amour d’une mère ou celui d’un enfant, tout ce que prodigue la nature et qu’il suffit de regarder. A la plupart d’entre nous, tout cela est donné.

Mais le bonheur nous échappe. Nous ignorons l’art de maintenir la tension du désir vis-à-vis de choses simples. Nous cessons de les voir. D’autres envies nous encombrent, comme des parasites, et nous avons le défaut de vouloir ce qui nous fait défaut.

N.D.L.R. : Morale pour temps de crise. Ce n'est pas ma préférée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Mars 2021
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Il va sans dire que j'invite les membres du fan-club à s'inscrire eux aussi !

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 5 mars 2021 23:31
À : Anne-Violette FOURCADE
Objet : RE: SLG 12e2/ APEL SLG - Bientôt notre Dictée pour la Classe Soleil

Je m'inscris !

A demain !

PPF

________________________________________________________________________

De : Anne-Violette FOURCADE
Envoyé : vendredi 5 mars 2021 23:21
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Fwd: SLG 12e2/ APEL SLG - Bientôt notre Dictée pour la Classe Soleil


From: marie laure bonnefoy (...)
Sent: Thursday, March 4, 2021 6:43:25 PM
To: (...)
Subject: SLG 12e2/ APEL SLG - Bientôt notre Dictée pour la Classe Soleil

Chers parents,

Vous allez recevoir dans les sacs et cartables de vos enfants ces prochains jours une carte postale au sujet de la Dictée pour la Classe Soleil.
Celle-ci aura lieu le vendredi 12 mars à 18h. Elle sera donnée par Amélie Nothomb depuis le théâtre de Franklin, mais nouveauté de cette année, elle se fera à distance : pas besoin de vous déplacer, vous pourrez la faire de chez vous.
Le fonctionnement sera simple et vous sera expliqué dès que vous serez inscrits. Il vous suffira de disposer d’une imprimante ce soir-là et d’un smartphone.
L’objectif est de passer un moment ludique, convivial, autour d’un beau texte de la littérature française (merci à Mme du Mesnil et à Une dictée par jour de se mobiliser chaque année pour cela), tout en faisant preuve de générosité pour la Classe Soleil.

La soirée se passant à distance, tout le monde est le bienvenu, qu’il soit du réseau franklinois ou non. N’hésitez pas à faire signe à vos amis, à vos familles, à tous ceux qui pourraient être intéressés !

En attendant, les inscriptions sont possibles sur www.jes-franklin.org.

Merci par avance de répondre nombreux à cette invitation inédite !

Ariane Bouet pour la Fondation JES-Franklin


(Fin de citation)