Références culturelles

RACINES et PATRIMOINE de FRANCE (via "Facebook")
rédigé le Mardi 7 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Prononciation du français au 17ème siècle

Accompagné par Jean-Luc Perrot au clavecin (dans une allemande de Jean-Henry d'Anglebert), le comédien Jean-Luc Épallle déclame en prononciation restituée un texte de Charles Perrault :

"Tous les Siecles ont donné de grands Hommes, mais tous les siecles n'en ont pas esté également prodigues. Il semble que la Nature prenne plaisir de temps en temps à montrer sa puissance dans la richesse des talens qu'elle répand sur ceux qu'elle aime, & qu'ensuite elle s'arreste comme épuisée par la grandeur & par le nombre de ses profusions.

Quoyque ces momens ne soient pas reglez, on a remarqué néanmoins que cette humeur bienfaisante luy prend ordinairement lorsque le Ciel a resolu de donner à la Terre quelque grand Prince qui en doit faire l'ornement; car comme si elle se croyait obligée de parer l'entrée de ce Heros dans le monde, elle fait naître avant luy, ou avec luy, une foule d'Hommes d'un mérite extraordinaire pour le recevoir, & pour estre ou les instrumens de ses grandes Actions, ou les Ouvriers de sa magnificence, ou les Trompettes de sa gloire."

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie (ou presque).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 11 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Je viens de terminer la lecture d'un brulot que Carole avait dû acheter à l'"Intermarché" du coin. "Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de VILLIERS est d'un style surchargé de références culturelles et témoigne du goût de M. le Vicomte pour les poses, mèche au vent, à la CHATEAUBRIAND. Cela part de la fameuse (?) rencontre au Puy du Fou où il a cru être entendu par le Jupiter-de-mes-deux-enfumeur-sans-foi-ni-loi et se développe en une judicieuse mise en cause du confinement et de ses organisateurs, pour terminer sur une exaltation de la France conçue comme un "roman d'amour" (titre, je suppose, du prochain opuscule d'une déjà longue série).

Rigolo de voir qu'il s'est senti personnellement floué par le caméléon-en-charge, toujours prompt, par devant, à offrir son regard bleu ciel d'enfant de chœur pour, immédiatement après, trahir et transgresser en se délectant de la fange. Pauvre vieux pays vermoulu, livré à un tel charlatan. On n'a pas fini d'en payer le prix exorbitant.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Lundi 13 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
La société militaire de 1815 à nos jours
Publié le 13 juillet 2020

La fin du confinement et les événements qui ont suivi, notamment la mort de mon beau-père, m’ont détourné d’aller au bout de l’exercice pour lequel Claudine et Brian Thompson m’avaient sollicité, et qui consistait à sélectionner dix livres pour mes amis sur Facebook.

Je crois que j’en étais parvenu à sept. Décidons tout de suite de sauter les deux qui manquent, et d’aller directement à la conclusion de la série. Mon dixième ouvrage, pour lequel j’éprouve une affection particulière malgré le fait (ou peut-être à cause du fait) que je ne l’ai pas lu, s’intitule La société militaire de 1815 à nos jours.


Cette non-lecture remonte à vingt et quelques années. Je me trouvais chez mon ami Michel Béra pour une séance de musique dans sa maison des Rivières. J’étais à la recherche d’une idée de chanson, et parcourais la bibliothèque incroyablement éclectique qu’il y avait rassemblé (sciences, mathématiques, économie, géographie, histoire, technologie, BD…) lorsque je suis tombé sur ce titre, qui, allez savoir pourquoi, m’a enchanté. — Ce serait drôle d’écrire une chanson là-dessus, dis-je en nous lançant une forme de défi. Je ne suis même pas sûr d’avoir sorti le bouquin du rayon.

Aussitôt dit, aussitôt fait. A l’époque, les paroles de chansons me venaient bien plus facilement qu’aujourd’hui, et l’ami Béra n’était jamais en panne d’inspiration musicale pour peu qu’on lui propose une idée chatouilleuse. Celle-ci l’émoustilla instantanément, et c’est ainsi que La société militaire de 1815 à nos jours, en plus d’être un essai dont le sujet, à vrai dire, ne m’intéressait pas vraiment, est devenue une métaphore de la bibliothèque, de toutes les bibliothèques, et du bonheur de pouvoir assouvir par les livres la persistante curiosité que nous avons du monde.

Je possède dans ma bibliothèque
Beaucoup de livres j’en ai vraiment pour tous les goûts
La vie des saints l’histoire de la pastèque
Toutes les manières de préparer un bon ragoût
Cependant je n’en fais pas mystère
Celui qu’je préfère entre tous
C’est la société militaire
De 1815 à nos jours

Le récit des expéditions arctiques
Les archives de la révolution au Congo
Trois traités de mécanique quantique
Tradition et modernité du tango
Mais rangé près de la Gloire de mon père
Avec les Travaux et les Jours
C’est la société militaire
De 1815 à nos jours

Au rayon ethnologique
J’ai tout sur le cuit et le cru
La poterie la céramique
Et le drapé et le cousu
Toute la comédie humaine
A la recherche du temps perdu
Discours sur les prolégomènes
Mais n’te promène donc pas tout’nue

On peut lire dans ma bibliothèque
Toute l’histoire des Valois et des Bourbon
Le guide Michelin, les trésors des Aztèques
Apprendre à parler en public en dix leçons
Le traitement chimique du minerai de fer
Le guide des premiers secours
Et la société militaire
De 1815 à nos jours

Côté anglais il y a de quoi faire
Tenez ami venez voyez
Près des raisins de la colère
L’amant de Lady Chatterley
Moby Dick Manhattan Transfer
Love Story et Ivanhoé
Les voyages de Gulliver
Le songe d’une nuit d’été

On trouvera dans ma bibliothèque
Les Fables le hasard et la nécessité
Vie et mœurs des australopithèques
Précis de finance et de comptabilité
L’encyclopédie des chemins de fer
Les joies du sexe et de l’amour
Et la société militaire
De 1815 à nos jours


N.D.L.R. : Dommage que je ne sache plus mettre en ligne sur le site favori les musiques de l'ami ARBON. Mais on les trouvera sur son blog.
Philippe MEYER (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 15 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Chanson du jour : « Les Mangeux d'terre » - Entre 2 Caisses

Je r’passe tous les ans quasiment dans les mêmes parages
Et tous les ans, j’trouve du changement de d’ssus mon passage
À tous les coups, c’est pas l’même chien qui gueule à mes chausses
Et pis voyons, si je m’souviens, voyons dans c’coin d’Beauce

Refrain :
Y avait dans l’temps un bieau grand chemin
Chemineau, chemineau, chemine !
A c’t’heure n’est pas pus grand qu’ma main
Par où donc que j’cheminerai d’main ?

En Beauce, vous les connaissez pas, pour que ren n’se parde,
Mangerint on n’sait quoué ces gars-là, y mangerint d’la marde !
Le ch’min, c’était, à leur jugé, d’la bonne terre pardue
À chaque labour y l’ont mangé d’un sillon d’charrue

Refrain

Z’ont groussi leurs arpents goulus d’un peu d’glébe toute neuve
Mais l’pauv’ chemin en est d’venu mince comme eune couleuv’
Et moué qu’avais qu’li sous les cieux pour poser guibolle !
L’chemin à tout l’monde, nom de Guieu ! C’est mon bien qu’on m’vole !

Refrain

Z’ont semé du blé su l’terrain qu’y r’tirent à ma route
Mais si j’leur en d’mande un bout d’pain, y m’envoyent fair’ foute !
Et c’est p’t-êt’ ben pour ça que j’voués, à m’sure que c’blé monte,
Les épis baisser l’nez d’vant moué comme s’i’s avaient honte !

Refrain

Ô mon bieau p’tit chemin gris et blanc su’ l’dos d’qui que j’passe !
J’veux pus qu’on t’serre comme ça les flancs, car moué j’veux d’l’espace !
Ousque mes allumettes a sont ? dans l’fond d’ma pann’tière
Et j’f’rai ben r’culer vos mouessons Ah ! les mangeux d’terre !

Refrain normal puis :

Y avait dans l’temps un bieau grand chemin,
Chemineau, chemineau, chemine !
A c’t’heure n’est pas pus grand qu’ma main
J’pourrais bien l’élargir, demain !
lefigaro.fr
rédigé le Dimanche 19 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Cathédrale de Nantes : le grand orgue «disparu» avait traversé l'histoire

Lors de la Révolution française, moins de cinq ans après sa restauration, la cathédrale de Nantes est transformée en «temple de la Raison». Certaines orgues de la ville sont détruites. Mais le grand orgue est sauvé par son organiste de l'époque, Denis Joubert, qui interpréta la Marseillaise, convainquant ainsi le comité révolutionnaire de le conserver pour les «fêtes révolutionnaires», raconte encore le site de la cathédrale.


N.D.L.R. : Périodes de barbarie.

Réhabilitation de la langue française (via "Facebook")
rédigé le Lundi 20 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Nature (hors géologie) - Références culturelles
0
Dommage que beaucoup de ces verbes soient tombés dans l'oubli.
Le chien aboie quand le cheval hennit et que beugle le bœuf et meugle la vache.
L'hirondelle gazouille, la colombe roucoule et le pinson ramage.
Les moineaux piaillent, le faisan et l'oie criaillent quand le dindon glousse.
La grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse.
Et le chat comme le tigre miaule, l'éléphant barrit, l'âne braie, mais le cerf rait.
Le mouton bêle évidemment et bourdonne l'abeille.
La biche brame quand le loup hurle.
Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu ?...
Que si le canard nasille, les canards nasillardent,
Que le bouc ou la chèvre chevrote,
Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte,
Que le paon braille, que l'aigle trompète.
Sais-tu ?...
Que si la tourterelle roucoule, le ramier caracoule et que la bécasse croule, que la perdrix cacabe, que la cigogne craquette ... et que si le corbeau croasse, la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit. du verbe vaginer
Tu sais tout cela ? Bien.
Mais sais-tu ?...
Que l'alouette grisolle ??...
Tu ne le savais pas. Et, peut-être, ne sais-tu pas davantage que le pivert picasse. C'est excusable !
Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère
Et que c'est à cause du chameau que l'on déblatère !
Tu ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule
Et je ne sais pas non plus si on l'appelle en Limousin la pépue parce qu'elle pupule ou parce qu'elle fait son nid avec de la chose qui pue. Qu'importe !
Mais c'est joli : la huppe pupule !
Et encore sais-tu que la souris, la petite souris grise : devine ? La petite souris grise chicote ! Oui ! Avoue qu'il serait dommage d'ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir, que le geai cajole !"
Visite, ce matin, du chef d'orchestre Sébastien DAUCE, venu préparer le concert du 12 août prochain (et non 14, comme précédemment indiqué) au manoir favori :

24 juillet 2020.


N'hésitez pas, les uns et les autres, à bloquer cette date dans votre calepin afin de pouvoir assister à ce spectacle de qualité !
Un grand jour en perspective !
Quand Sébastien Daucé et son ensemble "Correspondances" se produisent au théâtre de Caen, celui-ci affiche complet.
Idem pour leurs concerts parisiens...
La gendarmerie de Domfront va être sur les dents...
Je ferai mon possible pour en être.
Cordialement

N.D.L.R. : Et en plus il est très sympathique.
Château de la Ballue et ses jardins (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 26 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Visite très privée des intérieurs du Château de la Ballue.
Un château du début 17ème, entièrement monument historique, qui vit au 21ème siècle.
Tous les détails ici.
Tous les samedis cet été, à 14h30, dans le respect des conditions sanitaires réglementaires. Nombre d'entrées limité, sur préinscription par mail chateau@la-ballue.com ou par téléphone 02 99 97 47 86


N.D.L.R. : Il faudrait qu'on aille voir tout ce travail d'une architecte de qualité.
Bellême tourisme - Le Perche en Normandie (via "Facebook")
rédigé le Mardi 28 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Références culturelles - Annonces - Dans l'Orne
0
Des appartements et du mobilier d’époque
Que peut-on voir dans ce château des Feugerets ?

Du raffinement, surtout. Celui des salons du rez-de-chaussée, qui datent du XVIIIe, par exemple, qui comportent plusieurs pièces d’époque...

... et un parquet d’un état remarquable, différent de pièce en pièce. Une dizaine de pièces sont à visiter, afin de mieux voir et comprendre comment vivaient les propriétaires des lieux au fil des siècles. On trouve une étonnante petite chapelle, au sortir de l’escalier principal. Plus loin, les pièces sont une succession de petites chambres et alcôves, avec même une table de maquillage et des produits « dans leur jus ». D’autres petites surprises sont à découvrir dans les couloirs du château, où des portes que l’on pourrait prendre pour des placards, donnent en vérité vers de minuscules escaliers accédant à de petites chambres de bonnes.

Château des Feugerets : info@chateau-des-feugerets.fr ou 06 88 44 89 10. Visites guidées (payantes) tous les jours à 15h et 16 h 30, d’environ 45 minutes. Réservation obligatoire et limite de 10 personnes par groupe.

N.D.L.R. : Je ne comprendrai jamais qu'on laisse partir de telles propriétés quand on a, dans la famille, les moyens de les entretenir, c'est-à-dire de les conserver et de les y conserver. Quel aveu d'impuissance, c'est nul !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 29 juillet 2020 09:07
À : Hugues LEVARD <hugues.levard@wanadoo.fr>
Cc : Odile Néouze <oneouze.vmf61@gmail.com>; Eric MAZIER - Responsable OT DOMFRONT <e.mazier@ot-domfront.com>; Celine Portes ; Sébastien Daucé
Objet : RE: Le 12 août à La Chaslerie

Merci beaucoup.

J'aurais peut-être dû vous transmettre plus tôt la photo ci-jointe...


Bien amicalement,

PPF

__________________________________________________________________________________

De : Hugues LEVARD <hugues.levard@wanadoo.fr>
Envoyé : mercredi 29 juillet 2020 08:18
À : pierre-paul fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Fwd: Le 12 août à La Chaslerie

Cher ami,

voici l'annonce diffusée à tous nos adhérents de la Manche, avec le programme joint :


Bien amicalement,

Hugues LEVARD
Délégué départemental VMF Manche
2 Saint-Quentin, 50810 Bérigny
Tel : 02 33 57 71 93
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 30 juillet 2020 06:48
À : emmanuel.lescuyer@orange.fr
Cc : C. F. ; (...)architecte@gmail.com ; hogue robert <hogue@serrure.fr>; 'Hugues Levard' <hugues.levard@wanadoo.fr>; Odile Néouze <oneouze.vmf61@gmail.com>
Objet : 12 août à la Chaslerie

Cher Monsieur, cher "Mr SPOON",

(...)

Seriez-vous libre pour venir présenter votre savoir-faire à la Chaslerie, le 12 août prochain, à l'occasion du concert dont vous trouverez le programme ci-joint. Je pourrais vous demander, à cette occasion, certains travaux pratiques facturables, comme sur les tomettes de l'entrée actuelle (bâtiment Nord) dont on vous avait parlé. Votre collègue Sébastien DUVAL, de l'entreprise BODIN, viendra expliquer la restauration de granits et j'espère que M. HOGUE pourra être de la fête pour nous parler de ferronnerie.

Bien que perturbé par les précautions COVID qui limitent les entrées, l'événement bénéficie du soutien des VMF de la Manche et des VMF de l'Orne, ce qui pourrait vous permettre de contacter de nouveaux clients.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)