Message #46028

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 19 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
Ce matin, entre 9 h 15 et 10 h 30, à Pontorson, je ferai visiter à trois candidats différents l'appartement qui me reste sur les bras au rez-de-chaussée.

L'huissier m'a informé que le type bizarre qui a été expulsé en avril d'un appartement du 1er étage ne s'est pas présenté à l'"audience de saisie rémunération" du 14 mai dernier. Ce n'est jamais que la 3ème fois qu'il nous fait le coup. Cette audience est donc reportée au 11 juin prochain. Je ne sais toujours pas si ce type est débile ou si c'est un champion pour tirer parti de toutes les ficelles du droit de l'exécution. En attendant, je ne peux toujours pas remettre ce lot en location. Je suppose que cet olibrius ne se présentera pas davantage à l'autre audience de juin, prévue pour arrêter le sort de son mobilier. Avec les vacances judiciaires plus le droit aux recours, je ne suis pas prêt de sortir de cette auberge.

Quant à la petite idiote du premier, elle me réclame cette fois ses trois dernières quittances de loyer. Selon mon expérience, il est très probable qu'elle m’envoie son congé dans la foulée. Elle doit râler, elle à qui cet appartement coûte en tout et pour tout 22 €/mois, que j'aie refusé de changer à sa place le flexible de sa douche. Voici une jeune personne qui considère que tout lui est dû. Il est vrai qu'elle est particulièrement mal conseillée par sa mère, une harpie très vulgaire dont l'amant, caution de la fille, est propriétaire de 5 logements dans le secteur (ainsi que je l'ai appris lors de la récente audience de conciliation), ce qui n'empêche pas ces sympathiques personnages de solliciter et d'obtenir de la C.A.F. le paiement de 253 €/mois d'A.P.L.

Enfin, la C.A.F., toujours aussi diligente, n'a pas encore réagi à un courrier qu'un troisième locataire du premier et moi lui avons adressé il y a plus de deux mois. Ce locataire, lui de bonne foi alors que sa vie est compliquée, a donc dû se substituer à la C.A.F. pour régler le montant de l'A.P.L. dont les dysfonctionnements bien connus de cet autre organisme public hors contrôle ont, dans son cas, entraîné la suspension.

Pour les quatre autres lots (sur huit) de la S.C.I. propriétaire, tout baigne (en ce moment). Quoi qu'il en soit, avec tous ces aléas, la préparation de la mise en vente de l'ensemble se trouve retardée d'un laps de temps indéterminé.

P.S. : Voici le résultat des rendez-vous du jour :
- la première visiteuse venait pour le compte de sa sœur ; elle m'a fait très bonne impression et a posé des questions pertinentes. La sœur en question vient de me téléphoner que l'appartement leur plairait mais qu'elle s'aperçoit que le changement de département lui poserait trop de problèmes administratifs pour sa retraite ; dommage pour moi, c'était une candidate idéale ;
- les deuxièmes visiteurs étaient deux, deux Roumains travaillant en intérim à Avranches et rêvant d'être rejoints par leurs familles respectives ; donc location pour courte durée et situation non stabilisée : merci ;
- la troisième candidate qui avait pris rendez-vous après une dispute conjugale semble s'être rabibochée avec son conjoint ; elle a donc annulé le rendez-vous.

P.S. 2 : Comme j'en ai marre de me déplacer pour rien, j'abaisse le loyer de ce lot de 400 € à 377 €, de manière à tenir compte, si possible, de la concurrence nouvelle de l'office d'H.L.M. local.

P.S. 3 : Moins de dix minutes après l'abaissement du loyer demandé, une retraitée m'a contacté. Cela montre que le marché est réactif, ce qui est une bonne chose à mes yeux.

Commentaires