Références culturelles

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 3 mars 2024 18:17
À : V.
Objet : Re: Le courage, deux exemples

Il est en effet possible que tous ne soient pas capables de s'élever à ces altitudes. Faut-il pour autant le regretter ?

Envoyé de mon mobile
Envoyé à partir de Outlook pour Android

__________________________________________________________________________________________________

De : V.
Envoyé : dimanche, mars 3, 2024 6:10:36 PM
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Le courage, deux exemples

Cher Pierre Paul, je pense que vous apprécierez cet échange épistolaire reçu aujourd’hui sur ma boite mail, envoyé par une amie….
... deux hommes lumineux de courage et d’élégance dans notre monde médiocre…

Navalny, Sharansky Lettres du goulag

Au printemps 2023, Alexeï Navalny entame une courte correspondance avec le dissident soviétique Natan Sharansky. Les deux hommes, mus par un refus obstiné de la peur, s’amusent et se désespèrent des similitudes entre les systèmes soviétique et poutinien



YANN LEGENDRE
MOSCOU - correspondant
Avant de mourir à 47 ans dans le secret d’une prison de l’Arctique, le 16 février, Alexeï Navalny fut un lecteur passionné. Il n’a cessé de parler de ses lectures à ses correspondants en liberté. Il s’autorisait même, sur ce seul sujet, des plaintes : à l’isolement disciplinaire, où il passa une bonne partie de sa détention, le règlement ne l’autorisait à emmener qu’un seul livre, quand il en dévorait le reste du temps une dizaine à la fois.
A l’un de ces correspondants, il a aussi confié son intérêt nouveau pour les essais politiques et les Mémoires, sa curiosité intacte pour les affaires du monde. Jusqu’au bout, Alexeï Navalny a cru en son combat politique, persuadé que la prison ne constituait qu’une étape dans son parcours et sa formation.
C’est précisément la lecture du livre de Natan Sharansky Fear No Evil (Random House, 1988 [traduit en français la même année et publié chez Grasset sous le titre Tu ne craindras point le mal]) qui a poussé Alexeï Navalny à engager une courte correspondance avec l’ancien dissident soviétique installé en Israël. « Je crois que c’est une chose permise entre un auteur et son lecteur », écrit l’opposant dans un courrier daté du 3 avril 2023.
Jeu de miroirs
S’ils sont soumis à la censure, ces échanges sont fluides, grâce au système de correspondance numérisée mis en place dans certains lieux de détention russes – héritage des timides réformes libérales du début des années 2010, baptisé Zonatelecom, la « zone » évoquant en russe le monde de la prison.
Tu ne craindras point le mal, le titre du livre de Sharansky, dit assez la proximité entre les deux hommes, quand Navalny a fait de cette proclamation une ligne de conduite autant qu’un programme politique. Sharansky l’a écrit entre 1986 et 1988, date de sa première publication en anglais, après avoir passé neuf années dans les geôles soviétiques.
L’homme est alors encore connu sous le nom d’Anatoli Chtcharanski. Il est un proche du physicien et dissident Andreï Sakharov, Prix Nobel de la paix en 1975. Il est surtout la figure centrale du mouvement des refuzniks, ces juifs soviétiques dont la vie en URSS était rendue impossible le temps que leur demande d’émigration en Israël soit étudiée, ou après le refus de celle-ci.
Lui-même émigrera en 1986 en Israël, où il hébraïsera son nom. Il occupera plusieurs postes ministériels avant de prendre, entre 2009 et 2018, la tête de l’Agence juive, organe gouvernemental chargé de l’immigration juive. Le rappel de cette kippa bricolée dans la prison de Tchistopol, au Tatarstan, que l’homme de 76 ans continue de porter, montre qu’une partie de son cœur est restée en Europe, ou au moins dans les prisons soviétiques – son « alma mater », écrit-il, dans un clin d’œil qui ravit Alexeï Navalny.
Les deux hommes s’amusent autant qu’ils se désespèrent de ce jeu de miroirs entre les époques, des innombrables similitudes entre les systèmes soviétique et poutinien – des plus lourdes aux plus mesquines. Ils se réchauffent de leur admiration mutuelle, de se découvrir tant en commun, à commencer par le refus obstiné de la peur. Instinctivement, même à des décennies et des milliers de kilomètres de distance, l’opposant à Vladimir Poutine de 1,88 m et le vieux dissident soviétique de 1,59 m se tiennent épaule contre épaule.
Navalny s’attend même à se voir transférer à la prison centrale de Vladimir, où Sharansky fut un temps détenu. La prédiction ne se réalisera pas. C’est finalement dans le Grand Nord que l’opposant sera envoyé « faire travailler son âme » et voir mourir son corps. L’échange a été bref – une simple conversation de promenade, un morceau de littérature carcérale laissé aux futures générations de prisonniers.
Les lettres qui suivent ont d’abord été publiées sur le site The Free Press.
TRADUIT DE L’ANGLAIS PAR VALENTINE MORIZOT ET DU RUSSE PAR NIKITA MOURAVIEFFCt

Alexeï Navalny Le virus de la liberté est loin d’être éradiqué
« Cher Natan,
C’est Alexeï Navalny, qui vous salue depuis l’oblast de Vladimir – même si je doute que vous en gardiez de chaleureux souvenirs.
Je me trouve actuellement dans la colonie pénitentiaire numéro 6, à Melekhovo, mais la prison de Vladimir m’écrit qu’une cellule est en train d’être préparée pour moi. Je vais donc probablement être transféré dans le même établissement que celui où vous avez été. Peut-être y aura-t-il une plaque disant “Natan Sharansky a été détenu ici”. Je vous prie de pardonner cette intrusion et cette lettre d’un inconnu, mais je crois que c’est une chose permise entre un auteur et son lecteur.
Je vous écris en effet en tant que lecteur. Je viens de lire votre livre, Tu ne craindras point le mal [Grasset, 1988], alors que j’étais au PKT [cellule disciplinaire]. A présent, je vous écris du ShIZO [cellule d’isolement punitif, l’équivalent du “mitard”] – j’y aurai passé cent vingt-huit jours au total ! Et j’ai ri à la lecture de ce passage : “On m’a puni en m’envoyant quinze jours au ShIZO, puis, comme j’avais enfreint les règles de la prison, on m’a envoyé pour six mois au PKT.” Ce qui m’a amusé, c’est que ni l’essence du système ni ses méthodes n’ont changé.
Je tiens à vous remercier pour cet ouvrage qui m’a beaucoup aidé et m’aide encore. Oui, je suis actuellement au ShIZO, mais j’ai lu que vous aviez passé 400 jours en “cellule disciplinaire”, avec des rations alimentaires réduites, et j’ai compris que certaines personnes payaient un prix bien plus élevé encore pour leurs convictions.
Je regarde la photo de la carte postale que vous envoyait Avital [la femme de Sharansky], dont tous les mots sont barrés [par la censure]. Je suis allé ensuite au tribunal où on essaie de me convaincre que brûler les lettres qui me sont adressées est légal, car elles contiennent un “message codé”.
J’ai conscience de ne pas être le premier, mais j’espère vivement être le dernier, ou du moins un des derniers, à devoir endurer tout cela.
Votre livre donne de l’espoir parce que la similitude entre les deux systèmes – celui de l’Union soviétique et celui de la Russie de Poutine –, leur ressemblance idéologique, leur hypocrisie comme fondement du régime, et leur continuité garantissent une chute aussi inévitable que celle à laquelle nous avons assisté.
L’essentiel est de tirer les bonnes leçons pour éviter que cet Etat de mensonge et d’hypocrisie ne recommence. Dans la préface de l’édition de 1991, vous écrivez que les dissidents politiques emprisonnés conservent “le virus de la liberté” et qu’il est important d’empêcher le KGB d’inventer un vaccin contre ce virus. Hélas, ils ont inventé ce vaccin. Pourtant, dans la situation actuelle, ce ne sont pas eux qui sont à blâmer, mais nous, nous qui pensions naïvement qu’il n’y aurait pas de retour en arrière possible. Et que, pour de bonnes causes, on pouvait truquer un brin les élections ici, influencer un peu les tribunaux là, étouffer un tantinet la presse, ailleurs.
Toutes ces petites choses, et la croyance qu’il est possible de moderniser l’autoritarisme, sont les ingrédients de ce vaccin.
Malgré tout, le “virus de la liberté” est loin d’être éradiqué. Ce ne sont plus des dizaines ou des centaines, comme autrefois, mais des dizaines et des centaines de milliers d’individus qui n’ont plus peur de se lever pour la liberté et contre la guerre, malgré les menaces auxquelles ils s’exposent. Des centaines d’entre eux se trouvent en prison, mais je suis persuadé qu’ils ne se laisseront pas briser et ne renonceront pas.
Beaucoup d’entre eux puisent de la force et de l’inspiration dans votre histoire et votre héritage.
Je suis certainement l’un d’eux.
Je vous remercie.
J’ai recopié, pour moi-même, ces mots de votre livre : “L’Shana Haba’ah B’Yerushalayim.”[L’an prochain à Jérusalem]
Bien à vous,
Alexeï,
3 avril 2023. »

Natan Sharansky Vous n’êtes pas un simple dissident – vous êtes un dissident « avec du style »
« Mon cher et très respecté Alexeï,
J’ai été bouleversé en recevant votre lettre. La seule pensée qu’elle vient directement du ShIZO [cellule d’isolement punitif], où vous avez déjà passé cent vingt-huit jours, me bouleverse – comme un vieil homme serait bouleversé en recevant une lettre de son “alma mater”, l’université où il a passé les années de sa jeunesse.
Je vais vous faire une réponse non seulement d’auteur à son lecteur, mais aussi d’admirateur.
Voici, d’abord, ma réponse d’auteur : lors de la rédaction de mon livre Fear No Evil[Random House, 1988, traduit en français la même année et publié chez Grasset sous le titre Tu ne craindras point le mal] juste après ma libération en février 1986, presque tous mes amis et compagnons d’armes étaient soit au goulag, soit en lutte. J’ai conçu ce livre non seulement comme une autobiographie, mais aussi comme une sorte de guide ou de manuel pour tenir face au KGB. Mais, au moment où il a été publié en russe, l’URSS était déjà en train de s’effondrer. Aussi, au fil des ans, ce livre a été de plus en plus considéré comme un roman historique sur un âge obscur. Mais aujourd’hui, “le rêve de l’idiot s’est réalisé !”.
Ce fut d’abord Vladimir Kara-Mourza [opposant condamné le 17 avril 2023 à vingt-cinq ans de colonie pénitentiaire]. Et à présent, c’est vous qui m’écrivez pour me dire que ce livre “fonctionne” dans une prison russe d’aujourd’hui. A quelque chose mon malheur est bon.
A présent, voici ma réponse d’admirateur : Alexeï, vous n’êtes pas un simple dissident – vous êtes un dissident “avec du style”. L’horreur que m’a inspirée votre empoisonnement s’est muée en stupéfaction et même en admiration lorsque vous avez mené votre propre enquête.
Au lendemain de votre retour en Russie, un correspondant européen posait cette question, qui m’a profondément mis en colère : “Pourquoi y est-il retourné ? Tout le monde savait qu’il allait se faire arrêter à l’aéroport – ne comprend-il donc pas une chose si évidente ?” J’ai eu cette réponse assez brutale : “C’est vous qui ne comprenez rien. Si vous croyez que son but est de survivre, alors vous avez raison. Mais ce qui le préoccupe véritablement, c’est le sort de son peuple, et en retournant en Russie, il lui dit : « Je n’ai pas peur, et vous non plus, vous ne devez pas avoir peur. »”
Je vous souhaite – aussi dure que la détention puisse être physiquement – de conserver votre liberté intérieure.
En prison, j’ai découvert que, outre la loi de la gravitation universelle des particules, il existe aussi une loi universelle de la gravitation des âmes. En restant un homme libre en prison, Alexeï, vous touchez l’âme de millions de personnes dans le monde.
Alexeï, c’est vraiment triste que le passé puisse revenir aussi rapidement et aussi facilement. Après la chute de l’URSS, Vladimir Boukovski a appelé à juger le communisme devant un tribunal. Mais rares étaient ceux à soutenir cette idée. Après tout, le monde libre avait vaincu “sans qu’une seule balle ne soit tirée”. Alors pourquoi remuer le passé ?
J’espère qu’à présent, après que tous ces coups de feu ont été tirés, il est évident que ce procès était à l’époque nécessaire, et qu’il le sera demain.
D’ailleurs, je vous écris la veille de Pessah [la Pâque juive] – qui commémore la libération des juifs de l’esclavage d’Egypte, il y a 3 500 ans. Ce fut le commencement de notre liberté et de notre histoire en tant que peuple. Ce soir-là, les juifs du monde entier se réunissent autour d’une table et lisent ces mots : “Aujourd’hui, nous sommes des esclaves ; demain, nous serons libres. Aujourd’hui, nous sommes ici ; l’an prochain, à Jérusalem.”
Ce jour-là, je serai assis devant le repas de Pessah portant une kippa qui a été fabriquée il y a quarante ans avec ma portianka [bande de tissu remplaçant des chaussettes] par mon compagnon de cellule – un détenu ukrainien de la prison de Tchistopol. Voilà comme tout dans ce monde est lié ! Je vous souhaite, à vous Alexeï ainsi qu’à toute la Russie, un Exode le plus rapide possible.
Je vous embrasse,
Natan Sharansky
Jérusalem, 3 avril 2023 »

Alexeï Navalny Un jour, en Russie, il n’y aura plus ce qui a été
« Cher Natan,
Je vous envoie juste une petite note pour vous remercier infiniment de votre réponse.
J’ai été touché au point de devoir cacher mes larmes à mon compagnon de cellule. Et c’est la deuxième fois que vous me jouez ce tour ! A la dernière page de Fear No Evil [Random House, 1988, traduit en français la même année et publié chez Grasset sous le titre Tu ne craindras point le mal], lorsque vous écrivez “Pardonne ce léger retard”, il est bien évidemment impossible de retenir ses larmes.
Dans votre “alma mater”, tout est comme avant. Les traditions se perpétuent. Vendredi soir, j’ai été libéré du ShIZO [cellule d’isolement punitif] ; aujourd’hui lundi, j’en prends pour quinze jours de plus. Tout se déroule suivant l’Ecclésiaste : “Ce qui a été, c’est ce qui sera” [Ecclésiaste 1, 9].
Pourtant, je continue de croire que nous changerons les choses et, qu’un jour, en Russie, il y aura ce qui n’a pas été et qu’il n’y aura plus ce qui a été.
Et en fin de compte, où passer la semaine sainte si ce n’est au ShIZO ?
Encore un immense merci.
Je vous embrasse, f
A.
11 avril 2023 »

Natan Sharansky Vous êtes aujourd’hui plus libre que beaucoup, mais je sais que vous payez cher cette liberté
« Cher Alexeï,
Voici un petit mot en réponse à votre mot. Il est important que les liens entre les hommes et les mondes ne soient pas coupés. Je ne peux dire entre le monde libre et le monde non libre, car vous êtes aujourd’hui plus libre que beaucoup (si ce n’est que la majorité des gens) dans ces deux parties du monde. Mais je sais que vous payez cher cette liberté – de votre santé, de l’inquiétude de votre famille et, en fin de compte, de votre vie.
Je possédais certains avantages par rapport à vous. Moi qui mesure 1,59 mètre, j’avais les mêmes rations de nourriture que les vôtres. En cellule disciplinaire, les manches de ma veste tombaient suffisamment bas pour me tenir chaud, alors qu’elles ne vous arrivent probablement qu’aux coudes.
Mais, au moins, vous recevez ces lettres, et, plus que tout, vous partagez ce que vous vivez en temps réel.
Un jour, un poète russe [Nikolaï Zabolotski (1903-1958)] écrivit : « Ne laisse pas ton âme être paresseuse, évite de battre l’eau avec un bâton, l’âme doit travailler, jour et nuit, jour et nuit. » En Russie, cela paraît difficile, mais vous, vous le faites sans effort.
A en juger par le temps que vous avez déjà passé au ShIZO [cellule d’isolement punitif], vous allez bientôt battre tous mes records. Mais j’espère que vous n’y parviendrez pas.
Je vous embrasse,
Natan
17 avril 2023,
Jérusalem »

(Fin de citation)
Réunis en Congrès, députés et sénateurs votent à une majorité écrasante l’inscription de l’IVG dans la Constitution



N.D.L.R. : Je passerai pour un vieux con mais on ne m'empêchera pas de penser et de dire que, dans la France de 2024, il y a d'autres priorités pour le Législateur que ce matraquage en règle qui m'apparaît au mieux comme une diversion.


Non, vraiment, ce monde n'est plus le mien.
(Début de citation)

De : Guillaume Beesau
Envoyé : mercredi 6 mars 2024 21:24
À : Annick et Xavier MEYER
Cc : Jacques Brochard ; Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Eric Chartier

Cher Xavier,

j'ai reçu cet après-midi un courriel dans lequel Eric Chartier me disait qu'il s'était remis au travail sur son spectacle Saint-Simon, dans la perspective de le jouer à la Chaslerie... dans un mois ! Je viens de lui expliquer qu'il y avait un malentendu, que les spectacles musicaux rémunérés remplissaient, au printemps et à l'automne, les six dates auxquelles La SVAADE a droit en tant qu'organisatrice, et que nous l'attendions en octobre à l'occasion d'une soirée organisée par et pour PSE - ce qui, pour lui, ne change rien.

Pouvez-vous, s'il vous plaît, lui préciser quelles sont les dates libres en automne ? Son adresse électronique est :

lagrangelesbrefs@gmail.com

Bien amicalement.

Guillaume

(Fin de citation)
«A-t-on le droit de critiquer le choix d’Aya Nakamura sans être taxé de raciste? »

N.D.L.R. : Je partage pleinement les points de vue exprimés dans cet article.

J'avoue avoir été un peu gêné lorsque Jean DUJARDIN avait pédalé dans je ne sais plus quel stade en tenue franchouillarde.

Qu'Amélie OUDEA-CASTERA, la nouvelle pintade (après Ségolène ROYAL) ait cru devoir défendre cette chanteuse en fredonnant "Djadja" donne une nouvelle idée de la courtisanerie dans laquelle se complaît le Jupiter-de-mes-deux.

Lisons en effet les paroles de "Djadja" :

Aya Nakamura, oh yeah

Hello papi, mais qué pasa? (Mais qué pasa?)
J'entends des bails atroces sur moi
À c'qu'il paraît, j'te cours après? (Oh yeah, yeah, yeah)
Mais ça va pas? mais t'es taré, oh ouais
Mais comment ça, le monde est tit-pe? (Eh)
Tu croyais quoi, qu'on s'verrait plus jamais?
J'pourrais t'afficher mais c'est pas mon délire
D'après les rumeurs, tu m'as eue dans ton lit

Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja
J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça
Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja

J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça
Tu penses à moi, j'pense à faire de l'argent
J'suis pas ta daronne, j'te ferai pas la morale
Tu parles sur moi, y a R
Crache encore, y a R
Tu voulais m'avoir, tu savais pas comment faire
Tu jouais un rôle, tu finiras aux enfers
"T'façon, Nakamura, je l'ai couchée"
Le jour où on se croise, faut pas tchouffer
Tu jouais le grand frère pour me salir
Tu cherches des problèmes sans faire exprès
Putain, mais tu déconnes
C'est pas comme ça qu'on fait les choses

Putain, mais tu déconnes
C'est pas comme ça qu'on fait les choses
Putain, mais tu déconnes
C'est pas comme ça qu'on fait les choses

Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja
J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça
Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja
J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça

Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja
J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça
Oh, Djadja
Y a pas moyen, Djadja
J'suis pas ta catin, Djadja, genre, en catchana baby, tu dead ça

Oh, Djadja, j'suis pas ta catin, Djadja, non
Y a pas moyen, Djadja, ouais, en catchana baby, tu dead ça, yeah
Oh, Djadja, j'suis pas ta catin, Djadja, non
Y a pas moyen, Djadja, ouais, en catchana baby, tu dead ça, d'après toi

En catchana, baby tu dead ça, en catchana, baby
En catchana, baby tu dead ça, en catchana, baby

Oh, Djadja
Oh, Djadja
Oh, Djadja


Source : LyricFind
Paroliers : Alois Zandry / Aya Danioko / Guy Zire / Yohan Batantou
Paroles de Djadja © Universal Music Publishing Group, Warner Chappell Music France

A mes yeux, ni plus ni moins que du très bas de gamme.

Une question : comment pourrait-on descendre encore plus bas ?
Renaud CAMUS (via "Facebook")
rédigé le Jeudi 14 Mars 2024
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Références culturelles
0
Aucun pays au monde n’est plus honnête que la France. La plupart des autres nations, quand il s’agit d’être représentées devant le monde, choisissent des génies ou, à défaut, des personnes de grand talent, font les malins, se vantent, présentent d’elles-mêmes une image flatteuse qui n’a rien à voir avec la réalité. La France pas du tout. Elle se montre vraiment telle qu’elle est, sans chichis, sans retouches, sans photoshop, sans essayer de se faire passer pour ce qu’elle n’est pas, ou plus. Elle choisit Mme Aya Nakamura.
Au courrier ce matin...

... accompagné d'une très aimable dédicace...

... d'autant plus inattendue que je n'ai jamais rencontré Arnaud DELALANDE et n'ai guère échangé avec lui, à ce jour, que via "Facebook", à une ou deux occasions, et uniquement des banalités m'avait-il semblé du moins.

En revanche, j'ai eu le plaisir de reprendre contact très récemment avec son père, l'ancien président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations et ancien député Jean-Pierre DELALANDE, ami de Michel BARNIER et qui se souvenait ainsi de moi (les hommes politiques ont souvent une mémoire incroyable, ou des fiches bien faites), d'autant qu'il avait visité la Chaslerie il y a une douzaine d'années avec un groupe des V.M.F. de la Manche.

J'espère pouvoir dialoguer avec le père et le fils lors de leur venue à Domfront le 13 avril prochain, dans le sillage du président MORIN. S'ils ont le temps de passer une tête à la Chaslerie, ils y seront les bienvenus !

D'ici là, j'interromps la lecture (passionnante) de "L'histoire économique de la France" de Charles SERFATY, qui trône actuellement sur ma table de chevet, pour me lancer à mon tour dans le décryptage de ce "testament du chevalier".
Michel BERA (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 20 Mars 2024
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Magnifique récompense. Encore un élève de Denis Gerll (1re - Terminale) à Louis le Grand.

Michel TALAGRAND.


N.D.L.R. : Né en 1952, ça nous parle... Bac en quelle année ? Et pas E.N.S. ?
Nobody is perfect !

N.D.L.R. 2 (à 23 heures 20) : Je lis qu'il a eu son bac en 69. Il aurait donc été dans la même terminale que nous, donc avec Jean-Marc OURY, Pierre de WAZIERS, Bruno RACINE et quelques autres.

Misère, je n'ai aucun souvenir de lui... Et lui ne cite pas GERLL parmi les profs qui l'ont marqué. Nous ne devions pourtant guère être plus de 25 dans cette classe...

Tu es sûr que tu ne te trompes pas ?

N.D.L.R. 3 (à 23 heures 50) : Dans son interview dont j'ai donné le lien, TALAGRAND parle avec beaucoup d'émotion de Gustave CHOQUET qui n'était plus prof à l'X quand j'y étudiai. La légende racontait qu'en amphi, CHOQUET enseignait la topologie en tenant déployée sur sa chaire la page centrale du magazine "Lui"...

N.D.L.R. 4 (du 22 mars 2024 à 1 heure) : Michel BERA a reconnu hier que TALAGRAND n'avait pas eu GERLL comme prof. Son nom ne nous était toutefois pas inconnu, ne serait-ce qu'en raison de ses résultats au concours général, un critère très important pour nous, dans notre jeunesse telle qu'elle fut, largement vouée aux maths.
Visité avant-hier, à la suite de l'assemblée générale des V.M.F. de la Mayenne, le QUARANTE, présenté par son dynamique et sympathique directeur.

Ou comment trouver une affectation utile à l'immeuble Arts Déco de l'ancien service-titres du crédit foncier de France (au départ un genre de Fort-Knox où ne campaient plus que quelques syndicalistes retranchés du monde).

Un équipement d'une surface de 8 000 m2 consacré à l'animation culturelle au bénéfice d'usagers de tous âges et manifestement enchantés.

Un investissement de 28 M€ (à comparer aux 20 qui furent indiqués pour le "projet MORIN").

Une réussite évidente. De l'argent public non jeté par la fenêtre.

A mes yeux, la preuve qu'il existe encore, non loin de notre coin reculé du bocage (ou maladroitement prétendu tel), des élus municipaux capables de concevoir et de mener à bien de belles et grandes réalisations au service de la culture et de leur territoire.

Heureux Lavallois !
(Et malheureux voisins, parfois livrés à la bêtise, à l'inculture et à la gestion en catimini !)
(Début de citation)

De : David Petrlik <david.petrlik@gmail.com>
Envoyé : lundi 25 mars 2024 17:53
À : Xavier MEYER <axmeyer@hotmail.com>
Cc : Autres membres du bureau de "La SVAADE"; Pierre-Paul et Carole Fourcade
Objet : Re: RE Concert par le Quatuor ELMIRE, le samedi 7 juin 2025 à La Chaslerie.

Cher Xavier et Cher Pierre-Paul,

Je me réjouis de cette nouvelle !
Oui de réelles conséquences se font sentir, nous jouons le 21 Avril prochain à Genève et enchaînons sur une tournée de 4 concerts au Japon à Tokyo ! Et les 3 mois qui suivent sont bien chargés avec des concerts à Paris, Dinard, Bordeaux, Marseille, Cannes, Waterloo, La Roque d’Anthéron …
Mais c’est aussi toute une organisation qui nécessite pratiquement un temps plein en dehors du métier de musicien pour bien agencer tous les programmes, concerts et voyages !
Mais c’est passionnant.

Amitiés à vous et à très bientôt,

David

__________________________________________________________________________________________________

Le mardi 5 mars 2024, Xavier MEYER <axmeyer@hotmail.com> a écrit :

Cher David
Je suis ravi de votre proposition d'un concert du quatuor ELMIRE sur la base de votre prochain disque, soit des quatuors "Rasumovsky" de Beethoven, pour le samedi (de Pentecôte) 7 juin 2025, à 18 heures à La Chaslerie, et ce aux conditions que vous avez proposées dans votre courriel du 27 février dernier.
Je note donc d'ores et déjà la date (outre celle du Septembre Musical de l'Orne).
Nous aurons le temps de définir, d'ici là, avec exactitude le programme.
Je suis également tenté de vous demander si vous percevez de réelles conséquences positives suite au concours de Genève...
Amitiés à vous et aux autres membres de votre quatuor.
X. MEYER, Président de La SVAADE.

________________________________________________________________________________________________

De : David Petrlik <david.petrlik@gmail.com>
Envoyé : mardi 27 février 2024 17:29
À : Xavier MEYER
Cc : Autres membres du bureau de "La SVAADE"; Pierre-Paul et Carole Fourcade
Objet : Re: Vœux. Concerts à la Chaslerie.

Cher Xavier et cher Pierre-Paul,

Je serai ravi de vous inviter le 19 Septembre prochain à notre concert avec le quatuor au "Septembre Musical de l'Orne". Nous y interprèterons le Quatuor "Razumovsky" op. 59 n.1 de Beethoven et le Quatuor n°14 en Sol Majeur K. 387 de W.A. Mozart.

Pour la saison prochaine de la SVAADE, nous serions très heureux de proposer le programme de notre disque sur les 3 Quatuors "Razumovsky" de Beethoven. Comme celui-ci devrait sortir en Avril-mai 2025, une date au Printemps serait parfaite. Que pensez-vous de la date du Samedi 7 Juin 2025 ?

Et pour les conditions financières, nous pouvons convenir (...). Je me réjouis de vous lire.

Amicalement,

David

__________________________________________________________________________________________________

Le lundi 15 janvier 2024, Xavier MEYER a écrit :

Cher David
Je te présente tous mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année 2024, pour toi-même, ta famille et les membres du quatuor "Elmire", une certaine famille aussi, sans doute. Vœux de joies et d'émotions musicales intenses notamment ...
Le bureau de La SVAADE, réuni récemment, a pu prendre acte de la situation financière de l'association, particulièrement tendue cette année où nous accueillerons l'"Ensemble Correspondances" de Sébastien Daucé, débur mai à La Chaslerie. Nous n'avons pu que constater que vous recevoir à quatre musiciens ne serait pas raisonnable cette année.
En revanche, nous posons notre candidature pour 2005. Si, avec les membres du quatuor "Elmire", tu es d'accord, je compte sur toi pour nous proposer des dates à votre convenance et nous communiquer vos conditions. Nous nous en réjouissons d'avance. Nous nous réjouissons également d'avoir appris que vous seriez dans l'Orne cette année, dans le cadre de Septembre Musical. Bien entendu nous ne voulons pas manquer cette chance de vous entendre.
Avec toute mon amitié à partager autour de toi.

X. MEYER, Président de la SVAADE.

(Fin de citation)
Madame, Monsieur,

La SVAADE est heureuse de vous annoncer le spectacle qu'elle organise le samedi 20 avril, à 18 heures, au manoir de la Chaslerie, 3490, route de Lonlay-l'Abbaye, 61700 Domfront-en-Poiraie.

Pour inaugurer notre cinquième saison, la mezzo-soprano Maria Mirante et le pianiste Paul Beynet nous proposeront un récital d’airs d’opéras, de mélodies et de pièces pour piano qu’ils ont intitulé Voyage en Italie. Des compositeurs italiens, du Baroque au Bel Canto, y côtoient leurs confrères européens que l’Italie a inspirés.

Successivement, nous entendrons :

« Tu che hai le penne, amore » de Giulio Caccini (1551-1618)
« Quella fiamma che m’accende » de Benedetto Marcello (1686-1739)
« Sebben crudele » d’Antonio Caldara (1670-1736)
« Sta nell’ircana »
& « Lascia ch’io pianga » de Georg Friedrich Haëndel (1685-1759)
« Che farò senza Euridice » de Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
« Una voce poco fa » de Gioachino Rossini (1792-1868)
Et, après l’entracte :
Nocturne opus posthume en do dièse mineur
& Prélude opus 28 n° 15 de Frédéric Chopin (1810-1849)
« Voi che sapete » de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
« Me voglio fa’ ‘na casa »
& « Il segreto per esser felici » de Gaetano Donizetti (1797-1848)
« Vaga luna che inargenti » de Vincenzo Bellini (1801-1835)


La promesse d’un voyage haut en couleur, qui nous emmènera dans les salons vénitiens qui ont vu naître l’opéra, sur une gondole pour chanter l’amour au clair de lune, à un bal masqué pour rire et boire sans se soucier du lendemain…

Le récital sera d’ailleurs suivi d'un pot amical permettant d'échanger informellement avec ce couple d’artistes.

Le prix du billet est de 22 euros.

Réservations par Internet, sur le site HelloAsso ou à l'Office de Tourisme du Pays de Domfront, au 02 33 38 53 97.

Cordialement à vous.

Le secrétaire de La SVAADE

Guillaume Béesau
Anthologie de la répartie (via "X")
rédigé le Dimanche 7 Avril 2024
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
En froid, Dumas et Balzac se rencontrent par hasard lors d’un dîner et n'échangent pas une parole pendant tout le repas. Avant de partir, Balzac lance à destination de son confrère :

- Quand je serai usé, j'écrirai du théâtre.

- Alors, commencez tout de suite...

Hugues HOURDIN me signale que le président de la C.A.D.A. est M. Bruno LASSERRE, ancien vice-président du Conseil d'Etat. Je ne le connais pas personnellement mais en ai toujours entendu dire le plus grand bien, notamment par Pierre LAURENT qui fut, avant lui, président de la "commission des participations et des transferts" (ancienne "commission de la privatisation" du temps où j'en étais le secrétaire général).

J'adapterai donc ma lettre en conséquence. En particulier, elle lui sera directement adressée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 28 Avril 2024
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Dernier concert pour 2024 de "Les Musicales du Bocage" avec "L'Oscar Téruel Trio" :

A dire vrai, je ne suis pas un grand amateur de jazz. J'évite même d'écouter "France-Musique" de 18 heures à 20 heures, très rétif que je suis à ce que je perçois comme, ni plus, ni moins que de l'impérialisme culturel américain, au même titre que "Coca-Cola" ou "Mc-Donald's".
From 3-5 May, Concours de Genève prizewinner Quatuor Elmire will be performing four concerts in Tokyo, Japan as part of the "Folle Journée de Tokyo" ! 🤩 🇯🇵
📅 03/05/2024 (JP)
🕔📍11:45 - Tokyo - Folle Journée/Hall D7
Programme: Ravel , Milhaud
with Nathanaël Gouin
📅 04/05/2024 (JP)
🕔📍 13h30 - Tokyo - Folle Journée/Hall G409
Programme: Haydn, The Seven Last Words of Christ on the Cross
📅 05/05/2024 (JP)
🕔📍10am - Tokyo International Forum - La Folle Journée
Programme: Chausson
🕔📍13:45 - Tokyo International Forum - La Folle Journée
Programme: Webern, Schumann
with Abdel Rahman El Bacha, Olivier Charlier and Mami Hagiwara
Concerts organized by our official concert agency Sartory Artists as part of the Prizewinners' Career Development Programme.
#concoursdegeneve #quatuorelmire


N.D.L.R. : Le quatuor Elmire se produira, grâce à "La SVAADE", en concert à la Chaslerie en 2025.

On a tous hâte d'y retrouver notre ami David PETRLIK !