Météo

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 13 juin 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Météo
0
Je n'ai jamais vu autant d'eau (12 cm) dans le bassin de granit du centre de la cour :

12 juin 2018.

Il a donc dû tomber 100 mm de pluie dans la seule nuit de dimanche (avant-hier) à lundi.
Les très abondantes pluies des derniers jours ont raviné l'allée qui descend de la D 22 d'une façon dont la photo suivante ne rend qu'imparfaitement compte :

13 juin 2018.

De même, bien que la charretterie ouvre vers le Nord, un pédiluve y accueille désormais ma "Twingo" et il faudra que Christian apprenne d'Igor ou de Sébastien avec quelle mixture réparer cette terre battue :

13 juin 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 14 juin 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Météo
0
Mes chaussures étant devenues, à l'usage, complètement perméables à l'eau, j'ai renouvelé cet équipement de base hier chez "le Trafteur" de Domfront :

13 juin 2018.

Très chic !
(78 € la paire de pompes, voici qui me paraît suffire en l'état de ma vie mondaine locale.)
Atlas international des nuages
rédigé le mercredi 4 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Nature (hors géologie) - Météo - Références culturelles
0
Il existe une centaine de type de nuages répertorié dans cet Atlas, subdivisés en dix genres puis en espèces et enfin en variétés. Les nuages sont le moteur du cycle de l’eau mais aussi du système climatique entier. Ils permettent de prévoir la disponibilité des ressources en eau. Tout savoir sur la formation d'un nuage ici.

N.D.L.R. : Intéressant.

Moment atypique dans le ciel normand et rencontre impromptue avec le "volutus", un nuage rare :

Ce volutus a pris ses aises dans le ciel de Lessay (50) / © Aurelien Pien

En survolant la "tour de contrôle" de notre site favori, je m'aperçois que j'avais rallumé la chaudière au fuel du bâtiment Nord le 2 novembre 2017 et branché un radiateur électrique dans mon bureau de la tour Louis XIII le 18 octobre 2016. (Je vois également que j'écris beaucoup plus de messages sous la rubrique "Météo" de notre site favori quand j'ai trop froid que quand j'ai trop chaud.)

Cette année, en cette fin septembre, j'ai déjà froid la nuit depuis plusieurs jours. C'est sans doute ce qu'on appelle le réchauffement climatique.

J'espère qu'Arnaud PAQUIN ne tardera plus à transmettre à Sébastien LEBOISNE le dessin de la porte à réaliser pour le passage entre la salle-à-manger du logis et le bâtiment Nord. C'est en effet par là, principalement, qu'en l'état du chantier le froid pénètre dans ce qu'il faut bien appeler ma "bulle de survie".

Sur ce, alors qu'il est 4 heures du matin, je me replonge sous ma couette. Ce sera tout habillé cette fois-ci, et avec un pull en laine polaire.
Excellente réunion de travail ce matin avec un plombier et ses alliés :
- ils acceptent le principe de factures étalées et réglées dans le temps, de manière à optimiser leur incidence fiscale pour moi ; reste à traiter la question du nantissement ou autre garantie à mettre en place en leur faveur, sachant que mon aîné ayant refusé de m'aider, je ne puis compter, encore et toujours, que sur mes propres forces ;
- je m'oriente vers une campagne unique de forages, couvrant les besoins à terme de l'ensemble du manoir ; cela permettra diverses économies d'échelle et évitera d'avoir à ouvrir le terrain à plusieurs occasions ; à ce stade de nos réflexions, les forages seraient effectués dans le pré situé immédiatement au Sud de la charretterie et occuperaient une zone de 30 mètres sur 50, sur laquelle il ne serait plus possible de replanter d'arbres ;
- pour faire pénétrer dans le colombier la tuyauterie située en aval des forages et, plus précisément, des collecteurs assez hideux à prévoir (j'ai demandé que de la fonte remplace le plastique ), le mieux techniquement serait d'opérer sous la fenêtre Sud-Ouest du rez-de-chaussée du colombier ; l'importance des terrassements à prévoir entre le champ des forages et cette entrée dans le bâtiment nécessiterait l'intervention d'un terrassier professionnel (et non d'Igor à la mini-pelle) ;
- l'emprise de la chaufferie centrale devrait être calibrée de manière à ce qu'à terme, elle puisse abriter toutes les pompes à chaleur et citernes nécessitées par l'ensemble de l'installation (soit la tranche 1 et la tranche 2 du chauffage) ; de ce fait, je risque de perdre l'espace que je comptais consacrer là à une salle-de-bains avec baignoire.

La météo annonçant l'arrivée de l'hiver le week-end prochain, j'ai profité de la présence du plombier pour lui faire rallumer la chaudière actuelle, celle dissimulée dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord. Il a eu un peu de mal car, m'a-t-il expliqué, des connecteurs ont fondu. Il va essayer de les remplacer mais n'est pas sûr d'y arriver parce que, me dit-il, cette chaudière commence à dater (je l'avais achetée neuve il y a 25 ans environ et il faudrait qu'elle me dure encore 2 ou 3 ans, le temps que le nouveau chauffage de la tranche 1 fonctionne).